Social

Nouvelle mobilisation pour le 16 octobre

Cette nouvelle journée de mobilisation a rassemblé près de 5.000 manifestants sur toute l'île. L'intersyndicale a appelé, à la fin du cortège devant la préfecture de Saint-Denis, à une nouvelle mobilisation pour le 16 octobre prochain.


Les manifestants étaient moins nombreux que le 7 septembre dernier (mais plus que le 23 septembre) dans les rues de Saint-Denis et Saint-Pierre, 5.000 pour les syndicats et 2.500 pour la police. Une nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites, à l'appel de l'intersyndical (CFTC, CGTR, CGC, FO, UIRCFDT, UNSA, FSU, Solidaires et UNEF-UNL) est prévue samedi 16 octobre.

Faire "plier le gouvernement Sarkozy"

Ce matin, le départ de la manifestation a été donné à 10h30 depuis le petit marché de Saint-Denis. Les manifestants présents réclamaient une nouvelle fois le retrait de la réforme des retraites, en ce moment même débattue au Sénat.

"La mobilisation s'annonce bien, on a continué notre travail dans les structures pour que les salariés répondent présents contre la réforme des retraites, et ceux malgré la volonté du gouvernement de les dissuader de ne pas venir", explique Jean-Pierre Rivière, secrétaire départemental de la CFDT.

Pour Marie-Hélène Dor, secrétaire départementale adjointe de la FSU : "J'attends beaucoup de la mobilisation nationale, parce que je crois qu'elle s'amplifie, des secteurs entiers appellent à développer des grèves reconductibles".

Malgré le vote, hier, du Sénat sur le report de 65 à 67 ans de l'âge de départ à la retraite sans décote, les manifestants et leaders syndicaux continuent de croire que, comme pour le CPE sous l'ère Dominique de Villepin, rien n'est fini tant que le décret d'application n'est pas signé la rue peut faire "plier le gouvernement Sarkozy".

A noter que durant le cortège, les manifestants ont demandé "solidairement" aux commerçants de la rue Maréchal Leclerc de baisser leur rideau, le plus souvent sous la contrainte.

Nouvelle mobilisation le 16 octobre

"Nos parlementaires qui sont censés nous représenter font tout sauf nous représenter. En France, le mouvement social d'aujourd"hui, on ne l'a peut-être jamais vu, sauf en 68. Nous sommes sur un mouvement social extrêmement fort et inhabituel au regard de l'actualité politique et syndicale", déclare Yvan Hoarau, secrétaire départemental de la CGTR.

Une manifestation qui a terminé son parcours dans le calme devant la préfecture, où les leaders syndicaux se sont exprimés et appelés à une nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites le 16 octobre prochain, à 9 heures au Jardin de l'État, sous le même slogan "tous unis contre la réforme des retraites".
Mardi 12 Octobre 2010 - 18:23
Julien Delarue
Lu 1891 fois




1.Posté par lol le 12/10/2010 21:08
Mr Yvan HOAREAU le mouvement social aujourd'hui en France a été gonflé grace à des étudiants de l'UNEF (syndicat étudiant de gauche poussé par l'aile gauche du PS) sinon les manifestations auraient été plus faible que dernièrement. J'ai vu une émission ou la présidente de la PEP disait que les étudiant (- 20%) étaient instrumentalisés par les politiques. Le 16 octobre, je paris que vous ne ferez pas plus de 1 000 personnes sur St Denis. Et puis cette retraite si on le garde à 60 ans comme veut le faire croire le PS ( s'il arrive au pouvoir en 2012) expliquez moi comment avoir une retraite pleine s'il faut comme le prévoit la loi 41,5 annuités, si en plus vous avez commencé à travailler à 22 ans par exemple. donc si on suit la logique du PS dans le cas ou je commence à bosser à 22 ans, je partirais en retraite avec un taux plein seulement à 63,5 ans et non à 62

2.Posté par Mu'adib le 12/10/2010 21:27
la retraite à 60 ans et le medef doit partager ses richesses. ceux de l'ump il n'ont pas été instrumentalisé peut être.

3.Posté par Roche écrite le 12/10/2010 22:44
TOUT LE MONDE DOIS ETRE EN GREVE LES JEUNES COMPRIS CA LES CONCERNENT AUSSI

4.Posté par Cambronne le 13/10/2010 07:02
Que va t'il donc se passer lorsque la Sovietie française sera en défaut de payement ?

ce pays est à l'image d'Arthur et des Minimoys de Luc Besson ce dernier se plaint des «attaques permanentes» dans libération

«Ça fait vingt ans que j’aurais pu partir aux Etats-Unis et avoir une vie bien différente, gagner plein d’argent. Mais j’aime mon pays, j’aime les gens qui sont là, j’ai monté une boite et je fais travailler beaucoup de gens toute l’année»

Just Do it le gros problème des grèves à répétition en France découlerait directement du faible nombre de gens syndiqués et du nombre trop important de multiple syndicats.
ces derniers s’en tiennent donc presque toujours à des actions outrancières pour faire entendre leur point de vue de la pensée unique .
De plus historiquement le mouvement syndical français est encore fortement imprégné de l’anarcho-syndicalisme de ses débuts ( fin XIX° siècle).
Bref c’est un syndicalisme de combat et de revendication plus que de négociation.

A leur décharge: s’il est vrai que nous avons les syndicalistes les plus cons du monde le patronat de France brille également par sa bêtise et le crétinisme .

Il serait temps de s’inspirer d'un modèle plus libérale néo zélandais ou suédois, où 90% des salariés sont syndiqués ce qui pèse forcément plus sur une table de négociation que quelques bandes d’agités pseudo-révolutionnaires de mes deux souvent Trotskobolcheviks .

5.Posté par noe974 le 13/10/2010 07:44
On rebelotte dans 3 jours : super les rues seront animées , la marche est bonne pour la santé (surtout qu'il faudra tenir - si on travaille dans la fonction publique !- jusqu'à 62 ans .
Fontionnaire n'est pas un boulot PENIBLE , que je sache ! Des gratte-papier , naguère , aujourd'hui des "frappe-clavier" dans des bureaux climatisés , il n'y a pas de soleil , et ça crient leur désespoir pour quelques jours en plus !!!
C'est regrettable surtout venant de ceux et celles qui ont la sécurité de l'emploi .

Ils vont sûrement réussir à mobiliser tous les profs comme pour le 12 octobre où tous les établissements scolaires étaient fermés (=100% de grèvistes)

6.Posté par andremctp le 13/10/2010 08:04
@Cambronne
Alors Monsieur refait l'histoire à sa façon? C'est vrai que la mobilisation et le soutien populaire contre la réforme des retraites a de quoi l'irriter.
Les manifestants n'ont pas à rougir du terme de bolchevik car ce mot russe signifie MAJORITAIRE, a contrario Cambronne fait parti des Mencheviks ( Minoritaires en russe )
Quant à la référence aux syndicats suédois et néo-zélandais, ce cher Monsieur devrait savoir que le social est aux mains des syndicats et que sans eux aucune indemnité n'est possible que ce soit au niveau du chômage ou de la santé..etc...
La France reste un pays de liberté où chacun grâce à son modèle social peut choisir non seulement d'être syndiqué ou non mais aussi son syndicat sans le moindre risque d'être dépendant d'un appareil quel qu'il soit.

Enfin, je voudrais rappeler que le général Cambronne a eu le courage de s'opposer aux anglais à Waterloo par son célèbre mot, alors que dans les commentaires de Zinfos974, ce cher Monsieur profère des propos mensongers et s'il n'aime pas la France : ce pays de m....pour lui, qu'il parte volontiers aux USA le plus vite possible.

7.Posté par Boyër le 13/10/2010 08:18
repousser l'âge légal de la retraite jusqu'à 67 ans est totalement bénéfique pour notre pays puisqu'il va inciter les gens à travailler plus longtemps. Dans un pays où on préfère se la couler douce, forcer les fainéants à se bouger un peu au lieu de rester les fesses au chaud en retraite ou en train de défiler dans les rues est bon pour l'économie : plus de travail, c'est plus de richesses, donc plus d'argent.
Cambronne a raison.

8.Posté par noe974 le 13/10/2010 08:35
D'accord avec Cambronne
Bonne réflexion : on crie beaucoup mais quand il faut combattre , on ne trouve plus personnes .

C'est la société à la française et surtout "créole" !!!!!!!!!!!!!!

9.Posté par rue89: retraites des parlementaires: c'est pas drôle!!! le 13/10/2010 08:40
Sur leurs retraites, les parlementaires restent… en retrait. On annonçait un projet de réforme pour octobre. Les Verts réclamaient un alignement sur les régimes « classiques », le président de l'Assemblée entendait mener une « réflexion ». Depuis, pas de nouvelles.
Toujours en discussion dans les bureaux bien clos des décideurs de l'Assemblée ? Freinée par ceux qui veulent préserver leurs acquis ? Face aux mouvements de contestations qui luttent, manif après manif, contre la réforme des retraites appliquée à tous, sauf aux élus, les parlementaires vont-ils se sentir obligés de modifier leur régime ?

Petit rappel : la retraite parlementaire est particulièrement favorable. Ici pas de départ à 65 ou 67 ans. Non. Jusqu'à récemment, le parlementaire pouvait toucher sa retraite dès 55 ans, à 60 ans désormais. Surtout, le député ou le sénateur a l'immense avantage de pouvoir bénéficier du « taux plein » (plus de 5 000 euros) après seulement 22 ans de (double) cotisation.

Mais ce n'est pas tout. L'élu sexagénaire a en effet le droit de toucher sa retraite tout en travaillant à temps plein. On l'a vu récemment avec les ministres les plus âgés du gouvernement Fillon qui cumulaient, jusqu'à ce que le scandale les pousse à y renoncer, leur salaire ministériel (14 000 euros) et leur retraite de député.

Exemple de la petite pension de Jacques Chirac
Avant eux, le président Mitterrand comme le président Chirac cumulaient allègrement leur indemnité de chef d'Etat avec leurs différentes retraites d'élu. Car non seulement l'ancien parlementaire peut cumuler salaire et retraite, mais il peut aussi cumuler les retraites.

La loi considère que les différentes fonctions électives constituent des activités différentes. Et donnent donc droit à des retraites différentes.

Reprenons donc l'exemple de Jacques Chirac, ancien parlementaire certes, mais aussi ancien conseiller général de Corrèze. Et ancien maire de Paris. Et, bien évidemment, ancien président de la République…

Une petite pension de 15 000 euros TTC à laquelle il faut ajouter sa retraite de haut fonctionnaire (il ne l'a pas été longtemps mais la loi, jusqu'à très récemment, l'autorisait à cotiser même s'il n'exerçait pas son activité) et son salaire de membre du Conseil constitutionnel.

Ajoutons, c'est un détail, que ses retraites d'élu local sont exonérées d'impôt et de CSG.

Des privilèges que, visiblement, l'exécutif paraît peu pressé de faire disparaître. Et que les parlementaires ne semblent pas trouver injustes. La pénibilité de la charge et la précarité de l'emploi sont, sans rire, mis en avant par bien des élus

10.Posté par choix de société... le 13/10/2010 08:47
au delà du problème des retraites, c'est notre modèle de société qui est à revoir. Le productivisme proné par le gouvernement de Fillon ne nous convient pas... ne profitons pas de cette réforme de retraite pour encore plus nous éloigner les uns des autres. Le combat est ailleurs, il est beaucoup plus grand!

11.Posté par vive la France en faillite ! le 13/10/2010 09:39
ce pays est mené à sa perte par une mafia syndicalo-fonctionnaire , principalement l'éducation nationale , les transports et les ports , qui , par leur capacité à bloquer le pays interdisent tout changement et continueront à se gaver leurs avantages jusqu'à ce que la France soit en faillite !
C' est la meilleure chose qui puisse arriver au fond ! un peu comme dans l'Angleterre de Thatcher , qui après avoir fait faillite est repartie de l'avant en mettant un grand coup de balai dans tous ces bastions de profiteurs irresponsables et égoïstes.
Vive la France en faillite !

12.Posté par le taz le 13/10/2010 14:13
encore et encore un politisation des BOBO gauchos pour faire croire que la réforme des retraites est impopulaire; encore une fois, autour de moi, pas grand monde ne remet en question le problème que pose la démographie, les 30 milliards de dettes des caisses de retraites et l'incontestable augmentation des retraites à financer (rapport du cor).
Hier soir, la clown du poitou exorte les étudiants à aller manifester. et ces jeunes écervelés vont comme les moutons de panurge allez crier contre le gvt. déjà que grace à ces bobos nantis qui ont massacré la compétitivité de la france (les 35 heures de aubry, par exemple, voté comment déjà ? par ordonnances ?), ces gamins n'auront même pas de travail et pas d'avenir, mais alors sont-ils assez débiles pour aller manifester contre une réforme qui ne les concerne pas car sans travail, quelle retraite vont-ils toucher ?
le vrai problème n'est pas abordé : le chômage et l'emploi - et pour cause, la gauche n'a strictement aucune solution crédible à proposer et la droite peine à augmenter le croissance, très souvent à cause mesures inefficaces, sans compter l'attitude rétrograde des bobos-gauchos qui au lieu de s'interroger sur la faillite des systèmes socialistes devraient réfléchir à comment donner du travail à sa jeunesse sans avenir aujourd'hui.
3 constats :
un - ce pays de 70 millions d'habitants doit avant même les retraites se poser la question du chômage et faire en sorte de filer du boulot à sa population;
deux - nos politiques, tant de gauche que de droite, n'ont aucune vision de comment gérer la population qui aura besoin de salaires pour survivre; alors les retraites, la sécu, la sécurité, etc, c'est secondaire et les caisses seront toujours en déficit.
trois - le monde syndical en france est pathétique et consternant. j'espère que quand tout le monde sera au chômage et que les retraités, beaucoup plus nombreux, auront des pensions ridicules s'ils en ont, la population interrogera ces syndicats minables sur le pourquoi du désastre en cours et à venir.

13.Posté par Cambronne le 13/10/2010 14:29
11.Posté par vive la France en faillite ! le 13/10/2010 09:39

Génial festoyons gaiement dans l'ambiance et la bonne humeur autour les BBQ merguez chipolata chips , j'adore cette frénésie hystérique l'on serait presque revenu au bon vieux temps de la révolution des bolchéviks
pendant ce temps les grosses fortunes se font la malle vers d'autres pays plus propice à leurs affaires

Pour les boyer et autres crétins qui s'imaginent que les entreprises du CAC 40 ne vont pas continuer à délocaliser , comme dit l'adage l'espoir fait vivre les crétins

14.Posté par à Cambronne le 13/10/2010 15:31
Mon cher , l'heure de la grande rigolade approche , quand ce pays va s'écraser au sol tel un fruit pourri , tous les planqués professionnels , les révolutionnaires sur-rémunérés , les " mauvais-en-tout " inconscients et irresponsables type boyer ( probablement payé à ne rien foutre dans un obscur bureau , vu son niveau ) , se retrouveront à la rue , incapables de réagir car ayant passé la totalité de leur existence à ne rien faire et donc , dépourvus de cerveau , ils ne survivront pas au cataclysme !
Tels les dinosaures , ils termineront aux oubliettes , un spectacle à ne rater sous aucun pretexte !

15.Posté par JUBILATION le 13/10/2010 15:35
Comme le dit JOFRIN dans LIBé du 13 10 2010:
Sarko et le gouvernement; "Il serait bien avisé, néanmoins, de réfléchir aux concessions nouvelles qu’il lui faudra bien consentir pour apaiser cette colère attisée par une politique dure aux faibles et douce aux nantis.é

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales