Social

Monique Orphé : Une révolution culturelle pour vaincre les violences faites aux femmes

Tribune libre de Monique Orphé sur les violences faites aux femmes.


C’est avec beaucoup de tristesse, mais aussi de colère, que j’apprends qu’un nouveau drame conjugal vient d’endeuiller la Réunion.

Après Ingrid, c’est maintenant Géraldine qui a succombé aux coups de son compagnon. A nouveau, le déchainement des coups révèle l’état émotionnel de leurs auteurs. Ces violences se succèdent et se ressemblent suscitant, à chaque fois, l’émoi puis l’incompréhension.  Passé ces moments, elles resteront inscrites comme "des faits divers" atroces, monstrueux, irrationnels jusqu’au prochain drame. C’est la triste réalité de notre société. Bien évidemment, il ne s’agit pas ici de stigmatiser un département ou jeter l’opprobre sur les hommes réunionnais, mais de tenter un réveil des consciences.

 Au 21ème siècle, malgré l’engagement associatif, politique,  un arsenal juridique plus protecteur, plus répressif,  les femmes restent encore trop souvent victimes de ces comportements barbares et inhumains. Quand elles ne meurent pas, elles restent marquées à jamais dans leur chair et dans leur tête. L’objet de ce courroux : oser reprendre cette partie de liberté qu’elles ont accepté d’aliéner pour vivre avec l’autre. Ces actes monstrueux sont inacceptables, donc injustifiables.

Les violences envers les femmes rongent notre société comme un cancer. Elles s’immiscent sournoisement dans la sphère familiale, professionnelle, publique, politique. C’est une guerre,  sans fin, une course contre la montre à laquelle se livrent différents acteurs pour le vaincre. A chaque vie perdue, nous sommes envahis par le désarroi, un sentiment d’impuissance, la peur d’une certaine banalisation de ces drames voire peut-être une certaine fatalité. A chaque fois nous nous disons que cette guerre n’est pas perdue pour que les actions engagées ne soient pas remises en cause et souvent, dans ces circonstances, perçues comme vouées à l’échec voire inutiles.  Car la lutte contre les violences connaît des avancées. Même si c’est une politique de petits pas. Il faut surtout continuer à se battre au nom de toutes celles qui affrontent encore (elles sont nombreuses) ces violences, murées dans le silence et dans la honte.

L’égalité des sexes inscrite dans les textes restera un leurre tant que persisteront ces violences.  Cette reconnaissance en droit ne suffit pas ; nous devons la graver dans les mentalités. C’est une vérité à redire, mais aussi un défi qui semble difficile à relever. Car cela exige de chacun d’entre nous une certaine remise en cause, bien sûr, et ensuite un engagement continu, total et suffisamment fort pour abolir tous ces clichés sur l’image des femmes, pour mettre fin à cette société gangrenée de stéréotypes machistes et misogynes, une société ensevelie sous l'idéologie de la domination du sexe fort sur le sexe faible. L’éducation est bien sûr la seule porte d’entrée pour faire cette révolution sociétale. Pour construire, un jour, ce nouveau modèle de développement qui, acceptera de regarder, enfin, les filles, les femmes, les mères, les sœurs, "ce deuxième sexe" comme  simplement des "êtres humains", comme cette autre moitié de l’Humanité.  Mandela a donné 30 ans de sa vie pour mettre fin à l’apartheid. Un long chemin avait-il écrit vers la liberté. Nous, femmes, combien de vies faudra-t-il encore sacrifier pour conquérir cette liberté, cette égalité, cette fraternité chère à notre République ?

Monique ORPHE
Députée de la Réunion
Vice-Présidente de la Délégation des droits aux femmes
Dimanche 24 Janvier 2016 - 21:31
Monique Orphé
Lu 1185 fois




1.Posté par li le 24/01/2016 21:57
La loi Mme Orphée la loi.
La loi pas assez présente pas assez réactive. Des peines a deux sous a chaque fois. On se fiche des policiers des gendarmes des enqieteurs des victimes. Il n y a pas de justice pour les petits.

2.Posté par William le 24/01/2016 22:11
Et bien oui, on est d'accord ! il y a bien un problème à ce sujet à la Réunion !
Education ? Alcoolisme ? Laxisme familiale ? Laxisme institutionnel ?

Ce sont les mères réunionnaises qui détiennent la clé !
Jusque là, elles couvrent et excusent systématiquement leurs fils "ti-coq" chérie !!!

Il faut dès l'enfance marquer clairement les limites à ne pas franchir que ce soit pour le respect des autres, la possessivité excessive, les échanges cordiaux même avec ceux avec qui on n'est pas d'accord.

Bien sûr, il y a des pères qui savent éduquer leurs fils mais malheureusement beaucoup sont bien dans cette idée que ce n'est pas leur rôle. Et bien soit, il faut que les mères cassent se cercle vicieux et prennent leurs responsabilités. Leurs enfants ne sont pas les rois du monde ! Stoppez dès le début les comportements excessifs !!!

3.Posté par Titi or not Titi le 24/01/2016 22:24
La Cause Est Noble ! 👍

Mais La Référence A Madiba ??
"Mandela a donné 30 ans de sa vie pour mettre fin à l’apartheid"
http://m.leparisien.fr/laparisienne/actu-people/personnalites/nelson-mandela-et-les-femmes-de-sa-vie-09-12-2013-3391937.php

Et Sinon Dans Les Faits, Actions, Lois .... ?? 😜
Il Vous Faut Un Autre Mandat ?? 😄😄

On Devrait Payer Nos Politiques En Fonction
Des Résultats ! 😜 On Ferait De Sacrées Economies !

ANouLa©®

4.Posté par Effé Ralgan le 24/01/2016 22:32
Toujours dans le constat ces GRATELS socialiste au lieu de prendre les mesures adéquates et arrete monte la tete les zom ek fem
demain elle va refaire un papier après INGRID maintenant GÉRALDINE au lieu de dire STOP elle est dépitée si mes souvenirs sont exacts ...laisse a elle , elle pourait écrire comme pour le LOTO "A QUI LE TOUR"
comme son Président bien aimé pour Charly HEBDO "PLUS JAMAIS CA" la remettre le couvert en novembre et lé pas fini si lu fout pas les band gratels dehors

5.Posté par Michel le 25/01/2016 06:12
Et avec les Rafales vendues en Egypte, au Quatar et en Arabie saoudite par ton pote Hollande, il ne sera fait "aucun mal" aux femmes ?

6.Posté par ALAIN DIMITRI le 25/01/2016 06:50
ou comment mettre les 2 pieds dans le même plat ,toujours avec un temps de retard, surtout qu'elle n'a pas été inviter a la sauterie de hollande en inde faut qu'elle l'ouvre sur un sujet surexploité sur la violence faite aux femmes mde bellot et consort du réchauffé quoi qu'on en dise , la loi que fait elle , la peine de mort dans certain cas question ouverte ???????? . ET créoles arrêtons de prendre les autres pour exemple NELSON MANDELA , nous aussi on a notre propre histoire et culture ,a nous de la construire , pas en copiant sur les autres , alors stop a la médiocrité svpm ...

7.Posté par Alex le 25/01/2016 08:23
Eh oui, madame Orphée, vous êtes bien une disciple de François Hollande.
En effet, vous vous offusquez, vous êtes dans la compassion, vous signez même en qualité de vice présidente de la Délégation aux droits des femmes. Tiens un "titre" de plus!
Et après, quelles sont les solutions que vous proposez?
Vous êtes prompte à saisir les moindres occasions d'apparaitre sur la scène médiatique pour marquer votre rang politique , mais que faites vous de concret?
Pitié, agissez et on appréciera votre travail à la mesure des résultats obtenus.

8.Posté par Révoltés le 25/01/2016 09:46
Sur cette île, ou l'un des premiers habitants, furent des révoltés de Madagascar, on a le sang chaud! C'est vrai, l'alcool, très toléré par nos hommes politiques (vive la taxe ) et le chômage très présent (merci la politique de la taxation des entreprises), font que la violence est là. Pas seulement celle des hommes envers les femmes, il existe aussi la violence des femmes faites aux hommes (dont la presse parle du bout des lèvres, en prenant soin d'effacer le nom de la criminelle et la nommer "la dame", voir clicanoo en ce sens). Elles sont alors aussi ignobles que les hommes, poignardés parce qu'il l'a regardé de travers, parce qu'il parlait pendant une "telenovelas", c'est bien ça la réalité réunionnaise. Mais il y a une violence, encore plus sourde que celle faites aux hommes par les femmes, c'est celle faites aux gramouns dans les maisons de retraites, en raison d'un manque d'effectif flagrant. Personne n'en parle, car on s'imagine toujours que la vieillesse est loin de nous. Mais le temps passe si vite chère madame ORPHE, que nous finirons immanquablement tous en EHPAD. Je ne parle pas de coup de couteau dans les maisons de retraites, mais bien de négligence, en raison d'un personnel réduit.Des personnes laissées pendant plusieurs heures, dans leur couche sale, ou abandonnées plusieurs jours au lit (pas le temps de les sortir de la).... Chère madame, pour en revenir aux femme, celles qui subissent cette violence, sans dénoncer, sont celle qui sont soumises à leur conjoint (par un emploi précaire, car sans logement...).

9.Posté par Homère d''''Alors le 25/01/2016 10:28
bla bla bla ... rien de concret
écouter ce que dit T. Baillif pour comprendre

10.Posté par Kaya POLISMANE le 25/01/2016 12:35
Kan nou sava lékol, y di : le masculin y emporte su le féminin. Ti garson lé en CP y apren' ke c li lé « sèf-en-tèt » par rapor ti fiye dan son klas !! Pa bezoin rod' pli loin, c la fondasion mèm de lédikasion scolèr la mèt la condision, le rol des fam en danzé ! Malèrézman nana bonpé la gard' sa dan lo koko malgré in bon lédikasion parental ki amont' le respé envèr in madam..

Tank nora poin bon mezir de pri, mars' blan va serv' a rien.
Tank nora bononm va pens' ke ban'n madam c zot propriété privé, nora poin d'liberté
Tank ban'n madam sra moin konsidéré k'ban mésié, nora poin légalité

Kan va fé in propozision solide konm in kordon ombilikal y uni in moman ek in zenfan, (ma mèt in kou ban’ madam la en avan, lé pa né lo bononm va gainye rivalizé!) alor la, oui va koz la fraternité, la vi sra pi sakrifié é nora consians kombien la vi lé chèr à sakèn’.

Pou espésialis’ : lé bien bo ékrir, mé linportan c agir

11.Posté par anaelle le 25/01/2016 12:41
A post 5 - 6 - 7:

Moi je trouve ça dommage que lorsqu'un politique sort des sentiers battus et décide de dire ouvertement ce qu'il pense d'une problématique établie, qu'on le condamne politiquement.

Le sujet n'est pas la politique: elle l'a dit plus d'une fois, l'arsenal juridique présent ne suffit pas à arrêter les comportements de ces hommes. Et vous le savez il y a des tonnes de jurisprudences, des tonnes d'arrêts, des tonnes de lois, des tonnes d'associations, des tonnes d'actions de prévention... Mais ça ne suffit pas à les arrêter.

Elle est assez lucide pour nous poser la question: jusqu'à quand allons nous accepter cet état de fait? Pourquoi nous résignons nous à cet état de fait?

C'est un appel à la prise de conscience collective et non un message politique. Un message de femme à d'autres femmes, mais aussi à tous les réunionnais !!!

Z'êtes vraiment politico pas correct ! Savoir faire la part des choses de temps à autre, ce serait pas mal!!

12.Posté par Simandèf le 25/01/2016 13:20
Ce n'est pas en castrant les hommes qu'on fera une révolution culturelle commençons par donner du travail au homme pour qu'il regagne de la dignité, les répercussions sur leur foyer sera immédiate et sans conditions.

13.Posté par Salé le 25/01/2016 13:38
Alex Alex Alex.....elle (Mme ORPHE) agit la preuve en est ! et vous vous faites quoi encore et encore vous dégrader le combat de cette femme qui souhaite mettre en place une action pour vaincre les violences faites aux femmes.
Monsieur.... par pitié agissez donc !

14.Posté par admirateur974 le 25/01/2016 13:51
Madame Monique, tiens ses engagements quand au téléphone grande détresse, oui elle se bat pour avoir une loi sévère quand aux violences faites aux femmes. Au moins elle elle ce bat, mais les pouvoirs avant François Hollande qu'est qu'ils ont fait pour cela. Des avancé maintenant donc la critique est facile.

15.Posté par Pierre Balcon le 25/01/2016 16:14
On ne perçoit pas bien la finalité de cette protestation exaltée de notre députée.
On comprend encore plus mal l'invocation dans cette affaire sordide de la figure mythique de Mandela qui manifestement n'avait pas fini le job.
L'Afrique du Sud détient en effet le triste record mondial des violences faites aux femmes :
toutes les quatre minutes une femme est violée dans ce pays .
Certaines statistiques montrent même qu'une femme serait même violée toutes les 17 secondes dans certaines régions.
De fait, les statistiques sont effrayantes: 40% des Sud-Africaines seront violées dans
leur vie (de même que 3,5% des hommes).Plus du quart des hommes admettent avoir déjà commis un viol et le quart des violeurs sont séropositifs.
Les chiffres varient selon les sources, car la majorité des cas ne sont pas rapportés à
la police. Seuls 14% des violeurs passeraient en jugement.
La loi prévoit bien la perpétuité pour les viols en réunion ou de mineurs - ce qui n'a pas
empêché Jacob Zuma ( lui même un moment accusé de viol ) de demander "les plus dures sentences" pour les agresseurs .
La preuve que les écrits et les paroles sont d'une faible efficacité pour changer les mœurs .

16.Posté par Marmaye la kour le 25/01/2016 16:40
Nana enkor baucou de boulot .... tu vas sur facebook : les gamines exhibent leurs ventres ronds .
Quelles valeurs inculquer aux jeunes puisque celles ci changent au gré des gouvernements . Ce qui valait il y a 40 est condamné aujourd'hui . Les minorités ont plus de droit que la majorité . On verra donc sans doute bientôt les droits des condamnés nouvelles valeurs de la socialie.

17.Posté par Alex le 25/01/2016 17:08
Merci à Salé de vous intéresser à mon post.
Vous m'avez obligé à relire la tribune libre de madame Orphée, et cela jusqu'au bout où elle écrit :
"Nous, femmes, combien de vies faudra-t-il encore sacrifier pour conquérir cette liberté, cette égalité, cette fraternité chère à notre République ? "
je vois en conclusion un constat d'impuissance, plus qu'une solution proposée.
C'est pourquoi je vous renvoie à mon interrogation qui vous a mis en colère.
Je persiste et je signe :
Mme Orphée, quelles sont les solutions que vous proposez. . . . . . .pour faire cesser les violences faites aux femmes.

18.Posté par Effé Ralgan le 25/01/2016 18:13
Bonjour Monsieur Alex POST 17 demande également à Monsieur 13.Posté par Salé le 25/01/2016 13:38 |
de prendre en compte le post 4
4.Posté par Effé Ralgan le 24/01/2016 22:32 | Alerter
b[Toujours dans le constat ces GRATELS socialiste au lieu de prendre les mesures adéquates]b

19.Posté par nokia le 25/01/2016 18:50
ELLE NE PERD PAS UNE OCCASION DE LA FERMER . ENCORE UNE FOIS CA NE VOLE PAS HAUT POUR UN DEPUTE DE LA REPUBLIQUE .ELLE EST COMME SON MAIRE QUI NE TARDERA PAS A TOMBER PAR TERRE. Heureusement que le ridicule ne tue pas ! Enfin c'est la vie .

20.Posté par kld le 25/01/2016 19:28
belle diatribe , mais " maintenant que vais je faire" ........... comme disait la chanson . le makotage généralisé de l'ile , la violence généralisée . rien de nouveau , mais alooors ? kosa y fé ?

21.Posté par Vision le 26/01/2016 07:14
Campagne de séduction pour la reconquête de l'opinion, les futures échéances approchent.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales