Economie

NRL: Le groupe Vinci accusé de s'être débarrassé d'ouvriers réunionnais après l'obtention du marché

Se former aux méthodes de Vinci en métropole pour mieux revenir sur le chantier de la nouvelle route du littoral, voilà la promesse vendue à des ouvriers réunionnais qui se sentent aujourd'hui abusés. Certains d'entre eux témoignent depuis la métropole où ils galèrent, d'autres depuis la Réunion où ils attendent que la promesse d'embauche sur la NRL se concrétise malgré un épisode métropolitain chaotique.


NRL: Le groupe Vinci accusé de s'être débarrassé d'ouvriers réunionnais après l'obtention du marché
Ce devait être un enchaînement idéal : travailler sur le titanesque chantier de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Bordeaux-Tours, deux ans, pour ensuite rentrer au pays. Le scénario présenté ne s'est pas déroulé comme prévu pour une dizaine d'ouvriers réunionnais du BTP.

Début 2013, la Région formalise son souhait d'offrir le plus de chances possibles à des professionnels réunionnais d'être embauchés sur le futur chantier de la NRL. Un partenariat "mobilité" entre la Région, Axion Intérim et Vinci Constructions est passé. Courant mars 2013, les premiers ouvriers gagnent le chantier de la LGV qui doit relier la ville de Bordeaux à Tours, le plus gros chantier européen à l'heure actuelle.

Avec entrain, les ouvriers partent avec la promesse de travailler au moins deux ans en métropole. Cette mobilité a pour but de les aguerrir aux méthodes du géant du BTP Vinci, qui doit ensuite enchaîner sur le tout aussi gigantesque chantier de NRL. Dès leur arrivée en métropole, les responsables de chantier et autres collègues leur font comprendre qu'ils sont indésirables, expriment-ils.

"J'ai commencé à travailler un mardi et j'ai fini le vendredi. Pour seule explication, on m'a dit que je ne faisais pas l'affaire", relate encore amer Bertrand (*), spécialisé sur les engins de type niveleuse. Tentant de défendre leur place, les ouvriers essuient des remarques acides de la part des chefs de chantier de Vinci. "On nous a dit : ici c'est pas la maison des pleurs", se rappelle-t-il. "Trois autres réunionnais qui étaient avec moi peuvent le confirmer", ajoute l'intéressé.

"Mon contrat était prévu pour six mois et potentiellement renouvelable jusqu'à ses deux ans. J'étais parti dans cette optique mais une fois arrivé sur place, le discours a changé. J'en veux à Axion qui n'a rien fait pour arranger les choses. Son responsable m'a dit : on prend ton billet d'avion et je suis revenu à La Réunion". Cet ouvrier était parti de la Réunion un 25 février et est revenu un 3 mars. "Je ne pense pas qu'il y ait eu plus de dix réunionnais qui ont pu tenir très longtemps", explique-t-il car il faut savoir que ces volontaires à la mobilité n'étaient pas tous sur le même lot du chantier Bordeaux-Tours. Aujourd'hui, Bertrand travaille au coup par coup en intérim. "Je ne désespère pas de travailler sur la nouvelle route du littoral", considère-t-il malgré ce mauvais épisode.

Geoffrey était dans le même train du départ en cette fin mars 2013. "On m'a dit de quitter le chantier de la LGV un jeudi pour le vendredi. Même Axion n'était pas au courant", décrit-il. Le comble de son récit tient dans le fait que son éviction de Vinci a été bénéfique à une autre entreprise engagée sur le même chantier. "On nous dit que les Réunionnais ne faisaient pas l'affaire mais j'ai pu trouver tout de suite après un poste sur la même ligne mais dans une société sous-traitante de Vinci, allez comprendre pourquoi ?", ironise-t-il. De son expérience passée là-bas, il retient aussi le racisme ambiant et les petites réflexions dévalorisantes.

"Pour moi, c'était un gros coup de com'"

Autre mauvaise expérience, celle de Sébastien. Le Réunionnais, qui travaille dans le BTP depuis 2005 en métropole, raconte la déconvenue qui est arrivée à ses collègues de La Réunion. Au bout de quelques mois, Vinci a décidé de couper l'indemnité de déplacement qui a pour particularité de doubler le salaire des ouvriers. "Un ouvrier gagne dans les 3.500 euros. Aux 1.800 euros de base, il faut ajouter 1.500 euros pour le déplacement. Moi, même si j'habite en métropole, je vis dans un département très loin du chantier LGV, ce qui fait que je bénéficiais aussi de cette prime. Si vous l'enlevez, ça revient à dire qu'un ouvrier en métropole ne gagne pas plus qu'un ouvrier réunionnais. A quoi bon venir dans ce cas là ? Surtout que je sais que certains avaient tout déménagé, acheté une voiture pour leur transport jusqu'au chantier". Pour lui, cette décision de Vinci avait pour but de décourager volontairement les ouvriers réunionnais qui tentaient tant bien que mal de rester. Deux ouvriers rapportent également avoir entendu deux responsables de Vinci leur avoir déclaré, lors d'échanges tendus, que "maintenant qu'on a le chantier, on en a rien à f…. des Réunionnais". Impossible à vérifier.

Un autre réunionnais conducteur de travaux raconte la galère qu'il a vécue. Une galère qui engage cette fois-ci femme et enfants. "On a dû dormir dans une voiture en attendant de trouver un logement. Mais j'ai pu tirer mon épingle du jeu grâce à mes compétences. Peut-être que deux ou trois n'avaient pas le niveau effectivement mais je mets ma main à couper que Vinci n'a fait ça que pour remporter le marché. C'est simple : le discours de Vinci a complètement changé 15 ou 20 jours après l'obtention du marché. Pour moi, Vinci a voulu se faire un gros coup de com'. Après, il fallait être assez malin pour discuter avec les chefs de chantier. Ils n'ont pas pu faire ce qu'ils ont fait aux autres avec moi car je leur posais trop de questions. J'étais l'emmerdeur de service", en rigole-t-il.

"Déjà depuis la Réunion, j'étais méfiant car ce n'était que des paroles, pas d'écrit, j'avais déjà des doutes". Des doutes qui prendront forme lorsque Vinci a décidé d'arrêter de payer la prime "grand déplacement". "J'étais parti pour 6 mois renouvelable jusqu'à 18 mois mais le directeur des ressources humaines a refusé que je reste. S'il a pu "tirer son épingle du jeu", selon ses propres mots, à force de persévérance, et si "j'ai de très bons souvenirs de mes chefs et de mes collègues, je sais que pour d'autres réunionnais ça s'est mal passé. Le racisme, les autres l'ont vécu oui, mais moi je suis réunionnais blanc. On est en 2014 et ça existe encore malheureusement". Si, selon les ouvriers, la Région n'est pas responsable de leur mésaventure sur place, la responsabilité de la boîte d'intérim est par contre engagée: "M. Nangy, le responsable d'Axion, n'a pas compris qu'il était un pion dans ce partenariat. Il a  bien essayé de faire quelque chose pour nous mais c'était trop tard. Le problème là-dedans c'est Vinci". L'homme est malgré tout sorti de Vinci avec une lettre d'appréciation qu'il compte bien faire valoir dans quelques mois pour le grand chantier réunionnais.

Un autre cas illustre ce malaise sur la ligne LGV. Cédric était parti pour rester de fin mars 2013 au 19 décembre, plus encore la possibilité de prolonger l'intérim au-delà. "Sans explication, on nous a dit à un moment que notre contrat allait se terminer au 15 octobre, c'est à peu près le moment où les marchés publics ont été passés". Cédric raconte qu'il a dû négocier à maintes reprises face à une direction qui souhaitait le remercier à tout bout de champ. Le coup de grâce est arrivé comme pour ses autres collègues par l'annonce de la fin de la prime de déplacement. "Vers septembre, on continuait à nous assurer qu'il ne fallait pas nous inquiéter, qu'on allait être gardé jusqu'au début du chantier de la nouvelle route du littoral. Mais cette garantie allait être proposée sans la prime grand déplacement. Malgré la fin de cette prime, j'ai décidé avec un autre camarade réunionnais de poursuivre car j'avais emmené avec moi ma femme et mes enfants. Dès qu'on leur a dit qu'on souhaitait rester, ils se sont ravisés pour finalement dire qu'ils ne pouvaient pas nous garder. La fin de cette prime nous était imposée pour nous faire partir de nous-mêmes mais ils ne pensaient pas qu'on allait persévérer", explique Cédric.

"S'ils nous avaient dit la vérité, je n'y serais pas allé"

Tous les ouvriers qui ont souhaité témoigner, qu'ils soient encore en galère en métropole ou déjà de retour à La Réunion, sont constants dans leurs remarques sur un fait : Vinci s'est engagé auprès de la Région et Axion dans un seul but: "Pour moi, nous faire venir là-bas était une ruse pour avoir le chantier de la NRL", affirme Pascal. Aujourd'hui, cet ouvrier compte malgré tout sur la boîte d'intérim pour travailler sur la NRL. "Ce qu'il nous manquait ici en métropole c'était un délégué sur place. Le responsable d'Axion n'a rien pu faire depuis La Réunion. Ce que je reproche à Vinci, c'est de nous avoir fait croire qu'on nous garantissait 18 mois de travail. Il fallait nous dire la vérité  comme quoi on vous prend pour deux mois. Ils nous ont pris pour des marmailles l'école. Dès le départ, ils étaient très méfiants vis-à-vis de nous. Déjà en avril 2013, on m'avait annoncé que j'allais passer deux mois de test, pourtant je leur ai dit que j'avais 10 ans d'expérience en conduite de pelle hydraulique et bulldozers. Au final je suis déçu. Je suis allé dans l'idée de partir 18 mois. Et finalement j'ai fait 8 mois et encore il fallait râler pour obtenir des prolongements. Si j'avais su, je n'y serais pas allé car là-bas on nous a clairement fait comprendre que l'on prenait le travail des métros. On devait être trente réunionnais. Seuls six sont restés à ma connaissance et encore pas pour le poste qui était prévu", assure-t-il.

NRL: Le groupe Vinci accusé de s'être débarrassé d'ouvriers réunionnais après l'obtention du marché
La dernière expérience malheureuse est celle de Jean-Luc. "Ça s'est mal passé dès le premier jour. Nous n'avions aucun équipement de protection individuelle (EPI) pour la sécurité. Quand on l'a signalé, les responsables de chantier nous ont tout de suite sorti qu'ici on n'était pas au bureau des pleurnichards et que c'était à notre boîte d'intérim de nous fournir les vêtements", se souvient-il. "Le plus étonnant a été de voir que j'ai été remercié par Vinci pour être finalement repris par une société sous-traitante de Vinci, et sur le poste en pelle de finition. Si je n'avais pas retrouvé ce travail, comment j'aurais fait?" Le contrat de Jean-Luc devait normalement tenir sur 12 mois, voire 18.

Les Réunionnais découvrent au fil du temps que leur mésaventure n'est pas une exception

Selon certains ouvriers, Vinci a entretenu volontairement le flou sur la durée réelle du contrat dès le départ. "Quand nous sommes arrivés sur la LGV, on a pu constater que le gros œuvre était quasiment achevé. Les travaux avaient déjà un an d'avancement. Vinci a menti à la Région et à Axion en disant qu'il garantissait deux ans de boulot", complète un ouvrier écœuré.

"A plusieurs reprises, on a informé Axion intérim des soucis que l'on rencontrait en métropole mais on nous disait de s’accrocher, c’est pour nous tester, qu'on verra notre salaire… . La boîte d’intérim nous faisait croire que notre situation était particulière mais au fur et à mesure que nous avons pu nous rapprocher des autres Réunionnais, on a remarqué que la situation était la même pour tout le monde", explique Chantal, compagne d'un ouvrier volontaire à la mobilité.

"Le contrat entre Vinci et nous a été fait dans les règles de l'art", commence par expliquer Jean-Marie Nangy, responsable d'agence Ouest Axion. Celui-ci reconnaît toutefois avoir été "surpris par les exigences de Vinci". Il assure avoir pourtant sélectionné "la crème de la crème" localement. Mais même certains de ces intérimaires hyper expérimentés n'ont pas fait l'affaire selon lui. Jean-Marie Nangy rappelle à toutes fins utiles que les ouvriers réunionnais ont bénéficié d'un traitement plus qu'enviable sur le plan financier, soit le double d'un salaire admis localement.

S'il y a bien eu un couac en l'absence de vêtements de sécurité pour le premier jour de travail  des ouvriers, il aurait été réglé dans la foulée selon lui. La boîte d'intérim se félicite néanmoins que certains d'entre eux ont pu, bon gré mal gré, poursuivre leur aventure métropolitaine dans d'autres sociétés. Ces problèmes d'adaptation ont été ajustés selon lui par l'évolution de la méthode de sélection de Vinci qui est ensuite venu recruter localement pour la deuxième vague de départ, en juillet 2013. L'année dernière, 35 départs, en deux vagues (mars et juillet) étaient prévus.

Sollicité, Vinci Construction Terrassement explique que le "partenariat avec la Région et la société d'intérim Axion avait pour vocation d¹entretenir les compétences des conducteurs d¹engins avec de hauts niveaux de qualification". Objectif : "travailler sur la construction de la ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux. Il ne s'agissait pas d'une opération de formation à un métier", recadre la direction du groupe de BTP.

Vinci : "Cette opération semble effectivement avoir souffert d'un problème de pré-sélection"

"Sur 26 intérimaires sélectionnés par Axion à La Réunion, huit n'ont pas été gardés car ils n'étaient pas suffisamment qualifiés. Pour cinq autres, les postes ont été doublés ou ils ont suivi une formation pour les perfectionner mais sans amélioration ou résultats. Enfin, deux sont repartis pour raisons familiales ou maladie. 11 sont donc restés au sein des entreprises du Groupement constructeur, ce que les ouvriers appellent sans doute les sous-traitants", déclare pour sa défense la direction de Vinci.

Pour le géant du BTP, "la prime de déplacement n'a pas été retirée", et confirme que "les contrats allaient jusqu'à décembre 2013. Ils étaient calés sur les vacances de La Réunion."

Vinci botte en touche concernant les propos de deux de ses responsables, dont celui des ressources humaines, qui auraient manifesté leur volonté de mettre à l'écart les Réunionnais, une fois la certitude de remporter le marché de la NRL acquise. "Nous laissons aux auteurs la responsabilité de leurs propos. Ce que je peux vous dire c'est que cette opération semble effectivement avoir souffert d'un problème de pré-sélection des personnes recrutées mais que certains ont donné entière satisfaction", tranche tout de même la direction du groupe.

(*) Tous les noms des ouvriers ont été anonymisés, respectant ainsi leur volonté de ne pas hypothéquer leur chance de travailler sur la NRL dans un avenir proche.
Mardi 3 Juin 2014 - 08:07
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 16112 fois




1.Posté par Kriss le 03/06/2014 10:10
Encore des emplois et des investissements sans avenir. Une fois le chantier terminé, on se retrouvera dans le même cas de figure qu'avec la Route des Tamarins pour beaucoup d'entreprises

2.Posté par Ti baba le 03/06/2014 11:04
Formé ne veut pas dire compétent... Arrêtez de faire confiance aux politiques pour trouver du travail cela est un acte personnel ! Il faut des compétences professionnelles mais aussi du savoir être ! Prenez votre bâton de pèlerin et activez vous pour trouver le travail que vous méritez ... Stop aux plaintes perpétuelles au boulot !

3.Posté par ah les promesses ... le 03/06/2014 11:12
"les promesses pyramidales n'engagent que ceux qui les écoutent" ( Toutankhamion)

4.Posté par Mwa la pa di le 03/06/2014 11:18
Qui a trompé qui ? La pré- sélection sûrement qui a mis le niveau un peu bas. D'où la question de la formation professionnelle dans notre département ! Là on se rend compte que le politique n'est plus dans la réalité, mais dans l'esbrouf.

5.Posté par PAUL @ 1 le 03/06/2014 11:31
Pour info d'autres chantiers sont programmés après la NRL!

Investissements sans avenir??? Mais vous êtes aveugle ma parole!! La NRL et la Route des tamarins sont des investissement d'avenir!!! Est-ce que ça vous arrive de sortir de chez vous et d'utiliser les routes? Vous dites n'importe quoi.

6.Posté par constat... le 03/06/2014 12:24
toute facon cette NRL est virtuelle.!!

7.Posté par Nono le 03/06/2014 12:39
@6 Les indemnités d'arrêt de chantier sont bien réelles hélas. Ces gros groupes, contrairement aux politiques peï, sont des gros malins...

8.Posté par rr le 03/06/2014 12:53
Avez vous pensé manger du poisson, ça rend intelligent!

9.Posté par mielle le 03/06/2014 13:10
Eh voilà encore une fois on en remet une couche sur les VINCI et autres…. Mais on va finir par comprendre que ces sociétés sont des sangsues !! Arrêtez de nous prendre pour des vaches à lait et des personnes candides et naives. Nous avons notre dignité !
Dites-moi le département Ressources Humaines existe-t-il dans ces groupes ?

10.Posté par crycry le 03/06/2014 13:12
On se croirait revenu des années en arrière où des pauvres jeunes désœuvrés de la Réunion partaient par le biais du BUMIDOM à l’époque tenter l’aventure en métropole, plein d’espoir et de volonté. Il est vrai qu’il en est ressorti certaine réussite mais comme le montre cet article des drames peuvent se produire, se sont produit et se reproduiront. Ces événements nourrissent les rancœurs car dans tout çà se sont des Réunionnais travailleurs qui sont spoliés.

11.Posté par RUSEE le 03/06/2014 13:19
Ces témoignages éloquents et poignant exprime le mépris des grandes multinationales pour l’humain. Ce qui les intéresse c’est le profit au détriment des petites gens travailleurs et impuissants face à ces mastodontes sans vergogne. Le communisme avait du bon en ce qu’il valorisé l’ouvrier et ne faisait pas la part belle aux sociétés capitaliste et mercantile.

12.Posté par BLUESHARK @ 6 le 03/06/2014 13:43
C'est vous qui vivez dans un monde virtuel!

La NRL n'est plus un projet mais un chantier!!! Vous feriez mieux de vous tenir informé de l'évolution avant d'écrire une telle ânerie!!! Sinon restez dans votre monde virtuel et n'intervenez pas dans le monde réel. Vous faites du sabotage, de pures mensonges! Qui est le père du mensonge?

13.Posté par Choupette le 03/06/2014 14:33
Oui, et ?

Le contrat est-il attaquable ?

Ces personnes ont-elles pensé à se regrouper en collectif pour dénoncer ces embauches bidon ?

En tous cas, bonne chance pour la suite les gars !

14.Posté par kersauson de (P.) le 03/06/2014 14:39
la Nouvelle Route du Littoral, cout 1,5 a 2 milliard d’euros (donc 3 à 4), qui détruiRA une partie de la barrière de corail, qui reposeRA sur des fonds sableux : un vrai « Nouveau Pont de la Rivière St Etienne (cyclone Gamède) »
OR, la Route Littoral actuelle est quasi sécurisée, après pause des filets il ne tombe plus qu’une tonne par an, et derrière les filets ; les basculements ont été réduits par 2. Elle n’a fait QUE (mais c’est trop bien sûr) 50 morts en 50 ans , la Tamarine en est a une moyenne de 4 par an (vitesse oblige (je connais une 4 voies en métropole (Vannes Lorient 40kms) qui fait 10 morts/an malgré des radars fixes et mobiles ))
Cette route est opérationnelle (et a tant couté déjà) : il faut juste la consolider : - en coupant encore le haut des falaises a pic (**) (même si de « grosses huiles » ont des terrains (on expulse bien des pauvres pour la Tamarine ou le Tram))
- en la recouvrant, vers 20 mètres de haut, d’un toit en Super Béton, penché ; les (quelques) roches tomberaient et rouleraient dessus, et tomberaient en mer, ET protègerait des pluies et cyclones (plus de basculement !)
Coût de ce toit : environ 500 million (cimentage etc.. ) qui fera travailler des Réunionnais (ouvriers ET industriels du BTP), sur 4 , 5 ans.
(**) et (*) Couplons cela à un élargissement de 2 mini voies coté mer, par les déblais du haut des falaises (quitte a couper la route Un, 2 mois !! (ce n’est rien)), pour préparer un éventuel TRAM, ou Train (****), et dans un 1er temps des voies Bus propres et Poids Lourds !
Coût total : environ 800 millions : 1,2 milliard d’économies !

Cette route, on peut la désengorger (1/3 minimum) et donc ne plus investir dans une route nouvelle: COMMENT ?

Par la mise en œuvre IMMEDIATE de la route des Goyaviers, des plaines, INDISPENSABLE, qui permettrait aux sudistes du Tampon St Louis St Pierre de rejoindre, sans plus de kilomètres St Denis et surtout les communes à l’Est de St Denis (***) (Ste Marie Ste Clotilde et Ste Suzanne aux activités industrielles et tertiaires fortes), et donc St André.

Par la création d’un passage souterrain au Barachois, INDISPENSABLE, qui permettra à l’Ouest d’éviter l’entrée de St Denis, en accédant aux communes de l’Est de St Denis (***).

Les économies sur cette Route en Mer pourront être utilisées à des projets (faisant travailler les réunionnais), et INDISPENSABLES et OBLIGATOIRES dans le cadre de UE.

Refonte du Réseau Eaux Propres ( des milliers de litres partent dans la nature chaque jour)
Refonte du Réseau Eaux usées (trop tombent encore en mer)
Réseau Electricité (Oui GERRI certes mais ce sera plus long que prévu), pourquoi pas par une centrale nucléaire (en métropole 1 pour environ 1 million d’habitants, donc ici idem), avec possibilité de vendre à Maurice, Madagascar ..
Destruction des ordures et stockages, et Récupération du Méthanole : vous savez qu’une population de 800.000 habitants produit en excréments, de quoi alimenter 280 bus (4 fois plus de bus que les cars jaunes, 15% du futur parc !!)

Voila : des projets simples, nécessaires, qui seront adoptés de suite par les contribuables !
comme de faire des ponts solides (le nouveau de la Riviere St Etienne ainsi, ou encore cette Tamarine qu’il fallait faire depuis longtemps ; et qui n’est pas un projet VERGES ) au-dessus de certains raviers (Ouaki..),
sécuriser ENFIN l’accès a Cilaos, à Salazie, Langevin, cap Laoussé;
ce fameux pont de la rivière des Galets à Cambaie, enfin acté, mais 2 ans d’études.., puis 2 ans de réalisation, pour un projet de 250 mètres, sans expropriation, en pleine ligne droite et plate !! et….toujours RIEN
améliorer les approvisionnements des hauts (ilets entre autres) !

15.Posté par RUSEE le 03/06/2014 14:51
Ce qui me surprend dans ces récits c’est que même en 2014, le racisme, l’arrogance, le dédain sont de mise à l’heure actuelle….

16.Posté par ex Directeur de chantiers retraité le 03/06/2014 15:19
2.Posté par Ti baba

Tout à fait d'accord avec vous !!! "

à Zinfos:

"Deux ouvriers rapportent également avoir entendu deux responsables de Vinci leur avoir déclaré, lors d'échanges tendus, que "maintenant qu'on a le chantier, on en a rien à f…. des Réunionnais". Impossible à vérifier. "

Comment le "pseudo journaliste" auteur de cet article peut-il écrire de tels propos avec des relents racistes, s'il ne peut pas en vérifier la teneur ? Les ouvriers se sont-ils fait endormir par la boite d'intérim qui leur a fait des promesses démagogiques pour aller en métropole ou ont-ils fait du chantage pour rester sur le chantier ?

Que recherche -t-il en écrivant un article à charge contre Vinci sans prendre conscience de ce qu'il écrit ?

Les plaignants ont-ils cherché à voir un délégué syndical de chez Vinci sur le chantier qui emploie des ouvriers qualifiés de toutes nationalités, ou un inspecteur du travail, ou alors sont-ils arrivés en terrain conquis en disant nous on est les plus beaux, les meilleurs et on est payé plus que vous ??

Avec un tel palmarès à leur actif, ils n' ont qu'a se présenter chez le concurrent de Vinci et sa filiale Réunionnaise qui a décroché le marché de la NRL ,ils auront toutes les chances de rester sur le carreau avec une telle publicité !!!

17.Posté par Da Vinci code le 03/06/2014 15:37
P 13 Même si le contrat n'est pas irrévocable , il reste toujours la solution du sabotage ...comment on fait les résistants ?

18.Posté par lafosse le 03/06/2014 16:15
nous sommes en ce moment même à l'afpar de saint-pierre et nous devrons partir cette semaine en stage chez Vinci pas de stage pas de date prévue pour l'instant on à été roulé dans la farine par la région et les autres organismes de gros sous
je constate que les réunionnais seront que des bouches trous

19.Posté par Denis1 le 03/06/2014 16:16
je suis allé voir mon dalon Thierry sur le chantier Vinci tgv Tour-Bordeau, a Noel, il etait le seul réunionnais a etre encore en poste, le salaire avait baissé carrément, ses collèges sont des personnes de tout les horizons, travaillant dure pour pas grand chose, avec de gros risques... Un de ses copain s'est fait écrasé par sa machine... il est mort. Beaucoup vivent dans des caravanes, c'est pas "germinal" mais pas loin.
Il rentre bientôt.
Cette aventure a été dure pour lui et sa famille, j'espère qu'il retrouvera facilement du travail en rentrant.

20.Posté par noe le 03/06/2014 16:32
J'espère que les esprits éclairés ont compris qu'on ne parle pas du "da Vinci code" !!!!

Ce groupe a raison de ne prendre que des gens compétents de son groupe et le tour est joué !

21.Posté par fl le 03/06/2014 16:56
Le groupe Vinci ah ah ah ih hi ih il vous pompe bande de con

22.Posté par La vox populi.com le 03/06/2014 19:21
12.Posté par BLUESHARK

1. Je savais pas que les requins étaient savants. Encore un cas pour la science: quand on disséquera le bulbe implanté de marque "BaveurParrot", on lira sur les pièces mécaniques "Made in Région Reunion"

2. Vous avez dit sabotage? Dans un post précédent j'avais déjà relevé ce terme qui est le leit- motiv de tout les collabos.....

23.Posté par www974 le 03/06/2014 19:36 (depuis mobile)
Ou fé traite à ou comme un chien laba, ici ou di un zoreil un
Mot de traver i di ou lé raciste

24.Posté par degouter le 03/06/2014 19:52 (depuis mobile)
Dans tout ces commentaire il y en a pas 1 ou presque qui plaide pour le reunionais. Apres ces bien creole. Juger sans etre dans la situastion. Cak y critique parcequ aujourd huit lu les pas dans le besoin mi espere que sera valabre pour son marmaille

25.Posté par A mon avis le 03/06/2014 20:23
@ post 16 ex Directeur de chantiers retraité ; vous écrivez :
".... peut-il écrire de tels propos avec des relents racistes"
Où voyez-vous des relents racistes dans cet article ? Est-ce du racisme que de dénoncer les agissements des géants du BTP et de leurs sous-traitants ?

vous écrivez :
" .... Les plaignants ont-ils cherché à voir un délégué syndical de chez Vinci ?"
Mais quel est le pouvoir de ces délégués syndicaux, (quand il y en a dans le BTP) ? Et vous connaissez beaucoup de délégués syndicaux dans les boîtes d'intérim ? Allaient-ils déclencher une grève nationale de solidarité ?

vous écrivez :
"Avec un tel palmarès à leur actif, .....,ils auront toutes les chances de rester sur le carreau avec une telle publicité !!! "
Ils se font abuser, et bien sûr ils devraient se taire ! De peur des représailles !

Quelle mentalité !!!

26.Posté par A mon avis le 03/06/2014 20:28
@ post 13 Choupette : votre naïveté est touchante ! Vous pourriez aussi leur demander de faire une prière !

27.Posté par chikun le 03/06/2014 20:48
Mon LOF réunionnais, s'il existe, i doit garantir a mwin une vie d'assisté classe grand large 'rires)
Vive dimitri payet (rires) vive le foot vive la rénignon (rires)

28.Posté par degouter le 03/06/2014 21:12 (depuis mobile)
Et dans tout ça les gas qui on tout lacher pour partir on rien eu et n auront rien. Et personne ne fait rien mi a part lire l article est critiquer le petit reunionnais Ou son nos defensseur(politicien association)Creole fo ns reiveille a ns.lé grave

29.Posté par R I P O S T E le 04/06/2014 07:18
A R R E T O N S le délire avec ces commentaires stupides commencez par se renseigner , étudier le dossier en phase de réalisation car le chantier démarre de la NRL .

Didier ROBERT est assez grand pour se défendre mais il a pris ses responsabilités en apposant sa signature sur un bout papier qui donnent du travail !

30.Posté par Nono le 04/06/2014 08:11
@12 Région Réunion

"La NRL n'est plus un projet mais un chantier!!!"

Un chantier qui ne sait pas ou trouver 18 millions de tonnes d'agrégats ??? Encore du sabotachhhh !!!

31.Posté par ex Directeur de chantiers retraité le 04/06/2014 09:20
25.Posté par A mon avis

Vos propos dénotent une ignorance totale de la vie des grands chantiers en métropole où les intervenants, de l'ouvrier au directeur de chantier, vivent la même aventure humaine pendant toute la durée des travaux dans le respect des règles de sécurité et des délais soumis aux aléas climatiques.

Par ailleurs, chaque gros chantier est supervisé en permanence par un inspecteur et des contrôleurs du travail ou de la CGSS qui effectuent des contrôles de l'ensemble des intervenants pour veiller aux respect du règlement intérieur ou qui font la chasse aux travailleurs clandestins, avec leurs horaires affichés de réception du personnel si besoin s'en fait sentir, j'ajoute qu'en métropole à la différence de La Réunion,ainsi que la presse régionale dont Zinfos 974 s'était fait l'écho, les syndicats sur les chantiers s'occupent parfaitement sur leurs chantiers du personnel sous-traitant et ne perçoit pas de subsides des employeurs ....

La boite d'intérim qui délègue du personnel doit surtout veiller à détacher du personnel compétent muni de vêtements de travail approprié et d'équipement individuel de sécurité (chaussures-casques-gants-lunettes- imper) et s'assurer dés leur arrivée sur le chantier que tout baigne.....

Laisser du personnel plus ou surtout moins qualifié livré à lui-même s'épancher auprès d'un pseudo journaliste qui n'a pas pris la peine de se déplacer sur le chantier, pour dire n'importe quoi , sans qu'un responsable Réunionnais le plus qualifié soit désigné au départ de La Réunion pour assurer l'interface avec la société cliente dénote un manque de professionnalisme de la part de cette boite d'intérim malgré toute leur publicité tendancieuse dans nos journaux ou sur les panneaux au bord de nos routes !!!

32.Posté par La vox populi.com le 04/06/2014 10:48
La Région réunion expose BlueShark au salon des animaux....mais pas dans l'espace dévolu aux aquariums mais dans le rayon "zoizos perroquets déplimés......"

33.Posté par A mon avis le 04/06/2014 14:01
@ post 31 ex Directeur de chantiers retraité :
Vous décrivez là un monde idéal !
Vous avez raison sur un point, je ne connais pas CE dossier. Pas plus que vous.
Mais je ne mets pas, A PRIORI, en doute la parole des ouvriers, ni les qualités du journaliste qui rapporte leurs propos.
C'est vrai que le journaliste ne rapporte pas l'avis de Vinci et de ses sous-traitants. Mais on peut raisonnablement penser que leurs propos seraient calqués sur les vôtres !

34.Posté par ex Directeur de chantiers retraité le 04/06/2014 17:44
33.Posté par A mon avis

Je décris le monde tel qu'il était encore l'année dernière quand je suis parti en retraite après avoir bourlingué pendant plus de 40 ans sur pas mal de très gros chantiers à La Réunion, en France,en Europe,en Afrique et au Moyen Orient ....

J'en ai connu des pleurnicheurs, grandes gueules non qualifiés, qui s'estimaient mal aimés et pas assez payés qui souvent aimaient jouer avec leur couleur de peau pour tenter de semer la merde et d'arrêter l'activité d'un chantier,.... en général ils s'éliminaient d'eux mêmes et quittaient les lieux très vite, car les vrais pros qui travaillaient durs et percevaient des primes sur l'avancement des travaux n'aimaient les touristes qui leur faisaient perdre de la monnaie ....

La vie sur les grands chantiers est une vie d'hommes et de femmes passionnés qui oublient les couleurs de peau et qui nécessite du caractère quelle que soit la latitude où ils se déroulent, et surtout on s'y fait beaucoup de vrais amis !!!

35.Posté par lafosse le 04/06/2014 20:09
comment ça se fait avec tous ses gens qui ont le bac +++++++
arrive pas à etre à l'honneur pour tes ses mensonges qu'on nous faits ,nous réunionnais on nous expulses petits à petits vers la sorties de l'emploi on à droit qu'au rsa notre savoir faire nos années d'études n'aurons servie à rien . l'esclavage moderne existent toujours et à encore de belle jour devant lui la reunion n'à jamais apartenue aux reunionnais ,on n'est que des putes!!!!!!!!!

36.Posté par Surprenant le 04/06/2014 20:30
Quel est alors l'intérêt d'aller en métropole pour bosser pour Vinci s'ils ne veulent pas faire de formation ?

37.Posté par homme libre le 05/06/2014 09:03
35.Posté par lafosse ou la fesse ?

" l'esclavage moderne existent toujours et à encore de belle jour devant lui la reunion n'à jamais apartenue aux reunionnais ,on n'est que des putes"

C'est quoi un Réunionnais ?

Quelqu'un d'assisté qui répète toute la journée:

" mi sui un descendant d'esclave, mi sui une pute ..."

ou quelqu'un qui regarde le monde tel qu'il est .... qui se bat et qui s'investit dans un projet ou n'hésitant pas à voyager à l'étranger pour découvrir des expériences nouvelles, comme le firent les fondateurs de la Réunion, pour revenir ensuite dans son île pour l'aider à se développer ???

38.Posté par Reuve zot yieux... le 29/09/2014 12:57
La politique des grands groupes de BTP est de gardé l'encadrement et de soustraiter au plus petit pour pouvoir les étrangler du mieux possible... ces entreprises de seconde ligne cherche du personnel..

Vinci fait partie de ceux-là, il n'allait payer des employés au double du prix alors qu'il n'ont eux même presque plus d'ouvrier (comparer au chiffre d'affaire global). De plus prendre des gens venu d'ailleurs pour piquer le travail au gens locaux et mieux payé... tiens ça me rappelle quelque chose ça...

Il n'y a pas racisme, je pense tout simplement, qu'il ont eu le marché et feront comme à leur habitude pour faire encore plus de bénéfices...sans avoir rien à foutre de personne... réunionnais ou pas réunionnais.

Ce qui est dommage, c'est pour ces gens qui se déplacer en faisant confiance à un Grand groupe et une boite d'interim qui n'auront pas eu l'expérience qui souhaitez acquérir pour pouvoir avancé dans leur travail.

Quand a l'utilité de la nouvelle route du littoral... je pense qu'il y a beaucoup de chose plus urgente et plus utilte pour la réunion avant d'investir autant d'argent dans un tel projet.. mais bon nos politiques ont-ils peut être des choses à y gagner.....

39.Posté par frantz le 26/01/2015 17:34
bonjour je m'appel amanville frantz ,j’avais déposer ma candidature dans plusieurs entreprise qui travail future pour la nouvelle route du littoral aucune mon donner un avis favorable ou défavorablement mrs le président de la région qui attend simplement l'argent pour mettre dans sa poche avec ses élus aussi.cette nouvelle route du littoral ne prendra jamais des jeunes de 30 ans qui on leurs permis poids lourds et ce vente de dire qu'il y aura du travail pour la population réunionnaise.ils prenne des jeune réunionnais en scaphandrier pour boucher les yeux d'un ou plusieurs réunionnais qui veulent travaillés et surtout qu'on leurs donne aux moins une chance d’être heureux une fois dans leurs vie.les gens qui liront mon message comprendront que cette est née d'une politique hypocrite envers nous populations réunionnaises.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales