Société

Odeurs nauséabondes près des champs de canne: L'épandage montré du doigt

D'un coin à l'autre de l'île, même constat "olfactif". Plus souvent pendant la nuit ou encore au petit matin, des milliers d'habitants subissent chaque année à pareille période des odeurs pestilentielles semblant provenir des champs de canne. La pratique de l'épandage de lisiers de porcs est montrée du doigt. Mais l'accusation n'est pas si évidente.


Odeurs nauséabondes près des champs de canne: L'épandage montré du doigt
 
Quartier de Savanna jusqu'à la Plaine Saint-Paul en passant par le Grand Pourpier, quand ce n'est pas du côté de la quatre voies des Tamarins au niveau de l'Eperon, tous ces lieux sont synonymes depuis quelques jours d'émanation bien dérangeantes.

Les premières remontées se font sur les ondes d'une célèbre radio locale. Un appel, puis 10, puis 20, tous confirment le phénomène. A vrai dire, la technique utilisée n'est pas systématique, nous confirme un fermier (l'anonymat reste de mise) exerçant sur les terres d'un célèbre ex-groupe sucrier local. "Cela dépend du nombre d'années pendant lesquelles nous n'avons pas utilisé de lisier", reconnaît-il, adepte de cette méthode qui enrichit le sol en azote mais est aussi appréciée pour son coût "zéro".

Sans être régulière donc, la technique de l'épandage de matières organiques (lisier de porc ou fumier de poulet) est donc répandue bien que beaucoup plus encadrée qu'avant.

Un son de cloche confirmé sans surprise par la Chambre d'agriculture. Au lieu d'avoir à acheter de l'engrais dont le prix constant n'a cessé d'augmenter ces dernières années, des agriculteurs indélicats peuvent être amenés à sauter le pas. "Une tonne d'engrais coûte 750 euros (ndlr: un prix multiplié par 5 en 20 ans selon l'expert de la Chambre). Pour un champ de canne de 10.000m2 par exemple, il faut de 7 à 800 tonnes", estime à vue Didier Tourret, responsable de secteur Ouest à la Chambre d'Agriculture. "La recherche d'économie est la raison évidente, poursuit-il. Il y a l'éleveur qui veut se débarrasser de ces matières, et il y a l'agriculteur qui peut le prendre et gratuitement". Le dilemme est vite plié.

"Les gens se rapprochent des terres agricoles"

Mais que l'on ne s'y trompe pas, l'épandage de matières organiques peut être autorisée, seulement contre la tenue d'un cahier des charges strictes de la part du cultivateur. Les contrôles de la Direction de l'Alimentation de l'Agriculture et de la Forêt (DAAF) se chargent du reste. Pour Didier Tourret, un agriculteur n'aurait aucun intérêt à céder à la tentation car le risque de se faire prendre serait trop gros. La perte des aides financières en est la plus grande conséquence selon lui. Le phénomène est également exacerbé du fait du mitage des terres agricoles qui fait se construire des zones habitées en bordure de lieux jusque-là réservés au travail de la terre. "Les gens se rapprochent des terres agricoles", affirme-t-il. Avec la démographie que connaît la Réunion, la poussée des habitations vers les zones agricoles n'est en effet pas prête de s'essouffler.

Le technicien de la Chambre d'Agriculture concède tout de même que l'utilisation de ces matières organiques serait plus probable sur les petites parcelles, moins exposées à la découverte du pot aux roses. Sur de grandes terres d'un seul tenant comme pour le cas du champ de canne allant de la Plaine Saint-Paul à Savanna, il ne croit pas forcément à cette explication pour justifier ces mauvaises odeurs qui ont la particularité de se propager la nuit. Il évoquera la piste d'un élevage important dans le coin, mais seul celui de Cambaie pourrait expliquer ces désagréments. Autre argument pour écarter la piste d'un épandage sauvage, il affirme que les mauvaises odeurs du lisier se dissipent en principe sous quelques jours seulement, et sous l'effet de la photosensibilité et de la thermosensibilité. Sur les zones concernées pourtant, les habitants sont affirmatifs : "les mauvaises odeurs durent depuis deux semaines déjà".
Jeudi 26 Janvier 2012 - 15:42
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2090 fois




1.Posté par Dudule le 26/01/2012 15:51
Allez , vous allez profiter vous aussi des "bienfaits" de l'agricultute intensive (et FNSEA !) ; phénomène bien connu en métrople , à l'Ouest qui déguste depuis 40 ans . Mais rien à dire , hein , c'est le progrès !
Après la pollution olfactive vous allez vous rendre compte rapidement de la pollution des eaux de surface (nitrates , pesticides , métaux lourds ...) puis quelques années après pollution des nappes phréatiques . Les marchands d'eau en bouteilles vont faire fortune , votre facture d'eau au robinet va exploser (dépollution) .
Et bientôt des algues vertes dans les lagons ?
Qu'en pense Mr le délégué à l'agriculture du conseil général ? Lui qui connaît bien la génèse du problème (moi aussi) avec ces "voyages d'étude" d'il y a 15 ans , la Cooperl invitée en guest-star , sa coop le Gouessant (gamm-vert) et les conseillers généraux de l'Ouest déjà pollué ?
Là encore la recherche du profit l'a emporté sur la raison .

2.Posté par Thierry le 26/01/2012 15:55
JE VEUX VIVRE A LA CAMPAGNE, isolé du bruit et de la pollution...

et j'oublie ce que c'est que la campagne : veaux, vaches, cochons, et COQS qui disent COCORICOOOO tout haut .....

L'humain n'a plus de sens..... et plus de requins dans la mer mais par contre langoustes, bichiques etc ... MIAM MIAM OUIIII...

Il faudra ramener les vaches en ville après tout ... vive la ferme en ville et la ville à la campagne....

C'est l'éruption solaire qu'a grillé quelques neuronnes ou TOUTES .......... de certains....

VIVE LA RURALITé..........

3.Posté par lolo le 26/01/2012 16:04
Je ne comprend pas l'article. L'épandage de lisier est bien évidemment autorisé! Et en plus c'est de l'engrais organique. On ne peut pas vouloir des produits plus sains, avec mois d'apports chimiques, voir plus de bio, et être contre ça!
Après, que les odeurs arrivent le soir, c'est bien normal. Tout réunionnais qui se respecte sait bien que le soir, surtout l'été, il y a le vent de terre qui amène un peu de fraîcheur des hauts vers les bas, avec les odeurs des hauts en même temps...

4.Posté par olive le 26/01/2012 16:09
C'est clair que ça pue à plein nez !
Et en soirée ca descend même jusqu'au quartier "huppé" de Roquefeuil :-)

5.Posté par Dudule le 26/01/2012 18:56
Pour une île qui se revendique touristique dont une grande partie est classée Unesco , il va falloir choisir : les gorets ou les touristes !
Et dans pas longtemps la FNSEA va vous imposer des cultures OGM (elle attend que le ministère français se couche devant les dikdats de la Kommission européenne) ; adieu biodiversité si vous vous laissez embobiner sans rien faire contre .

6.Posté par jyves974 le 26/01/2012 19:29
Les gens se rapprochent des terres agricoles et se plaignent des odeurs.. comme le Parisien qui veut vivre a la campagne et qui se plaint du coq qui chante a 5h du matin, et comme le surfer qui veut aller en mer t qui se plaint des requins. Vive le neo-colonialisme !!!

7.Posté par ndldlp le 26/01/2012 20:21
il est vrai que savannah est un quartier récent... toujours des cadors à la chambre verte, ça fait plaisir à voir..

8.Posté par olisier le 27/01/2012 02:03
Le lisier c'est un peu rude pour le nez mais c'est une fois par année et ça s'en va... et tout le monde s'en porte mieux.

Les engrais et pesticides chimiques (à base de pétrole) ça tue tout ce qui vit dans la terre, la rendant rapidement infertile, affectant la santé des plantes, et favorisant le développement des parasites. On entre dans un cercle vicieux qui oblige à recommencer chaque année.

Du coup les plantes poussent en mauvaise santé sur un sol mort qui devient plus sensible à l'érosion.

On se fait du blé sur le dos les paysans, tout en polluant l'eau potable et l'océan et en intoxiquant les travailleurs agricoles et les consommateurs qui vont devoir payer des frais médicaux.

Business as usual !

Rien n'est jamais tout noir ou tout blanc, mais entre l'odeur de lisier à court terme et la santé de l'île et de ses habitants à long terme il faut choisir...

...

9.Posté par noe2012 le 27/01/2012 05:00
L'utilisation des fumiers est meilleure pour l'environnement et aussi pour les plantes que les engrais chimiques ...
Pas de quoi s'énerver !
On a l'impression que des gens ne connaissent plus la campagne ... ils gueulent pour les chants d'un coq , pour les odeurs des exploitations , du lisier .... ils croient que les viandes qu'ils consomment arrivent dans les boucheries par un coup de baguette magique ...
Tout est bon pour se faire remarquer !
Qu'ils aillent habiter sur la Lune !

10.Posté par l''''''artdechiédroise le 27/01/2012 08:09
moi aussi quand j'épand ma grosse commission ça pue !

11.Posté par L''Ardechoise le 27/01/2012 11:15
Je ne sais quel zozo mal embouché du 10 a pris ce pseudo merdique et fait ce commentaire qui pue la connerie et la méchanceté à plein nez, alors que je n'avais pas même posté sur ce sujet...
Celui-là, il n'a pas besoin de caguer pour puer, chez lui, c'est naturel et permanent, beaucoup plus que l'odeur du lisier!
A part cela, l'usage du lisier n'est pas complètement anodin, à l'excès il n'est pas bon pour les nappes phréatiques (voir les départements bretons).

Aux tracteurs et détracteurs, aux posteurs et imposteurs, belle et bonne année 2012 malgré tout, et dites-vous bien que le lisier n'est rien à côté de la m..de dans laquelle notre pays se trouve!

12.Posté par polo974 le 27/01/2012 12:05
Et pas un mot sur la puanteur permanente de la STAR à Ste Suzanne (Bel Air, quel joli nom) ? ? ?

13.Posté par Thierry le 27/01/2012 13:21
A Post 11... et ce n'est pas la première fois...

Mais on reconnait les styles... comme une lettre parfumée à la ..... ça ne trompe pas....

14.Posté par dudulêtinâne le 18/02/2012 10:20
Dudule, ferme ta fenetre (et ton ordi) ou va habiter en ville. Les odeurs de la campagne font partie du cadre de vie et les accepter c'est respecter ceux qui y travaillent
Où vont les boues de station d"épuration urbaine d'après vous ?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales