Social

Objectif auto-réhabilitation de l'habitat

Le comité de pilotage du projet d'amélioration du cadre de vie a fait escale à Petite-Île ce lundi. L'objectif, faire le bilan des actions entreprises depuis quatre ans par la commune et matérialiser ce bilan par une visite de terrain dans le quartier de Piton Goyaves. Explications.


Objectif auto-réhabilitation de l'habitat
La municipalité de Petite-Île et son Centre communal d'action sociale avaient rendez-vous ce lundi avec le Comité de pilotage du projet d'amélioration du cadre de vie. Lancé en 2006 dans la municipalité du Sud et depuis, dans l'ensemble du département, ce dispositif apporte encore un bol d'air et de confort aux familles en difficultés sociales.

L'auto-réhabilitation... Un combat contre la misère et l'insalubrité

Le but, permettre l'auto-amélioration d'un logement à travers l'appui de la collectivité et de personnes souhaitant entreprendre une démarche d'insertion professionnelle. Un double objectif social qui s'est matérialisé à Petite-Île par le schéma de cohésion sociale.
Ceci étant, ce dispositif reste encadré par un Comité de pilotage composé de l'AREP, du Département, de la CAF et de la Direction départementale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP). La Fondation Abbé Pierre s'étant, de son côté, orientée vers la mise en place d'actions de renforcement de la lutte contre l'habitat insalubre.

A l'échelle locale, prenons l'exemple de Petite-île. Sur le territoire communal, ce ne sont pas moins de 59 dossiers qui ont été traités depuis quatre ans. Pour 2010, une vingtaine de dossiers est au programme du CCAS qui est en contact direct avec les personnes âgées, handicapées ou bénéficiant de prestations sociales. "Ce sont souvent les familles qui viennent solliciter nos services sociaux pour des travaux de réhabilitation chez des membres de leur famille souvent âgés", souligne la directrice du CCAS de Petite-Île, Catherine Pothin.

Combiner insertion professionnelle et auto-réhabilitation

"Nous finançons ce programme en deux volets. Le premier concerne les chantiers d'insertion dédiés aux personnes demandeuses d'emploi et aux minima sociaux. Nous finançons un second volet à travers l'achat de matériels pour la réalisation de travaux chez les personnes âgées en particulier", ajoute Catherine Pothin.

Sur ce second volet, la démarche apparaît complète puisque les chantiers d'auto-réhabilitation sont réalisés sur le socle de l'insertion professionnelle. Entendez la participation de personnes demandeuses d'emploi et aux minima sociaux soucieuses d'entrer dans une démarche d'insertion sociale. Résultat, des personnes en difficultés viennent en aide à d'autres personnes dans le besoin. Cette idée a d'ailleurs fait ses preuves puisqu'elles sont une quinzaine de personnes à avoir participé aux travaux depuis 2006.

Hier, c'est dans les hauts de Petite-Île, chez les époux Lefevre à Piton Goyaves, qu'était organisée une visite de terrain. Auparavant doté d'un logement sommaire de type traditionnel de trois pièces, ce couple a bénéficié de travaux d'étanchéité, de réaménagement de leur salle d'eau et également de travaux dans leur cuisine et à l'extérieur de leur maison. Une action bienvenue dans un quotidien empreint jusque là par des difficultés de salubrité. Une action encore qui devraient bénéficier à d'autres familles dans le besoin...

Objectif auto-réhabilitation de l'habitat
Mardi 3 Août 2010 - 15:56
Ludovic Robert
Lu 1803 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales