Faits-divers

ONF: Un drame "sans commune mesure" avec le climat social

Hier matin, un terrible drame a secoué l'Office national des forêts de la Réunion. En pleine réunion au siège de la direction régionale, un agent de l'office, Jean-Claude Ramsamy, a tué d'un coup de feu en pleine tête le secrétaire général de l'ONF à la Réunion, Albert Chemtov, avant de retourner l'arme contre lui. Le directeur général de l'ONF, Pascal Vine, a fait le déplacement jusqu'à la Réunion pour venir soutenir la famille de la victime et le personnel choqués par ce fait-divers.


Le moment est grave dans les locaux de l'ONF. Pascal Vine, directeur général de l'ONF, a fait le déplacement jusqu'à la Réunion pour rencontrer le personnel, tout en ayant une pensée pour les familles d'Albert Chemtov et Jean-Claude Ramsamy durement éprouvées par ce drame. Entouré par son directeur régional, Hervé Houin, et le préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx, le directeur général a tenu à faire un point presse à la suite de ce terrible drame. "Il était indispensable que je sois sur l'ile de la Réunion. Car le drame vécu par l'ONF est exceptionnel et n'est jamais arrivé au sein de l'office. Il a touché l'ensemble de nos collègues, mais également l'ensemble de nos partenaires. Nous avons eu des messages de soutien, notamment ceux de nos ministres de tutelles, Delphine Batho, Stéphane Le Foll et Victorin Lurel", explique Pascal Vine.

Le personnel de l'ONF a été très choqué par le drame d'hier matin. Pour rappel, un agent de l'ONF, Jean-Claude Ramsamy, a pénétré dans les locaux de l'ONF, demandé à voir le directeur régional - ce dernier était absent et en dehors du département - puis s'est dirigé vers une salle de réunion où se trouvait le secrétaire général de l'ONF, Albert Chemtov, entouré par plusieurs collaborateurs, dont sa compagne. Jean-Claude Ramsamy a sorti une arme et tiré sur Albert Chemtov, le touchant mortellement avant de retourner son arme contre lui. Un acte "prémédité" selon le vice-procureur de la République, puisque des documents ont été retrouvés au domicile de Jean-Claude Ramsamy, dont une lettre expliquant qu'il était prêt à passer à l'acte.

"Il risquait une mesure disciplinaire forte, voire une révocation de la fonction publique"

Un geste dramatique qui ne s'explique pas pour la direction de l'ONF. Evoqués à plusieurs reprise, la mutation de Jean-Claude Ramsamy en métropole ou le climat social au sein de l'ONF auraient pu être des points de départ à cette folie meurtrière. "Ce geste est exceptionnel. Un geste qui nous dépasse. L'ONF travaille à l'amélioration de son climat social. Cela nous permet d'ouvrir un plan d'action. Ce qui s'est passé hier à la Réunion va bien au-delà de cet enjeu et ne peut pas être mis en lien avec le climat social", précise Pascal Vine. "Ce qui s'est passé hier est sans commune mesure avec le climat social à l'ONF. Cela relève d'une situation incroyable et nous n'avons pas d'éléments explicatifs", souligne le directeur général.

"Nous avons accompagné M. Ramsamy le plus possible. Dans un contexte difficile et compliqué au niveau personnel. Il y a eu un accompagnement et un suivi. Cela nous dépasse tous et malgré nos efforts nous n'avons pas pu éviter ce drame", ajoute-t-il. Jean-Claude Ramsamy a été muté en métropole en 2007 suite à des problèmes avec ses collègues à la Réunion. "Une situation qui a conduit la direction à le faire changer de service pour répondre à une situation difficile", explique Pascal Vine. Hervé Houin ajoute que cette mutation était une "manière propre" de sortir de ce contexte. "Il risquait une mesure disciplinaire forte, voire une révocation de la fonction publique", précise le directeur régional.

Depuis janvier 2009, Jean-Claude Ramsamy était en arrêt maladie longue durée. "M. Ramsamy était suivi médicalement mais avait une personnalité fragile. Mais il n'y a pas d'explication à ce geste", rappelle-t-il.

Suite à cet homicide, l'ONF a décidé de lancer plusieurs enquêtes internes. "Une enquête hygiène et sécurité a été déclenchée par l'ONF tout comme une autre enquête de l'inspection générale de l'ONF sur les procédures administratives conduites ces dernières années. Elles nous permettront de répondre à nos questions et j'attends les rapports dans les prochains jours", conclut Pascal Vine.
Mercredi 13 Février 2013 - 21:07
Lu 3982 fois




1.Posté par Gars la kour le 13/02/2013 20:25
D'après ses collègues de la métropole , il était cadre administratif ou pas?

2.Posté par BB le 13/02/2013 20:26
Nous somme tous des Jean Claude RAMSAMY potentiel.... Et c'est dommage, mais vue les condition de travails, le stress, les harcèlement que nous subissons tous les jours... Pour toujours plus de rentabilités.... NUL N'EST A L'ABRIS.....

3.Posté par Gars la kour le 13/02/2013 20:27
D'après ses collègues de la métropole, ce gars était dans une grande souffrance. Alors pourquoi on l'a pas aidé à ce moment la?

4.Posté par Zorba le 14/02/2013 04:24
Dans le cadre de mon métier j'ai eu quelques contacts avec M. Ramsamy. Je garde l'image d'un homme très affable, souriant. A partir de cette image, il est très difficile d'expliquer son geste, comment il a pu arriver à une si effroyable extrémité. Comme quoi chacun a son chemin de croix.

5.Posté par HEP! le 14/02/2013 06:32
Il s'agit de respecter la douleur des familles et de la garder à l'esprit .
Mais c'est en la gardant à l'esprit que nous la respecterons et qu'obligation doit être faite aux responsables de l'ONF de s'interroger sur leurs pratiques et ce qu'on appelle pompeusement leur "management".
Comment oser déclarer que ce drame n'a rien à voir avec le climat social au sein de cette administration?
Point n'est besoin d'avoir fait des études de psychologie du travail, de sociologie du travail et surtout pas de "management " pour comprendre que ce drame est l'aboutissement de la décomposition du "CLIMAT SOCIAL" qui prévaut depuis une décennie et qu'on vend au nom de 'la modernité/ l'adaptation/la concurrence/la flexibilité:l'évaluation".
Tous ces termes qui signifient la régression et le démantèlement de ce que les salariés ont mis en des siècles à conquérir?
Tous ces termes qui consacrent et maquillent le triomphe de la brutalité et de la violence des rapports sociaux imposés par les logiques du capitalisme financier et qui s'étendent depuis à tous les secteurs professionnels.
A partir de combien de suicides , de drames comme celui -la les équipes de "responsables" seront déclarées responsables et auront des comptes à rendre ?
Combien de suicides à France-télécom?
Combien de suicides à l'ONF?
La psychologisation de toures ces morts sur le Front du travail est un déni car elle n'a pour but que de rendre les victimes coupables de ce qui leur est arrivé!
Les propos de ce directeur sont une insulte.
Espérons que la mort de ces 2 victimes ,oui 2, ne soient pas inutiles.




6.Posté par David Asmodee le 14/02/2013 08:10
A écouter les syndicalistes, il n'y aurait qu'une victime dans l'affaire : l'assassin.

C'était la même chose pour l'affaire Merah en Métropole : pas un mot pour les enfants qui ont reçu une balle dans la tête mais on demandait une commission d'enquête sur la mort du terroriste.

7.Posté par laluno le 14/02/2013 10:59 (depuis mobile)
N'ayons pas peur de le dire .Tous ces drames au travail :sont de la faute de l'organisation du travail avec les 35 heures ..dont Chirac et Sarkozy n'ont pas eu le courage de dèmiolir pour cause de paix socialles et de démagogie .socialos ..

8.Posté par syndicaliste le 14/02/2013 11:48
tous les patrons trouvent normal qu'un pauvre bougre aillent se pendre en silence a l'arriere boutique de la sogecore et jouent les vierges effarouchées parce qu'a l'ONF la victime n'a pas souhaiter crever tout seul le jour de sa mise a mort.

N'ayons pas peur de le dire .Tous ces drames au travail :sont de la faute de l'obsession des patrons de la competitivité à n'importe quel prix, y comprix celui de vies humaines.

9.Posté par oceane le 14/02/2013 15:43
Une enquête administrative? Elle se fait uniquement dans des cas dramatiques alors que c'est dans toutes les administrations qu'il devrait y avoir des enquêtes administratives non seulement au niveau du climat social mais aussi pour mettre au grand jour toutes les pratiques illégales des collectivités territoriales qui poussent la population dans ses retranchements et qui poussent les citoyens honnêtes vers l'irréparable, car à force de tirer sur la corde un jour elle finit par se casser...

10.Posté par grrr le 14/02/2013 20:32
Un peu de compassion pour la famille d'Albert Chemtov, passionné de forêts, si heureux d'arriver sur cette île présent seulement depuis 9 mois et tué sous les yeux de sa femme.
Merci


11.Posté par statisticien le 15/02/2013 05:24
Etre cadre superieur dans la meme entreprise que son epouse est-il une coincidence? cela est-il courant?

pourrait-on savoir les règles de mutation dans les dom pour les epouses?

12.Posté par lesage le 04/08/2016 21:53
ONF abuse des pauvres gens leurs mettre le huissier pour saisie leurs biens alors qu'il son propriétaire chez eux indiqué au cadastre il demande la clé de la barrière et pour clore le tous ne possède aucun acte de propriété de leur talus mais traduit le riverain au tribunal aucun juge à bougé sur le manque acte notarié de ONF par les ennuies mon mari en ai décédéle ministre de agriculture ne bouge meme pas à la situation dramatique onf cherche à mettre mains basse sur le terrain des petits exploitant qu'ils ont travailler toute une vie à acquérir il y à à ONF un vrai désordre jamais vu en 100ans par la famille la honte de ONF et la honte des tribunaux qui juge à la bourse du client.aucune justice en france

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales