Social

Mouvements sociaux ici et là

Les mouvements sociaux rythment encore aujourd’hui la vie locale. Arast, Caf, Cgss, Crédit agricole et écarisseurs, les revendications sont multiples, et pour certains, ce contexte est le reflet d’un malaise social grandissant.


Les salariés du Crédit Agricole ont opté pour une grève
Les salariés du Crédit Agricole ont opté pour une grève
Les pages "social" de la presse du jour seront particulièrement pleines au regard de l’actualité mouvementée de la journée d’hier. Tendance qui devrait se confirmer car aujourd’hui les mouvements sociaux se poursuivent de toutes parts.

L’Arast (Association régionale d’accompagnement social territorialisé) est désormais dans l’expectative. Une évolution de la situation leur permet de croire que leur mouvement de colère a porté effet. Les employés ont passé une journée entière, hier, sous le soleil, à manifester du côté du Conseil Général, détenteur du budget, puis de la Préfecture, considérée comme le garant de l’emploi, et enfin retour à la case départ au siège de l’association pour y retrouver la direction. Il est trop tôt pour parler d’avancée significative. L’intersyndicale doit remettre, à la demande du Département,  une liste de réorganisation de l’organigramme. En conséquence, l'Arast, suspend sa grève aujourd'hui.

Camping au Crédit Agricole

Cette nuit, une dizaine de personnes ont campé dans le parc Jean de Cambière, sur le parking du siège du Crédit agricole. Ces salariés ont décidé de poursuivre la grève menée hier pour demander une meilleure valorisation des salariés. La principale revendication portant sur une augmentation de 300 euros net par mois des salaires. Très remontés, les employés ont toutefois occupé les lieux dans la bonne humeur, en chansons très souvent. Les délégués syndicaux avaient finalement rencontré le directeur général dans l’après-midi, réunion qui n’a abouti sur aucune issue satisfaisante. Paul Ferrère, délégué syndical CFDT déclarait même hier soir, "c’est réellement du mépris. Le directeur nous a répondu que les négociations ne peuvent pas se faire dans la grève". Aujourd’hui, la grève se poursuit.

Cgss (Caisse Générale de Sécurité Sociale) et Caf (Caisse d’Allocations Familiales), même combat. Hier, des "opérations ponctuelles" ont été menées dans les services des deux établissements. Objectif de la manœuvre : maintenir la pression jusqu’à la date du 16 avril, jour de "verdict" puisque la tutelle parisienne devra se prononcer sur le traitement salarial. Dores et déjà, un préavis de grève illimitée à compter de cette date a été déposé par l’intersyndicale. Aujourd’hui, à 10h, un nouveau débrayage est prévu dans les services.

Enfin, les écarisseurs, personnes qui retirent les cadavres d’animaux, sont toujours en grève et cela dure depuis dix jours.
Jeudi 9 Avril 2009 - 08:02
Melanie Roddier
Lu 1440 fois




1.Posté par boyer le 09/04/2009 08:47
A propos de conflits sociaux il y a un mail qui circule sans que Hoaxbuster n'arrive a conclure s'il s'agit d'une info ou d'une intox:

'RAPPEL DES RESERVISTES DE LA POLICE NATIONALE AVANT LE 30 JUIN 2009 !!!

2.Posté par etjosedire le 09/04/2009 11:11
Mélanie, faites attention à votre rédaction. Bertel a déjà tiré la sonnette d'alarme, pas plus tard que hier, au sujet des fautes trop nombreuses sur Zinfos 974. Pourquoi ne tentez vous pas de rédiger sous Word avec outils de correction activé ?
N'oubliez pas que votre site est tout public. Équarrissez vos textes !

3.Posté par Gérard Maillot le 09/04/2009 15:00
Je peux comprendre que les équarrisseurs puissent être en grève...En outre, j'ai un peu de mal à accepter, en cette période, que du personnel de la CAF, de la CGSS ou du crédit agricole puissent se permettre une telle incartade!
Ils ne sont pas les plus à plaindre...Il y a des claques qui se perdent! Non?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales