Santé

Najat Vallaud-Belkacem interpellée par le Collectif Agir contre l'Endométriose

La présidente de l'association Réunionnaise de soutien aux femmes atteintes d'endométriose, Lindy Ghouali, va envoyer un manifeste pour sensibiliser la ministre des Droits des Femmes, Najat Vallaud-Belkacem, aux difficultés liées à la prise en charge des patientes. Mal diagnostiquée car peu connue, cette maladie condamne certaines femmes à l'infertilité...


Najat Vallaud-Belkacem interpellée par le Collectif  Agir contre l'Endométriose
Le Collectif  Agir contre l'Endométriose, a décidé d'envoyer un courrier à Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, pour "faire sortir de l'ombre" la maladie de l'Endométriose.

Avec ce manifeste, co-écrit avec trois autres associations nationales (EndoFrance, Ensemble contre l'Endométriose et Lilli H), Lindy Ghouali, présidente de l'association "Mon endométriose, ma souffrance"espère lever le voile sur les difficultés de prise en charge et de diagnostic de cette maladie "tabou". En ce moment, une campagne de sensibilisation est organisée en France et le manifeste "pourrait faire changer les choses", assure-t-elle. Le 13 mars dernier déjà, une "Endomarche" avait été organisée avec les différentes associations, à Paris, et "Mon endométriose, ma souffrance" y avait été conviée.

Le collectif attend de ce courrier, un "appui de la part du Ministère des Droits de la Femme", et notamment de la ministre Najat Vallaud-Belkacem, qui devrait dévoiler la suite des actions de sensibilisation dans les prochains jours.

L'endométriose est une maladie qui se caractérise, chez la femme, par la présence de muqueuse utérine, l'endomètre, généralement dans les ovaires, provocant ainsi des règles et des rapports douloureux. Lorsqu'elles se trouvent dans d'autres organes du petit bassin, ces muqueuse occasionnent aussi des problèmes digestifs, urinaires.Très souvent "banalisés", selon Lindy Ghouali, ces symptômes sont pourtant les premiers signes de la maladie, qui, non-diagnostiquée à temps, peut entraîner l'infertilité.

À La Réunion, seulement trois spécialistes de la maladie exercent, et les autres médecins sont "très peu formés ou pas du tout", selon la présidente de l'association réunionnaise. Elle explique qu'entre l'apparition des premiers symptômes et le diagnostic de la maladie, il s'écoule "en moyenne 6 ans" et souvent "pour ces cas sévères, il est trop tard".


La signature du manifeste ce fait ici
Mardi 27 Mai 2014 - 13:38
Lu 1894 fois




1.Posté par noe le 27/05/2014 16:48
ça fait extrêmement mal au ventre et ça ne passe pas malgré les médicaments ...des analyses doivent être faites plus tôt pour diagnostiquer au plus vite cette maladie handicapante pour les femmes !

2.Posté par Lucie Mary le 27/05/2014 21:50
Il faudrait surtout une reconnaissance de cette maladie en Affection Longue Durée, afin que la sécurité sociale prenne en charge à 100 %.
Cette maladie rend notre vie précaire, on ne peut pas ou peu travailler, et si en plus, quand on est en arrêt maladie, on nous enlève 3 jours de carences, c'est pire au niveau financier ! Le gouvernement doit faire bouger les choses, maintenant.

3.Posté par untel le 28/05/2014 09:43
malheureusement pour moi c'était trop tard, diagnostic trop tardif, résultat: endométriose sévère et profonde, stade le plus sévère - j'ai surfé sur le net et d'après les médecins et les chercheurs cette affection serait d'origine génétique

4.Posté par hoarau le 26/03/2015 11:45 (depuis mobile)
Cette maladie je l avais depuis l âge de 25 ans . Mon genycologue me dit que j ai l endométriose et je suis au stade qu il faut m hospitaliser pour opérer hélas j ai déjà 31 ans . Donc ma maladie a etais détecter très tardivement .

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales