Santé

NDM1, la nouvelle bactérie ultra-résistante

Une nouvelle bactérie ultra-résistante prénommée NDM1 ne répondrait presque pas aux antibiotiques. Cette bactérie a été importée par le biais du tourisme médical en Asie.


NDM1, la nouvelle bactérie ultra-résistante







NDM1 résisterait à presque tous les antibiotiques, cette bactérie a été découverte dans les hôpitaux londoniens, c'est ce que révèle une étude publiée dans la revue The Lancet. Elle aurait été ramenée d'Asie avec le tourisme médical.

Le NDM1 (New Delhi métallo-beta-lactamase) est un gène codant pour une enzyme conférant aux bactéries porteuses la capacité à résister à tous les antibiotiques, elle se loge dans le tube digestif des patients au cours d'hospitalisations. Elle a été identifiée une première fois chez un patient suédois en 2009 qui avait été hospitalisé en Inde. Aujourd'hui, 37 patients au Royaume-Uni ont contracté cette bactérie lors de voyage en Inde ou Pakistan pour subir une opération de chirurgie esthétique.

une surveillance médicale mondiale

Pour les auteurs de l'étude "le NDM1 pourrait devenir un problème de santé publique mondial, il confère une résistance à pratiquement tous types d'antibiotiques, même ceux généralement réservés aux traitement des infections les plus sévères et les plus résistantes"

"Il faut mettre en place un mécanisme de surveillance à l'échelle de la planète et de nouveaux antibiotiques originaux ciblant ce genre de bactéries" ajoute l'auteur de l'étude. Cette surveillance devrait être mise en place rapidement. En effet, le tourisme médical, Européens et Américains en Asie, pourrait croitre de 30% dans les cinq prochaines années ce qui pourrait répandre le NDM1 dans le monde.
Samedi 14 Août 2010 - 07:57
Julien Delarue
Lu 7780 fois




1.Posté par ilo le 14/08/2010 08:51
Comment on l'attrape ? Quand on voit ce qui se passe ,en ce moment , en Inde ou au Pakistan, je doute qu'il y ait des volontaires à la chirurgie de tourisme !!!! si c'est le cas mettre en place un système de quarantaine au retour au pays ..... ça calme !!

2.Posté par Basile le 14/08/2010 09:13
Roselyne va acheter 92 millions de tapettes tue-bactéries aux laboratoires...

3.Posté par question ! le 14/08/2010 09:36
Sans remettre en question cette information judicieuse et bien réelle, il faudra que M.Delarue m'explique comment une bactérie peut être elle même un gène… qui infecte (?) d'autres bactéries… Dans certains cas un bon copier collé fait mieux que force ni que rage (Lafontaine) ; )

4.Posté par Billou le 14/08/2010 09:43
Bizarre, il n'y a plus de pandémie H1N1 et paf, autre chose nous ressort, et encore plus terrible. Il y a beaucoup de pognon qui va être injecté dans les labo ?
A fait, avez-vous lu le Lancet pour en savoir un peu plus ?
Tremblez braves gens, après la grippe porcine, après les maisons hantées de Visu, voici la bactérie NDM1.

5.Posté par Brutus le 14/08/2010 10:09
C'est une bactérie inventée par nos dentistes péï qui n'en peuvent plus de voir les gens aller se faire implanter aux Indes pour 10 fois moins cher !

6.Posté par Joseph, le 14/08/2010 11:56
Le retour du péril jaune, (après l'abeille tueuse, noire bien sûr!). On n'a rien retenu de la crise du chikungunya qui devait décimer tous les réunionnais ...

C' est cyclique toutes ces alertes qui montent en mayonnaise des petits faits bien réels en leur donnant une caution "scientifique" . Les labos effectivement tiennent l' OMS on le sait, ainsi que les Ministères de la Santé de nombreux pays dont le nôtre pour diffuser les alertes et organiser les paniques qui vont débloquer les milliards d'Euro dont l'industrie se gave. Leur fonction de protection contre les pandémies, on n'y croit plus, on sait que derrière ces alertes il y a des labos qui animent leurs relais politiques et médiatiques. L'OMS a perdu sa crédibilité. Suite aux abus du H1N1 dont les fonds auraient pu régler le problème de la faim sur terre, aucune sanction n'a été prise contre les pompiers incendiaires. Madame Bachelot n'a jamais été aussi rayonnante d'auosatisfaction !

Peut-être, à force de crier au loup, le jour où un virus bien affamé et fulgurant voudra bien muter et décider de nous emporter tous, il n'y aura plus personne pour y croire à temps et le virus aura le champ libre pour éliminer sur terre les prédateurs que globalement nous sommes.

Les animaux et les plantes pourront alors tranquillement prolonger la Vie sur cette planète débarrassée de cette espèce envahissante que nous sommes devenus, avant la fin des temps quaternaires et la reprise d'une nouvelle ère.

Comment reprendre confiance dans ces organismes qui ont démontré leur collusion avec les puissants laboratoires pharmaceutiques ? En poursuivant ceux et celles qui se sont rendus coupables de mensonges au service des labos et en les condamnant afin de les éloigner des responsabilités. mais c'est pas demain la veille. Ils sont si puissants qu'ils se cooptent tous, du chimiste au sommet de la pyramide Onusienne. C'est une mafia bien rôdée, il ne nous reste que notre clairvoyance, notre cynisme et surtout notre lâcheté pour nous permettre de pousser allègement notre caddy comme si de rein n'était.

7.Posté par citoyen le 14/08/2010 12:43
4.Posté par Billou le 14/08/2010 09:43

Le Lancet est illisible (http://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099%2810%2970143-2/abstract), sauf si on parle bien anglais (ce n'est pas mon cas).

Pour répondre à vos interrogations, un site semble-t-il d'experts (http://epidemies.suite101.fr/article.cfm/faut-il-avoir-peur-de-la-bacterie-ndm1-), suite101.fr (selon ce site: "Suite 101 est le magazine de tous les savoirs et de toutes les informations. Il est rédigé par des centaines de passionnés et d'experts indépendants qui vous livrent quotidiennement la meilleure et la plus avisée des informations au travers de 20 rubriques et plus de 400 sous-rubriques.") va tout à fait dans votre sens:

Extrait d'un article de Thierry de Carus:

"Officiellement, l’Organisation Mondiale de la Santé vient de déclarer terminée la pandémie de grippe A. Le virus dit H1N1 a fait 18500 décès depuis juin 2009 à travers le monde. Un chiffre certes considérable mais qui n’est pas à la mesure des prévisions catastrophiques annoncées par les experts. A tel point d’ailleurs qu’une polémique est née en France : pourquoi avoir acheté, pour 200 millions d’euros, 95 millions de vaccins aux laboratoires alors que seuls 8% de la population ont été vaccinés et que le pays n’a eu à déplorer «que» 218 décès ?

Au moment où des sommités médicales évoquent d’éventuels conflits d’intérêt chez les experts de l’OMS dont beaucoup seraient liés à des laboratoires privés, voilà qu’une nouvelle alerte à la bactérie mortelle survient en occident. Faut-il la prendre au sérieux ?
"

3.Posté par question ! le 14/08/2010 09:36 : pour réponde à votre question (aussi la mienne) et en savoir plus, selon le professeur Patrice Nordmann, directeur de l'unité Inserm "résistances émergentes aux antibiotiques" et chef du service microbiologie-bactériologie-virologie de l'hôpital Bicêtre, interrogé par le Point (http://www.lepoint.fr/societe/ndm-1-la-bacterie-multiresistante-que-redoutent-les-scientifiques-13-08-2010-1225009_23.php):

"NDM-1 (New Dehli metallico-beta-lactamase 1) n'est pas une bactérie comme il y a un virus H1N1. Il s'agit en réalité d'un gène de résistance qui s'est diffusé dans plusieurs types de bactéries. Il permet la synthèse d'une enzyme qui inactive la plupart des antibiotiques présents sur le marché, y compris les carbapénèmes, réservés aux infections les plus graves. Ce gène se localise dans des bactéries qui sont déjà résistantes aux antibiotiques. Elles deviennent ainsi multirésitantes et donc extrêmement difficiles à traiter. NDM-1 touche aussi des antérobactéries comme les colibacilles qui sont responsables du plus grand nombre d'infections humaines. Un ou deux antibiotiques peuvent être utilisés mais leur efficacité n'est pas certaine. L'aspect impasse thérapeutique est réel. On n'aura pas de solution avant au moins 5 ans.

De quel type d'infection parle-t-on ?

Cela donne, en ville, des infections urinaires qui affectent plutôt des femmes et, à l'hôpital, des infections nosocomiales chez des patients déjà fragilisés - infections pulmonaires, septicémies, infections sur cathéter, etc. Et, dans ces derniers cas, le risque de mortalité pourrait être élevé.

D'où viennent ces bactéries ?

Le réservoir se situe dans le sous-continent indien : Pakistan, Inde, Bangladesh.....
."

Selon suite101.fr: "La revue britannique The Lancet précise que la bactérie a été isolée chez 37 patients au Royaume-Uni, dont certains avaient fait de la chirurgie esthétique en Inde ou au Pakistan. D'autres cas ont été relevés aux Pays-Bas, au Canada, et aux États-Unis, notamment chez des patients qui étaient allés se faire soigner en Inde."

Tout ceci me paraît logique car on sait depuis au moins une décennie que les bactéries résistent de plus en plus aux antibiotiques. A un moment où l'autre, ça devait coincer, ça commence...... J'ai lu aussi que le nombre de cas officiels ne témoigne pas du nombre réel, la détection de ce gène étant très difficile...

Ceci étant, on peut aussi se poser la question de savoir si cette nouvelle menace ne vient pas au bon moment pour certaines très grosses sociétés pharmaceutiques, pour qui la grippe H1N1 ne rapporte plus.... Le malheur des uns .... etc etc

8.Posté par citoyen le 14/08/2010 12:48
Pour rassurer la population, suite de l'article du Point ( Pf NORDMAN):

"Comment contracte-t-on ces bactéries ?

Elles se trouvent dans l'environnement et leur réservoir naturel chez l'homme est le tube digestif. Leur mode de transmission est dit féco-oral. Elles ne se transmettent pas par l'air mais essentiellement par les mains et le contact avec des objets souillés.

Pourquoi lie-t-on leur transmission au tourisme médical ?

Parce que les chercheurs anglais ont observé que la plupart des cas répertoriés chez eux concernaient des patients qui avaient été hospitalisés en Inde pour subir un acte chirurgical.

Faut-il éviter de se rendre dans les pays du sous-continent indien ?

Non, vous pouvez vous y rendre. En revanche, je déconseille toute hospitalisation dans ces pays. Sur place, il convient de se laver très fréquemment les mains et d'être vigilant à ne pas absorber de boissons douteuses. Toutes les précautions indiquées pour éviter la gastroentérite sont de mise, notamment éviter les salades et les glaces.
"

CONCLUSION: Si on a pas affaire à un bon hôpital qui n'applique pas ou mal les règles élémentaires d'hygiène, et si soit même on ne les applique pas (se laver les mains), on peut être contaminé. Ouf, on pourra survivre une année de plus au moins! :-)

9.Posté par Polémique victor le 14/08/2010 13:00
On arrête pas le progrès.......chaque année voit son lot de nouvelles maladies tendances sortir.......(des laboratoirs??)
C'est le gros BIZNE$$$$$$$$$$$$$$$...Les labos ont bien piégé l'état Français avec les millions de doses de vaccins vendus et un contrat en béton doublé en or massif......et pour cette bactérie? que prévoit on pour cet hiver????

10.Posté par Tcherno-Bill le 14/08/2010 13:25
Cette bactérie viendrait donc.....d'Inde ? OK...Elle serait le fruit d'une mutation génétique de bactéries déja
" résistantes " ? OK ... Les bactéries résistent à force d'être confrontées à des antibiotiques et en se modifiant pour s'y adapter ( les bactéries n'ayant aucune intention de disparaitre de la surface du globe vu qu'elles s'y trouvaient bien avant nous , vu qu'elles sont enréalité notre lointain ancêtres...) .
Ces bactéries se développent en corrélation avec la consommation d'antibiotiques. Elle devraient donc logiquement apparaitre presque exclusivement dans des sociétés où le taux de consommation d'antibiotiques est le plus élevé , ce qui n'est évidement pas le cas de l'Inde ! Donc.....bizarre , non ?

11.Posté par Joseph, le 14/08/2010 13:55
Ce à quoi, apparemment, d'après l'info sur le post 7, il faudrait rajouter le lobby des chirurgiens esthétiques européens sur la liste des organismes susceptibles de lancer des fausses alertes en vue de dissuader les clients de se faire opérer en Inde ?

C'est grave de n'avoir pas fait le ménage à l'OMS suite à l'opération H1N1, les conséquences en sont la perte totale de confiance envers tout ce qui se prétend " de source sûre des experts".

On sait tous que "la science" est devenue une prostituée qui se vend au plus offrant.

12.Posté par j'irai bien faire une chirurgie esthétique en Asie, et vous? le 14/08/2010 14:41
La concurrence en chirurgie esthétique des Pays Asiatiques donne de grises mines à des Pays occidentaux?
On devrait savoir entrer dans la compétitivité et non lutter contre la concurrence en semant la terreur chez la clientèle. Ceci est une pratique déloyale...

13.Posté par Basile le 14/08/2010 15:11
Encore une cochonnerie d'Inde...

14.Posté par citoyen le 14/08/2010 16:15
13.Posté par Basile le 14/08/2010 15:11

Oui, mais qui est le d'Indon de la farce? ...

15.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 14/08/2010 18:06
7.Posté par citoyen: Merci de ces éclaircissements...
13.Posté par Basile: un pseudo qui fait peur, pour un tel sujet, surtout chez les binômes Gallinacés... (lol bien sur)

16.Posté par jps le 14/08/2010 21:01

il est dit que les bactéries NDM-1 a été qui a été principalement trouvés dans E. coli, est une source commune d'infections communautaires des voies urinaires, et K. pneumoniae, et imperméables à tous les antibiotiques sauf deux, la tigécycline et la colistine. la tigécycline de Pfizer est partiellement efficace c'est à dire uniquement dans le cas d'un développement d'une infection urinaire. Par contre la colistine developpée par sanofi est efficace dans toutes les pathologies de cette maladie

17.Posté par ndm1 le 15/08/2010 12:02
c'est étonnant que ce soit toujours les pays pauvres, les premiers touchés par ce genre de problème ...

18.Posté par fred3718 le 21/08/2010 12:40
A Tcherno Bill................
il faut savoir que la vente de médicaments et notamment d'antibiotiques n'est pas aussi réglementée en Inde qu'en France et qu'il y existe un marché juteux parallèle. Donc il n'y a pas d'évaluation et de redressement possible des effets d'une telle auto-consommation. Doit -on analyser l'eau des fleuves indiens pour ce rendre compte qu'à l'instar de notre pays leurs fleuves sont aussi contaminés que les nôtres en aspirine paracétamole et autres antibiotiques.? Peut-on imaginer que l'inde ne soit pas encore pourvue des stations d'épurations nécessaires aux sorties des villes ? C'est peut-être là la différence entre nos deux pays et le développement non parallèle des souches bactériennes.
Aucun commentaire n'est ridicule à ce jour, puisque le peu d'études porte sur des cas isolés jusqu'à maintenant et que la politique se charge de brouiller le message médical.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales