Culture

"Murmures de mon âme"(par Claude Vinh San): Fraîcheur, tendresse, nostalgie… amour(s)


Ce petit recueil du dernier Prince d’Annam est un hommage à son père, l’empereur Duy Tan, connu chez nous sous le nom de "Prince Vinh San".

Il débute d’ailleurs par un texte de ce dernier, "Variations sur une lyre brisée", petit chef-d’œuvre de tendresse où l’on s’aperçoit que le sportif, le musicien, l’électricien, champion de bridge, le premier à rallier la France Libre, premier aussi à savoir que "Le Léopard" allait balayer les Vichyistes d’ici, cet Empereur en exil, maîtrisait aussi une langue française parfaite.

Son fils Claude Vinh San est surtout connu comme compositeur et chef d’orchestre. Les meilleurs ont joué avec lui, Narmine, Copette, Tarby… Voici quelques années, il avait commis un excellent ouvrage sur la vie de son père. Il est également présent dans les associations de coopération avec son lointain pays d’origine.

Claude renoue avec l’écrit grâce à ce petit livre qui contient un peu de tout. Des textes en prose, des poèmes, des adaptations créoles de ce bon vieux La Fontaine.

S’il fallait trouver un thème précis à cet ensemble pas si hétéroclite qu’il n’y paraît, je dirais que c’est la tendresse avant tout. Une immense tendresse envers l’humain.

Mais je ne vais pas déflorer le sujet. Sachez juste que ce livre, une centaine de pages, peut se lire dans tous les sens. Vous le trouverez dans toutes les bonnes librairies, selon la formule consacrée. Ne boudez pas votre plaisir ; les bons récits ne courent pas les rues.

"Murmures de mon âme"(par Claude Vinh San): Fraîcheur, tendresse, nostalgie… amour(s)
Lundi 14 Mars 2016 - 16:28
Jules Bénard
Lu 1458 fois




1.Posté par Eno2016 le 14/03/2016 17:03
Un beau recueil qui me rappelle un peu ma jeunesse ....

2.Posté par Hervé Boismery le 14/03/2016 18:11
Un personnage d'une exceptionnelle valeur intellectuelle et morale, prématurément disparu en janvier 1946.
S'il avait vécu, bien des tragédies auraient pu être évitées.
Pour mémoire: dans chaque ville du Vietnam, il y a une rue Duy Tan.
Vinh San (connu au Vietnam sous le nom de Duy Tan), contraint à l'abdication à l'âge de 16 ans, avant d'être exilé à La Réunion, est considéré par son peuple comme le Dernier Empereur, le dernier souverain légitime du pays.
Ces cendres ont été rapatriées à Hué, l'ancienne capitale impériale, et son cénotaphe demeure un lieu de pèlerinage et de recueillement.

3.Posté par kld le 14/03/2016 20:01
encore un grand homme qui, si il avait été mieux écouté et, ce , comme ds d'autre ex colonies , aurait pu éviter une triste guerre coloniale.

4.Posté par L'Ardéchoise le 14/03/2016 21:33
L'art et la manière de donner envie de lire ce recueil !
Merci, Jules.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales