Faits-divers

Naufrage du Bakoua : Le retour des trois marins rescapés



Lundi dernier, 1er août, en fin de journée, le CROSS Réunion reçoit un appel de détresse du navire de plaisance Bakoua, en transit entre l'Afrique du Sud (Cape Town) et La Réunion. Le skipper du navire sollicite une évacuation, le navire a démâté et le mât a provoqué dans sa chute un début de voie d'eau sur le catamaran. "Le bateau était situé à environ 2.000 km des côtes réunionnaises et 800 km au sud de Madagascar. Par chance, l'équipage disposait d'un téléphone satellite et a pu prévenir les secours. le seul navire dans les environs était l'Osiris qui était à 12 heures de navigation du Bakoua", explique Nicolas Le Bianic, directeur du CROSS Réunion.

Le Bakoua est un catamaran de plaisance français, immatriculé à Lorient, qui compte à son bord 3 membres d'équipage : Emilie Aubrun, Christophe Morvan et Tommy Pronost. Lors des faits, il se trouve en plein coeur de l'océan indien, dans un secteur généralement très peu fréquenté. Les conditions météorologiques sur zone sont particulièrement dégradées. "On ne sait pas pourquoi ils sont passés très au sud de Madagascar", souligne le directeur du Cross, "sans doute à cause des conditions météo". A bord, les trois occupants attendent l'arrivé de l'Osiris "au chaud et au sec" précise Emilie Aubrun, "on était en sécurité et nous n'avons pas paniqué"

L'Osiris arrive à proximité du Bakoua en début de matinée, vers 10 heures du matin, l'intervention pour récupérer les naufragés commence à l'aide de son embarcation de servitude dans des conditions difficiles. "On a voulu attendre que la mer se calme, mais elle ne s'est pas calmée, on a mis le zodiac à l'eau car le voilier était en train de sombrer. L'intervention a duré 11 minutes", explique Michel Leglatin, capitaine de l'Osiris.

Les 3 marins sont rapatriés à bord de l'Osiris. Le Bakoua coulera dans les minutes qui suivent, la voie d'eau s'étant accentuée dans la nuit. Les 3 marins, pris en charge par l'équipage de l'Osiris, sont sains et saufs et sont arrivés à bon port ce soir, sans pour autant réaliser encore l'incroyable histoire qui leur est arrivée et qui aurait pu très mal terminer !
Samedi 6 Août 2011 - 21:34
Lu 4106 fois




1.Posté par Jeff le 07/08/2011 07:15
Mais qu'est-ce qu'ils foutaient à 450 miles au sud de Mada? De Bonne Espérance à la Réunion on passe à 100 miles maxi au sud de Mada dans le pire des cas.

C'est l'assureur qui va être content, il a au moins perdu 200 000€ dans le zaffair.

En tous les cas, les naufragés avaient l'air bien en forme à l'arrivée sutout qu'il y avait le banc et l'arrière banc pour les accueillir, Même le sous-prefet était là, alors.

Note : il paraitrait que le cuisinier de l'Osiris est excellent.

2.Posté par noe le 07/08/2011 09:51
L'assureur ne devrait pas rembourser , par contre le sauvetage des imbéciles doit être payant ...

3.Posté par Caton2 le 07/08/2011 10:39
2. Ne t'énerve pas, Jeff! Il y a certainement une explication. Tu leur demanderas... Et on ne va pas pleurer sur le sort de l' assureur! Tu sais ce qu'on dit: qui est plus voleur qu'un banquier? Un assureur. Le cuisinier de l'Osiris est excellent? Hum... il me vient des envies de naufrage... Tu viens avec moi?

4.Posté par Jeff le 07/08/2011 16:03
Caton, bien sur que je me serais dérouté pour leur porter secours. Ce que je ne comprends pas c'est l'option du skipper, il a tout faux.

La mauvaise saison pour passer Good Hope, puis rester près des quarantièmes à cette époque de l'année (hiver et ses vagues scélérates dans cette zone), au lieu de remonter, certes dans des conditions inconfortables (surtout avec un catamaran), c'est vraiment du n'importe quoi pour un professionnel qui a comme mission de livrer son bateau sans dommage, les options sont évidentes, il n'était pas en compétition.

P.S. : Bien sur que banquiers et assureurs sont à mettre dans le même sac, surtout que maintenant ils se bouffent entre eux.

Bon d'accord pour le naufrage, mais d'abord savoir ou navigue l'Osiris ou le Marion Dufresne, ensuite une bonne météo pour un naufrage confortable, et enfin teléphone sat + AIS + une game boy.

Pour un douarneniste, c'est pas glorieux., il est maintenant voué à planter des artichauds à Plouhinec. - lol -.

5.Posté par Jean Yves le 07/08/2011 16:23
Ils faisaient leur boulot ! convoyer un navire de la métropole à la Réunion pour de riches propriétaires de chez vous ! Ce travail est très courant en Bretagne ! Un ceux ne sont pas des imbéciles mais d'excellents marins qui assurent un travail pour de riches Réunionais ! Ensuite les Bretons n'aiment pas trop qu'on les insultent en permance de cette façon....
En Bretagne, ce genre d'accident est courant, mais visiblement à La Réunion vous n'avez pas la même notion du travail, savoir prendre des risques pour gagner sa vie ! Les bretons ont quelques choses que beaucoup de Français n'ont pas ! Le courage d'affronter l'adversité pour nourrir sa famille ! ces 3 bretons sont jeunes ! et ils ont montré qu'ils connaissaient la mer, qu'ils n'ont pas peur d'elle, et surtout pas des requins comme les réunionais ! Leur force de caractère montre que ceux sont d'excellents marins à qui des Réunionais peu scrupuleux ont demandé de convoyé un bâteau pour leur petit plaisir personnel !

6.Posté par sgeg le 07/08/2011 16:43
jeff post 1 "" Mais qu'est-ce qu'ils foutaient à 450 miles au sud de Mada? ""...un coup d'assure ?...lol !
car c'est clair qu'en cette saison , si au sud et avec un cata...pas bon !

7.Posté par Caton2 le 07/08/2011 17:56
4. Tu en sais plus que nous. C'était un convoyage... Mais vers quelle destination?

8.Posté par Pas Glops ! le 07/08/2011 19:05
on sauve trois marins c'est bien , en libye, nos bidasses laissent couler les bateaux d'émigrants ....!

9.Posté par ils ont des bateaux ronds le 07/08/2011 19:52
Jean yves.....arrêtes de faire des généralités aussi débiles que ça.....tu rabaisses la bretagne....

10.Posté par Jeff le 07/08/2011 20:19
Caton, c'était effectivement un convoyage : Lorient - Port des Galets.

Par contre Jean-Yves, je suis breton et je connais la mer et en plus, depuis Camaret via Cape town et l'Océan Indien entre autre (et avec un voilier).

Skipper pour un douarniste, c'est un travail courant, c'est vrai mais être pro, breizh ou autre, ce n'est pas faire n'importe quoi et l'on ne propose pas un convoyage à un propriètaire, riche ou pas, si l'on n'a pas étudié la route avant et les conditions de nav.

Les pilotcharts donnent de bonnes infos et un convoyage, ce n'est pas du tourisme mais un boulot avec des RESPONSABILITES.

Tu n'es pas content, tant pis, cela valait d'être dit, un point c'est tout.














.

Tu n'es pas content de mon post, va boire un coup de gwenru et réfléchit.

Cela ne veut pas dire que le skipper n'est pas un type courageux, mais pas très responsable, OUI.

11.Posté par Caton2 le 07/08/2011 20:49
Jeff, Il faudrait lui demander pourquoi il a choisi cette route...

12.Posté par Jeff le 07/08/2011 21:42
Bof! Caton, il voulait peut-être faire un peu de tourisme : Lorient - Rio - Capetown - Kerguelen (lol) - Saint-paul (comma Abby sundermann) et la Réunion.

Le coup de Rio pour escale "technique" ouais, pourquoi pas, moi j'aurais plutôt choisi Bahia, j'y ai des copains. Ils ont d'ailleurs fait Réunion - Richard'Bay - Cape town - Ste Hélène - Salvador da Bahia sans problème avec leur Ovni. C'est vrai qu'ils avaient choisi la bonne fenêtre, eux

PS : Il ne faut pas oublier que les sud'af ont une très bonne couverture météo, p'tet que le breton ne causait le british mais juste le "bigoudin"?.

13.Posté par jean yves le 07/08/2011 23:31
Jeff, visiblement ça fait longtemps que vous ne vivez plus en Bretagne ! le mot que vous avez écrit dans une langue (qui pour vous doit être du breton) est tout sauf du Breton ! ce mot ne veut rien dire ! Ensuite, de part mes engagements politiques pour une Bretagne forte autonome (et non indépendante) il ne me viendrait pas à l''idée de la trahir d''aucune manière ! Ah au fait, bigoudin ne s''écrit pas de cette façon non plus ! Quand à des jeunes de cet âge qui ne parleraient pas Anglais serait très surprenant avec en plus pour des skipper de douarnenez la possibilité d''aller dans le plus proche de la Bretagne : L''Angleterre ! pour un breton comme vous, ne pas savoir que le conseil régional de Bretagne finance des échanges linguistques en la Grande Bretagne et la Bretagne : c''est ne pas s''intéresser à ce qu''y se passe !

14.Posté par Jeff le 08/08/2011 07:45
Jean-Yves, linguistques ne s'écrit pas comme cela en vrai français. Vive le chauvinisme. C'est vrai Plouhinec n'est pas en bretagnie mais en bigoudi.

De plus un VRAI breton est à Lorient en ce moment et non le cul assis dérrière son écran un verre de gwenru dans la main droite pour défendre sa bretonerie, sa rime avec c....nerie.

15.Posté par Christophe Morvan le 08/08/2011 13:28
Jeff,je viens de lire tes commentaires .
Tu portes un drole de regard sur la mer et les marins qui y travaillent.
Pour ta gouverne aucun des elements sur les rapports de mer des deux navires n'ont ete edites et c'est surprenant de lire ta synthese sur cet evenement tragique avec si peu voir l absence totale d information en ta possesion .Cela manque cruellement d humilite.
Cependant tu as tout a fait le droit de donner ton petit avis.
Christophe Morvan. (Capitaine du Bakoua)

16.Posté par Jeff le 08/08/2011 14:54
Christophe, c'est toujours tragique de perdre son bâteau et là je compatis.

Je n'ai, bien sur, pas connaissance des rapports de mer, mais ce que je SAIS (par expérience) c'est que tu as choisi la plus mauvaise fenêtre pour passer cette zone, à un mois prêt tu aurais peut-être eu moins de problèmes.

D'autre part tu as distillé à la presse un certain nombre d'éléments qui permettent de se faire une opinion.

J'ai eu l'occasion convoyer pas mal de voiliers, j'ai même failli couler avec l'un d'entre eux, un dériveur de 13m, lors d'une transat, les soudures du puits de dérive ayant laché, j'ai réussi à amener le bateau à bon port, je ne te cache pas que ce fut une "galère", mais le bateau a été réparé et navigue maintenant.

Rassures-toi, j'ai essayé seulement d'informer avec ma connaissance de la mer que je connais bien, cela quelques dizaines d'années que je passe du temps sur la mer (au moins un trentaine de fois raz de sein) et les îles du Ponant n'ont pas de "secrets de balisages" pour moi.

Maintenant à toi de nous éclairer sur votre malheureux naufrage, que cela servent à d'autres, on a tous le droit à l'erreur et je le revendique.

C'est heureux que cela se termine sans disparation, c'est d'ailleurs l'essentiel et bravo d'avoir bien géré cette phase..

En espèrant que vous ayez sauvé votre réserve d'Henaff (Pouldrezic) et de sardines Conétable avant de quitter Bakoua -LOL-.

PS : Sur zinfos on a l'avantage de laisser la libre expression, profites-en.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales