Social

Novelli III : La grogne des professionnels monte



Une délégation d'une dizaine de représentants du Collectif pour la défense des travaux publics et du transport s'est rendue ce matin à la préfecture afin d'obtenir l'assurance de la mise en œuvre du protocole Novelli III, une bouffée d'oxygène pour poursuivre la lutte contre la crise.  
 
Après une heure d'échange avec un représentant du cabinet du Préfet, la délégation est ressortie plus que remontée. Le Préfet, Michel Lalande, étant hors du département, aucune réponse concrète n'a pu leur être apportée.

"Chefs d'entreprise, on va tous mourir"

Devant les grilles de la préfecture, face à la presse, Armand Mouniata, le président de la plateforme syndicale regroupant huit syndicats, n'a pas mâché ses mots. Désespéré, le moral au plus bas en cette fin d'année, il a déclaré "nous n'avons obtenu aucune réponse positive. L'État n'a pas joué son rôle. Il nous a promis une signature pour le protocole Novelli III. Chefs d'entreprise, on va tous mourir. L'État ne fait rien".

Dans un communiqué daté du 1er octobre 2010, le préfet Michel Lalande annonçait la prolongation jusqu'au 31 décembre du protocole en raison du contexte difficile, rappelé dans le cadre des travaux menés avec l'ensemble des acteurs des secteurs du transport de matériaux du bâtiment et des travaux publics concernés par l'application du protocole Novelli.

Endettées, les entreprises redoutent l'arrivée des huissiers

Le dispositif comprend l'étalement des dettes relatives aux cotisations salariales nées avant la signature du plan d’apurement prévu par l’article 32 de la LODEOM, ainsi que le re-examen sur le volet fiscal des plans d’apurement existants.

A quelques jours du 31 décembre, les professionnels sont inquiets et ont le sentiment que le silence, et même l'absence de Michel Lalande en cette période délicate, reflète un désengagement de l'État. "Des milliers d’entreprises sont menacées de liquidation, ce protocole leur permet d'échelonner leurs dettes. Dès la semaine prochaine, les organismes sociaux vont envoyer leurs huissiers", a ajouté Michel Allamèle, représentant des terrassiers.

Forcés d'attendre le retour du Préfet pour reprendre les discussions, la plateforme tient à appeler les chefs d'entreprise à la plus grande vigilance pour les jours à venir, et est prête, selon la suite des discussions, à prendre des "décisions draconiennes". Selon Armand Mouniata, 2.500 entreprises actuellement inscrites à la Sécurité sociale ont la corde au cou, à la limite de la liquidation. 
Mercredi 29 Décembre 2010 - 12:19
Melanie Roddier
Lu 1242 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 29/12/2010 13:01
qu'ils sollicitent la député de la Réunion, et l'ancien chargé de mission au secrétariat au PME...didier robert !

2.Posté par ptit crick le 29/12/2010 13:24
pendant que vous mener votre combat pour avoir du travail les patrons des multi national décroche tous
dans votre dos et il se permet d aller prendre des vacances de luxe et des voyages aux bout de monde
pendant ce temps vous vous serrez la ceinture pour payer vos cotisation
ou sont certain élus qui ont promis plein de promesse pour l emploi et la formation
meme pour betonner les chemins on a pris une multi nationnal avant c était les artisants qui les realisaient
l année prochaine une grande partie des ouviers du btp vont arrivée en fin droit
OU SONT LES STAGES TEMPS PROMIS PAR LA REGION ET LES ORGANISME DE FORMATION ZERO QUE DES PAROLES QUE DES DISCOURS DANS LE VIDE

PENDANT IL SE GAVENT BIEN POUR SES FETES ET NOUS ON TIRE LES DEUX BOUTS POUR ARRIVER A LA FIN DU MOI

3.Posté par Le Troll le 29/12/2010 15:46
Mauvais gestionnaires !! Grosse cases! grosses voitures! C'est encore la faute des autres !! Fallait payer vos charges quand le pognon rentrait a fond sous l'ere Verges !!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales