Politique

Mutations : Ericka Bareigts aux côtés des fonctionnaires réunionnais


Mutations : Ericka Bareigts aux côtés des fonctionnaires réunionnais
La députée Ericka Bareigts a convié plusieurs fonctionnaires réunionnais pour qu'ils puissent faire part de leurs problèmes relatifs à leurs demandes de mutation ou de maintien sur le territoire.

Qu'ils soient policiers ou dans l'Education nationale, qu'ils souhaitent rester à La Réunion ou y revenir, ils sont tous confrontés à un cadre administratif rigide qui doit souvent les faire patienter plusieurs années.

Prenons le cas de Johnny Robert. Ce brigadier a passé le concours de la paix en 1999 et a été affecté la même année à Saint-Denis (Seine Saint-Denis, 93). Entre-temps, "les règles pour les mutations ont changé. On est passé de l'ancienneté de la demande à l'ancienneté administrative". En 2008, il réussit son concours de brigadier mais refuse pendant quatre ans de monter en grade par peur de rester sur place.

"Cela fait quatre ans que je ne vois pas mes enfants"

Il finit par accepter le grade, fait en parallèle des demandes de mutations mais rien n'y fait. "Je n'ai finalement pas été muté à cause du changement de système mais je suis bloqué en métropole jusqu'en 2015. Cela fait 4 ans que je ne vois pas mes enfants qui sont à La Réunion mais malgré ça je ne fais pas partie d'un cadre dérogatoire car cela n'est pas prévu", se désole-t-il.

Il est depuis membre du collectif GPX 974, qui a plusieurs revendications : "Pour tous ceux qui ont un centre d'intérêt moral et matériel à La Réunion, on demande à ce qu'ils bénéficient de 1.000 points de bonifications. Et on demande un retour à la primeur de l'ancienneté de la demande", résume Johnny Robert.

Il pointe du doigt l'inustice de l'administration : "Quelqu'un originaire de la métropole qui au bout de 25-30 ans de service souhaite être muté à la Réunion va passer devant quelqu'un qui a fait 10-15 demandes. Je ne suis pas contre le fait que des métropolitains viennent à La Réunion, bien au contraire. Mais nous on veut juste venir travailler auprès de nos femmes, de nos parents et de nos enfants".

Pour les fonctionnaires de police, Ericka Bareigts considère que "la règle est injuste et ne permet pas de rentrer". D'ailleurs aucune mutation de droit commun dans notre département n'a concerné un Réunionnais cette année. Pour Ericka Bareigts, "c'est scandaleux" et "discriminatoire".

"S'il y a des postes ici, qu'on nous laisse dans notre académie !"

Pour les professeurs, le traitement des demandes "n'est pas cohérent ni très juste", insiste la députée. "On envoie des noms partout en France sans que l'administration ne tienne compte de la situation des fonctionnaires". Mais cette année, "cela a un peu évolué". Certains Réunionnais ont pu rester ou revenir au pays.

C'est le cas d'Elodie Soulière, jeune diplômée de l'Education Nationale qui a obtenu son Capes en 2012. Après son concours elle apprend qu'elle doit être mutée à Versailles.  "Quand on passe le Capes, on sait qu'on a des chances d'être muté dans l'Hexagone. Mais il y a des incohérences. Dans ma discipline, l'espagnol, il y a de gros besoins à La Réunion. Je veux bien respecter les règles et j'ai passer le concours en connaissance de cause mais s'il il y a des postes ici, qu'on nous laisse dans notre académie !", souligne la jeune femme.

Ericka Bareigts : "Jamais on a organisé le retour"

Après une mobilisation des syndicats et de certains politiques, dont Ericka Bareigts, elle a finalement obtenu une affectation provisoire. "Je reste en sursis encore un an dans l'Académie de La Réunion", explique-t-elle.

D'une manière générale, "il faut que l'administration comprenne qu'on y gagnerait à être plus transparents", pense Ericka Bareigts.  "Il faut changer de méthode. Jamais on a organisé le retour (des fonctionnaires réunionnais, ndlr). Il faut l'organiser. Nous attendons aujourd'hui qu'il y ait une position ferme et des syndicats et du gouvernement. Les chiffres, on en a, la situation on la connaît, maintenant, il faut prendre une décision", conclut la députée.

La remise du rapport du député Patrick Lebreton, prévue dans quelques mois, devrait apporter quelques pistes de plus au gouvernement...
Samedi 13 Juillet 2013 - 17:33
Lu 2796 fois




1.Posté par David ASMODEE le 13/07/2013 17:50
Ericka Bareigts aux côtés des fonctionnaires réunionnais


C'est la posture facile : toujours dire oui à son électorat.
Il faudra assumer ensuite.

2.Posté par vrpv974 le 13/07/2013 18:02
Pourtant, il y a bien des réunionnais relevants des corps des personnels administratifs et techniques employés dans le périmètres "police" qui ont obtenus leur mutation cette année pour revenir dans leur île natale. Eux aussi, sont partis il y a une dizaine d'années à PARIS suite à un concours national de la Police Nationale. Mais tout arrive à celui qui sait attendre puisqu'ils sont partis avec leur famille plutôt que de la laisser ici en espérant revenir en dérogatoire.

3.Posté par ti breton le 13/07/2013 19:46
Encore de la demagogie

4.Posté par R I P O S T E le 13/07/2013 21:17
IL a été écrit : " Erika ou l'art d'enculer les mouches en plein vol avec un marteau piqueur !
On est mal bareigts ... "

5.Posté par creole le 13/07/2013 21:33
Ericka Bareigts : "Jamais on a organisé le retour" UNE RÉALITÉ POURQUOI ! YA PLUS DE PLACE POUR LES RÉUNIONNAIS, ICI ON LES POUSSES A QUITTER LA RÉUNION CHAQUE JOURS ,

l'espoir ne fait pas vivre il empêche de vivre

6.Posté par Au nom de la rose le 13/07/2013 21:40
Àu bas du plafond qui signe riposte : vous avez un problème mon vieux. Les mouches ? Le marteau piqueur ? Ou alors la sodomie ? vous devriez consulter mais vu l obsession , ça fait 10 fois que vous sortez les mêmes propos plein de finesse, je crois que c est sans espoir.

7.Posté par Gromale le 13/07/2013 20:16
Quelle démagogie? Les jeunes ont pu rentrer grace à elle, où est le pb ?

8.Posté par KAFIR le 14/07/2013 00:08
Il est toujours facile de manipuler la diaspora avec cynisme à des personnes déjà fragilisées.
Après le tombola de Thierry Robert voici miss Erika qui veut gagner des millions !
La priorité : défendre vos droits par vous même en complément des actions menées par des associations respectives et fédérées. Choisir les présidents et les délégués élus qui œuvrent eux aussi dans votre intérêt et viser à interpeller les pouvoirs publiques et les "parlementaires" par une cellule d'éveil.
Ne compter que sur vos cannes.

KAFIR

.

9.Posté par Goyave de France le 14/07/2013 12:44
Bravo à Ericka.

Elle démontre que l'action résolue d'une femme politique peut faire évoluer favorablement des dossiers individuels. Maintenant, il faut faire évoluer le cadre législatif et règlementaire afin de privilégier l'emploi de réunionnais à La Réunion afin que de telles situations préjudiciables au développement de notre île ne se reproduisent plus.

10.Posté par chinagirl974 le 14/07/2013 13:43
dans ce cas, il faut non seulement organiser que le retour des fonctionnaires réunionnais mais aussi organiser le retour pour les Réunionnais souhaitant travailler dans leur ile. Je pense que c juste la démagogie et elle se prépare aussi pour les élections municipales, donc on doit montrer du bon oeil ses actions menées pour les Réunionnais. A voir si elle tiendra ses promesses et du nombre de fonctionnaires.

11.Posté par allan le 14/07/2013 17:05
Beaucoup de blagues, mais peu de résultats. La démagogie perdure. Comme toujours. En attendant, ces pauvres salariés trinquent. Et les coquins et malins s'arrangent pour avoir les postes si convoités.. Comme toujours.

12.Posté par transparence le 15/07/2013 13:47
il serait bien que l'on invite les agents des autres ministères également , pas uniquement ceux de l'éducation nationale et de la police, c'est pire dans les autres ministères où les 100 points d'avance n'existent pas pour les originaires de l'île ou ceux qui cherchent un vrai rapprochement familial,

Concrètement un agents originaire de la Réunion ayant toute sa famille sur place passe après les métropolitains qui demandent simplement à aller au soleil et qui ont gain de cause par affinités syndicales, sans qu'il y ait d'ancienneté particulière, ce qui est très grave: il y des cas qui relèvent du scandale et qui passent comme une lettre à la poste juste parce que les CAP font passer leur potes avant tout! il faut mettre ça aussi en lumière, car la pratique du passe droit et du piston dans la fonction publique est générale et normalisée entre métropolitains!

13.Posté par transparence le 15/07/2013 21:30
désolé pour les fautes d'accord, on écrit mal dans l'émotion. Les mutations en métropole c'est cool à 20 ans et quand on laisse derrière soi des parents jeunes et en bonne santé. Il faut savoir que les syndicalistes de ces CAP ne cachent pas leur volonté de faire partir au soleil leurs copains, certains le disent ouvertement, même ceux dits " de gauche"!!!
Je suis depuis 5 ans en métropole en tant que fonctionnaire et j'ai déjà entendu des collègues métropolitains me dire qu'il y avait des places quasiment "réservées", y compris dans des administrations prestigieuses pour des jeunes cadres: ils sont informés bien avant les publications officielles des listes de postes qui vont se libérer !!!
Ils vont faire un tour à la Réunion "pour voir", ils y rendent visite à leurs amis en poste à la Réunion et pour rencontrer les chefs des administrations. Les Réunionnais à côté sont des gros naïfs...et l'absence de solidarité entre réunionnais c'est cadeau pour les métro qui ne leur laisse aucune chance d'obtenir les postes convoités....

14.Posté par kass lé kui le 16/07/2013 14:55
Il n'y a pas que les gpx et l'éducation nationale. C'est un gros problème pour tous les fonctionnaires réunionnais. Le système est pourri et les syndicats se régalent lors des CAP de mutation. Cette dame n'apportera rien de plus, c'est la période des élections bientôt et il faut attirer l'attention.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales