Faits-divers

Mystère persistant autour de la disparition du Fwu Fa No.12 au large de la Réunion


Mystère persistant autour de la disparition du Fwu Fa No.12 au large de la Réunion
L'équipage du Fwu Fa No.12 n'a jamais plus donné de nouvelles. Le 26 mars, le CROSS Réunion est sollicité par le centre de coordination des secours de Taipei à Taïwan. Un palangrier taïwanais présent au Sud de la Réunion n'émet plus de signal depuis 48 heures. Le navire de pêche avait appareillé de Port-Louis, à Maurice, avec 13 membres d’équipage début février.

Aussitôt, un message d'alerte est envoyé aux navires croisant dans la zone. Le CROSS Réunion déclenche un important dispositif de recherche au sein d’une zone de 2.2000 km2 calculée à partir de modèles de prévision de dérive.

Le 28 mars, un avion Transall C-160 des Forces Armées de la Zone Sud Océan Indien survole huit heures durant la zone élargie où le dernier positionnement du commandement du bateau a été émis. Un avion Dornier de la garde côtière de Maurice se joint à l'opération aérienne jusqu’à la tombée de la nuit, sans succès.  

Le 29 mars au soir, la Préfecture fait savoir que les recherches, côté français, sont suspendues. Depuis cette date, plus aucune nouvelle n'est venue éclairer le mystère qui entoure le sort du Fwu Fa No.12 et ses 13 membres d'équipage, en grande partie des Malaisiens, et leurs deux capitaines Taäwanais.

"Le dernier échange d'information avec Taïwan s'est fait le 3 avril", confirme la direction du CROSS Réunion. Selon toute vraisemblance, "le bateau a disparu corps et bien", estime Cédric de la Brosse, chef du groupe opérations CROSS Réunion. Néanmoins, le doute subsiste comme il a émergé dès le signalement de disparition du bateau. "On ne peut pas ignorer certaines pistes", avance prudemment Cédric de la Brosse.

Aucun signal de détresse

Il garde en mémoire la mutinerie de l'équipage du Te Hong Sing 368, battant pavillon Taïwanais, et dont l'équipage, travaillant dans des conditions proches de l'esclavage, s'était rebellé contre son propre commandement. Le bateau de pêche avait fini par être repéré au large de Papeete. C'était en 2013.

La même rébellion à bord du Fwu Fa No.12 a-t-elle pu se produire ? Impossible à dire. Toujours est-il que des indices s'accordent pour en faire un scénario crédible. "Ni l'indicateur AIF de l'équipage, qui en est normalement muni, ni aucune balise de détresse n'ont été déclenchés comme s'il s'agissait d'un acte de malveillance", fait valoir la direction du CROSS Réunion.

Le temps accordé aux recherches n'a-t-il pas été trop court ? Le CROSS s'en défend en évoquant les "gros moyens" mis à disposition qui plus est, "sans que nous n'ayons reçu de signal de détresse", ce qui irait dans le sens d'une mutinerie. L'équipage n'a-t-il tout simplement pas eu le temps de réagir suite à une défaillance ou à des conditions météo difficiles ? Le mystère demeure.
Mardi 17 Juin 2014 - 16:06
LG
Lu 2224 fois




1.Posté par Zoé le 18/06/2014 01:13
Rescape il a coulé parce que trop chargé ce maquereau....quel il vient terre-là si il est taïwanais?!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:45 Saint-Louis: Un conducteur heurté par un bus

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales