Faits-divers

Nouvelles violences et nouveau débrayage au collège de l'Oasis

Un nouvel épisode de violence dont se serait bien passé le collège l'Oasis du Port. En décembre dernier, des premiers faits avaient amené les professeurs à cesser les cours, paralysant l'établissement à quelques jours des vacances d'été. Hier, deux anciens élèves ont refait parler d'eux.


Des équipes de sécurité avaient été disposées en décembre dernier
Des équipes de sécurité avaient été disposées en décembre dernier

Bureau saccagé, un ordinateur tombé au sol, un conseiller principal d'éducation (CPE) bousculé suivi de l'agression du principal adjoint qui a été frappé, c'en est trop pour l'équipe administrative et éducative du collège de l'Oasis du Port qui avait déjà connu pareil épisode de violences en décembre et en février.

Les deux anciens élèves, dont l'un avait été exclu, justement en décembre dernier, ont semble-t-il réussi à entrer dans l'établissement "via le gymnase" selon Patrick Thomas, le principal du collège, encore consterné.

Deux élèves exclus

Il est 15h30 lundi lorsque les deux jeunes s'immiscent dans les bureaux du conseiller d'éducation ainsi que du principal adjoint qui verra son local pris à partie et lui-même frappé.

Bien connus de l'établissement, les deux jeunes ont depuis été appréhendés par la gendarmerie. Prenant acte de cet acte gratuit, le corps enseignant débraye depuis ce matin 11h. "A l'heure actuelle, les professeurs ne sont pas près de reprendre. Ils mènent des discussions", précise Patrick Thomas. "Il est dommage que nous soyons encore sous le feu de l'actualité", dit-il amer.

Dès décembre dernier, des équipes mobiles de sécurité avaient été disposées par le Rectorat au sein même de l'enceinte. Le jour de la rentrée de janvier, des policiers avaient également affirmé leur présence devant l'établissement, ce qui n'a visiblement pas suffit devant ce déchainement de violence.
Mardi 1 Mars 2011 - 17:21
Ludovic Grondin
Lu 2223 fois




1.Posté par noe974 le 01/03/2011 17:47
Personne est assez courageux pour leur foutre un bonne raclée ?

2.Posté par PCPEC le 01/03/2011 17:50
Il faut le retour au vieilles méthodes, le cassage de gueulle, ces gens là ne connaissent que ça.
Une bonne raclée à ces crétins indécrotables. Ne connaissant que la violence, leurs rendre la monnaie de leur piece.
Quelques bons marrons, des coups de pieds au c..l, un oeil poché ça dure un moment, il sera difficile de dire: "je me suis cogné dans un mur".

3.Posté par noe974 le 01/03/2011 18:02
La sécurité semble des "poules mouillées" ...elle n'est pas de mèche avec ces v...?

4.Posté par noe974 le 01/03/2011 18:04
C'est vrai , j'oubliais ce sont des voyous "êtres humains" ...pas touche ...

5.Posté par marco le 01/03/2011 18:36
Houla! surtout pas malheureux. Ne vous avisez pas de bousculer l'un de ces jeunes excités. Il risque de se casser le poignet en heurtant une table. Et de se retourner contre vous.

6.Posté par laluno le 01/03/2011 20:32

Voila les conséquences de l'Interdit d'interdire ....? qui a "forbidden" les coups de pieds aux culs à l'école publique ( en sens figuré bien sur) Alors ne cherchez pas les arroseurs arrosés....
C'est pas non plus la gréve qui punit tout le monde, (rien qu'à cause de deux voyous.)... Qui changera la situation des désordres de l'éducation Nationale...vous êtes victimes de vos abus......politique...

7.Posté par La cavalerie le 02/03/2011 10:10
Les équipes de sécurité du Rectorat ??? Laissez-moi rire, ils sont là quand tout va bien, ils ne sont pas là quand tout va mal, et ils arrivent toujours après la bataille !

Monsieur le Recteur, cela s'appelle se foutre de la gueule du monde !

8.Posté par Rap. Port. Insee le 02/03/2011 15:44
Toujours pas de communiqué du CRAN??!!...

9.Posté par bad boy 974 le 30/03/2011 14:41
zot toute i koz inn ta vien un kou dan port na war

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:45 Saint-Louis: Un conducteur heurté par un bus

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales