Faits-divers

"Non au racisme, respekt a nou" attend toujours la révocation du professeur raciste Serge Copy

Jeudi dernier, au cours d'une conférence de presse à Paris, et au nom du collectif "Non au racisme, respekt a nou", la sénatrice Gélita Hoarau a fait le point sur les mesures judiciaires et disciplinaires qui ont été portées à l’encontre de Serge Copy. Si la plainte du collectif, pour injures racistes, a été classée sans suite, ses membres attendent tout de même la révocation du professeur.


"Non au racisme, respekt a nou" attend toujours la révocation du professeur raciste Serge Copy

L’affaire avait défrayé la chronique. En juin dernier, Serge Copy, professeur de Fançais exerçant à la Réunion, fait l’objet d’une procédure judiciaire pour agressions sexuelles sur deux mineures. Verdict, cinq mois de prison avec sursis, une obligation de soins et 1.000 euros d’amende. L’histoire aurait pu en rester là si, en guise de défense, monsieur Copy, en état d’ébriété, n’avait pas déclaré aux gendarmes, pendant sa garde à vue, propos confirmés mais non répétés à l'audience : "Je suis blanc et, de toute façon, ici, c’est tous des nègres et toutes des putes, c’est comme cela qu’il faut faire".


Scandalisé par ces propos, le collectif "Non au racisme, respekt a nou" se forme et porte plainte pour injures racistes. Entre-temps Patrick Karam, délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’Outre-mer, interpelle Luc Chatel, Ministre de l’Education Nationale. Ce dernier enclenche une procédure disciplinaire à l’encontre de l’enseignant en assurant au collectif qu’elle "pourra certainement aboutir à la révocation".



La Commission Administrative Paritaire Académique (CAPA) est alors saisie, comme le droit l’exige. Mais son avis va décevoir bon nombre de Réunionnais. Le conseil de discipline de la CAPA, estimant que les propos et injures racistes relèvent de la même infraction que les agressions sexuelles, décide de ne pas se prononcer en faveur de la révocation.


Brice Hortefeux, condamné le 4 juin dernier pour propos racistes non publics
Brice Hortefeux, condamné le 4 juin dernier pour propos racistes non publics

Une application différente du droit à la Réunion et à Paris?

De son côté, le Procureur classe sans suite la plainte du collectif au motif que "le caractère public de l’infraction d’injure raciste n’est pas constitué et que, d’après monsieur Copy, ces propos sont inhabituels". Pourtant, l’article R 624-3 du Code pénal, sur lequel se base le collectif, réprime précisément l’injure "non publique". Et c’est sur ce même fondement qu’avait été puni d’une amende de 450 euros,le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux, le 4 juin dernier.


"Pourquoi le droit ne s’applique pas de façon identique dans deux Départements français?" s’interrogent alors les membres du collectif. Regrettant cette décision qu’ils jugent "incompréhensible", ils cherchent désormais un nouveau moyen de retourner au pénal. En attendant, "le plus urgent c’est que Luc Chatel entende l’appel de tous les Réunionnais".



Rappelant que l’avis de la CAPA est uniquement consultatif, ils souhaiteraient au moins la révocation de Serge Copy. Il appartient en effet, au ministre de l’Education nationale, de prendre en dernier ressort cette sanction disciplinaire.

Samedi 16 Octobre 2010 - 17:57
Bérengère Lefèvre
Lu 2109 fois




1.Posté par sandrine le 16/10/2010 18:50
En ce moment en France, l'héritier guerlain , après avoir dit que "les nègres n'étaient pas autant travailleur", se retrouve contraint de s'excuser face aux levers de boucliers des médias et des associations de défense de l'egalité entre les origines. Des procès pour propos racistes se préparent contre lui.
A la réunion, un fonctionnaire censé être un modèle républicain pour les jeunes, peut dire "içi c'est tous des nègres et des putes et c'est comme qu'il faut faire" (les violenter sexuellement)...et rien...les profs le défendent, la justice regarde ailleurs et botte en touche...
A ce demander si ce sont pas ceux qui tentent de faire condamner ces propos qui sont pas livrés à la vindicte populiste et médiatique.

La réunion n'est plus une colonie?

2.Posté par bérengère est fachée avec les chiffres.. le 16/10/2010 18:51
après le protocole de Matignon N°1 à 875 Millions , l'amende d'hortefeux à 450 Euros !
c'était 750 Euros pour brice the not nice , Bérengère !
Fachée avec les chiffres ?

3.Posté par le congo chez tintin le 16/10/2010 18:58
Donc il n'a proféré aucune insulte au tribunal finalement, le journaliste aurait menti, les témoins aussi ?

juste des propos d'un boug éméché durant une GAV, une main posée sur un cul dont la proprio est toujours non identifiée..., propos dont l'incohérence semble évidente (tous des nègres ici...ici étant la réunion et en comparant à mayotte lol)



Sachant que: L'antiracisme est le communisme du 21ème siècle (Alain Finkielkraut, philosophe), à la Réunion on est en avance avec déjà des procès staliniens et des cocos journalistes chargés de la propagande....

4.Posté par anonyme le 16/10/2010 19:16
1/ "En juin dernier, Serge Copy, professeur de Fançais exerçant à la Réunion, fait l’objet d’une procédure judiciaire pour agressions sexuelles sur deux mineures".

Question : Est ce réellement les faits?

2/ "La Commission Administrative Paritaire Académique (CAPA) est alors saisie, comme le droit l’exige. Mais son avis va décevoir bon nombre de Réunionnais. Le conseil de discipline de la CAPA, estimant que les propos et injures racistes relèvent de la même infraction que les agressions sexuelles, décide de ne pas se prononcer en faveur de la révocation".

Précisions : Une CAPA n'a pas vocation à satisfaire le grand public. Elle étudie les dossiers qui lui sont soumis et se prononce ensuite en fonction des éléments du dossier et de la réglementation.

3/"De son côté, le Procureur classe sans suite la plainte du collectif au motif que "le caractère public de l’infraction d’injure raciste n’est pas constitué et que, d’après monsieur Copy, ces propos sont inhabituels".

Précisions : le caractère de l'infraction n'est donc pas constitué. Nous sommes dans un système de droit. Que dire de la CAPA si celle ci s'était prononcée pour la révocation? Au vu de la décision prise par le procureur, chacun a joué son rôle correctement.

4/ "En attendant, "le plus urgent c’est que Luc Chatel entende l’appel de tous les Réunionnais".

Commentaires : Karam a déjà fait une grosse erreur en tirant plus vite que son ombre. Châtel en fera t il autant au vu des éléments du dossier pour une éventuelle révocation?

5/ Mme Gélita Hoarau est une professeure des écoles (enseignante). Elle est aussi sénatrice, donc celle qui contribue aux lois et à son respect. Que dire de cette conférence de presse? Système de droit ou totalitaire la France?

6/Je ne défends pas monsieur copy. Comme tout fonctionnaire, il a droit à un traitement équitable, quelques soient les fautes commises.


5.Posté par Roche écrite le 16/10/2010 19:56
aujourd'ui encore ya une difference dans un jugement France Réunion c'est comme pour tout

quand ya eu les greves surtout aux antilles les insultes sur les blogs contre les DOM j'osais meme plus les lires

et là certain minore ce type raciste qui seme la haine en plus il dis qu'il est blanc et c'est pas rare ça moi aussi je suis blanc et alors

sauf que mwin c'est un kreol i sorte dans les hauts et reunionnais et fier

6.Posté par nicolas de launay de la perriere le 16/10/2010 22:17
ainsi,
un professeur coupable de propos à connotation racistes, de comportements plus qu'équivoques à l'encontre de ses élèves (cf propos rapportés sur zinfos par un collègue de ce triste sire), et ayant une opinion dépassé de ce qu'est la femme dans les départements d'outre mer, n'encourt aucune sanction de la part de la dite CAPA.

A quoi sert donc cette commission ? de quel crime / délit faut il être coupable pour encourir une sanction de cette CAPA ? de qui est elle composée ? quelles sont leurs compétences en matière de "jugement"..? des profs jugeant des profs, on se doute bien alors que cette corporation se protège sur le principe de ne pas faire surbir aux leurs, ce qu'ils ne voudraient pas subir eux mêmes..

triste époque que nous vivons non ? en tout cas, encourageons les parents d'élèves qui auraient à subir cet individu, de retirer leus élèves des bahuts concernés !

7.Posté par noe974 le 16/10/2010 23:54
Prof raciste à la porte
Nos enfants ne doivent pas être dans sa classe
Un métro raciste , c'est un comble et on ose le défendre

A la pôrte , révocation , révacation !!

Remette l'ordonnance Debré en marche !!!!

Raciste , raciste , raciste !!!!!

8.Posté par Mwa la pa di le 17/10/2010 07:07
Il y a sûrement du racisme chez ce monsieur, mais sous l'emprise de l'alcool nous avons plein de personnes à sanctionner pour ce motif et d'autres : menace.... La question : un homme saoul est il encore un homme ayant toutes ses capacités mentale et intellectuelles? Et quel est son degré de responsabilité ? Moi je ne sais pas si l'alcool libère la personnalité ou bien s'il emprisonne l'individu dans ses plus mauvais instincts sans self contrôle ?
Alors d'une façon générale un homme sous l'emprise de l'alcool est il le même qu'à jeun ? Y a t il pathologie ou pas ? Moralité rester sobre est la meilleur solution pour ne pas que nos bas instincts ne dévoilent notre personnalité non corrigée...

9.Posté par anonyme le 17/10/2010 07:15
A poste 6

"ainsi,
un professeur coupable de propos à connotation racistes, de comportements plus qu'équivoques à l'encontre de ses élèves (cf propos rapportés sur zinfos par un collègue de ce triste sire), et ayant une opinion dépassé de ce qu'est la femme dans les départements d'outre mer, n'encourt aucune sanction de la part de la dite CAPA".

Questions : Coupable de propos à connotation racistes? A t il été condamné pour ce délit? Depuis quand une commission doit elle se prononcer sur des propos rapportés par un site internet? La France est un état de droit, à moins que je suis dans l'erreur....

"A quoi sert donc cette commission ? de quel crime / délit faut il être coupable pour encourir une sanction de cette CAPA ? de qui est elle composée ? quelles sont leurs compétences en matière de "jugement"..? des profs jugeant des profs, on se doute bien alors que cette corporation se protège sur le principe de ne pas faire surbir aux leurs, ce qu'ils ne voudraient pas subir eux mêmes.. "

Commentaires : il faudrait que vous vous renseignez un minimum sur la définition de CAPA, sur la composition de ladite capa et sur son rôle. Cela vous permettra de rester objectif et surtout de ne pas faire véhiculer de fausses informations...

"triste époque que nous vivons non ? en tout cas, encourageons les parents d'élèves qui auraient à subir cet individu, de retirer leus élèves des bahuts concernés ! "

Commentaires : condamné par poste 6.... No commentaire.

Je tiens à préciser que je ne défends pas copy.

Dossier est très délicat? Que dire si les différentes instances fassent des bourdes et qu'au final, copy obtienne une retraite dorée?

10.Posté par noe974 le 17/10/2010 08:51
Ce prof , s'il est coupable , sera puni .

Mas attention , nous n'avons pas tous les éléments .

Nous jugeons souvent par émotion , les "on-dit" ...

La justice ne juge pas sous le coup de l'émotion , mais sur des véritables faits : il semble que le dossier est vide ...
Il arrive à tout le monde de dire des conneries et les regrette après sous le coup de la colère qu'on n'arrive pas à évacuer , devant des jeunes collégiennes surexcitées et qui vous empêchent de faire votre cours ... on s'énerve et on dit des "gros mots" : faire classe est très difficile de nos jours , devant des élèves non motivés , qui se moquent de vous ....
Ce prof ne semble pas plus "raciste" que le commun des mortels que nous sommes .

Qu'on lui fout' la paix !!!!

11.Posté par Ordre et Progrès le 17/10/2010 09:22
Incroyable de défendre ce triste individu. En dehors de son racisme débile, il est inacceptable qu'un enseignant circule en public ivre. Quel exemple! Les professions au contact d'enfant se doivent d'être irréprochables. Malheureusement l'éducation nationale c'est comme l'église avec ses criminels pédophiles. On fait corps. Peut-être que ses compères du rectorat ne sont pas nets? En résumé aujourd'hui il faut le leur dire : Y'a plus bon Banania et Tintin barre toi du Congo. Dur pour certains vieux Européens crétinisants dont la génération antérieure exposait les noirs dans les zoos jusqu'à la fin du XIX° et à qui les papes et les philosophes niaient une ame.

12.Posté par le congo chez tintin le 17/10/2010 10:21
Y'a plus bon Banania et Tintin barre toi du Congo.

----------------------------------------------

Tu retardes vraiment, tu dois être PCR !

le débat actuel suite à une immigration massive incontrôlée et la perte d'identité européenne c'est "laisse tintin tranquille chez lui puisque il est si vilain...et retourne produire ton banania au congo tout seul comme un grand !"


13.Posté par Feroz le 17/10/2010 11:24
"anonyme" tient à nous préciser qu'il ne défend pas M. Copy
ben alors c'est drolement bien imité et qu'est ce que ce serait s'il le défendait ?
la CAPA on ne sait toujours pas de qui elle est composée mais elle semble bien avoir prouvé son inCAPAcité sur cette affaire

tout ça pour dire que de tels agissements doivent être sanctionnés et j''approuve ce collectif
cette personne a largement franchi le rubicon et ne devrait plus pouvoir enseigner chez nous
un enseignant digne de travailler ici devrait être d'accord avec ça sinon c'est comme affirmer qu'il est d'accord avec ces propos intolérables.

14.Posté par bbert le 17/10/2010 13:39
quand on aime pas notre couleur de peau on ne vient pas à la rèunion. Nous sommes rèunionnais, fier d'être Français,rèunis de plusieurs cultures et nous sommes pas partial.

15.Posté par nicolas de launay de la perriere le 17/10/2010 14:16
post 9, au lieu de me demander de me renseigner, apporte donc les précisions utiles.. de la complémentarité naît en général, un gain pour tous ceux qui viennent ici lire les articles et commentaires..

ensuite coupable, il faut l'entendre sous l'aspect "copy a tenu dans son pv ou au procès, des propos dégrandant visant une catégorie de femme en fonction de leur origine raciale"..donc je persiste et signe en énonçant "coupable de propos à connotation raciste".

pour préciser maintenant ce qu'est une CAPA, je me réfère (sans que ce soit la panacée) à wikipédia :
------------------------------------------------
Une commission administrative paritaire (CAP) est une instance de représentation et de dialogue de la fonction publique française.

Ce sont les organes de représentation des agents titulaires de la fonction publique. Les commissions administratives paritaires sont chargées d'examiner des situations individuelles, mais elles soumettent aussi parfois des motions à caractère collectif. Les décisions de la CAP n'ont qu'un caractère consultatif auprès de l'autorité employeur.

Pour les agents non titulaires de l'État, il peut exister des commissions consultatives paritaires qui remplissent le même rôle que les CAP mais n'ont pas de caractère obligatoire. Leur mise en place se généralise cependant.
---------------------------------------------

je persiste donc et signe, cette instance n'a pour seule vocation que le dialogue, et l'examen des situations individuelles. il serait intéressant de connaître le nombre d'avis émis visant à exclure de la fonction publique, des fonctionnaires localement et pour quel motif.
rappelons également ce qui suit :
http://www.jurisconsulte.net/fr/bibliotheques/actualites/theme-132-contentieux-de-la-suspension/id-331-pas-besoin-de-communication-du-dossier-ni-de-motivation-pour-la-suspension-d-un-fonctionnaire-
----------------------------------------------
La suspension d’un fonctionnaire ne constitue pas une sanction disciplinaire et n’a donc pas à être motivée ni à faire l’objet d'une consultation préalable du dossier de la part de l'agent suspendu.

Dans un arrêt du 3 septembre 2007, le Conseil d’Etat rappelle qu’une mesure de suspension d’un fonctionnaire qui a un caractère conservatoire ne constitue pas une sanction disciplinaire et n’est donc pas au nombre des décisions qui doivent être motivées en vertu de l'article 1er de la loi du 11 juillet 1979. Cette mesure n'est pas davantage au nombre des décisions pour lesquelles le fonctionnaire doit être mis à même de consulter son dossier. Le fonctionnaire suspendu conserve l’intégralité de son traitement indiciaire, l'indemnité de résidence, le supplément familial de traitement et les prestations familiales obligatoires, mais la nouvelle bonification indiciaire et les primes liées à l’exercice effectif des fonctions doivent lui être retirées. La situation du fonctionnaire doit être définitivement réglée dans le délai de quatre mois et dans le cas contraire l'intéressé est rétabli dans ses droits sauf s'il y a poursuites pénales. En cas de poursuites pénales, la suspension peut être maintenue au-delà de quatre mois et dans ce cas le traitement indiciaire et l’indemnité de résidence peuvent être réduits sans toutefois descendre au dessous de 50 %, le supplément familial de traitement et les prestations familiales obligatoires restent entiers et la nouvelle bonification indiciaire et les primes liées à l’exercice effectif des fonctions doivent lui être retirées. Mais attention, un agent public suspendu, qui ne fait pas l’objet in fine d’une sanction disciplinaire ou d’une sanction pénale, peut prétendre au remboursement des retenues effectuées sur sa rémunération - Conseil d'Etat, Assemblée, 29 avril 1994, Colombani, requête n° 105401, publié au Recueil Lebon : « (…) Considérant qu'il appartient à l'autorité compétente, lorsqu'elle estime que l'intérêt du service l'exige, d'écarter provisoirement de son emploi un agent contractuel qui se trouve sous le coup de poursuites pénales ou fait l'objet d'une procédure disciplinaire ; qu'au terme de la période de suspension, cet agent a droit, dès lors qu'aucune sanction pénale ou disciplinaire n'a été prononcée à son encontre, au paiement de sa rémunération pour la période correspondant à la durée de la suspension ; que, M. Colombani ayant bénéficié, comme il a été dit ci-dessus, d'un arrêt de relaxe et n'ayant fait l'objet d'aucune sanction, a droit au versement de la rémunération afférente à son emploi pour la période du 10 février 1983 au 20 mars 1985 ; que, dès lors, le jugement du tribunal administratif de Marseille en date du 4 novembre 1988 doit être annulé en tant qu'il rejette les conclusions de M. Colombani tendant au paiement d'une somme correspondant à sa rémunération pour la durée de sa suspension, avec les intérêts à compter de sa demande ; (…) »
--------------------------------

et pour finir, la législation prévoit que seule le risque pénal peut justifier la suspension...

Si vous êtes suspendu, vous conservez votre traitement, l'indemnité de résidence, le supplément familial et les prestations familiales obligatoires. Votre situation doit être définitivement réglée dans le délai de 4 mois. Si, à l'expiration de ce délai, aucune décision n'a été prise par l'autorité, ayant pouvoir disciplinaire, vous êtes rétabli dans vos fonctions, sauf si vous êtes l'objet de poursuites pénales.
La suspension est une mesure conservatoire et provisoire. Elle ne présente pas par elle-même un caractère disciplinaire et, à ce titre, n'est pas soumise aux garanties disciplinaires.
La suspension ne peut être prononcée qu'en cas de faute grave ou d'infraction pénale.
La suspension ne rompt pas le lien unissant l'agent à l'administration. Le fonctionnaire considéré comme en activité, continue de bénéficier de l'ensemble des droits reconnus par le statut et reste soumis également aux obligations prévues par le statut et notamment à l'obligation de réserve.
La suspension ne peut être rétroactive et prend effet à compter de sa notification.

ainsi donc, un fonctionnaire peut à loisir promouvoir des idées dépassées, racistes et autres..avoir des propos dégradant vis à vis de la gente féminine, le législateur ne prévoit pas qu'il puisse être suspendu pour cela..

belle république que celle dans laquelle nous vivons, non ? faut pas s'étonner alors d'avoir un mec comme sarko au pouvoir dans ces conditions..la France, on l'aime ou on la quitte..c'est pas l'envie qui me démange !

16.Posté par owl412 le 18/10/2010 01:07
Pour répondre a ta question sandrine : La réunion n'est plus une colonie?
Malheureusement oui madame ! La réunion est tjrs une colonie..
In ti kréol expatrié ...

17.Posté par le congo chez tintin le 18/10/2010 19:40
Autre exemple d'affaire bidon mise en épingle par les médias....le mécanisme de propagande antiwaciss gauchiasse est totalement démonté dans cette vidéo.



http://www.dailymotion.com/video/xf8dv2_le-lynchage-mediatique-de-l-ophtalm_news?start=568#from=embed



18.Posté par Roche écrite le 18/10/2010 20:50
la Réunion n'a jamais etais une colonie sauf maintenant et là c'est plus grave

19.Posté par jamais content ces gens là,ils veulent l'argent et le fouet! le 18/10/2010 23:05
Mais voyons,si a un moment donnée on aura appelé un chat,un chat, nous n'en serions pas là je pense. Nous réunionnais et moi, sommes des béni-oui-oui face aux assauts et autre résurgences colonialistes subtils ou pas.C'est bon, la partance pour le beau modèle brésilien est entamer depuis un bon moment (ne sourcillez pas,relisez la phrase a maintes reprises et vous comprendrez).
Un créole portant des propos telles, la pression médiatique en sera multiplié et les créoles peut être bien moins empathique a son encontre....bref.C'est vrai que notre bouche s’actionnent bien plus que nos bras et nos pieds hein!!!En général, On vient à la Réunion(un pays de sauvages pour certains ou dans l'afrique chépakoi), pour travailler de par une certaine solidarité zorey ou autres...., on reste dans sa petite bulle occidentale,on se crées des ghettos bobos ça et là, on n’évite le contact social avec les autochtones (pas envi de parler ce patois dégradant),devant la caméra on tient sa leçon "ce pays est formidable,ce métissages est merveilleux, les gens sont accueillant (ou dirai-je lécheur) ...blabla. allé créoles,baissons -nous encore un peu, on aime ça, l'esprit maso!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales