Société

Opération "Gran Met Prop" à Bébour : 19 camps de braconniers démantelés

Mercredi 20 Septembre 2017 - 10:10

Le Parc national de La Réunion, en partenariat avec l'Office National des Forêts (ONF), l'association "Chasse et pêche 974", la Fédération Départementale des Chasseurs, la SREPEN Réunion Nature Environnement, l'Association pour la Valorisation de l'Entre deux Monde (AVE2M), et la Communauté Intercommunale de l'Est (Cirest), a organisé au cours du mois de septembre 2017 une grande opération de nettoyage et de démontage de camps de braconniers dans la forêt de Bébour, à la Plaine-des-Palmistes, et dans les Hauts de Cambour à St Benoît.

Ce sont 19 camps de braconniers abandonnés, ou toujours utilisés, qui ont été évacués. Cela représente plusieurs dizaines de m3 de déchets triés et déposés en déchetterie.
Bouteilles de gaz, piles, marmites, bâches en plastique, … Ces déchets volumineux, et pour certains dangereux, croupissent en forêt de Bébour et Cambour sur les camps de braconniers, depuis plusieurs mois, voire plusieurs années.

Les opérations de 2015 et 2016 avaient permis d'évacuer 9 camps proches du Piton Partage sur le massif du volcan, et à Bébour sur les sites de Bras-Patience, Ravine Misère ou encore Bras-Chansons.

Cette année, l'opération prend de l'ampleur, notamment grâce à une forte implication de bénévoles des associations : 19 camps ont ainsi été nettoyés et évacués grâce à leur concours. Ces camps sont utilisés par les braconniers qui prélèvent illégalement des tangues, différentes espèces aquatiques mais aussi des espèces végétales. Le braconnage constitue un délit et représente un véritable danger pour la préservation de la forêt de Bois de couleur.

Certaines espèces prélevées n'existent qu'à La Réunion et sont aujourd'hui gravement menacées. C'est notamment le cas du Palmiste blanc et du Palmiste rouge.

En outre, afin de se frayer un chemin dans la végétation et construire leurs abris, les braconniers coupent directement les arbres indigènes et endémiques. Le foyer de lumière qui se crée favorise alors la prolifération des espèces exotiques envahissantes, comme la Jouvence ou le Raison marron, qui concurrencent les espèces endémiques et indigènes. Les camps de braconniers sont également une source de pollution chimique et bactériologique. Les tangues sont généralement éviscérés sur place et nettoyés dans les cours d'eau avoisinants.

Les déchets dangereux (bouteilles de gaz, piles) sont laissés à proximité de ces cours d'eau qui alimentent les réseaux d'eau potable des villages en aval.

Les déchets accumulés favorisent également la prolifération des rats. Vecteurs de la leptospirose, ils menacent autant les randonneurs que les oiseaux indigènes. Le Parc national de La Réunion coordonne chaque année de grandes opérations de nettoyage des camps de braconniers. Il mobilise à ses côtés les partenaires engagés dans la préservation des milieux naturels et de la biodiversité réunionnaise : Office National des Forêts, communes, communautés de communes, associations.

Les camps de braconniers ainsi démontés et évacués n'ont pas été reconstruits, les arbres repoussent sur les zones nettoyées : la forêt reprend ses droits, et des dizaines de sites antérieurement pollués, notamment en bordure de ravines, sont désormais propres.

Pour autant, le travail n'est pas terminé : plus d'une centaine de camps de braconniers subsistent encore en forêt.

Le Parc national de La Réunion invite chacun à lutter contre ces pratiques destructrices et dangereuses en refusant d'acquérir les produits issus du braconnage.

 
" Aide a nou protèz nout péi La Rényon, aide a nou protèz nout patrimoine ! "



Zinfos974
Lu 7446 fois



1.Posté par Ronald_Rive le 20/09/2017 11:27

bana i totoch la natur, i fo totoche à zot mêm. a koz la police i essaye pas trappe à zot en flagrant délit pour zot i gagn' baisement même? band' brako lé insolvable ou quoué?

2.Posté par bracochon le 20/09/2017 11:36

POURQUOI PAS PRENDRE LES EMPRUNTES ET LES VERBALISER SO BAND COCHON ET HORS LA LOI.
APRES LES IMPOTS AUGMENTENT ET QUI PAIE CE NETTOYAGE. LES ELUS ET LE MAIRE LAISSENT CE GENRE DE COCHONNERIE. MOIN MI DIT INTERDIT LA CHASSE COMME SA ZOT VA RESTE ZOT CAZE VU QUE ZOT LE MACOTES ET BANDITS. COBIEN CELA COUTE CE GENRE DE NETTOYAGE BON SENS. JE SUIS SUR QUE CES TANGUES SONT MALTRAITES EN PLUS. LA REUNION LE SALE AVEC UN BAND DE PORCS PAREILLE.

3.Posté par anonyme le 20/09/2017 11:45

LA HONTE DES HUMAINS.. UN DÉPOTOIR POUR NOTRE BELLE ILE..

4.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 20/09/2017 11:58

*Pourquoi seulement à Bébour ??

*Il est plus qu'urgent de mettre un "Gran Met Prop", partout, partout...

*En commençant par décrasser la faune politique - ces grands médiocres.

5.Posté par tonton le 20/09/2017 12:07

Ce n´étaient que les logements des SDF. Honte à eux - de ce prendre aux plus démunis.

6.Posté par Sapa le 20/09/2017 14:30 (depuis mobile)

Raison marron comela ? Relecture la pacotille zot i connais ?

7.Posté par Mojito le 20/09/2017 15:17

Personne pour dénoncer "'La Réunion sous cloche"? Les écolo extrémistes?
Étonnant!

8.Posté par klod le 20/09/2017 17:17

malgré le c mac et autres buzz "nous fé pitié, nou gingne pu rien fé" ........................ vive la réserve et le parc..................si nou lé pa kapab respect la nature , la loi lé nécessaire ....................... mi aime mon ile ............... ca même nout VRAI tradition !

9.Posté par Mojito le 20/09/2017 17:55

Et vive klod!

10.Posté par klod le 20/09/2017 18:50

un exemple : au cap la houssaye, mi koné na des pécheurs y pechent "par tradition" ..mi veut bien ,

sof koman , le bande vieux pécheur té y ramassent zot déchets .astér , na un peu y laisse toute zot band vieux hameçons et zot déchets !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! nout tradition ? ..................

le respect de la nature té avant , aster , i makott à droite , à gauche ! foutor!

11.Posté par boss 974 le 20/09/2017 19:28

l onf i achete tangue
po zot famille avec ces meme braconnier

12.Posté par Ma sonnerie le 20/09/2017 20:56 (depuis mobile)

"les villages en aval"...sans déconner!??

13.Posté par Antipode le 21/09/2017 05:39

Bravo aux multiples intervenants ; après, les associations de chasse et pêche y voient là un moyen de redorer leur déplorable image médiatique quant aux pratiques qui ont mené à ces dégradations !

14.Posté par Foutor le 21/09/2017 06:39 (depuis mobile)

La Réunion est en garde à vue , les forêts ( le parc national) , la mer ( baignades interdites ) , la pêche côtière (reserve marine) , les emplois aidés et privés menacés , les poulets pays méprisés ...les élus locaux tolérés !!!!

15.Posté par ouais le 21/09/2017 08:34

plus on avance dans le temps plus les gens deviennent sauvages et cochons sur cette ile c'est quand même extraordinaire, dans le temps longtemps les créoles étaient plus respectueux des autres et de leur ile....mais depuis que la découvre le z'ancetre, c'est la dégringolade dans les esprits et comportements.....!.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter