Société

"On s'attaque à des millénaires de violences (...) et les mentalités ne changent pas si vite"


De gauche à droite : Ernestine Ronai et  Anne-Françoise Zattara-Gros
De gauche à droite : Ernestine Ronai et Anne-Françoise Zattara-Gros
Ernestine Ronai, nommée en janvier 2013 coordinatrice nationale des violences faites aux femmes au sein de la Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF), est de passage dans l'île, tout cette semaine, à la rencontre des élus et professionnels. Un programme bien chargé. Ce matin, elle a tenu une première conférence sur les "Faits de violences".

Zinfos974 : Vous êtes revenue sur l'historique des violences ou encore ces mécanismes à travers les siècles. Rassurez-nous, les mentalités commencent à évoluer ?

Ernestine Ronai: Ça évolue, mais on a en face de nous des dinosaures et donc cela n'a pas encore disparu. Les mentalités peuvent évoluer si l'on prend en compte la dangerosité des hommes violents. Si l'on s'en occupe, ça bouge et heureusement, les lois évoluent et progressent. Je vois qu'ici (La Réunion ndlr), on trouve des lieux d'accueil et d'écoute, les choses ont bougé, elles progressent. Mais il reste du travail car nous ne sommes pas encore arrivés à faire baisser le taux important de femmes victimes de viols. Sur un an, elles sont 83.000 dans toute la France. C'est énorme.

Vous êtes à la Réunion depuis deux jours, que pensez-vous des dispositifs mis en place ?

On voit bien qu'il y a un vrai partenariat, un vrai réseau. Il y a du monde qui travaille ensemble et cela donne plein d'espoir. La création de l'ORVIFF (observatoire réunionnais des violences faites aux femmes) va permettre de dynamiser le travail fourni ici. Ce qui est vraiment intéressant, c'est l'idée du partenariat car c'est ensemble que l'on y arrive. Si le médecin travail avec le policier, qui travaille avec l'association, qui travaille avec l'assistante sociale, la femme victime de violence trouve de l'aide.

Vous avez été nommée récemment à la tête de la MIPROFF. Pourquoi l'Etat n'a-t-il pas créé ces observatoires plus tôt afin de trouver des solutions aux problèmes de violences contre les femmes ?

J'ai cité tout à l'heure (lors de la conférence ndlr) à titre d'exemple le texte de déclaration de l'ONU, adopté fin 1993 (Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes adopté le 20 décembre 1993 ndlr). Il y a seulement 20 ans. C'est extrêmement court à l'échelle de l'humanité. Quand je parlais encore des dinosaures, vous voyez où est-ce que je remonte. On sent bien qu'il y a une prise de conscience qui est certes récente, mais forte. Après on s'attaque à très gros, à des millénaires et des siècles de violences. Cela prend du temps et les mentalités ne changent pas si vite.
Mardi 3 Juin 2014 - 15:13
Lu 767 fois




1.Posté par noe le 03/06/2014 16:47
On parle de "violences faites aux femmes" souvent martyrisée par leur homme pour un oui , un non .... mais on n'agit pas par des condamnations plus sévères des machos qui pensent que "leur" femme est un bijou qui leur appartient .... qu'elle doit être comme un toutou docile ... et qu'ils peuvent la "solliciter" à tout moment et avec brutalité ....

Ici ce ne sont que des constatations mais non suivies d'effet !

Monde dégueux et lamentable !
Ici , ça ne fait pas sérieux lorsqu'on voit sur la photo , 2 femmes en train de rigoler ... sur ces affaires très graves !

2.Posté par Thierry le 03/06/2014 19:45
Un observatoire de plus ... En haut de l'arène, on OBSERVE, on fera des statistiques de plus ... et en bas, la réalité restera la même ... les plus faibles resteront démunis face à leurs bourreaux qui continueront à être protégés par un système judiciaire inadapté et dépassé ...

La conclusion de Noé est malheureusement évocatrice et il n'a pas tort... puisque par différence, les associations qui luttent au quotidien le font bénévolement...

3.Posté par Bobby le 04/06/2014 07:29
Quand on voit que le féminisme et la lutte contre les violences faites aux femmes est un marchepied politique à la Réunion, on peut se poser la question de est ce que l'on a envie de résoudre le problème ????? combien d'associations ? combien de marches Blanches ?? combien de subventions ???

4.Posté par quisyfrottesypique le 04/06/2014 22:04
Mme Ernestine Ronai vous devriez d'abord prendre des informations sur vos partenaires avant de mettre en jeu votre crédibilité.
Ce sourire pour évoquer la violence faite aux femmes, quel paradoxe!
A l'intention de Mme la coordinatrice, les hommes sont peut-être souvent les premiers à enclencher des violences envers les femmes.
Et que font les femmes? Que font les femmes qui cherchent leur place dans cette société de machos et que font les femmes qui cherchent leur place dans le monde du travail ? Nombreuses sont celles qui donnent le derniers coup de grâce! Elles en arrivent à devenir perverses.
Pour exemple, un homme dépose une plainte à l'encontre de son ex . UNE vice procureure ( une femme!) sanctionne l'ex. Cette plainte est pourtant reconnue diffamatoire par ses pairs. UNE juge d'instruction ( encore une femme) rajoute son grain! UNE procureure ( une femme encore) rajoute son grain. J’en suis une de leur victime.
La violence faites aux femmes, rions -en.
Faire quelques femmes pleurer pour émouvoir. C’est dévaloriser l’image de la femme. Pourquoi les précédentes nommées qui détruisent les autres ne sont pas mises en lumière également. Il y aurait matière à débattre.
De plus , certaines des personnalités que vous avez rencontrées et que vous rencontrerez sont informés des dérives et paraderons à nouveau avec de belles phrases édulcorées.
Avec mes respects , Madame, heureusement pour vous, que le ridicule ne tue pas!

5.Posté par zariko le 04/06/2014 22:14
L'alcool..........c'est avec ça que les américains ont vaincu les indiens, en les plongeant dans la déchéance alcoolique......ça me laisse à penser des choses..................

6.Posté par àtweeter le 05/06/2014 07:53
Un témoignage, pour illustrer que Votre mission au nom de la MIPROFF sur l'île a du plomb dans l'aile, beaucoup de plomb dans l'aile.
Au tribunal, il y a des d'experts psy (femme comme hommes) nommés auprès de la cours. Il y en a un ou plutôt UNE qui n'hésite pas à détruire d'autres femmes et des enfants à coup de théorie avec en prime diffamation, alors que pourtant une ridicule vérification ferait l'affaire.
Ma question a été, comment arrêter de telles dérives?
UNE femme du barreau m'a répondu. Vous n'y pouvez rien, Madame. Elle, elle est assermentée. Vous, Madame, vous vous ne l'êtes pas.
Paroles, paroles et paroles,...;
Votre campagne de séduction a du plomb dans l'aile!
Un réel sondage montrerait j'en suis sûre que les premiers agresseurs sont les FEMMES et pour peu qu'elles aient un peu de pouvoir....
Les hommes ont leur part de responsabilité, certes, mais ils sont utilisés comme bouc émissaire comme l'arbre qui cache la forêt.

7.Posté par Bobby le 05/06/2014 14:09
Pour ma part, il ne s'agit pas de renier les violences faites aux femmes, elles sont réelles et les nier serait complètement hors propos et débat, mais il ne faut pas à travers le prisme de ces violences, renier les violences faites aux hommes, les maltraitances psychologiques et toutes les autres formes de violences intra-familiales...

Il serait intéressant et surtout fondamental, si l'on veut éradiquer ce phénomène d'en comprendre les origines et les causes .... L'alcool cité précédemment en ai probablement une, bien que sa consommation outrancière soit plus le marqueur et le facteur aggravant d'un fort mal être ..

Une des pistes les plus pertinentes qu'il m'ai été donnée d'entrevoir, fût à l'occasion d'une conférence sur les violences intrafamiliales organisée a l’évêché de St Denis ou les participants étaient, un psychologue, deux visiteurs de prison et un éducateur de quartier ayant 20 ans d’expérience de terrain ...

Cette conférence bien qu'annoncée sur les violences intra familiales, fut dés le départ orientée uniquement sur les violences faites aux femmes ... la définition de la violence donnée par le psychologue me convint tout a fait ' la violence c'est le fait de vouloir effacer l'autre'

L'autre point qui me sembla plus que pertinent fût émis par l'éducateur ... Les auteurs de ces violences viennent de familles matriarcales ou le père est absent et la mère est quasi déifié ...

Quel paradoxe éclairant, loin d'un machisme de mauvais aloi, nous nous retrouvions devant des marmailles adorant leur maman ... mais alors nous aurais t on menti ? ou simplement la reproduction d'un cercle vicieux, un rond la taille identitaire, pas de papa, pas d'image, pas d'identité masculine ou d'identité tout court, je n'existe pas et la présence de l'autre me le rappelle, je perds pied, pas de repère, autour de moi un monde féminin familiale PMI Alocation femme seule, rien ou me raccrocher, justice aux affaire familiale, pères indignes c'est plus rentable !!! pour notre système ... ET si une partie de la violence était finalement généré par le système, cet homme réunionnais pointé du doigt, buveur, chômeur et fainéant de nature, violent COUPABLE désigné d'office ... 18 associations de protection de la femme ... aucune ne s'occupant de l'homme ..

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 09:09 Crise requin: Un rassemblement à l'Ermitage

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales