Société

Mort de Nelson Mandela: Réactions réunionnaises

Suite à l'annonce du décès de Nelson Mandela, de nombreuses personnalités réunionnaises ont décidé de réagir. Nous avons compilé ces réactions:


Mort de Nelson Mandela: Réactions réunionnaises
Nassimah Dindar

Un jour de deuil pour le monde entier
 
Je viens d’apprendre, avec une immense et profonde tristesse, le décès de Nelson Mandela. C’est un jour de deuil national en Afrique du Sud ; c’est un jour de deuil pour le monde entier.
Les mots manquent pour retracer le parcours admirable de Nelson Mandela. Le monde retiendra le militant pacifique opposé à l’Apartheid, emprisonné pendant 27 ans. Il retiendra aussi qu’il fut l’artisan de la transition démocratique de son pays, à qui il a, par son aura, évité la guerre civile que beaucoup prédisaient,  et dont il fut le premier Président noir.
 
Nous nous rappellerons aussi la magnifique leçon de vie qu’il nous donna : apôtre de la Paix et de la Concorde, accordant son pardon à ses persécuteurs. Le Prix Nobel de la Paix qu’il reçut conjointement avec Frederik de Klerk vint couronner cet engagement de tous les instants, qui l’anima toute sa vie, et que rien, ni les dures conditions d’emprisonnement, ni la gloire, ni le pouvoir, n’affecta.
 
Lors de son procès en 1964, Nelson Mandela s’adressait ainsi à ses juges : « J'ai chéri l'idéal d'une société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes vivraient ensemble en harmonie et avec les mêmes opportunités. C'est un idéal pour lequel j'espère vivre et agir. Mais, si besoin est, c'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir ».
 
J’adresse mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches. Et je souhaite au peuple sud-africain, et au-delà à l’Humanité tout entière, de continuer à chérir et de concrétiser le rêve de cet homme immense.


Didier Robert

Le monde entier perd son héros le plus humble, le plus humaniste, incontestablement l’un des plus grands.

Je suis profondément et personnellement touché et attristé par la disparition de Nelson Mandela.

L’ancien Président sud-africain est cet homme politique engagé dans la lutte contre l’apartheid ; son combat et sa détermination sont un exemple pour tous.

Je fais souvent référence dans mes interventions publiques à Nelson Mandela parce que ses mots, sa vision méritent d’être connus, reconnus et portés par le plus grand nombre. Madiba, le père de la nation sud-africaine, nous a quittés. J’ai une pensée particulière pour sa famille et son peuple qui pleurent.

« Je n’étais pas un messie, mais un homme ordinaire qui était devenu un leader en raison de circonstances extraordinaires » disait-il. Il restera pour moi et pour tous les hommes et toutes les
femmes du monde un guide et un point d’attache exceptionnels.

Je salue une fois encore l'Homme de paix, de générosité, de sincérité qui laisse déjà un vide immense et en même temps continue à faire briller toutes les forces d'espoir et d'espérance dans le monde.
 

PCR

« Nous saluons la vie exemplaire de Nelson Mandela ».
 
Le 20e siècle a été marqué par de profonds changements géopolitiques, économiques, sociaux et politiques. Tous ces changements ont eu pour origine des décisions prises par des dirigeants européens.
 
Pour s’opposer aux décisions néfastes, des hommes issus d’Asie, d’Afrique et d’Amérique se sont levés, ont combattu et reconquis leur souveraineté.
 
Tous ont donc, à un moment donné de l’Histoire de leur pays, incarné un idéal de liberté. Nelson Mandela est de ceux-là.
 
Entré en lutte en 1944 contre la ségrégation raciale, Nelson Mandela sera arrêté 20 ans plus tard, sur dénonciation de la CIA, emprisonné et maintenu au secret 27 années durant dans des conditions inhumaines. 
 
Son combat, son refus intransigeant d’accepter une amélioration de son sort personnel ou même une libération en échange d’un renoncement à la lutte de libération, suscitent un mouvement de soutien toujours plus ample dans le monde et notamment auprès des plus jeunes, rendant intenable la position des partisans de l’apartheid.
 
Libéré en 1990, âgé de 72 ans, fragilisé par une tuberculose longtemps restée sans soin, Nelson Mandela est élu, en 1994, le premier président d’une Afrique du Sud devenue démocratique.
 
Sans diminuer le mérite ni le courage de tous ceux qui, au long du 20e siècle, conduisirent leur peuple à l’indépendance,  nous pouvons affirmer que Nelson Mandela, libérant son pays de l’apartheid, a libéré tous les Noirs de leurs chaînes et, en refusant de céder à la vengeance, en tendant la main aux bourreaux de son peuple, il a su créer les conditions de la  réconciliation accomplissant l’acte fondateur d’une nation arc-en-ciel et léguant ainsi à la planète entière, un exemple de courage, de ténacité, de lucidité et de responsabilité.
 
Nelson Mandela, par son action et celle de tous ses camarades, a redonné à l’Afrique entière et à tous les opprimés du monde, l’espoir qu’au bout de leurs luttes, une société plus juste était possible.
 
Pour notre très modeste part, nous sommes fiers d’avoir, par nos actions, aidé matériellement à la lutte et contribué à populariser le soutien aux nombreux militants d’Afrique du Sud qui ont accepté de payer de leur liberté et de leur vie souvent, la reconquête de leur liberté.
 
En effet, le PCR a toujours été solidaire de la lutte anti apartheid en Afrique du Sud. Ainsi quand Nelson Mandela a décrété la lutte armée c’est un réunionnais, Jacques Vergès, qui lui a servi d’intermédiaire pour obtenir des gouvernements africains les armes nécessaires à ses combattants. Nelson Mandela l’a souvent rappelé.
 
Au plus fort de l’apartheid, Paul Vergès, Député européen a obtenu du Parlement Européen une mission de la Commission européenne en Afrique dans les pays de la ligne de front pour le soutien à l’ANC et à Nelson Mandela. Le résultat de cette mission était la décision des pays de la ligne de front de boycotter le régime de l’apartheid. 
 
A La Réunion même, des manifestations ont été organisées par le PCR ainsi que par le FJAR, l’UFR et la CGTR pour dénoncer l’installation d’un Consulat de l’Afrique du Sud raciste ici à La Réunion.
 
Il faut aussi rappeler la manifestation organisée par le Parti à Gillot pour refouler en Afrique du Sud les premiers touristes racistes qui débarquaient à La Réunion. Il y a eu aussi le refus des dockers de La Réunion de débarquer des produits de l’Afrique du Sud raciste.
 
Et, à  cette époque, nous étions les seuls à le faire. Et, aujourd’hui, certains de ceux qui louent l’action de Mandela, maintenant disparus, se trouvaient hélas dans l’autre camp.
 
La grande leçon que laisse Nelson Mandela c’est qu’après avoir combattu le racisme dans son pays, il a su faire la réconciliation de tout son peuple, noir et blanc confondu. Cette leçon de rassemblement est universelle. Elle vaut aussi pour nous : Comment nous unir sur l’essentiel quand notre pays est en difficulté et nos jeunes en désespérances.
 
Aujourd’hui, saluant la vie exemplaire de Nelson Mandela, nous nous inclinons devant la profonde douleur de tout le peuple d’Afrique du Sud.
 
Au nom du Parti Communiste Réunionnais, nous présentons à son épouse, Madame Graça Mandela, à ses filles Zenani Mandela et Zindzi Mandela-Hlongwane ainsi qu’à leur mère, Madame Winnie Madikizela-Mandela, nos très sincères condoléances.
 
Un hommage public sera rendu à Nelson Mandela ce soir :
 
à Sainte - Suzanne
5 Bis rue Fourcade
Face au collège Lucet Langenier
Quartier Français à A 17H00
 
Le PCR invite la population réunionnaise à s’associer à cet hommage.


Thierry Robert

Hommage à Nelson MANDELA
 
Ce matin, je ressens une profonde tristesse. Comme tous les Réunionnais j’ai l’impression qu’au-delà du grand Homme, du héros de la lutte anti-apartheid, nous avons perdu un symbole. Bien avant sa libération en 1988, les Réunionnais se sont identifiés à lui, à son combat, à ses réussites.
 
Madiba comme on l’appelle a su anéantir à lui tout seul un régime raciste et devenir le premier président noir d’Afrique du Sud. Quel bel exemple aussi de respect des peuples et de démocratie nous a-t-il donné ! Qui aurait pu donner 27 ans de sa vie pour une cause et pardonner à ses bourreaux après avoir tant subi ?
 
Je tiens aussi à rappeler que Nelson Mandela connaissait bien l’Océan Indien pour avoir participé au sommet de la SADEC à Maurice au début des années 2000. Son message de nation arc-en-ciel avait été repris. Les paroles de l’hymne national d’Afrique du Sud alternent les cinq langues les plus parlées et incarnent la plus belle des victoires de Nelson Mandela, celle de la réconciliation. C’est sûr, quand  je revisionnerai « Invictus » avec Morgan Freeman, j’éprouverai toujours autant d’émotion pour cet homme hors du commun dont les actes ont marqué l’histoire à l’image de Gandhi ou de Martin Luther King. 


Ericka Bareigts

Hommage à Nelson Mandela
 
Nelson Mandela s'est éteint à 95 ans dans la dignité.

Il aura oeuvré toute sa vie au service de l'humanité et de la fraternité.

Né à Mvezo en Afrique du Sud en 1918, il devient avocat et milite dès son plus jeune âge pour l’égalité raciale. D’abord de manière pacifique puis, devant l’interdiction du Congrès National

Africain, par la résistance armée. Il se fait emprisonné en 1962 pour actes de sabotage et passera 27 ans de sa vie en prison au nom du combat pour la liberté.

Libéré en 1990 et fort d'une aura internationale, Nelson Mandela négocie en faveur d'une Afrique du Sud multiraciale dans la paix, une nation arc-en-ciel, démocratique, dont il est devenu le premier président en 1994.

Ces efforts pour une solution pacifique sont reconnus. Il se voit en effet attribué le prix Nobel de la Paix en 1993, prix qu’il partage avec le président sud-africain qui a déclaré l’apartheid, Frederik de Klerk.

Combattant politique mobilisé pour les droits civiques, Mandela a su pardonner à ceux qui l’avaient opprimé. Il a ainsi permis à la nation sud-africaine de sortir grandie de cette épreuve. Celle-ci aura grâce à lui et pour longtemps encore, une place à part dans le coeur des démocrates de la planète.

Ce n’est donc pas qu’un leader que l’Afrique du Sud a perdu, ni même un combattant de la liberté. C’est d’abord un guide, dont la nation fait le deuil ; un homme qui a permis à un peuple de se
réconcilier. Aujourd’hui, nous partageons leur deuil car, grâce à Nelson Mandela, nous aussi nous sommes devenus un peu plus libres.

Nelson Mandaela disait : « je ne veux pas que l’on me présente comme une sorte de divinité. J’aimerais que l’on se souvienne de moi comme d’un homme ordinaire, avec ses vertus et ses vices » , alors nous nous souviendrons de lui comme d'un homme extraordinairement ordinaire.


Gilbert Annette

C’est avec une profonde tristesse et une vive émotion que j’ai appris le décès de Nelson Rolihlahla Mandela.
Le père charismatique de l'Afrique du Sud s’en est allé, laissant derrière lui et pour toujours, un héritage immense à sa nation et au monde entier.
 
Du village de Mvezo  à l’université de Fort Hare, de la présidence du Congrès National Africain à celle de l’Afrique du Sud, de Robben Island au prix Nobel de la Paix, Mandela a consacré toute sa vie à son pays. Un don de soi unique, essence même de l’Amour de son prochain, pour une cause : la réconciliation de son peuple.
 
Indigné face au racisme, l’oppression et la pauvreté, il est pour nous tous une inspiration, un maître à penser. En effet, comment ne pas retrouver des échos de sa nation arc en ciel pour laquelle il a tant combattu dans l’histoire même de notre île tout coulèr !
 
Aujourd’hui, je rends hommage à Nelson Mandela, à son courage, à sa vision de la vie, à son altruisme et à son combat qui a bouleversé l’histoire de son peuple et au-delà….
 
Siyabonga Madiba ! 


Christian Annette

AMANDLA ! AWETHU !
 
"Pouvoir au peuple - Le pouvoir est le nôtre". La disparition de Nelson Mandela me replonge dans mes premiers mots zulu appris suite à sa libération le 11 février 1990 qui représentent pour moi la victoire symbolique de la lutte contre l’apartheid racial. L’émotion est grande après la perte d’un homme emprisonné pendant 27 ans qui est devenu une icône mondiale. Nous sommes tous aujourd’hui orphelins d’un homme pacifiste qui a su, au delà d’un discours, mettre en place une vraie action politique de pardon et un langage de renouveau avec l’avènement de la démocratie en 1994. Nelson Mandela restera pour nous, hommes et femmes politiques, un modèle de militantisme et d’espoir. 

Eric Fruteau

Décès de Nelson Mandela
 
« Avec beaucoup d’émotion et de regret j’apprends la mort de Nelson Mandela ce grand homme d’état.
 
C’est pour moi une grande figure de la Lutte contre l’Apartheid et la ségrégation raciale, l’oppression et la pauvreté qui disparait.
 
Il faut saluer la force de conviction de cet homme arrêté et emprisonné par le régime raciste d’Afrique du Sud. Ses prises de position ont été fortes (comme par exemple son opposition à la guerre en Irak et son soutien au peuple palestinien). Je retiens de lui le fait qu’il ait été prix Nobel de la paix et s’est souvent inspiré des méthodes non violentes Ghandiennes. Il a été un homme de dialogue et de réconciliation.
 
Le peuple africain, les peuples du monde perdent là un grand homme !
 
Je proposerai que son nom soit associé à une infrastructure ou un équipement de la ville. Les générations futures devront savoir qui il a été et quel a été son combat. Elles devront savoir l’importance de sa lutte pour l’humanité.
 

Huguette Bello 

Nelson Mandela: Hommage
 
Nelson Mandela aura marqué de son empreinte l’histoire d’une nation et inspiré l’humanité tant sa contribution à la liberté fût remarquable. Nelson Mandela, affectueusement surnommé « Madiba », a joué un rôle majeur dans l’Histoire de l’Humanité.
Personnage illustre aux multiples facettes, son aura s’étend bien au-delà de son rôle de combattant de la liberté, comme il se définit lui-même dans ses mémoires. Rares sont les hommes qui suscitent une telle admiration. Unanimement reconnu, Nelson Mandela incarne l’exemplarité, la ténacité et le changement. Ce changement attendu par un peuple tout entier, devenu désormais le modèle de bien des nations. La force du propos et du combat est telle, que l’écrivain André Brink, compatriote de Madiba, nous parle de ses mémoires comme de « l’un des rares livres qui deviennent non seulement un repère mais une condition de notre humanité » !  
 
Jamais aucun homme politique contemporain n’aura été respecté, aimé, honoré de la sorte.
 
Mesdames, Messieurs,
L’homme que nous honorons est un combattant de la liberté, démocrate émérite avançant sans masque ni faux-fuyant. Dévoué corps et âme à son peuple, il lui a rendu sa grandeur et sa fierté en lui ouvrant le « chemin vers la liberté ». Cette liberté dont il a été injustement privé durant des années et que nous avions, nous-mêmes, Réunionnaises et Réunionnais, défendue et réclamée lors de la visite des représentants de Pretoria au consulat d’Afrique du Sud de Saint-Denis.
Mais au-delà de son engagement pour libérer son peuple de la servitude et du mépris, nous rendons hommage à l’HOMME. Car, en plus d’être un génie politique reconnu,  Nelson Mandela possède de hautes qualités humaines qui expliquent, peut-être plus que tout, le respect universel auquel il a droit.
 
Je voudrais quant à moi, tenter de faire passer le message qui m’habite. Je vais vous parler non point des étapes de son combat, qui sont connues, mais de l’élan qui le porte, de l’esprit qui l’habite, des idées qui l’inspirent.
\
La Liberté : voilà le mot qui caractérise le mieux cet homme hors du commun, cette liberté à laquelle il aspirait tant pour son peuple, opprimé pour la seule raison qu’il était africain et n’appartenait pas à la civilisation conquérante, colonialiste, assoiffée de pouvoir et de domination.
Homme de principes et homme d’action, Madiba doit son succès à la force de son engagement, certes, mais également à sa simplicité et sa droiture.
 
Si la liberté guide le combat de Nelson Mandela, elle n’est pas une fin en soi. Il s’agit d’une étape indispensable vers un projet bien plus ambitieux : la construction d’une société unie, empreinte de démocratie et de justice. 
 
Quand Mandela parle de liberté, il ne saurait l’appliquer à un peuple, cette dernière transcende les notions de races, de nationalité, d’origine sociale ou de croyances. «  Durant ma vie, dit-il devant une des cours de justice appelée à le condamner, je me suis voué au combat du peuple africain. J’ai lutté contre la domination blanche, et j’ai lutté contre la domination noire ».
 
Pétri de religion mais également féru de lecture, il saura, une fois la libération du peuple noir obtenue, instaurer la réconciliation avec les Blancs, évitant ainsi de plonger son pays dans le chaos des représailles.
 
La démocratie est alors, aux yeux de Mandela, un véritable impératif permettant d’établir et de préserver l’harmonie dans la cité, elle doit donc être instaurée, ce quel que soit le prix.
« J’ai chéri, dit-il, l’idée d’une société démocratique et libre, dans laquelle tout le monde pourrait vivre ensemble en harmonie, et avec des chances égales. C’est un idéal pour lequel je veux vivre, et que j’espère voir s’accomplir. Mais, s’il le faut, pour lequel je suis prêt à mourir ».
 
Un tel objectif impose bien sûr de surmonter un certain état d’esprit imprégné de tribalisme et de se garder des alliances ethniques, en s’ouvrant à toutes les communautés.
Mandela rêve alors d’une « démocratie révolutionnaire, où il n’y aur(ait) plus ni esclavage ni servitude, et d’où la pauvreté, l’insécurité, le besoin ser(aient) bannis  », déclaration qui lui vaudra son interminable détention à l’issue du procès de 1962.
\
Pour atteindre cet idéal, Nelson Mandela doit faire appel à tout son génie politique et surmonter de nombreux obstacles. L’homme d’action se révèle une fois encore d’une efficacité redoutable transformant l’utopie des années de captivité en réalité étincelante.
 
N’oublions pas que c’est à l’apartheid que Mandela s’attaque. Seul ou presque face à un système puissant basé sur de solides alliances en Occident, plus sensible aux richesses et ressources du pays qu’aux enjeux démocratique et sociétaux : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes relève encore de l’analyse conceptuelle.
 
Plusieurs pays s’illustrent dans ce déni de liberté. Margareth Thatcher, premier ministre britannique, refuse tout contact avec l’ANC et, en 1987 à Vancouver, s’oppose à toutes sanctions à infliger aux gouvernants de Pretoria. Nombreux sont les pays qui, sans sourciller poursuivent leurs relations commerciales avec un pays qui opprime et brime les Noirs. Le pouvoir de Washington inscrit, quant à lui, Mandela sur ses listes noires.
 
Quelle chance y avait-il alors pour Mandela, avec l’Occident ligué contre lui, d’abattre un jour le régime de l’apartheid ? Certains auraient fatalement répondu, aucune, Mandela a choisi d’agir.
 
Dans ce combat de David contre Goliath, seule la lutte armée semblait pourvoir déstabiliser l’empire colonial. Le camp socialiste, l’Union soviétique et le Vietnam en guerre sont alors des alliés de choix.
 
Cette science de l’action, associant stratégie et tactique, n’avait rien d’une évidence pour Mandela. Il l’a acquise au cours des décennies où, en meneur et en guide, il s’est trouvé soumis aux conditions éprouvantes de l’affrontement et de l’incarcération.
Dans sa stratégie de lutte contre l’asservissement, la tyrannie, la violence raciste, le but à atteindre n’était rien moins que de faire prévaloir une cause sacrée : celle de la libération de son peuple ainsi que de son droit à disposer de lui-même et à exercer sa souveraineté.
 
Mandela s’est toujours montré extrêmement ferme sur les principes qui définissaient sa stratégie. Dans cette perspective, le programme d’action défini comportait une mobilisation permanente des énergies, des offensives répétées, pacifiques ou violentes, un usage intensif de la propagande, une pratique étudiée du travail clandestin, le tout conduit, avec esprit et persévérance.
En même temps, il s’était fixé pour règle de constamment adapter sa tactique aux nécessités du moment, s’efforçant, quand la situation l’exigeait, d’ agir avec souplesse pour contourner les obstacles.
Les vers du poète Henri Michaux devait alors prendre une résonnance particulière : « Dans le noir nous verrons clair mes frères. / Dans le labyrinthe nous trouverons la voie étroite » ([3]).
\
Mesdames, Messieurs,
Dire de Mandela qu’il était uniquement un homme de principes et un stratège politique, c’est, à mon sens, ne pas le considérer dans la plénitude de son être et oublier qu’il fût aussi un modèle de simplicité et de droiture.
 
Nelson Mandela ne s’est en effet, jamais posé en prophète et ou en messie venu apporter le salut à un peuple. Il lui a néanmoins consacré toute sa vie. 
 
Mandela est un homme qui, derrière l’air débonnaire qu’il affiche volontiers, possède une volonté de fer. Dès qu’il est question de justice et d’équité, il se montre d’une fermeté inébranlable.
 
Avec son parti, il a opté pour la non-violence. Mais il récuse le pacifisme, cette forme d’angélisme qui ne mène, selon lui, qu’à la résignation. Pas question, si nécessaire, d’hésiter à prendre les armes pour se défendre. Pour autant, dans la lutte, et afin de ne pas accabler l’ennemi avec lequel il faudra bien faire la paix, il faut, selon lui, savoir, en certaines occasions, se montrer conciliant. C’est le roseau de la fable : il plie mais ne rompt pas.
On comprend qu’un homme de cette trempe apprécie tant les vers du poète anglais William Ernest Henley dans Invictus : «  Aussi étroit soit le chemin, / Aussi nombreuses soient les peines, / Je suis maitre de mon destin, / De mon âme le capitaine ».
 
Presque déifié par certains, Nelson Mandela a su préserver la simplicité et la noblesse d’âme qui lui valent aujourd’hui une telle reconnaissance, une telle affectation et un engouement immesuré.
 
Son refus d’humilier ses opposants à l’heure de la victoire, son souci de créer une unité entre deux peuples que tout opposait, sa tolérance, son engagement indéfectible pour la liberté, lui ont permis de jeter les bases d’une société multiraciale apaisée, capable d’assumer son passé et d’œuvrer collectivement pour un meilleur futur.
 
Mandela a en outre en lui le don de l’abnégation. Il a veillé, lors de ses années de présidence, à être le primus inter pares, c’est-à-dire le premier entre ses égaux. Il ne s’est à aucun moment laissé enivrer par les parfums du pouvoir, de la gloire et des honneurs, refusant même d’effectuer un second mandat.
Car pour lui, le pouvoir n’est qu’un moyen à mettre au service d’une cause et non une prérogative. Elu en 1994 à la présidence de son pays, après sa sortie des geôles de l’ancien régime, il a exercé sa fonction avec l’autorité et la légitimité politiques que lui conférait le succès acquis dans la lutte menée contre l’apartheid.
\
Mesdames, Messieurs,
C’est, dans l’histoire de l’humanité, un véritable exploit de vertu humaine qu’a incarné et accompli cet homme.
 
N’oublions pas toutefois que, pour le pays, pour cette Afrique du Sud que Mandela porte très haut dans son cœur, pour le Monde, il reste encore un autre long chemin à parcourir.
Les inégalités sociales et économiques demeurent particulièrement vivaces, les souhaits de Mandela n’ont donc pas tous été comblés malgré un engagement et une mobilisation sans faille.
Madiba ne peut désormais qu’inspirer ses successeurs auxquels il appartient de poursuivre son combat pour la justice et l’équité.
 
Chers amis,
Pour conclure je voudrais, en votre nom, en appeler à Aimé Césaire afin que, de là où il est, il dise avec nous, à l’intention de Nelson Mandela, ces quelques vers tirés de l’un de ses poèmes : « Vois :/ l’Afrique n’est plus/ au diamant du malheur/ un noir cœur qui se strie ; / notre Afrique est une main hors du ceste,/ c’est une main droite, la paume devant/ et les doigts bien serrés ;/ c’est une main tuméfiée/ une-blessée-main-ouverte, tendue/ brunes, jaunes, blanches,/ à toutes mains, à toutes les mains blessées du monde ».


PS Réunion
 
Nelson Mandela Madiba s’en est allé.  A l’instar des grands hommes tels que le Mahatma Gandhi ou Martin Luther King Jr, l’avocat Xhosa n’a eu de cesse de se battre pour que dans son pays l’Afrique du Sud, tous les hommes soient reconnus égaux en droits.
 
Après plus de 28 ans passés dans la prison de Robben Island, il était devenu le président de la nation arc-en-ciel. Toutes ces années en prison n’avaient pas endurci son cœur et ne l’avaient pas détourné de son objectif. Il avait pardonné et travaillé avec tous ceux qui avaient maintenu son peuple dans l’apartheid.  
 
Travailler avec son ennemi pour que celui-ci devienne un partenaire, tel était son credo. Une intelligence du cœur que si peu d’entre nous sont capables d’en faire preuve.
 
Pour les socialistes de La Réunion, comme pour de nombreuses personnes, Nelson Mandela était un modèle.  Son combat trouvait un écho tout particulier dans notre île. L’apartheid, cette ségrégation raciale instituée légalement, contre laquelle il se battait, nous rappelait cruellement la période de l’esclavage. Et à quelques jours de la célébration du 20 décembre, sa mort revêt une dimension toute particulière. 
 
C’est avec beaucoup de respect que je salue la mémoire de celui qui était prêt à donner sa vie pour construire une société démocratique et libre où toutes les personnes puissent vivre ensemble et en harmonie, en bénéficiant de l'égalité des chances.


Michel Fontaine

Hommage à Nelson Mandela

Nelson Mandela n'est plus. Homme de paix et d'unité, c'est une grande figure de l'humanité qui disparait. A la pointe du combat contre l'apartheid, il a connu de longues années d'enfermement, de privation de liberté, mais a continué inexorablement son combat pour l'égalité entre tous les hommes et la libération de son peuple.

Père de la nation sud-africaine, il a su conduire son pays dans le chemin de la réconciliation et fonder cette nouvelle "Nation Arc-en-ciel".

C'est un Grand homme, qui suscite notre respect unanime, dont le nom est à jamais inscrit dans l'histoire, et plus particulièrement celle tourmentée du XXème siècle.

Je tiens à lui rendre un hommage solennel et à souligner plus que jamais la force de son message de paix.


Cyrille Hamilcaro

Nelson Mandela est mort : Tristesse et Espoir !
Madiba, hérault de la tribu Xhosa, dernier grand héros moderne de la Résistance, symbole de la Liberté et de la Réconciliation entre ennemis, vient de rejoindre les livres d'Histoire après en avoir écrit des pages glorieuses, parfois sombres.
 
Au nom de l'UDI 974, au nom de tous mes collègues élus de l'opposition et au nom de la population Saint-Louisienne, je souhaite que dans toutes les classes de La Réunion, une minute de silence soit observée avec une explication sur que représentait réellement cet Homme pour son peuple et pour le monde.
Cet homme a montré que la souffrance et l'emprisonnement ne sont rien quand on a la Foi en l'Humanité, et qu'on garde toujours en soi cette lumière de la lutte qui fait se dresser fièrement la tête : que la jeunesse actuelle, en manque de repères et de perspectives, sache et puisse s'en inspirer. C'est l'espoir que doit susciter ce décès qui nous attriste mais qui donne la Liberté éternelle.


Pierre Vergès

Merci, Nelson Mandela, d'avoir avec la plus délicate des attentions tenté de partager avec les autres les plus belles valeurs de l'Humanité : Liberté, Égalité, Fraternité, dans le respect de la différence des opinions et des croyances. Vous avez, Madiba, symbolisé ce vers quoi doit tendre un être humain.


Jean Erpeldinger

Hommage à Nelson Mandela

Il était un symbole de la résistance à l'oppression, il est devenu un grand homme et une référence pour le monde entier par son œuvre de réconciliation.
 
Les écologistes réunionnais saluent respectueusement Nelson Mandela, l'homme qui a parcouru le « long chemin vers la liberté » avant d'offrir à son peuple, son courage, sa détermination, son esprit de justice pour poser les premières bases d'un pays moderne et réuni.
 
Son exemple a marqué notre temps, il ne cessera pas de nous inspirer.


Serge Camatchy: 

Nelson Mandela faisait parti de ces grands hommes comme Mahatma Gandhi, Martin Luther King et bien d'autres qui ont fait de leur vie un combat pour la démocratie et la dignité humaine.

Ce dernier combat marque la fin d'une lutte insatiable contre l'apartheid qu'il aura vaincu par son courage, sa détermination et sa dévotion à la population Sud Africaine.

Nelson Mandela resta l'incarnation du peuple Arc-en-ciel, ce peuple pour qui il sera à jamais la voix de la sagesse, de l'unité et de la liberté.
 
Son exemplarité en tant que Président aura permis à son pays d’être aujourd'hui l'un des leaders du continent Africain et un modèle d'unité dans le monde.

L'empreinte de Nelson Mandela sur cette Terre marquera à jamais celle d'un homme d'une exceptionnelle force morale au service de la paix.

Nous devons nous inspirer de cet héritage pour construire une société Réunionnaise avec des valeurs démocratiques plus juste où la violence, la haine et le mépris n'auront plus leur place.

Emergence Réunion et moi-même, nous nous associons à l'immense tristesse de ce grand pays et de son peuple.

A toute la famille de Nelson Mandela et à leurs proches, je présente mes plus sincères condoléances.

La municipalité du Port :

Mandela sera toujours là
 
La Terre entière s'est préparée à cette annonce : Nelson Mandela n’est plus.  Et l'émotion suscitée par cette disparition prend la forme d'une vague de tristesse qui parcourt la planète. Dans ce déferlement international d'éloges et d'hommages, la Ville du Port apporte sa voix. Car ici, au Port, la figure emblématique de Nelson Mandela, l'homme par qui la liberté arrive, a marqué et inspiré des générations.
 
C'est à l'unisson avec le peuple sud-africain que les Portois ont vécu les grandes heures de l'histoire de Nelson Mandela, des manifestations réunionnaises anti-apartheid aux kabars de liesse pour la liberté et la victoire.
 
C'est d'ailleurs tout naturellement que notre municipalité s'est rapprochée  de la Ville portuaire sud-africaine de Durban avec laquelle un programme actif et ambitieux de coopération se développe.
 
A l'heure où Nelson Mandela quitte ce monde, il nous laisse en héritage sa vie de lutte et le sens de son engagement : "combattre ou se soumettre".  Même la mort n’aura pas eu raison de sa foi en la liberté, puisque cette force inspirera tous les combats libérateurs du monde. Il nous appartient ainsi à tous de poursuivre son oeuvre. Mandela est toujours là,  parmi nous.


Jean-Luc Poudroux

Le décès de Nelson MANDELA dit "Madiba" est une perte immense pour le monde entier car il symbolisait à lui-seul la lutte pour la liberté mais également la paix et le pardon. Un homme d'exception nous a quittés. Aucun livre, aucun témoignage ne pourra résumer la vie de cet homme exceptionnel.
 
Je retiendrai cette phrase qu'il a prononcé lors de son procès le 20 avril 1964:"j'ai chéri l'idéal d'une société démocratique et libre dans laquelle tous vivraient ensemble, dans l'harmonie avec d'égales opportunités"
 

Union des femmes réunionnaises

Notre hommage à Mandela

L’Union des femmes Réunionnaises rend un sincère hommage à l’homme qui a changé le cours de l’histoire. L’Afrique du Sud a aujourd’hui perdu son père, Nelson Mandela.
 
La vie de cet illustre homme a été marquée par une lutte sans relâche contre l’asservissement, la tyrannie et la violence raciste. Le but à atteindre n’était rien moins que de faire prévaloir une cause sacrée : celle de la libération de son peuple ainsi que de son droit à disposer de lui-même et à exercer sa souveraineté. Avec Oliver Tambo, Nelson Mandela fonde le premier cabinet d'avocats noirs en Afrique du Sud, puis, en mars 1944, crée la Ligue de la jeunesse de l'ANC (Youth League). Au moment où l'apartheid est "officialisé" par le premier ministre sud africain Daniel Malan en 1948, Nelson Mandela et Olivier Tambo parviennent à accéder à la tête de l'ANC avec la Ligue de la jeunesse.
 
8ème Président de l’Afrique du Sud, de 1994 à 1999, Nelson Mandela obtient le prix Nobel de la Paix en 1993. Devenu symbole de la lutte pour l’égalité raciale, Nelson Mandela a inlassablement affirmé sa volonté de lutter contre les ségrégations raciales au sein de l’ANC, « Congrès National Africain ». Malgré les difficultés et un contexte politique peu favorable à la réhabilitation de la population noire sud-africaine, Nelson Mandela sera figure de persévérance et malgré les vingt-sept années passées dans les prisons. Jamais il n’a cessé de croire en l’accomplissement de son idéal.
 
Aussi, nous tenons à rendre hommage à son engagement pour défendre et conquérir la liberté. Nous rendons hommage à son combat, mené avant tant de rigueur et de principes. Nous rendons hommage à cet homme, génie politique reconnu, fin intellectuel aux hautes qualités humaines et qui a consacré sa vie à se battre pour la liberté, le respect et l’égalité.
 
Les étapes de son combat ont été ceux d’une vie, guidée par un fort message universel et humaniste qui a touché tous les continents. Nelson Mandela a su dépasser les antagonismes des couleurs et les clivages entre les peuples, pour penser la liberté dans sa plus grande égalité.
 
[…]je me suis voué au combat du peuple africain. J’ai lutté contre la domination blanche, et j’ai lutté contre la domination noire » disait-il, comme pour rappeler que les frontières n’étaient que celles que l’homme s’imposait. Sa vision, au delà des clivages, a profondément marqué le monde des idées et doit, aujourd’hui, nous inspirer plus que jamais.

Nous ici Réunionnais que nous sommes, nous avons constamment pris et prenons encore la mesure des exigences de son action.

Femmes de notre pays en tête, nous avons sans cesse accompagné son combat. Nous lui avons, dans la mesure de nos moyens, inlassablement apporté notre soutien. Y compris en nous en prenant, lorsqu’il l’a fallu, aux représentants de Pretoria qui étaient alors, au consulat d’Afrique du Sud à Saint-Denis, les porte-étendards de cet apartheid qui gardait Nelson Mandela obstinément captif dans ses prisons et maintenait son peuple dans la servitude et le mépris.

Nous ne retiendrons pas uniquement sa volonté de libérer son peuple, d’unifier un pays, et d’y instaurer la démocratie, sa lutte contre l’apartheid…nous retiendrons l’homme, dévoué corps et âme à une cause pour laquelle il a sacrifié vingt-sept ans de sa propre liberté. Remémorons-nous la force des messages contenus dans ses combats et l’exemplarité d’une rage de vaincre exceptionnelle.

Nous répétons inlassablement notre profonde admiration pour cet homme qui, s’est toujours efforcé, quand la situation l’exigeait, d’agir avec souplesse pour contourner les obstacles. A chaque fois qu’il le fallait, il a su passer des compromis, consentir à des arrangements, admettre des concessions mais sans jamais risquer de compromettre l’essentiel.
 
« J’ai chéri, dit-il, l’idée d’une société démocratique et libre, dans laquelle tout le monde pourrait vivre ensemble en harmonie, et avec des chances égales. C’est un idéal pour lequel je veux vivre, et que j’espère voir s’accomplir. Mais, s’il le faut, pour lequel je suis prêt à mourir ».


Ajfer-Nou lé kapab

Un parcours exemplaire qui appelle à poursuivre les luttes.
 
Nelson Mandela s'en est allé jeudi soir, et c'est l'humanité qui vient de perdre un de ses Grands Hommes. Nos pensées vont en premier lieu à sa famille, à ses proches, à ses camarades de luttes et au peuple Sud-Africain.
 
Indéniablement, Madiba a marqué l'Histoire au-delà des frontières de son pays. Ses combats, sa persévérance, son infatigabilité, ses croyances en un monde de paix et du vivre ensemble font de lui un homme d'exception.
 
Le devoir de mémoire est une nécessité pour les sud-africains et pour le monde entier, car la vie de Nelson Mandela a été empreinte de force, de détermination et de courage. Son exemplarité doit nous pousser à réfléchir sur nos sociétés dites "modernes", où les Droits de l'homme sont encore bafoués et où la liberté est encore un combat de tous les jours.  
 
Ce parcours dévoué à la lutte est un enseignement pour nous tous. Il nous pousse à prendre notre place dans la société, pour mener la lutte pour la liberté, l'égalité et la justice. 
 
Cette vie de combattant impose de lourdes responsabilités que chacun doit assumer pour la défense des droits humains. Le départ de Nelson Mandela est une raison supplémentaire de poursuivre les luttes d'ici et d'ailleurs, et demande une exigence quotidienne. 
 
Madiba nous laisse un héritage sans communes mesures, c'est bien plus qu'une histoire, c'est une véritable philosophie de vie. 
 
Nous espérons que l'esprit de Madiba permette aux Réunionnais et aux jeunes particulièrement, de surmonter les défis auxquels nous sommes confrontés pour aujourd'hui et demain afin d'avoir une société plus juste.


CCI Réunion

C’est avec tristesse que nous apprenons ce jour la disparition de Nelson Mandela, père de la nation sud africaine et exemple pour l’ensemble de l’humanité.
 
Nous saluons la mémoire d’un humaniste, combattant de l’apartheid et de la liberté reconquise.
 
Les valeurs qu’il a défendues, son courage, sa sagesse et son engagement  malgré les épreuves, continueront à nous inspirer et doivent nous servir d’exemples dans les défis que nous devons relever.
 
Nelson MANDELA fait désormais partie de l’histoire mais le message de ce combattant pour la paix ne disparaîtra pas.
 

Ligue des Droits de l'Homme

Nelson Mandela: Une immense et lumineuse figure d'Humanité !
 
Un grand défenseur des Droits de l'Homme
 
Par son engagement total dans la lutte pour les DROITS et la dignité humaine contre le régime raciste de l'APARTHEID, par sa très haute et vivante incarnation des valeurs d'Egalité, de Pardon et de Réconciliation, NELSON MANDELA restera, pour notre génération et les générations futures, une immense et lumineuse figure d'Humanité.
 
Pour les femmes et les hommes de bonne volonté, de toutes conditions et de toutes couleurs, qui luttent pour faire prévaloir la JUSTICE et le DROIT, contre les ségrégations et les inégalités, sa vie demeurera une source ardente d'inspiration.
 
"Le pardon libère l'âme, il fait disparaître la peur. C'est pourquoi le pardon est une arme si puissante"… Cette phrase de MANDELA, comme sa vie, nous rappelle, en ces temps troublés, que la haine est une entrave à l'action pour conquérir et défendre ses droits. Mais que toujours, le combat continue.
 
A quelques jours de l'anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et de la commémoration de l'ABOLITION DE l'ESCLAVAGE dans notre Ile, la Ligue des Droits de l'Homme à la Réunion invite les Réunionnais à se recueillir pour honorer la mémoire de NELSON MANDELA et méditer son exemple.
 
Elle propose que ce 8 décembre 2013 à 10 heures sur le Parvis des droits de l'Homme à Saint-Denis, à l'occasion de la journée de commémoration de la loi de 1905 fondant la LAICITE de notre pays, s'organise un rassemblement sans distinction de fonctions, d'origine, de religion et d'opinion politique, pour un hommage public à NELSON MANDELA.
 
Pour dire ensemble, ici, à la Réunion: MADIBA, notre grand frère en humanité, tu vivras dans nos cœurs ! 


Les Amis de l'Afrique

Un hommage exceptionnel à Nelson Mandela !
 
Les Amis de L’Afrique à La Réunion expriment leur plus grande tristesse après avoir appris la disparition du Président Nelson Mandéla.

Pour Les Amis de L’Afrique, il n’y a pas de mots suffisamment forts, pour témoigner et saluer de manière vibrante, la disparition de cet homme d’exception.

Un Marbre de l’Humanité vient de tomber s’exclament Les Amis de L’Afrique !
 
L’Afrique en général, et L’Afrique du Sud en particulier, viennent de perdre leur fils le plus illustre et le plus apprécié.

C’est éminemment une lumière qui vient de s’éteindre pour Le Monde, et pas seulement pour L’Afrique !

L’Afrique du Sud perd là, un leader hors du commun et irremplaçable, qui inspirait la vérité, la transparence et l’admiration soulignent Les Amis de L’Afrique.

Le Président Nelson Mandéla a montré la voix de la réconciliation, de la vérité et de la cohésion Nationale en Afrique du Sud.

Il restera à jamais, un exemple pour Le Monde concluent Les Amis de L’Afrique qui invitent déjà La Réunion à lui rendre l’hommage exceptionnel qu’il mérite !

Pour Les Amis de L’Afrique,
Samuel Mouen – Dominique Begue – Nathalie Bagot – Wilson Tsunoungui


LPLP

Un combattant de la liberté contre le racisme et l'apartheid
 
Homme de conviction, héros de la lutte anti-apartheid, Nelson MANDELA s'est éteint à l'âge de 95 ans.
Il fût le premier Président de l'Afrique du Sud libre et une source d'inspiration pour des millions de combattants à travers le monde.
Nous tenons à lui rendre hommage et à présenter à sa famille et à ses amis toutes nos condoléances.


CRAN Réunion

Nelson Mandela, l’ex-président de l’Afrique du Sud de 1994 à 1999, le combattant de la lutte anti-apartheid, celui a qui a libéré son peuple de la ségrégation raciale a entrepris la route pour son dernier voyage. Le décès de Madiba à l’âge de 95 ans, le premier Président Noir de l’Afrique du Sud et l’ex-avocat et l’ex leader de l’Afrique de l’ANC met le drapeau de l’universalisme exemplaire en berne. Le CRAN Réunion salut la mémoire d’un grand homme politique, qui a marqué son époque par sa volonté d’aimer au pluriel. Le combat de Madiba pour le respect et la dignité des Hommes restera pour l’humanité un emblème de la démocratie. Après 26 ans d’incarcération Madiba nous a enseigné que la justice et la paix reste un sujet de préoccupation des Hommes et qu’ils doivent réapprendre à regarder l’autre sans l’enfermer dans un endroit. Le CRAN Réunion exprime sa solidarité au peuple Sud-Africain, en s’associant à l’ensemble des témoignages qui accompagneront Madiba dans sa dernière demeure. On t’aime Madiba. Adyé gramoun et merci pou nout zanfan !


Association Coopération Réunion/Afrique du Sud
 
Message à la République d’Afrique du Sud et à la famille de Nelson MANDELA
 
Nous avons appris avec une grande émotion et une immense tristesse le décès jeudi soir de Nelson Rolihaha Mandela, le fondateur de la 1ere République libre démocratique d’Afrique du Sud.
 
Par le biais de notre Association qui œuvre depuis des années aux renforcements des relations multiformes entre La Réunion et l’Afrique du Sud, nous vous témoignons de l’hommage unanime du Peuple Réunionnais qui se manifeste avec une profonde émotion dans tout le pays depuis l’annonce de sa disparition.
 
« Madiba » était un ami du peuple réunionnais, qui lui a manifesté depuis le début de sa Lutte de Libération pour son pays sa solidarité active. « Madiba » partageait aussi des liens personnels forts avec La Réunion.
 
C’est pour toutes ses raisons que nous prenons l’engagement, avec modestie, d’assurer à La Réunion par tous les moyens la poursuite de son combat pour un monde plus juste, humain et fraternel et continuerons le combat pour le rapprochement de nos deux peuples.
 
Comme le disait un de ses compagnons, Salomon Mahlungu : « son sang nourrira l’arbre qui portera les fruits de la Liberté ».
Puisse son exemple nous inspirer !
 
Viva Madiba !
 
Vive l’amitié et la fraternité Réunion/Afrique du Sud !
Vendredi 6 Décembre 2013 - 09:24
Lu 9446 fois




1.Posté par noe le 06/12/2013 09:27
Sourire universel !
J'adhère !

« La vie n’est pas un problème à résoudre, mais une réalité à expérimenter. » [Bouddha]

2.Posté par Zbob le 06/12/2013 10:04
On ne se refait pas!
Il faut , bien évidemment que le PCR et Paulo tirent la couverture à eux!
Qu'ils sont petits ces communistes d'opérette!

3.Posté par Ste Marie le 06/12/2013 12:30
reaction de jean-Louis Lagourgue tot ce matin sur sa page Facebook, pouvez-vous compléter ?

4.Posté par Antipode le 06/12/2013 12:33
Étonnant comme les gens de droite se permettent de rendre hommage à l'adversaire politique qu'est Mandela et ses idées ; pour rappel Mandela est/était Communiste et mis en prison par ses opposants !

5.Posté par Zarbi le 06/12/2013 12:40
Allez grattez un peu , la "légende" Mandela n'est pas aussi rose qu'on veut nous la vendre .
Pendant plusieurs jours ça va être une loghorrée compassionnelle sans égale ( pas de bol pour le téléthon ) .
Les derniers blancs réfugiés sur les hautes terres dans leurs fermes érigées de leurs mains doivent penser à sauver leur peau : dans quelques temps la chasse sera ouverte .
Ce pays a tout raté , sur le plan économique , sociétal ... pays devenu le plus violent et criminel au monde ; bientôt au rang du Zimbabwé ?
"...Surnommée la mère de la nation, le discours de Winnie Mandela évolue vers le radicalisme. Sa réputation est endommagée quand elle endosse le slogan « un boer, une balle » mais surtout quand, dans un discours le 13 avril 1985 à Munsieville, elle justifie le supplice du pneu enflammé autour du cou des « traitres » noirs. « Avec nos boîtes d’allumettes et nos pneus enflammés, nous libérerons ce pays ».
Sa réputation est encore plus ternie quand son garde du corps et ancien amant, Jerry Richardson, l’accuse de lui avoir ordonné de tuer un jeune activiste de 14 ans de l’ANC, Stompie Seipei Moketsi, en janvier 1989, qu’elle accuse d’espionnage au profit du gouvernement blanc..."
Avec le temps la statue de "l'Idole" s'effrite et la légende se ternit .

6.Posté par ASSOCIATION DE DEFENSE DES PERES PAIRE 2 COEURS le 06/12/2013 13:08
Bonjour,


Nelson MANDELA MADIBA un grand homme est mort..................

une grande tristesse.


BARSAMIAN Bernard Président de l'association de défense des pères PAIRE 2 COEURS

7.Posté par Eveil citoyen 974 le 06/12/2013 16:08
Au-delà des hommages vibrants des grands hypocrites de ce monde qui ont entre les mains le pouvoir de lutter contre les injustices et qui les cultivent au lieu de les effacer, Eveil citoyen 974 appelle les pouvoirs du monde entier à s’inspirer de ce grand homme pour inscrire dans l’histoire de leur pays, l’espoir que Nelson Mandela a su donner à son peuple.

Élus de La Réunion, Représentants de l’Etat Français et Garants de la justice, quel espoir donnez-vous aux citoyens de la République Bananière que vous cultivez savamment sous le couvert d’une démocratie ?

8.Posté par Zarbi le 06/12/2013 17:57
Qui va nous rappeler son amitié avec Kadhafi ? Qui osera dire que le leader lybien a été reçu avec les honneurs et décoré de la plus haute distinction d'A.S. des mains de Mandela ?
Ce qui se prépare n'est pas bien réjouissant :
S. Africa evacuation plan: White Afrikaner group fears genocide upon Mandela’s death
Published time: October 25, 2013
A section of the white population in South Africa is preparing for the worst scenario in case aging former South African President Nelson Mandela passes away. The national evacuation plan over possible genocide was drafted almost a decade ago.

9.Posté par Môvélang le 06/12/2013 19:52
""" 8.Posté par Zarbi le 06/12/2013 17:57"
Qui va nous rappeler son amitié avec Kadhafi ? Qui osera dire """
Et qui osera aussi nous rappeler que beaucoup de nos hommes et grands hommes politiques ont été et sont encore AMI de grands criminels et terroristes ????????
Kadhafi a été accueilli en grande pompe en france, et notre chère président a été bien content de le trouver pour financer sa campagne présidentielle, bon , c'est vrai qu'après, il l'a fait renverser et tuer pour ne pas qu'il parle,

10.Posté par Zarbi le 06/12/2013 21:35
@ Môvélang : vous avez raison , mais cette hystérie politico-médiatique est indécente , voire obscène : trop d'hommage tue l'hommage !
Je ne conteste pas son rôle et l'effet modérateur de sa volonté d'apaisement , mais lui disparu il n'y a plus d'obstacle au chaos .
Selon l’indicateur du développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (le PNUD), l’Afrique du Sud a reculé de 35 places depuis la fin de l’apartheid. L’espérance de vie, qui était de 60 ans en 1994, est maintenant de 43 ans. La criminalité – qui se nourrit d’une pauvreté galopante : 43 % de la population vit à présent avec moins de deux dollars par jour – est l’une des plus élevées du monde . 10% de la population est porteuse du virus du sida , 70% des jeunes filles sont "forcées" (violées quoi) avant leur majorité , 5 fois plus atteintes que les garçons de ce virus ...
Société arc-en-ciel ??? Plutôt celle de la régression .

11.Posté par Jacques AFER le 07/12/2013 15:25
[zarbi et môvélang l'apartheid à été le plus grand scandale de ce siecle depuis l'histoire de l'humanité
si tu contestes son rôle moi cet homme je l'admire le monde entier l'admire sauf vous ça veut dire
quoi ça? depuis la fin de l'apartheid l'Afrique du sud a reculé ? vous connaissez l'histoire de ce pays
pour les juger? vous avez déjà vécu là bas? dis moi carrément que ça vous emmerde que l'apartheid
n'existe plus quand l'apartheid existait le pays vivait en autarcie et coupé du monde mandela
voulais l'égalité pour tous(noirs,blancs,hindous,métis) (...)

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales