Economie

Mourad Guelalta sur la grève de la SRPP: La CCIRPP aurait été "la solution"


La CCIRPP au moment de son lancement en juillet 2011
La CCIRPP au moment de son lancement en juillet 2011
Les pompes à sec, les professionnels furieux, les stations-service prises d'assaut... Cela aurait peut-être pu être évité, si l'on avait aidé la CCIRPP (Coopérative carburants d'intérêt régional et de public privé) à importer du carburant. C'est l'avis (et la conviction) de Mourad Guelalta, tête de la coopérative: "Il y a un monopole qui doit être cassé. La CCIRPP est le seul moyen et la semaine dernière, on aurait été la solution".

Indigné, le dirigeant de la CCIRPP, lancée en 2011, explique que si l'on entend plus parler d'elle, c'est parce qu'elle passe son temps dans les tribunaux, notamment contre le Conseil général, depuis plus d'un an. "Les élus qui dénoncent les actions de la SRPP sont les mêmes qui la financent et qui soutiennent ce monopole, affirme-t-il, et ce sont les mêmes qui refusent de nous aider".

Actuellement au tribunal administratif contre le Conseil général qu'elle accuse de favoritisme et de discrimination, la CCIRPP affirme être la deuxième société agréée à pouvoir importer et stocker du carburant à La Réunion (après la SRPP). "La CCIRPP arriverait à alimenter La Réunion si les élus l'aidaient. Or, ils sont complices avec la SRPP. Demandez-leur pourquoi ils ne nous aident pas, ils ne vous répondront pas. Ils font semblant de crier avant les élections".

Il précise néanmoins que les salariés de la SRPP ont eu raison de faire grève et que les accusations de la CCIRPP ne les visent pas. "Par contre, après qu'on ait importé du carburant de Singapour en 2012 et que tout le monde a par la suite refusé de nous soutenir, ce sont les usagers qui ont mal agi. Ils n'ont jamais rien dit".

Mais la CCIRPP ne compte rien lâcher. Elle a récemment saisi la Haute autorité de la concurrence dans le cas du possible rachat de la SRPP par le groupe Rubis. "Je demande à acheter 50% de la société pour casser le monopole. C'est mon droit. On verra combien me soutiendront".
Jeudi 5 Mars 2015 - 17:33
SH
Lu 2746 fois




1.Posté par noe le 05/03/2015 17:37
C'est qui ce mec analyseur des affaires finies ?
Cette grève a montré à tous qu'il faut tj faire les pleins et non en n'acheter que 15 € à chaque passage à la pompe !
Quand on a des moyens de s'acheter une bagnole il faut des moyens pour la nourrir convenablement !

2.Posté par ti jean le 05/03/2015 18:15
et on en sort quand tu pétrole?

3.Posté par Zeb BULO le 05/03/2015 19:26
Les chiens aboient, mais la caravane est déjà passée.
A l'heure du dérèglement climatique, de la protection de l'environnement, de la transition énergétique, de la Conférence de Paris 2015 (climat), nous voilà avec un deuxième client, le premier étant le Dépité ROBERT qui s'est fait renvoyer dans les 22 hier à l'Assemblée nationale, qui nous ressasse vouloir casser le monopole de la SRPP (c'est louable) et qui voudrait construire forcément un deuxième site de stockage ici à la Réunion. Faut arrêter l'utopie. Même si on voudrait nous faire croire que ce second site pourrait alimenter la Réunion en cas de grève du premier ! Et si le premier en cas de mouvement venait à vouloir bloquer le second ! On ferait quoi ? On appellerait le Préfet à la rescousse ? Il rétorquera que c'est d'ordre privé et que l'État ne pourra intervenir, sauf à réquisitionner des stations services.
Il faut, ici à la Réunion, se lancer dans la transition énergétique.

4.Posté par Pierre Balcon le 05/03/2015 19:29
La constitution de cette coopérative n'a été qu'une grande fumisterie et je ne comprends pas que Zinfos puisse relayer ce type de niaiseries sans apporter aux lecteurs le moindre éclairage critique ( économique et technique, les deux aspects étant indissociables ) .
L'approvisionnement énergétique de La Réunion est un sujet qu'il faut traiter avec sérieux.
- que M Guelalta nous dise à quel prix il avait pu acheter son Gas Oil ;
- a t il traité , pour des quantités dérisoires et sans passer par des traders dont c'est le métier de grouper les quantités pour obtenir de meilleurs prix , en dessous des cours mondiaux sur la plate forme de Singapour ( cotations du Platt's ?) ;
- a-t-il traité sur le marché spot ou à terme ( le second étant plus sécurisé mais plus cher ) )?
- quelle était la qualité de son carburant ? était elle conforme aux spécifications UE
- a quel prix TTC la coopérative pouvait elle le commercialiser ( les chiffres publiés un moment dans la presse étaient des chiffres HT , alors que l'on sait que la fiscalité représente plus de 70 % du prix final );
- conservait il le réseau de distribution ou privilégiait il les ventes en direct en économisant donc la marge des stations services plus élevée que celle du stockage ;
- avait il pris en compte la valorisation des stocks stratégiques obligataires ?
- comment peut on croire sérieusement que le fret en fût pouvait être plus compétitif qu'un tanker dédié ;
- le stockage de ses produits était il aux normes ?
- de quelle aide supposée a la SRPP veut il parler et quelle type d'aide attend- il lui même des pouvoirs publics ou du CG dont ce n'est pas la compétence ;
- comment peut on imaginer qu'un second dépôt pourrait être plus avantageux qu'un seul dépôt traitant la totalité de nos importations et nous faisant donc bénéficier d'économies d'échelle , quand on connaît les coûts fixes d'une telle installation et quand on sait que les marges bruts de passage représentent moins de 7 % du prix final , . Total s'y est essayé en 1995 et a renoncé , ses frais de passage prévisionnels étant au final 1/3 plus élevés que ceux de la SRPP;
- La société RUBIS a relevé le défi de concurrencer les majors sur les marché de niche , notamment les marchés insulaires , mais je ne suis pas du tout persuadé qu'elle fera mieux ( du point de vue du consommateur ) que la SRPP , sauf bien entendu à laisser se dégrader le dépôt et tout le réseau aval de distribution ;
-quant à la coopérative ou au contrôle de l'approvisionnement par la puissance publique on a déjà donné . Rappelons nous il y a quelques années la gestion calamiteuse des importations de bitume . Demandons nous aussi si EDF pour sa centrale fait mieux.

5.Posté par marie le 05/03/2015 19:46
il a raison , il faut casser ce monopole car on n'en a pas fini avec ces foutus grèves!!!!! et ce peu importe les revendications !!!!!
les politiques en sont complices !!!! la bataille va être difficile mais elle n'est pas perdue si les réunionnais soutiennent la ccirpp

6.Posté par Brid974 le 05/03/2015 20:13 (depuis mobile)
Dommage que les journalistes ne jouent pas leur rôle...

7.Posté par GIRONDIN le 05/03/2015 22:01 (depuis mobile)
Mr Pierre no 4 a tout dit c''est clair net et précis.
Au niveau du prix, la fiscalité c''est environ 70% , dans les caisses de la Région!!!!
Pour les journalistes ils préfèrent la communication à l'information c'est moins fatiguant.

8.Posté par ccirpp le 05/03/2015 22:41
n°4 : nous sommes épatés par tes connaissances mis à part 2 ou 3 erreurs notoires importantes qui font la différence : ce qui est normal vu ton institutionnalisation médiatique.
Malheureusement, comme beaucoup, tu sembles ignorer la jurisprudence remarquable Casanova et tu appliques sans le savoir la jurisprudence de la baïonnette intelligente.
C'est avec plaisir que nous mettrons à ta disposition les documents légaux; tu pourras ainsi te faire ta propre idée de l'intérêt à agir de la CCIRPP.
N'hésitez pas à nous contacter à cette adresse mail
ccirpp@toyo-energy.com

9.Posté par Rieul le 05/03/2015 23:46
Encore un guignol. La dernière phrase résumé tout le discours.comme il sait que personne ne le soutiendra, il se présente comme le Messi.

10.Posté par Maurice BONNET PIRON le 06/03/2015 15:22
nous sommes trahis par les politiciens vereux qui sont en place et qui se foutent du peuple

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales