Société

Opération désamiantage d'un immeuble SHLMR au Port

L'inquiétude gagne les habitants de la SHLMR "Voie Triomphale" du Port. Des travaux de désamiantage touchant un autre immeuble SHLMR voisin sont venus rappeler aux locataires que leurs appartements avaient été inspecté (des échantillons de carreaux prélevés) il y a un an sans que, disent-ils, les résultats ne leur soient communiqués. Depuis quelques jours, les travaux de désamiantage sont en cours sur l'un des immeubles de l'avenue Raymond Vergès. Tout le parc locatif sera-t-il concerné ? L'installation d'un extracteur d'air qui tourne jour et nuit finit d'inquiéter les locataires sur les risques d'inhalation. La direction de la SHLMR se veut rassurante en répondant point par point. Interview :


Opération désamiantage d'un immeuble SHLMR au Port
Zinfos : En quelle année l'opération "Voie triomphale" a été livrée ?
La direction de la SHLMR :
Les bâtiments "Voie Triomphale" ont été livrés entre 1982 (tranche A, B, C, D, E) et 1983 (Tranche F, G, H, I, J, K, L).


L'immeuble actuellement en opération désamiantage sera-t-il démoli ?
Dans le cadre de la démarche globale de rénovation du quartier, portée par l’ANRU, une nouvelle voie de liaison entre l’avenue Raymond Vergès et l’allée Archimède doit être créée. Pour préparer la démolition du bloc J1, il est nécessaire de désamianter les logements.

Combien de temps dureront les travaux de désamiantage ?
Les travaux ont démarré le 4 août 2014 pour une durée d'un mois. Dans le respect de la réglementation, les installations de confinement du chantier seront maintenues en fonctionnement sur site après les travaux, le temps de recevoir les résultats des dernières analyses, réalisées par un laboratoire agréé en métropole.

Est-ce que tous vos immeubles de la Voie Triomphale seront concernés progressivement par des travaux de désamiantage étant donné qu'ils ont 
été construits à la même époque ? Avec, donc, les mêmes matériaux de construction.
Sur la Voie Triomphale, les repérages et les mesures ont confirmé que nous ne sommes pas en présence de matériaux libérateurs de fibres, tel que ceux de la liste A (flocage, calorifugeage et faux plafond) définie par le code de la santé publique. A La Réunion, l’amiante présente dans les bâtiments de logements est inerte (non friable) et ne peut en aucun cas se propager dans l’air, ce qui veut dire qu’il ne représente aucun danger pour les locataires. L'obligation de désamiantage s'applique aux seuls travaux de démolition en raison de la poussière libérée ou lorsque le niveau de fibre dans l'air est supérieur à 5 fibres par litre d’air. Sur la Voie Triomphale, les mesures d’empoussièrement ont démontré l’absence totale de fibres dans l’air.

Combien d'immeubles la SHLMR gère-t-elle le long de l'avenue Raymond Vergès ?
La SHLMR gère cinq groupes d’habitations qui représentent 945 logements le long de l’avenue.


Pour quel type de parc locatif essentiellement ?
Le parc est essentiellement composé de LLS. Il y a également des HLM, des ILM et des PLR, qui sont des anciennes codifications de financement. 


Les travaux actuels génèrent de la nuisance sonore. Les locataires pensent savoir qu'une machine à aspirer l'air ambiant est en marche en 
permanence. Jour comme nuit. Au-delà des nuisances, c'est l'éventuelle présence de particules dans l'air qui inquiète ces habitants.
Cet extracteur est essentiel pour le confinement et la maîtrise de l’opération de désamiantage. Il est utilisé pour assainir l'air ambiant dans l’espace de travail, créer une zone confinée en dépression pour empêcher l’air de sortir et aspirer les poussières émises au plus près de leur source. Il est doté d’un filtre absolu à très haute densité spécialement conçu pour les poussières d’amiante. Ce filtre joue un rôle de barrière. Cette installation garantit la qualité de l’air et empêche tout passage de fibre.


Pourquoi ne pas avoir communiqué les résultats des échantillons prélevés l'année dernière aux locataires ? (En janvier 2013, des appartements d'autres immeubles identiques à celui qui sera démoli, avaient reçu la visite d'un technicien qui avait prélevé des échantillons au niveau de la dalle sous les carreaux des appartements, ndlr)
Nous avons opté pour une information sous la forme de réunions publiques, les échanges avec les locataires s'effectuant sous le contrôle des entreprises certifiées, avant démarrage des travaux. Cette forme de communication permet de mieux expliquer mais surtout de répondre à toutes les questions ou doutes des locataires. C'est pour expliquer en détail le déroulement des travaux et les mesures mises en œuvre que nous avons adressé un courrier d’information à tous les locataires concernés et organisé une réunion publique le 31 juillet dernier à laquelle tous les locataires directement impactés par les travaux étaient conviés.


Le raisonnement des habitants est simple : "si on n'a pas eu les résultats, c'est qu'il y a quelque chose à nous cacher !"
Toutes les informations ont été données lors des réunions. En outre les permanences sur site ont démarré avec le lancement de notre concertation locative dès le mois d’octobre 2012 et se sont poursuivies au long de l'année de 2013.


Quel est le nombre de familles présentes qui demanderaient à être relogées si les travaux de désamiantage devaient 
toucher tous les immeubles ?
Les travaux de désamiantage ne sont obligatoires que pour la démolition du bâtiment J1. Les mesures d’empoussièrement réalisées sur les logements n’ont révélé aucune poussière d’amiante. À l’heure actuelle, aucun relogement pour désamiantage n’est nécessaire.


Quel est globalement la projection de la SHLMR sur son parc de la Voie Triomphale ? Rénovation ou démolition ?
Sur Voie Triomphale, seuls les huit logements du bloc J1 vont être démolis. Par ailleurs les 195 logements seront réhabilités. Les travaux engagés dans le quartier sont réalisés dans le cadre du programme ANRU de la ville du Port signé en 2007. De nombreux logements ont déjà été démolis et reconstruits. Nous avons livré en juillet 76 nouveaux logements sur le groupe d’habitations Voie triomphale 2 et nous avions livré en 2013, les dix-huit maisons individuelles de l’opération Bréguet.

Lundi 1 Septembre 2014 - 15:20
LG
Lu 1226 fois




1.Posté par Pqpy Cal le 01/09/2014 17:11
Merci L.G enfin on a des informations ! Il n'empêche qu'il existe un gros problème de communication à la SHLMR.

2.Posté par Vieu loup le 02/09/2014 08:45
Au chaudron aussi la SIDR a mis une fiche informative incomplète pour les habitants des bloc anciennement appelé A,B,C et D (plus de 20ans ,maintenant 14,16,18,20) deja il faut être un très ancien locataire pour comprendre de quel immeuble on parle!! La SIDR cacherait elle des choses?les immeubles concernés ont été réhabilité en 1998 en laissant les habitants dans leurs habitations lors de cette réhabilitation courent ils un risque pour leur santé??

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales