Economie

Nouvelle route du Littoral : Les premiers coups de pioche "dans quelques mois"

Cet après-midi, a eu lieu la remise du "Projet" de nouvelle route du Littoral faite en main propre par Rémi Cunin, directeur général délégué d'Egis, maître d'ouvrage choisi par la Région, à Didier Robert, président du Conseil régional. Un acte qui marque la fin des études et le début "très prochainement" des premiers de coups de pioche.


"C'est la remise du projet définitif et finalisé concernant la nouvelle route du Littoral", explique Didier Robert, président de la Région Réunion. Un nouveau pas vers le début des travaux puisque la remise du "Projet" va permettre à la Région de passer à la phase de consultation des entreprises pour le chantier, le "Projet" étant une étape majeure de la conception détaillée d'un ouvrage.

Remis à la Région par le maître d'ouvrage Egis, il fait partie d'un long processus qui a débuté en 2010. La nouvelle route du Littoral a fait l'objet de nombreux débats et examens. "Ce n'est pas un soulagement, c'est une grande satisfaction. Cela fait deux ans que nous avons entamé toutes les procédures pour faire aboutir ce projet. Des accords de Matignon, fondamentaux pour définir la maquette financière, au choix du maître d'ouvrage à savoir Egis, il s'agit d'un projet exemplaire pour les Réunionnais. Un projet parfaitement abouti", précise Didier Robert. Le président de Région insiste pour rappeler que le "calendrier" et le "coût" de la nouvelle route du Littoral ont été parfaitement respectés. Pour rappel, ce "Grands Chantiers" a un coût prévisionnel estimé à 1,6 milliard d'euros.

"On avance concrètement et les délais pour les premiers coups de pioche sont de l'ordre de quelques mois", souligne Thierry Devimeux, secrétaire général aux affaires régionales de la Péfecture de la Réunion.

Pas d'évolution du tracé de la route

Est-ce que le projet a montré des évolutions ou des changements dans les choix en matière de construction ou de tracé ? Concrètement non, mais deux solutions sont mises en consultation vers les entreprises: la construction d'un viaduc à "inertie constante" ou à "inertie variable". Le coût de la construction aura raison du choix de l'un ou de l'autre.

Bernard Chiesa, directeur de projet sur la nouvelle route du Littoral pour le maître d'ouvrage Eigis, a rappelé les principales lignes de ce projet d'envergure. "Une forme simple, un viaduc de 30 mètres de haut et de 5.410 mètres de long soit deux fois plus que le pont de l'île de Ré (…). Il y a une volonté de mettre en avant le côté environnemental avec des scénographies. Les automobilistes pourront voir des zones sèches et des zones lagunaires entre la Grande Chaloupe et la Possession (…)", explique-t-il. Sur les entrées Ouest de Saint-Denis et de la Possession, les détails ne sont pas encore complètement arrêtés en raison du choix de scénario qui se fera par les deux communes pour le raccordement à nouvelle route du Littoral... pas avant la fin de l'année pour le chef-lieu de la Réunion.

Les travaux sont toujours prévus pour le début de l'année 2013 et les premiers automobilistes pourront emprunter la route à l'horizon 2018 ou 2020.
Jeudi 5 Juillet 2012 - 18:08
Lu 3103 fois




1.Posté par bernard payet le 05/07/2012 18:28
Enfin un projet qui tient la route et qui semble arriver à bon port.

Sortonsdes polémiques, les réunionnais doivent être capables d'exprimer une vraie solidarité pour ce projet de développement et d'aménagement.

Pour ceux qui douteraient encore des capacités techniques, je recommande un excellent article dans le Monde du 4 juillet consacré un ouvrage exceptionnel en Russie conçu par des ingénieurs français.

Alors ne boudons pas notre plaisir de voir ce chantier être sur de bonnes voies et façonner La Réunion des décennies 2020/2040.

2.Posté par noe le 05/07/2012 18:44
Il est temps de commencer les travaux ...
On attend peut-être les cyclones ?

3.Posté par magnol le 05/07/2012 18:55
J'espère qu'il a intégré dans le coût "hollandais" comme il se doît (pauvres contribuables...) l'inauguration par une course de formule 1 avec des racers offshore côté mer ! Après la fermeture du CFR par ses comparses politiques de l'époque, voici que notre musée-homme commet une nouvelle erreur historique. Les vrais gagnants : les bureaux d'étude et leurs comparses. Pauvre zébulon DR !

4.Posté par Thierry le 05/07/2012 19:01
Quoi ??? Ne me dites pas qu'ils vont faire la route du littoral avec des pioches ... Oh, Oh, Oh !!!
En tout cas, ne comptez pas sur moi ... pour venir donner un coup de main ... ralle la pioche, lé trop dur. cela donne des ampoules dans mes jolies petites mains ... et les p'tites madames i aime pas quand la main i grafine ...

5.Posté par Bravo le 05/07/2012 19:04
Je n'ai qu'un mot à dire, bravo à Didier Robert et à son équipe!

On ne veut plus vivre tous ces longs moments d'embouteillage et ces drames qui ont endeuillé des familles réunionnaises.

6.Posté par Marc le 05/07/2012 19:11
N'oublions pas que ce grand chantier va aussi crée des emplois et faire vivre des entreprises pendant quelques années et ça c'est très important par ces temps de crise!

Félicitations la région!

7.Posté par Fab le 05/07/2012 19:59
Et les besoins en matériaux pour réaliser les digues, savent-ils où sortir ces millions de mètre cubes ? Ce n'est pas avec la carrière de la rivière des Remparts qu'on va y arriver, si ?
Les financements sont-ils bouclés ? Comment sera réalisé l'entretien ou l'inspection des ouvrages immergés ?
Je continue de penser que cette route ne se fera pas. Si elle se fait il faudrait au moins qu'ils intègrent une liaison 4 voies continue jusqu'au Lancastel, chose qui ne serait pas vaine !

8.Posté par A. Lebon le 05/07/2012 20:33
L'erreur de 1957-58... sur le point de se répéter. Qu'attendent les députés nouvellement élus pour arrêter un projet issu de l'inconscience d'un seul homme ?

9.Posté par @ A Lebon le 05/07/2012 22:08
Franchement Monsieur Lebon vos propos sont déplacés!
Ce n'est pas la vision d'un seul homme mais d'une grande majorité des réunionnais.
Vous devriez cessez de penser pour les autres et de croire que vous avez raison sur tout.

Monsieur Robert surtout allez jusqu'au bout et réaliser ce beau projet que tous les réunionnais attendent.

10.Posté par corine le 06/07/2012 02:14
Une nouvelle ère commence,des chantiers qui engendreront des emplois et surtout une sècurité pour une route tres frequentée.Voiila pourquoi ,j'ai voté Didier ROBERT.

11.Posté par kersauson de (P.) le 06/07/2012 08:02
la Route du Littoral Nouvelle, dites « en mer » , cout 1,5 a 2 milliard d’euros, qui détruirA une partie de la barrière de corail, qui reposerA sur des fonds sableux : un vrai « Nouveau Pont de la Rivière St Etienne (cyclone Gamède) »
OR, la Route Littoral actuelle est quasi sécurisée, après pause des filets il ne tombe plus qu’une tonne par an, et derrière les filets ; les basculements ont été réduits par 2. Elle n’a fait QUE (mais c’est trop bien sûr) 50 morts en 50 ans , la Tamarine en est a une moyenne de 4 par an (vitesse oblige (je connais une 4 voies en métropole (Vannes Lorient 40kms) qui fait 10 morts/an malgré des radars fixes et mobiles ))
Cette route est opérationnelle (et a tant couté déjà) : il faut juste la consolider : - en coupant encore le haut des falaises a pic (**) (même si de « grosses huiles » ont des terrains (on expulse bien des pauvres pour la Tamarine ou le Tram))
- en la recouvrant, vers 20 mètres de haut, d’un toit en Super Béton, penché ; les (quelques) roches tomberaient et rouleraient dessus, et tomberaient en mer, ET protègerait des pluies et cyclones (plus de basculement !)
Coût de ce toit : environ 500 million (cimentage etc.. ) qui fera travailler des Réunionnais (ouvriers ET industriels du BTP), sur 4 , 5 ans.
(**) et (*) Couplons cela à un élargissement de 2 mini voies coté mer, par les déblais du haut des falaises (quitte a couper la route Un, 2 mois !! (ce n’est rien)), pour préparer un éventuel TRAM, ou Train (****), et dans un 1er temps des voies Bus propres et Poids Lourds !
Coût total : environ 800 millions : 1,2 milliard d’économies !

Cette route, on peut la désengorger (1/3 minimum) et donc ne plus investir dans une route nouvelle: COMMENT ?

Par la mise en œuvre IMMEDIATE de la route des Goyaviers, des plaines, INDISPENSABLE, qui permettrait aux sudistes du Tampon St Louis St Pierre de rejoindre, sans plus de kilomètres St Denis et surtout les communes à l’Est de St Denis (***) (Ste Marie Ste Clotilde et Ste Suzanne aux activités industrielles et tertiaires fortes), et donc St André.

Par la création d’un passage souterrain au Barachois, INDISPENSABLE, qui permettra à l’Ouest d’éviter l’entrée de St Denis, en accédant aux communes de l’Est de St Denis (***).

Les économies sur cette Route en Mer pourront être utilisées à des projets (faisant travailler les réunionnais), et INDISPENSABLES et OBLIGATOIRES dans le cadre de UE.

Refonte du Réseau Eaux Propres ( des milliers de litres partent dans la nature chaque jour)
Refonte du Réseau Eaux usées (trop tombent encore en mer)
Réseau Electricité (Oui GERRI certes mais ce sera plus long que prévu), pourquoi pas par une centrale nucléaire (en métropole 1 pour environ 1 million d’habitants, donc ici idem), avec possibilité de vendre à Maurice, Madagascar ..
Destruction des ordures et stockages, et Récupération du Méthanole : vous savez qu’une population de 800.000 habitants produit en excréments, de quoi alimenter 280 bus (4 fois plus de bus que les cars jaunes, 15% du futur parc !!)

Voila : des projets simples, nécessaires, qui seront adoptés de suite par les contribuables !
comme de faire des ponts solides (le nouveau de la Riviere St Etienne ainsi, ou encore cette Tamarine qu’il fallait faire depuis longtemps ; et qui n’est pas un projet VERGES ) au-dessus de certains raviers (Ouaki..),
sécuriser ENFIN l’accès a Cilaos, à Salazie, Langevin, cap Laoussé;
ce fameux pont de la rivière des Galets à Cambaie, enfin acté, mais 2 ans d’études.., puis 2 ans de réalisation, pour un projet de 250 mètres, sans expropriation, en pleine ligne droite et plate !!
améliorer les approvisionnements des hauts (ilets entre autres) !

12.Posté par CGTR bruny payet le 06/07/2012 08:03
RAPPEL
Bruny Payet critique la Région sur "l'obstination" de route du Littoral en mer
15 Septembre 2011
Le projet de nouvelle route du Littoral n'en a pas fini de diviser. Entre partisans d'un projet coûte que coûte pour enrayer les risques naturels liés à ce tronçon et les opposants, Bruny Payet, ancien secrétaire général de la CGTR, fait résolument partie du camp des sceptiques. Il s'adresse à Didier Robert, président de Région.
"Les réponses techniques proposées ne sont pas probantes contrairement à ce qu'affirme la revue de la Région dans son numéro spécial Mag' N°3 et son projet de route en mer", avance Bruny Payet.

Les reproches sont nombreux. L'ancien conseiller général PCR met le doigt sur "l'absence de modélisation d'ensemble et de scénarios de variation du sens de houle, d'effet de rebond aux configurations particulières de l'ouvrage" qui viendraient mettre à mal la sécurité de l'ouvrage.

Selon lui, le risque cyclonique centennal évoqué par les élus de la Région repose uniquement sur les observations passées de Météo France qui se garde de spéculer sur les effets du réchauffement climatique attendu. Enfin, sur l'aspect technique, "l'ouvrage restera exposé à un risque réel de destruction partielle ou totale". De plus, son entretien demeurera un problème récurrent.

Le tunnel refait surface

Pas mieux du côté des deniers publics, selon Bruny Payet, qui qualifie ce projet en mer de "projet monstre", dont le coût et les conséquences sont imprévisibles. "Le coût inflationniste des travaux, non partagé par l'Etat, et celui de l'entretien ou des réparations se révéleront hors de portée des capacités de la Région et du contribuable réunionnais".

Plus globalement, Bruny Payet critique le choix du tracé de route en mer. "Une mauvaise solution" à bien des égards. "Votre solution en mer n'est pas plus sécurisée pour l'usager puisque le concepteur admet des franchissements de vague. Il ne peut non plus écarter le risque d'un affouillement sous-marin progressif d'un pilier du viaduc ou d'une partie de la route en remblai".

Pour l'ancien conseiller général du canton 1 du Port, "la solution la meilleure reste les tunnels que votre majorité s'obstine à ignorer voire dénigrer en la présentant dans votre revue comme moins sûre pour l'usager que votre projet en mer. (...) De nombreuses réalisations tendent à prouver que la solution de tunnels reste la plus pertinente pour franchir des massifs montagneux, à l'abri des risques climatiques".

Cette dernière solution offre selon Bruny Payet une meilleure protection de l'environnement et de la biodiversité, comme l'absence d'atteinte aux paysages.

13.Posté par pere Plexe le 06/07/2012 08:06
L'Impossible nouvelle route du Littoral ou comment plomber le BTP et léconomie réunionnais 30ans OU : ON CREUSE OU ??
La Région a lancé un appel d’offres pour fournir près de 10 millions de m3 de matériaux nécessaires à la construction de la nouvelle route du Littoral. Pour alimenter ce chantier titanesque, de nouvelles carrières devront être ouvertes. Reste à savoir où ?
Selon l’appel d’offres émis le 13 juillet 2011 par la Région pour attribuer le marché de la fourniture des matériaux, “l’opération d’une ampleur exceptionnelle” nécessitera 5,4 millions de m3 de remblais et 3,5 millions de m3 d’enrochements. “On a besoin d’une dizaine de millions de m3 de matériaux”, estime Dominique Fournel, conseiller régional et pilote du dossier. Du béton sera aussi nécessaire pour la partie viaduc. Les entreprises adjudicataires seront responsables des matériaux, de leur approvisionnement et de leur acheminement. L’appel à candidatures ne permettra de retenir au maximum que six entreprises. Pour prétendre, il faudra montrer patte blanche : avoir un chiffre d’affaires moyen annuel supérieur à un million d’euros et puis être en mesure de fournir 1 000 m3 de matériaux par jour. Ce qui implique d’avoir les reins solides et de nouveaux projets de carrières dans les tuyaux pour convaincre la collectivité. Selon Dominique Fournel, il ne fait aucun doute que la construction se fera, a priori, sans importations de matériaux. “Tous les carriers réunionnais exploitent des carrières agréées, rappelle l’élu. Elles ne seront peut-être pas suffisantes mais il appartient aux entreprises d’ouvrir des discussions avec l’État pour en ouvrir de nouvelles.”
Actuellement, la consommation annuelle de matériaux -tous travaux confondus- avoisine les 4 millions de m3. La nouvelle route du Littoral pourrait ainsi absorber l’équivalent de trois années ordinaires de production. Mais, en étalant cette surproduction sur la durée du chantier (environ six ans), les entreprises n’auraient finalement qu’à doubler la production annuelle de l’île. Les carriers restent prudents. Aucun d’entre eux ne veut abattre ses atouts avant la fin du dépôt légal des candidatures, ni avant le grand oral avec la Région. Néanmoins, selon Bernard Siriex, président du SICRE, le syndicat des carriers de La Réunion, “il n’y a pas d’inquiétudes à avoir, il y a des matériaux dans l’île”. Sauf que pour répondre à la demande de la collectivité, les carrières ouvertes ne suffiraient pas. Selon Thomas Dubois, président de l’activité granulats-béton-préfabrication chez le groupe Lafarge, il conviendra de “fournir avec discernement pour ne pas épuiser les ressources résiduelles et continuer à livrer pour le reste du marché”. Bernard Siriex précise sa pensée : “Nous serons en déficit de matériaux alluvionnaires selon le schéma départemental des carrières dans 20 ans. On ne pourra plus extraire les matériaux dans les rivières. Il faudra passer par des carrières de roches massives”.

Holcim, Lafarge et SCPR, les trois mastodontes du secteur, semblent être en mesure de proposer des sites qui permettront de fournir sans raboter nos pitons, cirques et remparts, classés au patrimoine mondial de l’Humanité, sans heurter le Parc national des Hauts.
Le service de la Direction de l’Environnement, Aménagement et Logement (DEAL) responsable du schéma départemental des carrières, définit en 2001 et modifié 7 ans plus tard, appréciera avant de délivrer les autorisations administratives.
L’aspect sécuritaire entre en jeu également selon Thomas Dubois : “Il faut recourir aux explosifs pour abattre un pan de falaise. Le traitement est complexe et dans l’île, on est rapidement proche d’un voisinage…”.

Tous les dossiers de candidatures déposés il sera alors possible de les évaluer. La première mouture du projet tram-train s’était crashée sur ce test de la délivrance de matériaux suite aux plaintes déposées par plusieurs associations protectrices de l’environnement

Tsunami-en-vue

14.Posté par E. Delest le 06/07/2012 09:27
Pourquoi n'a-t-on jamais réalisé un referendum sur ces grands projets ?

Je croyais que la nouvelle majorité avait remis le tram train sur les rails, un projet qui a entre autres avantages celui de ne pas dénaturer et défigurer notre île.
Que font nos députés si zélés avant les élections ? Déjà aux abonnés absents ?

15.Posté par Et mon tunnel, tu le veux pas mon tunnel? le 06/07/2012 10:06
Et les 18 millions de mètres cubes nécessaires au terrassement ( et pas 10) , on les trouve où? à Mada? ( hypothèse envisagée par certains qui investiraient alors dans le transport maritime , une pure folie!!!)
On a toujours refusé l'option tunnel pour des motifs bidons ( friabilité de la roche alors qe le tunnel creusé il y a plus d'un siècle à la dynamite est toujours là et qu'aujourd'hui on sait faire quasiment tout avec les tunneliers et les voussoirs) solution qui serait nettement plus sûre que la route...
la raison est sans doute à chercher dans plusieurs éléments:
- enrichissement des entreprises ( un tunnel ne coûterait-il pas moins cher?)et en particulier des carriers?
- discrètion d'un projet souterrain alors que les élus cherchent à se faire mousser donc il faut un truc qui se voie pour faire plaisir au bon peuple...
- coût final ( et donc qu'on le veuille ou non , commissions de tous ordres ( plus c'est cher ,plus les "commissions " a pourcentage sont élevées...

Pour finir car il faut bien sourire:
à Kersauson: une centrale nucléaire qui permettrait de revendre de l'électricité à Mada et Maurice , la bonne blague , et comment donc ? par des cables soumarins ou mieuux par conteneurs

16.Posté par celeron le 06/07/2012 10:13
bravo , enfin il était temps. Quant aux grincheux ce sont les memes qui se plaignent de l'arrêt des grands travaux et qui propose la relance de ceux ci pour relancer l'économie te stopper le chômage. Voila un chantier qui devrait vous faire plaisir. Mais comme vous tes des aigris, rien en vous satisfait.

17.Posté par Fab le 06/07/2012 11:12
Post 16 ce qui ne plait pas à beaucoup c'est l'absurdité du choix de ce tracé et la priorité qui lui est donnée alors que d'autres projets plus simples et moins couteux pourraient être mis en place par ailleurs.

Quand tous les automobilistes vont se retrouver tous les matins coincés à l'entrée de Saint-Denis perchés 15 mètres au-dessus de la mer, il ne leur restera plus que la belle vue pour profiter. Super ! Ca va beaucoup nous changer de la situation actuelle hein, juste les filets, potences et les anecdotiques chutes de blocs en moins.

Si on avait fait le TramTrain, avec quelques rectifications de tracé et de choix techniques pour effacer les absurdités des communistes, aujourd'hui beaucoup ne seraient pas au chomâge et construiraient un outil de développement aux retombées bien plus grandes que cette route du Littoral.

Au lieu de ça D. Robert a tout arrêté et a fait perdre des millions à la Région et donc aux contribuables. La route du Littoral est un projet qui ne profitera qu'au Nord de l'île, alors que le Tram aurait permis le développement de bien des communes, et représentait une alternative au tout-voiture. Pas besoin d'avoir fait polytechnique pour comprendre cette évidence !!

Très grave choix politique qui s'apprête à être fait. Pourvu que ça capote (problème technique ou financier) ! Et je suis curieux de savoir si les entreprises vont répondre dans l'envelopppe des 1,6 milliards annoncée.

18.Posté par jean le 06/07/2012 11:52
17 fab " je suis curieux de savoir si les entreprises vont répondre dans l'envelopppe des 1,6 milliards annoncée."....moi de même ou alors avec des " aléas " de 500 àu 600 millions ?
jamais aucun chantier n'a terminé dans le budget , c'est la mécanique même de l'appel d'offre qui conduit à ces écarts , car on fait une offre " limite " pour obtenir le marché et ensuite , on négocie les variantes et options que seul un major X-ponts est capable de prévoir à l'avance et encore...
je ne vois pas qui dans l'équipe de DR a le niveau pour maitriser les armées de super-cerveaux-pros tellement rodés à rouler dans la farine n'importe quel client à qui ils auront affaire...
je partage aussi l'avis de kersauson sur UN point , la route du littoral est maintenant quasi-sécurisée
et ce chantier hyper-risqué qui conduira immanquablement au plus retentissant échec financier de toute l'histoire de la réunion , loin devant la route des tamarins ou le basculement des eaux qui ont déja fait très très fort pourtant est devenu parfaitement inutile , il y a bien d'autres priorités !
mais le problème le plus grave sur ce projet c'est que DR le " grand négociateur " c'est fait rouler copieux par fillon , car c'est la région , vous , moi ,nous qui paieront SEULS tous les dépassements éventuels de ce chantier bourré d'aléas et de risques à hauteur de plusieurs centaines de millions....
tel est le piège redoutable dans lequel cette équipe d'amateurs vantards est tombée tête baissée !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales