Société

Nicole Dambreville: "Les mentalités n'ont pas vraiment évolué"

A l'occasion de la journée internationale de la femme célébrée le 8 mars, la rédaction de Zinfos974 vous propose, chaque jour jusqu'à la date anniversaire, le portrait d'une personnalité locale, personnalité du fait de son engagement ou de son parcours.

Le 8 mars, ce n’est pas la journée de la galanterie ! Encore moins la Saint Valentin, ni la fête des mères ou des grands-mères. Surtout pas la Sainte Catherine. Et ce n’est pas la peine d’offrir des fleurs, une robe ou des bricoles aux femmes de votre entourage. La journée internationale de la femme est destinée à valoriser cette autre moitié de l’humanité qui porte le ciel (dixit Mao Tsé Toung) en mettant en avant la parité, l’égalité pour toutes les femmes.

Il était curieux de connaître l’avis de quelques femmes sur leur place dans la société actuelle et les évolutions en matière d’égalité. Quatre femmes actives et qui s’activent sur les réseaux sociaux, ont bien voulu répondre sans ambages aux questions de Zinfos. Des femmes qui permettent à d’autres femmes de pouvoir s’identifier.

Nicole Dambreville, qui êtes-vous?


Nicole Dambreville: "Les mentalités n'ont pas vraiment évolué"
Nicole Dambreville est "notre Marianne James péï". Sa silhouette, qu’elle a voulu modifier, s’est imposée au théâtre Vollard auprès du regretté Arnaud Dormeuil. Nicole poursuit sa route dans le plus beau des mondes : celui de l’artistique, et à Sainte-Rose. Elle chante, elle danse, elle écrit et dernièrement, une jolie petite fille l’a ramenée vite fait sur terre. Elle a repris ses études et suit désormais une formation de psychomotricienne. Sur les réseaux sociaux elle partage les plus beaux moments de sa vie. Et à propos des femmes, qu’a t-elle à dire ?
 
 
Pensez-vous que la Journée de la femme a encore sa raison d’être ?

Sincèrement non! Quand je pense que des femmes se sont battues pour que les femmes aient une vraie place dans la société, aujourd'hui, je me dis que les mentalités n'ont pas vraiment évolué. Oui, nous avons le droit de vote, oui, nous avons le droit de travailler, mais les inégalités homme/femme existent toujours. Notre société évolue ce n'est pas prêt de changer mais elle ne change pas. Une journée de la femme, c’est bien mais il en faudrait une aussi pour les hommes, histoire qu'ils ne croient pas que les 364 autres jours leur sont entièrement consacrés.
 
Que répondrez-vous à une jeune femme qui a comme projet de vie de se marier, de faire des enfants et surtout ne pas travailler ?
 
J'en rêve parfois bizarrement! Quand on a les moyens, il faut le faire! C'est un choix, et c'est respectable. Femme au foyer est le plus beau métier du monde, et malheureusement le moins reconnu. Pas de jour férié, pas de week-end pour les mamans. Je n'irais pas jusqu'à dire que les femmes ne devraient pas travailler, mais je trouve que les enfants avaient plus de repères autrefois, et le taux de délinquance était moins haut. Ce n'est pas la faute des mamans qui travaillent, c'est le système qui veut ça. Aujourd'hui, si dans un couple, une seule personne travaille, on ne joint pas les deux bouts. Les mamans sont obligées de se sacrifier pour y arriver.
 
Est-ce que l’homoparentalité est une nouvelle forme de famille ?
 
C'est quoi une famille? Et la monoparentalité c'est une famille? Il n'y a pas de famille modèle! Tout est une histoire de représentation. Il est clair que dans l'idéal, un enfant doit grandir entouré de sa maman et de son papa. Mais si c'est pour avoir un parent (père ou mère) présent mais pas attentionné, à quoi bon!

Je vais prendre un exemple. Nous avons une famille, M. et Mme X et son enfant. Mme X travaille pour subvenir au besoin de sa famille, M. X également. M. X rentre à la maison, "légèrement" alcoolisé, frappe Mme X, et c'est comme ça tous les jours. De plus, ses seuls rapports avec son enfant ne se font que dans un climat de violence. Il n'échange jamais avec son enfant, c'est à peine s'il le voit. Comment sera son enfant? Épanoui? Pourtant, il a son père et sa mère!
 
Je suis une mère qui élève seule mon enfant, et je me sacrifie pour donner le meilleur à ma fille, j'ai même, du coup, repris mes études. Ce que je lui offre, ce n'est pas une famille? Il m'arrive de le penser, ayant moi même eu la chance de connaître mon père et ma mère. Mais je fais de mon mieux. Est-ce que ça fait de moi une mauvaise mère? Ça m'embêterait!!!
 
Il n'y a pas de modèle type. Tous, nous composons. De plus, il y a tellement d'enfants malheureux sur cette terre que si deux personnes, du même sexe ou de sexe opposé, peuvent apporter du bonheur à un petit ange, nous aurions tort de refuser. Et être homosexuel n'est pas une maladie, n'est pas une tare. Ceux sont des hommes et des femmes! Et eux aussi, ils ont envie d'aimer, de chérir un enfant. Pourquoi leur enlever ce bonheur? Vous croyez que les enfants seront moins bien élevés parce qu'il ont deux parents du même sexe? Je n'en suis pas sûre.
 
Avez-vous dû faire des choix entre enfants et carrière ?
 
Non, mais si je devais faire un choix, ce serait ma fille. Je travaillais à l'époque comme chargée de la culture et de la communication à Sainte-Rose, ce qui me demandait beaucoup de temps et d'investissement. Il aurait été malhonnête de ma part de faire croire à mon employeur que j'aurais été aussi disponible qu'autrefois. De fait, je n'aurais pas eu beaucoup de temps pour ma fille, alors oui, on peut dire que j'ai fait un choix, et j'ai choisi ma poupée!

De même que d'un point de vue artistique, on me voit beaucoup moins sur scène. Mais j'ai pris un autre chemin, je ne dis pas que je n'y reviendrais pas, ça ce serait impossible, mais pour le moment, je chante pour ma fille et je me consacre à ma formation de psychomotricienne.
Vendredi 7 Mars 2014 - 14:41
Gilette Aho
Lu 2876 fois




1.Posté par bob le 07/03/2014 16:39 (depuis mobile)
Nicole Dambreville n''a nullement besoin d''etre comparee a Me James. Elle est de la trempe de ceux qui sont au dela des cliches et j''espere qu''elle aura la consecration et la carriere qu''elle merite de part son immense talent.

2.Posté par Corpus kristi le 07/03/2014 20:19
Oauip bof.....elle n'a pas trop évolué non plus....

3.Posté par A mon avis le 07/03/2014 21:03
Vous dites :
"Femme au foyer est le plus beau métier du monde, et malheureusement le moins reconnu".

Alors pourquoi ne pas envisager : Père au foyer comme plus beau métier du monde ?
Métier encore bien moins reconnu ! Et pourtant ça existe !

4.Posté par dafreville wendy le 07/03/2014 21:21
nicole moi je t admire et je suis tout a fait d accord avec toi trop d enfants malheureux qui ont besoin d amour alors qu ils homo ou pas ces couples reste des familles
et c vrai qu il faudrait aussi dédié une journée aux hommes
moi je dis que tu porte hauts les couleurs de nout ptit pays

5.Posté par môvélang le 08/03/2014 00:20
continue ton chemin ailleurs, tu ne nous manque pas!

6.Posté par météor le 08/03/2014 08:59
Vous croyez que les enfants seront moins bien élevés parce qu'il ont deux parents du même sexe? Je n'en suis pas sûre..


Ce n'est pas une histoire de croyance, mais de statistiques...cf les derniers travaux sur ce sujet qui démontent la propagande de certains lobbies...

http://enfantsjustice.wordpress.com/2012/09/15/lhomoparentalite-discreditee-par-1-etude-scientifique-les-enfants-eleves-par-des-lesbiennes-sont-les-plus-mal-lotis/


Les recherches du professeur Mark Regnerus de l’Université du Texas tordent le cou à ce discours convenu en s’appuyant sur l’examen de 3000 enfants devenus adultes éduqués au sein de 8 structures familiales différentes à partir de 40 critères sociaux et émotionnels[3]. Les résultats les plus positifs concernent les adultes provenant de familles « traditionnelles » qui se disent plus heureux, sont en meilleure santé mentale et physique et consomment moins de drogues que les autres.

A l’inverse, les enfants élevés par des lesbiennes sont les plus mal lotis avec une augmentation statistique inquiétante des dépressions dans leur groupe. Les adultes interrogés disent également avoir été plus souvent victimes d’abus sexuels (23% contre 2% chez les enfants issus de couples hétérosexuels mariés) et souffrent plus de précarité économique (69% dépendent de prestations sociales pour 17% de ceux élevés par leurs père et mère).[4]

7.Posté par A mon avis le 08/03/2014 13:56
@ post 6 météor : Il faut toujours s'informer à plusieurs sources :

Des chiffres manipulés :

Pour autant, l'étude du professeur Regnerus ne porte pas sur 3000 familles issues de l'homoparentalité, ce qui serait le seul outil apte à renseigner sur la question qui nous importe. La question qui était posée était celle-ci : "Est-ce que l'un de vos parents biologiques a eu, entre votre naissance et l'âge de vos 18 ans, une relation amoureuse avec quelqu'un de son propre sexe ?"

Notons déjà qu'il fallait que les enfants aient connaissance de cette information, ce qui n'a rien d'une évidence.

Par ailleurs, sur les 15.000 personnes interrogées de manière aléatoire, 175 ont répondu que c'était le cas pour leur mère, 73 pour leur père. Ce qui ne fait donc au total que 248 personnes, auxquelles on a rajouté un échantillon représentatif comprenant tous ceux qui n'étaient pas concernés par la question pour parvenir au chiffre de 2988 personnes interrogées. Au total, ce ne sont donc pas 3000 familles issues de l'homoparentalité qui ont été sondées, mais moins de 250 dont les enfants savent qu'un de leur parent a déjà eu au moins une fois dans sa vie une relation amoureuse homosexuelle.

"Il est toujours très instructif de d'attarder sur la méthodologie et ici, en y regardant de plus près, deux points cruciaux relativisent fortement les résultats de l'étude : l'échantillonnage est trop peu représentatif (moins de 250 et non 3000) et surtout la question posée porte sur une attitude sexuelle non chronique ("avez-vous déjà eu..."), dont aurait pu avoir connaissance l'enfant (ce qui réduit encore le champ) quand il fallut s'intéresser aux enfants vivant dans une famille homoparentale fixe."

Pour lire l'article complet :
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/751283-mariage-pour-tous-les-mirages-de-l-etude-anti-homoparentalite-de-mark-regnerus.html

8.Posté par Hinageshi San le 12/03/2014 09:42
météor a écrit — citant le fameux papier de Mark Regnerus — :
« cf les derniers travaux sur ce
sujet qui démontent la propagande de
certains lobbies »
.

Il ne croit pas si bien dire…

Il est notoire que Regnerus a été financé par deux officines ultra-conservatrices (la plus généreuse étant le “Witherspoon Institute”) à hauteur d'environ 800 000 $ pour conduire son étude ; une somme conséquente que bien des sociologues ne recevront jamais durant toute leur carrière pour conduire leurs travaux !
Pour info le président du Witherspoon Inst., un certain Luis Tellez, est membre de l'Opus Dei, et aussi l'un des co-fondateurs de NOM (National Organization for Marriage), une organisation fondée en 2007 avec le but officiellement déclaré de s'opposer à l'avancée des droits des homosexuels…
Du reste, l'actuel président de NOM (un certain Brian S. Brown) a fait le déplacement à Paris, au plus fort des manifestations homophobes, pour soutenir la MPT.
On n'a donc que peu d'illusions sur les buts poursuivis par ces généreux mécènes…

Cependant, dans son papier, Regnerus avait pris soin de déclarer que, quoique connus pour leurs positions conservatrices, ses sponsors n'avaient joué aucun rôle dans la conception et la conduite de l'étude, son analyse et la rédaction de l'article :
i[“[…] the funding sources played no
role at all in the design or conduct
of the study, the analyses, the
interpretations of the data, or in
the preparation of this manuscript.”]i

Or — patatras ! — en mars 2013, une journaliste nommée Sofia Resnick contraint par voie judiciaire (via une “Freedom of information act request”) que l'université d'Austin (Texas) qui emploie Regnerus, lui communique les courriels de celui-ci sur la période de deux ans qui précède la parution du papier.
Resnick n'a pas trouvé mieux que rendre publiques les copies d'une partie de ces nombreux courriels sur le site de “The American independent”
Et là, stupeur, on se rend compte que Regnerus a sans cesse été en contact avec ses sponsors religieux & homophobes, demandant par exemple ce que le Witherspoon Inst. attendait de lui ; la plus belle perle étant sans doute ce courriel où Tellez demande à Regnerus d'accélérer son tempo parce qu'il faut que les résultats soient disponibles à temps pour pouvoir peser sur d'importantes décisions à venir de la Cour Suprême

Et puis on passera sur le rôle du sociologue conservateur W. Bradford Wilcox, à l'époque directeur du “program on Marriage, Family & Democracy” au Witherspoon Institute, et qui, outre qu'il a collaboré personnellement à l'étude de Regnerus (un récépissé de paiement en atteste) s'est aussi arrangé pour que l'étude soit publiée dans la revue Social Science Research, au comité éditorial de laquelle siège un certain… Brad Wilcox !

Bref, une tentative de manipulation bien orchestrée par certains lobbies mais… pas suffisamment !

9.Posté par Midio le 10/08/2015 00:40
Quelle mytho... C'est sa mentalité qu'il faut changer avt tout !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales