Social

Négociations au point mort, le Collectif veut durcir le mouvement

Les discussions sur les salaires, le logement et le loyer, et le pouvoir d’achat et les prix n’avancent pas. Le MEDEF dit avoir fait “une ouverture”. “Mais, nous n’avons vu aucune ouverture”, répond le Collectif qui annonce des opérations coup de poing aujourd’hui.


Constat. Le Collectif et le patronat ne sont pas totalement entrés dans les négociations.
“C’est le moment où chacun essaye de jauger les forces de l’autre, c’est le début du poker menteur”, a avoué un participant hier soir, au sortir de la table ronde entre le Cospar, le MEDEF, la CGPME, la FRBTP, la Préfecture, le Conseil régional, le Conseil général et la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion.
Il était aux alentours de 21 heures hier soir quand les grilles de la préfecture ont d’abord laissé passer la voiture du président de la Région Réunion, Paul Vergès, puis celle Nassimah Dindar. La grosse délégation du Collectif a précédé celle du patronat, moins importante.
François Caillé, président du MEDEF a été aussi laconique que le préfet de La Réunion, Pierre-Henry Maccioni. “Nous avons proposé une ouverture, le Collectif l’étudie”. “Quelle ouverture, nous n’avons pas vu d’ouverture”, réplique Yvan Hoarau, secrétaire général de la CGTR.
Par l’intermédiaire d’Yvan Hoarau, le COSPAR a haussé le ton hier soir. “Le patronat n’a sans doute pas entendu les cris et les souffrances des Réunionnais dans la rue, jeudi. Nous allons donc amplifier notre mouvement”. Et cela dès ce matin, plusieurs actions coup de poing sont prévues sur toute La Réunion.
De son côté, Pierre-Henry Maccioni est dans son rôle. “Il revient aux partenaires sociaux de discuter, de proposer et de décider des solutions pour La Réunion. L’Etat a créé les conditions pour faciliter les discussions. Nous devons faire preuve de prudence, de patience, de responsabilité et d’efficacité pour parvenir à un accord”, a indiqué hier soir, le préfet de La Réunion
Le Cospar, réuni à nouveau hier soir au siège de la CFDT, après avoir partagé une barquette, s’est remis au travail jusqu’à tard dans la nuit. La reprise des discussions est prévue ce matin à 10h00.
Voici le programme de la journée :
Aujourd’hui (samedi 7 mars)
10h00 : séance plénière/bailleurs sociaux sur la problématique “loyer” ;
14h30 : remise aux membres du COSPAR de la réponse de l’Etat sur les 62 revendications ;
15h00 : réunion restreinte COSPAR/Grande distribution (6 représentants de part et d’autre, en présence du préfet et du secrétaire général), concernant la problématique “prix” de la grande distribution.
Demain (dimanche 8 mars)
10h00 : réunion plénière COSPAR/grande distribution au sujet de la problématique “prix” dans la grande distribution ;
15h00 : réunion plénière pour examiner les réponses de l’Etat aux 62 revendications.


Samedi 7 Mars 2009 - 08:19
Jismy Ramoudou
Lu 1092 fois




1.Posté par Cambronne le 07/03/2009 09:33
Ben disons que c'est comme un peu les déclarations tonitruantes de certaines personnes en métropole , comme Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière (LO) et tête de liste du parti trotskiste dans le Sud-Est pour les européennes de juin, a déclaré vendredi que "l'économie communiste, c'est l'avenir de la société", prenant en exemple l'ex-URSS.

"Le bilan de l'économie planifiée et collectivisée qui a été expérimentée en Union soviétique est globalement positif", a déclaré Mme Arthaud lors d'une conférence de presse avant un meeting de campagne intitulé "face à la faillite du capitalisme, actualité du communisme".

Pour Mme Arthaud, la crise actuelle est "le résultat du fonctionnement normal du capitalisme" : "notre solution, ce n'est pas de refonder le capitalisme, ce n'est pas de moraliser le capitalisme, mais c'est de détruire le capitalisme". "L'économie communiste, c'est l'avenir de la société", a-t-elle poursuivi. disons qu'il faudrait quelqu'un pour l'exorciser et dire " G.Marchais, sors de son corps."

(voir la source jointe )
On nage dans le grand n'importe quoi accompagné d'une démagogie des plus repoussantes. Disons que c'est un peu le modèle Réunionnais c'est de l'écommunisme voir de l'Echo mm unisme


Comme nous avons l'exemple sur z'infos 974 avec des Boyer ou encore des Sésame ALIEN voir des Vaillant , le pire c'est qu'on ne peut pas un instant y penser à prendre le subterfuge du 2nd degré avec ce genre d'individus - pour complaire les idées subversives à la novlangur...Kamarade

Ce que je trouve regrettable qu'en même car se serait franchement bien, si le facteur Millionnaire de Neuilly Besancenot disait la même chose, peut être que moins de gens auraient des tentations de voter pour lui et qu'on verrait moins sa tronche de looser d'extrême gauche à la TV

Alors, pour pouvoir réaliser l'idéal communiste, je suppose qu'il serait manifestement bon et nécessaire de s'appuyer sur Le manifeste carnet de route du Parti communiste.

Voyons voir ce qu'il nous dit par un bourrage de crane ...

http://www.marxists.org/francais/marx/works/1847/00/kmfe18470000.htm

Dans le I. Bourgeois et prolétaires, on lit notamment :


("Cependant, le caractère distinctif de notre époque, de l'époque de la bourgeoisie, est d'avoir simplifié les antagonismes de classes. La société se divise de plus en deux vastes camps ennemis, en deux grandes classes diamétralement opposées : la bourgeoisie et le prolétariat.")


Cette charmante dame remplaçante d'Arlette devra donc faire beaucoup d'efforts pour nous expliquer avec beaucoup de mansuétude en quoi est-ce encore le cas aujourd'hui. Sans fondement identique, pas de doctrine identique.

C'est marrant mais ici à la Réunion nous avons un laboratoire qui tourne autrement ? Bizarre ?

Quelques mesures de choix dans le II. Prolétaires et communistes :

("Multiplication des manufactures nationales et des instruments de production; défrichement des terrains incultes et amélioration des terres cultivées, d'après un plan d'ensemble.

Travail obligatoire pour tous; organisation d'armées industrielles, particulièrement pour l'agriculture.

Combinaison du travail agricole et du travail industriel; mesures tendant à faire graduellement disparaître la distinction entre la ville et la campagne.

"Education publique et gratuite de tous les enfants. Abolition du travail des enfants dans les fabriques tel qu'il est pratiqué aujourd'hui. Combinaison de l'éducation avec la production matérielle, etc.")


C'est vrai quoi merde à la fin , cette organisation-là qu'est ce que vous croyez elle nous rendra tous plus heureux que nous le sommes déjà ! Alors tous en cœur avec moi Vive le communisme !


Non mon ami Cambronne un peu de sérieux reprend toi franchement la seule chose qui te donne encore de l'espoir c'est que dans un monde aussi connecté aussi ouvert qu'aujourd'hui il serait diamétralement difficile de mettre en place une économie communiste et d'en plus occulter ses résultats.
Il suffit donc que certains pays encore puissants restent dans le camp de la liberté pour montrer au reste du monde comment une économie moderne s'organise.

2.Posté par X Men le 07/03/2009 11:12
Le COSPAR est venu dit-on à la discussion organisée par le préfet avec une importante délégation. Mais qui compose le COSPAR ? Certes on nous parle d'associations, de collectifs, de syndicats, de partis politiques, mais on ne nous dit pas comment ont été retenues les personnes qui siègent pour la négociation et à la discussion avec les représentants institutionnels de la République Française.
Je suis moi même, descendu dans la rue jeudi 5 mars pour dit STOP A LA FLAMBEE INCONTROLEE DES PRIX, A LA VIE CHERE, AU MONOPOLE ECONOMIQUE DE LA CONSOMATION, AUX DEPENSES INCONSIDEREES DES COLLECTIVITES TERRITORIALES, AUX CRIS D'URGENCE DES REUNIONNAIS INCAPABLES DE JOINDRE LES DEUX BOUT, A LA MISERE QUE NOTRE SYSTEME POLITIQUE EN COLUSION AVEC LE POUVOIR ECONOMIQUE FABRIQUE, mais je me refuse de dire que quelques pseudos représentants qui siègent au COSPAR aient une légitimité à dire ce qui est bon pour nous Réunionnais.
Les seuls qui pour moi ont une légitimité sont les acteurs sociaux qui ont été élus démocratiquement par des élections officielles. Les élus politiques, et les partis politiques ne doivent pas être dans ce collectif. Cette crise sociale et notamment compte tenu du stade auquel nous nous trouvons, impose une neutralité exemplaire dans la mise en œuvre de solutions urgentes et efficaces. Que les partis manifestent leur solidarité d'accord, mais ils n’ont pas à être là. Ils ont un espace d'expression à utiliser, c'est l'assemblée parlementaire et le sénat, par le biais des 5 députés et des 3 sénateurs pour cela.
Les autres qui sont-ils?
- M RATENON, dite nous solennellement que quoi vous vivez ?
- M TECHER idem, c'est votre association qui vous paye ? De quoi vit-elle, des cotisations des adhérents chômeurs?
- M LAMBERT, itou vous vivez de quoi?
ARRETONS CES CONFUSIONS DE GENRE.
M le Préfet, Il vous revient de veiller à ce que l'on ne dérive pas. Sinon, moi aussi, je vais me monter une association entre ma femme, 2 amis et mes enfants que j'appellerai Association de Consommateurs Exaspérés" : ACE et je m'inviterai au COSPAR.
Allons un peu de sérieux, il manque plus de « Momon Papa lé la » débarque... Ca viendra peut-être, Paul V, lui passera surement un coup fil bientôt...

3.Posté par marc le 07/03/2009 13:37 (depuis mobile)
eh voilà !
ça part en vrille
merci la CGTR !

4.Posté par POININ-COULIN Alexis le 07/03/2009 16:29
Je m'adresse à l'ensemble des petits commerces Alimentaires de proximité, et au nom du SYRCAP ( le SYRCAP est un syndicat créer il y a un an et demi à peu près et qui à pour vocation de défendre les intérèts des peits commerces alimentaires de proximité et qui compte environs 150 adhérents à ce jour)
dont je fais partie en tant que vice-président de la Région Ouest.
Concernant les négociations sur la baisse des prix sur une liste de produits de 1ère nécéssité émanant de la grande ditribution qui se déroulent en ce moment même à la préfecture.
Il ne faut pas se tromper de cible, nous nous plaçons du côté des consomateurs,c'est la raison pour laquelle, il faut plus que jamais nous mobiliser pour pouvoir obtenir un prix d'achat équivalent des grandes surfaces.
Il n'est pas normal que nous achetons nos produits aux même prix de vente des grandes surfaces, des fois même plus cher.
Donc nous disons qu'il faut que l'état s'engage à revoir la fixation des prix des grossites
et avec tous les difficultées que nous rencontrons en ce moment à propos d'alcool, le tabac et les cartes mobiles qui font la survie de notre entreprise.

5.Posté par chantal le 07/03/2009 18:59
C G T R

Confédération des Gateurs de Travail à la Réunion ( trop politisé )

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales