Faits-divers

Naufrage au large de la Réunion: Deux marins indonésiens sortent de l'hôpital

Depuis lundi soir et leur prise en charge par les secours français au large du Port, trois marins indonésiens avaient été dirigés vers l'hôpital de Saint-Paul vu leur état d'épuisement avancé. Ce mardi après-midi, il n'en restait plus qu'un.


Naufrage au large de la Réunion: Deux marins indonésiens sortent de l'hôpital
Il ne reste plus qu'un seul marin indonésien placé en observation à l'hôpital de Saint-Paul ce mardi après-midi à cause d'un état physique encore "très affaibli".

"Deux pêcheurs ont rejoint leurs collègues en début d'après-midi", affirme Alain Djeutang, le directeur du Centre international d'accueil des marins situé en centre ville du Port.

Si, physiquement, tous se remettent peu à peu de cette mésaventure qui aurait pu leur coûter la vie, certains présentaient hier des troubles pas étonnants après une quinzaine de jours passés à dériver. "Ils avaient commencé à boire l'eau de mer", précise-t-il. Une initiative désespérée qui est bien connue pour rendre fou.

Cet après-midi, l'ensemble des rescapés est resté au centre, la barrière de la langue les y contraignant fortement. Des mini-bus devaient toutefois les emmener dans une grande surface pour les y vêtir dignement.

On en sait un peu plus sur l'avarie qui a mené à la perte de leur bateau de pêche, le "Bahari nusantara". "Ce n'est pas la coque du bateau qui a été percée mais une pompe qui servait à réinjecter l'eau vers le moteur", explique Alain Djeutang. C'est la rupture de cette pompe qui a répandu de l'eau dans la salle des moteurs.

Que faisait le navire dans ces eaux internationales ? L'armateur mauricien répond sans s'étendre davantage : "il y pêchait le thon albacore".  

"Je n'ai jamais confiance en un armateur"

Rarement le Centre international d'accueil des marins, pourtant ouvert depuis 30 ans, n'aura vu pareille histoire. "Moi ça fait dix ans, et je n'ai jamais eu à traiter un cas aussi périlleux", se remémore Alain Djeutang.

Passé l'émotion du sauvetage, le centre n'en oublie pas moins la triste réalité des conditions de travail dans lesquelles sont plongés ces marins indonésiens, tout comme de nombreux pêcheurs étrangers. "Je n'ai jamais confiance en un armateur", dit froidement, mais réaliste, le directeur du centre. Les cas d'abandon de navire et donc de son équipage par des armateurs peu scrupuleux ne sont pas ce qui manque. Le Port Réunion en avait fait les frais il y a quelques années.

Même si le centre se contente d'apporter une hospitalité aux marins internationaux, son personnel reste songeur. "Les marins nous parlent de contrats de pêche qui couraient sur 2 ans. Je n'ai jamais entendu parler de contrats sur une si longue période. Au maximum, ça ne dépasse pas 12 mois. Ca voudrait dire qu'ils étaient partis pour ne plus voir leurs familles pendant deux ans", s'interroge Alain Djeutang. Pour l'hébergement, les vêtements et la nourriture au centre, c'est bien l'armateur qui va payer. Mais tant que son directeur n'en verra pas la couleur, il se méfiera.

Si le dernier marin encore hospitalisé est rétabli d'ici demain, le transfert des miraculés à l'île Maurice, d'où ils rejoindraient leur pays d'origine, est déjà programmé. C'est en tout cas l'information avancée ce mardi par un représentant de l'armateur dépêché à la Réunion aujourd'hui.


Naufrage au large de la Réunion: Deux marins indonésiens sortent de l'hôpital
Mardi 20 Novembre 2012 - 17:44
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 984 fois




1.Posté par noe le 20/11/2012 18:13
Les pauvres !
Ils sont venus piller notre océan et Dieu les a punis ....

2.Posté par iliade974 le 20/11/2012 18:47
Tres bel homme ce Monsieur Djeuntang ..... !!!!!

3.Posté par Jeff le 20/11/2012 19:53
Hormis le couplet politicard gaucho (contexte du Port oblige), le Centre des marins fait un excellent travail et les membres sont très bien, mais faut bien qu'ils fassent allégeance aux élus communards.,

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales