Social

NPAR : "Nous n’avons aucun tissu industriel digne de ce nom"

Le NPAR se prépare activement à la grève générale du 5 mars. Depuis la grève de l’intersyndicale le 29 janvier, ce parti radical de gauche cherche à se faire connaître en se ralliant au "Collectif pour l'amélioration des conditions de vie des Réunionnais" qui compte trente organisations ce jour.
Pour Philippe Azéma, porte parole du NPAR, la Réunion a une mauvaise organisation structurelle. Selon lui, tant que la balance commerciale sera déficitaire, l’île sera victime de profonds écarts économiques et sociaux.


NPAR : "Nous n’avons aucun tissu industriel digne de ce nom"
"200 euros pour tous et baisse de 20% des prix, c’est la base minimale", s’exclame Philippe Azéma, porte parole du NPAR (Nouveau Parti Anticapitaliste Réunionnais).
"Les gens ne vivent plus, mais survivent. On marche sur la tête sur cette île. Comment peut-on prétendre vivre dans un pays développé alors qu’aujourd’hui la population survit et que le gouvernement préfère sauver les entreprises plutôt que les gens?"

Philippe Azéma s’afflige devant les chiffres de la balance commerciale largement déficitaire. "Avec 4 milliards d’importation et 271 millions d’exportations, on est le seul territoire qui fonctionne comme ça dans le monde! Ce déséquilibre est inacceptable. Beaucoup de questions restent en suspend devant une importante main-d’œuvre inemployés sur l’île. Nous n’avons aucun tissu industriel digne de ce nom. Nous avons 150.000 chômeurs et on est même pas foutu de fabriquer une cuillère".
"Les analogies de la Réunion avec les Antilles sont nombreuses : mal développement, chômage et déséquilibre structurel de la société. Cela suscite des mouvements du même ordre. Les déséquilibres structurels en terme économique sont hérités de la période coloniale, mais aussi de notre situation insulaire, problèmes qui n’ont jamais été résolus et qui sont à l’origine des crises sociales permanentes dans lesquelles on vit. Ce n’est pas normal que quelqu’un qui touche le SMIC aujourd’hui ne puisse pas avoir de logement social vu qu’il n’y en a pas. La personne devra donner les trois quarts de son salaire pour le loyer, et si en plus elle a deux enfants, c’est de la survie".
Lors de la mobilisation du "Collectif pour l'amélioration des conditions de vie des Réunionnais" samedi dernier, certaines observations ont sidéré les participants. "On fait venir en ce moment des carottes d’Australie. Est ce que ça veut dire que nos agriculteurs ne sont pas capables de produire des carottes? Ce genre d’agissement est révélateur d’un profond déséquilibre. Après, il ne faut pas s’étonner qu’il y ait 52% de la population qui soit bénéficiaire du CMU et des dizaines de milliers de RMIstes. Cette situation est inacceptable et perdure depuis un quart de siècle".
 
D’ailleurs les pistes en matière de développement ne seraient pas les bonnes. "La politique qui est menée à la Réunion depuis 25 ans, à savoir la destitualisation, les exonérations, les défiscalisations et la zone franche ne favorisent pas le développement économique de la Réunion. Il faut faire radicalement autre chose. Si on veut remettre la Réunion sur les rails du développement et avoir une économie à peu près saine, il faut développer massivement l’emploi industriel, sans quoi l’île va continuer à vivre d’emplois précaires, et continuera aussi à faire semblant d’avoir une économie en expansion, ce qui est totalement faux. Si on veut développer l’économie dans ce pays, il faut injecter de l’emploi de manière massive, et non pas des emplois précaires ou des CUI (Contrat Unique d’Insertion). Alors rendez-vous à la grande mobilisation du 5 mars".
Lundi 16 Février 2009 - 14:11
Karine Maillot
Lu 1162 fois




1.Posté par Mais alors faîtes , Monsieur AZEMA le 16/02/2009 15:49
Cher concitoyen Azema, faisons le donc ce tissu industriel .

2.Posté par Cambronne le 16/02/2009 15:59

1. Posté par Mais alors faîtes , Monsieur AZEMA le 16/02/2009 15:49
Cher concitoyen Azema, faisons le donc ce tissu industriel .


Trop comique les Trotskistes déguisé en chiens rouge

3.Posté par david le 16/02/2009 17:00
C'est sûr qu'après la mise à sac de la Réunion le 5 mars, une industrie apparaîtra comme par magie.

4.Posté par boyer le 16/02/2009 17:01
au fait elles sont ou les telévision thomson chinoise qui devaient etre assemblée à la Reunion?
Paul Verges nous parlait en 2004 des "breches de l'omc"?

5.Posté par Tijeune péî le 16/02/2009 17:12
Et si je comprends bien, ils veulent développer l'économie industrielle,par exemple la fabrication de cuillère ou tout autre chose en metal...
Cool! je suis pour! après on fabriquera directement nos voitures ici, on fera fondre les galets du volcan pour avoir de l'acier, on utilisera le magma pour faire tourner les turbines, et...
Franchement ,une CHOSE me chiffonne M'SIEUR! (cf. Insp.Colombo)
Quoi qu'on puisse développer ici,il faudra toujours importer la matière première, et il y aura toujours une entreprise pour avoir le monopole de l'importation.
C'est bien de penser à des solutions pour l'emploi, mais encore faut-il penser tout ce que ça inclut comme problème.

6.Posté par denis le 16/02/2009 17:44
Tres bonne prise de conscience, enfin...maintenant, comme dit Cambronne, il faut agir...C'est aussi dur que de prendre conscience...

"Avec 4 milliards d’importation et 271 millions d’exportations,"
Voila cette fameuse balance commerciale, encore plus desequilibrée que ce que je disais....

"on est même pas foutu de fabriquer une cuillère"
Il n'y a que du primaire (agriculture) et des services (tertiaire)...Et dans le tertiaire (voitures, yaourts), ils montent les prix sans "valeur industrielle ajoutée".

"La personne devra donner les trois quarts de son salaire pour le loyer, et si en plus elle a deux enfants, c’est de la survie".
La moindre petite case ou studio est a 500 euros de location, en metropole, tu as des studios a 250 euros...

"Est ce que ça veut dire que nos agriculteurs ne sont pas capables de produire des carottes? "
Et quand on produit local, ca coute plus cher que les importations, comme les bananes martiniquaises qui coutent 1,90 euros le kilo (a la Martinique) alors que celles immportées coutent 1, 20 ( a la Martinique) .

"développer massivement l’emploi industriel,"
OK, mais qui va s'y coller ? Y a t-il des formations?

7.Posté par cimendef le 16/02/2009 18:26
Monsieur AZEMA comme beaucoup de doux rêveurs pensent que le tissu industriel tombe du ciel : que le tissu industriel soit et le tissu industriel fut dit le prophète AZEMA !!! et bien non cela ne marche pas comme cela.
Selon les mots de Monsieur l'économiste il faut je cite "développer massivement l’emploi industriel, injecter de l’emploi de manière massive" . Je ne vois aucune piste dégagée par le sieur AZEMA, c'est une accumulation d'évidences sur ce qui devrait être mais rien sur les modalités pour y parvenir.

8.Posté par franck le 16/02/2009 18:50
il faudrait déjà que les élus le veuillent ce tissu industriel.
ils ne comprennent déjà presque rien à l'économie

en outre, recevoir des leçons du NPAR, c'est trop drôle, bien que dans le cas présent, il ait effectivement plutôt raison.

les "faut que" et "ya qu'à", on a déjà connu avant.
tout cela relève du voeu pieux évidemment.
en outre, c'est vrai que si tout dégénère, les investisseurs locaux se feront rares.

9.Posté par Pierre Dupuy Junior le 16/02/2009 19:26
5. Sans compter qu'historiquement, toutes les economies qui ont tente de tout produire par elles memes se sont royalement plantees face aux economies specialisees. Je me souviens encore de l'exemple de ces ordinateurs d'amerique latine qui devaient, un jour prochain, remplacer les PC... Il y a deja quelques decennies (meme pas sur que j'etais deja ne, d'ailleurs) .

Non, ce qu'il faut c'est developper le tissu industriel mais en faisant de la montee en gamme progressive en meme temps qu'on acquiere les savoirs faire et en s'appuyant sur le tissu industriel ancien pour construire le nouveau. C'est ce que font les chinois, les indiens, les sud africains, les mauriciens...

10.Posté par l'Abruti le 16/02/2009 19:46
Mr Azéma lé vré ke na pwin lontan ke ou koné le problinm réniyoné. Mi voulé dire aou que vous survolez les problèmes, mais sans oser remettre en cause le système instauré par les Vergès Lepervanche et Césaire - un système qui ne date pas d'un quart de siècle, mais de plus d'un demi siècle. Le régime de la départementalisation coloniale a bien été instauré de puis 1946, et cela en violation des recommandations de la Société des Nations - signé par la France. L'instauration de ce régime, n'oublions pas a démarré par un crime - celui d'A. de Villeneuve, ce rime commis par le criminel connu et exonéré par le pouvoir colonial a peut être changé le destin de milliers de réunionnais pour amené dans cette situation, ou notre pays ne produit rien. Mi précise qu'avant la départementalisation, la balance commerciale de la Réunion était excédentaire. Il existait de petite insdustrie. L'Etat colonial français avec ses valets ont tout fait pour ruiner notre pays. Pour que notre pays retrouve son énergie, sa liberté de création et la dignité pour son peuple, ne faudrait -il pas mettre fin à ce régime de départementalisation coloniale, pour qu'enfin notre pays s'inscrit dans le concert des nations libre. Une vrai décolonisation qui veut dire rupture avec la métropole qui a amené tant de misère et d'humiliation dans les colonies de Martinique, Guadeloupe, Guyane et Réunion bien entendu. Ne jouer pas la cinquième roue du carrosse des Vergès et de socialistes qui ne pensent qu'à canaliser le mouvement pour mieux l'étouffer.

11.Posté par metolo le 16/02/2009 19:57
^_^ il a raison mais il dit rien de nouveau:
Statistiques et études industrielles Réunion

c'est compliqué de faire baisser les couts d'approvisionnement de certaines matières....
:) moi je suis pour une grande industrie de recyclage de déchets usuels inertes (papier, plastique, verre, aluminium...) comme au brésil, à la réunion ; mais même si une fois de plus il faudrait trouver des investissements, je suis sûr que l'Etat aurait à coeur d'aider un projet à vocation écologique.
ex: chaque tonne de plastique recyclé permet d'économiser 700 kg de pétrole brut
-le recyclage de 1 kg d'aluminium peut économiser environ 8 kg de bauxite, 4 kg de produits chimiques et 14 kWh d'électricité (le bauxite c'est un truc qu'on importe de guinée ^^)
- l'aluminium est recyclable à 100% ; 1 kg d'aluminium donne 1 kg d'aluminium (après avoir été fondu).
- chaque tonne de carton recyclé fait économiser 2,5 tonnes de bois ;
etc...


enfin bref, va bien falloir trouver des truc nouveaux, quelque chose qui puissent lutter contre la précarité >_<

12.Posté par Tijeune péî le 16/02/2009 20:01
14 Juillet 2020 REUNION
Journal de bord : Nous avons obtenu l'indépendance il y a déjà 8 ans!

Politique : Nous sommes toujours sous la royauté de la famille V et sous le joug de la noblesse des CHAT TÔT VIEUX, soumis à la guéguerre entre le pouvoir en place et les multiples prétendants au trône (pour ne pas citer panette, ananas, manpapoulé, etc...)

Economie : La noblesse et les "chevaliers" vivent fastueusement de leur cultures et de leurs terres. Le peuple gagne en moyenne 1 Gès (monnaie nationale de bourbon) par journée de travail.
Culture , usine à recyclage, centrale électrique à motricité humaine (de bon travailleurs acharnés qui pédalent pour leur patrie), Marché au noir "toléré"...

Social : La population est bien traité, on lui laisse toujours le choix de son avenir. Pour exemple, lors d'un licenciement l'employeur lui demande si il veut partir ou si on le fout à la porte.
Il n' y a aucun bidonville, que des maisons F5 (Norme Réunionnaise: Une maison, 5 familles)

Fin des notes de ce jour.
Note: cours du Gès actuel : 1 Gès = 0.75 USD

13.Posté par Tijeune péî le 16/02/2009 20:34
post 10. je ne vais pas citer ton pseudo ,bien trop.. bref!
Juste une question : est ce que le pouvoir d'achat, et le train de vie 'd'avant la départementalisation' des 90 % de la population réunionnaise supplantait celui d'aujourd'hui?
Les 10 % restant comprenant les tenanciers de boutiques, de magasin de vetements, de transports et grand propriétaire terrien.

14.Posté par denis le 16/02/2009 20:33
L'abruti : "L'Etat colonial français avec ses valets ont tout fait pour ruiner notre pays."...Tu n'as plus qu'a faire comme Domota....

Ca donnera ce que dit TIJEUNE, post 12...

15.Posté par denis le 16/02/2009 20:34
Je crois qu'on construit des carrosseries de bus, au Port.

16.Posté par El bourracho le 16/02/2009 22:00
Allez chiche, pour qu'il n'y ai plus de patrons, plus d'industries et plus de jalousie pour les gauchos, soyons TOUS fonctionnaires. Voilà une idée qu'elle est bonne, comme ça, plus rien, on ira manger chez le curé, pardon, le monseigneur qui a une très belle baraque.

17.Posté par ROUGEDIT le 17/02/2009 10:47
Pauvre éducation nationale ! Avec des tels huluberlus dans ses effectifs, je comprends pourquoi les syndicalistes mettent leurs enfants dans des écoles privées...Ils connaissent mieux que quiconque la nocivité de tels individus...

18.Posté par Cambronne le 17/02/2009 13:28

17. Posté par ROUGEDIT le 17/02/2009 10:47
Pauvre éducation nationale ! Avec des tels huluberlus dans ses effectifs, je comprends pourquoi les syndicalistes mettent leurs enfants dans des écoles privées...Ils connaissent mieux que quiconque la nocivité de tels individus...


MDR ...

19.Posté par mastercard le 17/02/2009 13:45
Arrêtons de phantasmer sur cette histoire de tissu industriel. La Réunion a eu un tissu industriel-du temps où elle comptait plusieurs dizaines d'usines sucrières. Elle peut espérer en reconstituer un. Mais l'avenir c'est l'immatériel, les services, le savoir, la connaissance. C'est dans ces secteurs qu'il faut investir. Et ne donnons pas l'impression que La Réunion pourra produire tout ce dont elle a besoin: elle ne le pourra jamais. Un exemple: pourquoi produire des carottes si on peut les acheter meilleur marché en Australie ou ailleurs? Faisons, à la place autre chose pour le vendre dehors

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales