Politique

N. Dindar: "Les Outre-mer, oubliés du projet d’Acte III de la décentralisation"

Nassimah Dindar, présidente du Conseil général de la Réunion et de la Commission Outre-mer de l’ADF, publie une tribune libre titrée: "Les Outre-mer, "oubliés" du projet d’Acte III de la décentralisation, sont pourtant une chance pour La France et l’Europe":


N. Dindar: "Les Outre-mer, oubliés du projet d’Acte III de la décentralisation"
Au moment où nos départements d’Outre-mer célèbrent en ce 19 mars les 67 ans de la loi dite de départementalisation, la question de l’avenir de nos institutions se pose avec une acuité d’autant plus particulière que nos modèles de développement s’essoufflent inexorablement.

Le cri de colère d’une jeunesse asphyxiée par le chômage fait désormais écho au cri de désespoir de parents qui ne parviennent plus à subvenir aux besoins élémentaires de leur famille ou de chefs d’entreprise qui n’ont parfois d’autres solutions que de mettre la clé sous la porte.

La longue marche vers l’égalité sociale a désormais cédé le pas au combat quotidien contre l’insécurité sociale.

Dans un tel contexte, l’approfondissement de la décentralisation comme le renouvellement du cadre européen pour 2014-2020 apparaissent comme des leviers majeurs de changement pour nos territoires ultramarins.

C’est pourquoi il m’a paru essentiel de tirer la sonnette d’alarme face à un avant-projet de loi de décentralisation et de réforme de l’action publique. En effet, ce texte n’intègre pas pleinement la dimension ultramarine et formule des propositions de clarification des compétences et de rénovation de la gouvernance inadaptées aux réalités propres de nos territoires.

Comment imaginer que cet « Acte III » puisse être le fer de lance d’une relation de confiance rénovée entre l’Etat et ses Outre-mer sans pour autant les associer pleinement au sein du Haut Conseil des Territoires ?

Comment espérer redynamiser la vie publique locale sans pour autant conférer aux Collectivités des moyens suffisants ? Les écarts de compensation sur les compétences déjà transférées (RSA, APA, PCH) n’ont de cesse de se creuser et dépassent le seuil des 500 millions d’euros pour le seul Département de La Réunion. Les dotations de l’Etat diminueront de 3 milliards d’ici 2015 alors même que l’engagement
présidentiel n° 54 prévoyait « un pacte de confiance et de solidarité (…) entre l’Etat et les Collectivités locales garantissant le niveau de dotations à leur niveau actuel ». Le volet financier et celui de la fiscalité ne peuvent être ni accessoires ni différés. Ils auraient même dû être un préalable à toute ébauche de nouvelle répartition des compétences.

Le Gouvernement demande aux Collectivités de se prononcer sur ce texte important selon la procédure d’urgence. Comment oser interroger les acteurs locaux dans des délais aussi courts sur un projet d’importance aussi majeure ?

L’urgence économique et sociale qui prévaut Outre-mer exige la pleine maturation de la réflexion sur notre devenir institutionnel. Un pacte de gouvernance territoriale spécifique à chaque Outre-mer doit pouvoir être élaboré. Chaque territoire doit pouvoir prendre en mains son destin sans pour autant craindre le spectre de l’autonomie et de l’indépendance. Au lieu d’examiner ce texte de manière précipitée, j’appelle à une large concertation locale associant l’ensemble des Collectivités, des parlementaires et des forces vives afin de formuler une proposition conjointe à faire valoir dans le cadre du débat parlementaire qui s’ouvrira en juin prochain.

Loin d’être des charges, nos Outre-mer donnent à notre pays son envergure mondiale, sa puissance maritime et sa diversité culturelle. Ils sont donc une chance pour la France et l’Europe de demain.

Nassimah DINDAR, Présidente du Conseil Général de La Réunion,
Présidente de la Commission Outre-mer de l’ADF
Mardi 19 Mars 2013 - 16:37
Lu 1475 fois




1.Posté par Choupette le 19/03/2013 16:04
Et elle, elle a oublié la gare routière de Saint-Denis.

Qui prendrait cette femme au sérieux ?

Pour que le développement se fasse, il faut que les infrastructures (d'accueil) soient dignes de ce nom.

Or, 2-3 feuilles de tôle à la Porte de l'île ne suffisent pas à accueillir les voyageurs.

C'est juste indigne.

2.Posté par TEGO le 19/03/2013 16:15
Lé bizarre mwin la rien compris de Nassimah DINDAR, Présidente du Conseil Général de La Réunion,
Présidente de la Commission Outre-mer de l’ADF

3.Posté par JANUS le 19/03/2013 16:57
Madame DINDAR prend vraiment les réunionnais pour des cons ...

L'acte 3 de la décentralisation a pour objectif de redéfinir le paysage "politique" de la FRANCE en donnant plus de pouvoir aux ... REGIONS ... Eh oui, pas du tout aux DEPARTEMENTS ...

En lisant entre les lignes de cet Acte 3, on voit clairement que le projet du Gouvernement est de mettre les futurs "Conseils départemenetaux" (les conseils généraux actuels) sous la coupe des Conseils régionaux ... Il est clair qu'à terme, à La REUNION on s'oriente vers une Assemblée unique, et cela se fera tout seul ...

C'est cela l'acte 3 de la décentralisation ... Cela n'a rien à voir avec la liste "à la PREVERT" de Mme DINDAR qui quémande auprés du Gouvernement plus de "subventions" ...

S'il est vrai que "Z'enfant y pleure pas , y gagne pas tétée" ... il est tout aussi vrai qu'à force de pleurer pour rien, on finit par ne plus être écouté ...

4.Posté par Royal Bourbon le 19/03/2013 18:03
Bravo à Wilfrid Bertile pour ce texte ou on reconnait sa plume d'universitaire et de politique aguerri ; Texte clair, ou tout est dit de maniere concise.
Honte à Nassimah Dindar de le signer et d'ignorer la propriété intellectuelle.
Lorsqu'elle devra s'exprimer sur le sujet au conseil général ou à l'ADF, il vaut mieux qu'elle se fasse accompagner par le professeur Bertie car si c'est elle qui va défendre des amendements à faire prendre en compte pour cette évolution de la .décentralisation, l'outre mer sera totalement ignoré.
Que faire , quand pour porter notre parole nous n'avons que des bonnes à rien , telles que Nassimah, Erika et Orphé. ?

5.Posté par "VIEUX CREOLE" le 19/03/2013 18:39
MADAME DINDAR ,VOUS AVEZ L'AIR D'IGNORER LES GRANDES LIGNES DU PROJET DE REFORME DITE " ACTE 3 DE LA RÉGIONALISATION " ! MONSIEUR VERGES A FAIT ENTENDRE SA VOIX ( qui n'a, apparemment, pas changé depuis 1959 . DIDIER ROBERT ET LES FRÈRES BENARD,EUX AUSSI ,ONT FAIT ENTENDRE LES LEURS ( pas très explicites ). ON CONNAÎT LA POSITION DE MONSIEUR ALBERT RAMASSAMY ( il s'est exprimé trés récemment ) QUI SEMBLE TRÈS PROCHE DE CELLE DE MONSIEUR FERDINAND SOUCRAMANIEN , PROFESSEUR A L’UNIVERSITÉ 4 DE BORDEAUX ET RAPPORTEUR DE" LA COMMISSION JOSPIN ",CHARGÉE DE PRÉSENTER CETTE REFORME !
MAIS VOUS MADAME DINDAR QUELLE EST VOTRE POSITION ????

6.Posté par social democrate le 19/03/2013 21:13
C'est vrai qu'on a du mal à croire qu'elle ait pu rédiger une telle prose. Effectivement ça sent le roussi pour le département. Et vive l'assemblée unique.

7.Posté par Caton2 le 19/03/2013 23:24
4.6."Dans un tel contexte, l’approfondissement de la décentralisation comme le renouvellement du cadre européen pour 2014-2020 apparaissent comme des leviers majeurs de changement pour nos territoires ultramarins. "
Vous comprenez ce qu'elle veut dire? Vous vous extasiez devant cette langue de bois?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales