Société

Mondial 2014 : Des expatriés brésiliens suivent l'événement

C'est le grand jour, la Coupe du monde de football 2014 débute ce soir. Au Brésil, c'est l’effervescence depuis que les équipes nationales arrivent une à une sur le sol brésilien. Depuis la Réunion, une communauté d'expatriés se réunit ce soir pour suivre cet événement sportif incontournable.


Mondial 2014 : Des expatriés brésiliens suivent l'événement
Laura, la co-administratrice du compte Terra Nova Brésil, tente de regrouper les Brésiliens installés sur toute l'île pour des événements, des conseils, mais surtout pour promouvoir des spectacles traditionnels brésiliens. Aussi, afin de participer au Grand-Boucan et "montrer les couleurs du Brésil", il fallait à ces expatriés "un statut d'association", explique Egna, membre de la communauté.  

Ce 12 juin à la Possession, plusieurs membres de la communauté brésilienne de l'île vont se réunir en soirée pour le match d'ouverture de la Coupe du monde qui se déroule dans leur pays natal. La mairie de la Possession prévoit de mettre à disposition un écran géant pour que les riverains puissent suivre le match.

La Possession "était un bon compromis pour rassembler les expatriés du Sud mais aussi du Nord" d'après Egna. Un spectacle de danse brésilienne, de Capoeira, ainsi que de chant, est organisé avant la diffusion (voir l'affiche ci-dessous).

"Une occasion de se retrouver" pour ces expatriés, lorsque "ce n'est pas évident"  au quotidien parce que "chacun à sa vie", explique Egna. "Ici, il existe une sorte de solidarité entre les expatriés et nous avons tous la même façon de penser par rapport à ce sujet", précise-t-elle.

"Ce n'est pas le moment" pour le Brésil

Au Brésil, le football, c'est presque sacré. Le mari de Regiane Ferriera, expatriée originaire de Pôrto Santana, est de nationalité française. Il dépeint avec ironie, les tensions qu'un possible match France-Brésil pourrait créer : "Si ça arrive, il va nous falloir deux télévisions dans la maison".

Pourtant, Regiane Ferriera explique que les Brésiliens sont "moins motivés" par une Coupe du monde "mal vue". D'après elle, ce "n'est pas le moment pour le Brésil", d'accueillir la Coupe du monde, puisqu'elle "n'a même pas les structures pour". "La Coupe du monde n'améliore rien au Brésil, et l'argent mis dans les stades aurait dû servir à des écoles ou des hôpitaux, qui sont nécessaires au pays", estime-t-elle. D'ailleurs, "les Brésiliens qui vivent à La Réunion ne sont pas plus motivés non plus pour partir suivre la coupe à Rio".

Elle explique que tout ce que va apporter la Coupe du monde "c'est l'augmentation du prix de la vie", notamment au niveau des tarifs de bus, avec l'arrivée des touristes. Les prix seraient "doublés" tandis qu'un Brésilien "gagne en moyenne un salaire de 250€ par mois".

Et après la Coupe ?

Regiane "ne comprend pas" les choix de la présidente actuelle, Dilma Rousseff, et craint que l'après-coupe du monde soit "invivable". Aujourd'hui déjà, "c'est difficile" pour sa famille restée là bas, et elle se demande "comment les Brésiliens vont vivre pendant un mois", le temps du tournoi.

Concernant les infrastructures mises en place pour l'occasion, elle "ne sait pas si elles vont ouvrir leurs portes de façon permanente", s'il y aura une suite. Elle explique que, les ouvriers mobilisés "doivent travailler 24/24H sans sécurité, car pour le gouvernement il n'y a qu'un but, finir à temps, quel que soit le prix".

Les cartels, la corruption et les favelas

En parallèle, elle craint que les dérives du Brésil, violence, trafic de drogues, corruption, n'aillent "de pire en pire" après la Coupe. À l'approche du coup d'envoi de la Coupe du Monde, des photos de bains de sang circulent sur le net, revendiquant des massacres pour "nettoyer" les favelas des manifestants. Pour cette expatriée, ces photos sont là "pour faire peur", elle "ne pense pas que ce soit réellement comme ça"

Malgré tout, d'après Regiane, ça "existait déjà". Selon elle, "ce sont les gens bien qui sont expulsés alors que derrière, les mauvais ne sont pas touchés". Les "plus faibles" subiraient "des menaces, des violences" alors que "la police ferme les yeux".

"Ils font le tri dans la population"

Les prix qui s'envolent ne vont permettre qu'à très peu de Brésiliens d'assister aux matchs, les billets étant "trop chers", ce qui n'est "pas juste" aux yeux de Regiane. Elle assure que comme ça, le gouvernement a fait "un tri dans la population". D'après elle, "certains sont rejetés et manifestent pour se faire écouter du monde".

Streetart denonçant l'argent investi dans la Coupe du Monde
Streetart denonçant l'argent investi dans la Coupe du Monde

Mondial 2014 : Des expatriés brésiliens suivent l'événement
Jeudi 12 Juin 2014 - 11:17
Lu 1029 fois




1.Posté par Choupette le 12/06/2014 19:15
Tcheu dis. La plage de l'ermitage serait-elle plus grande que celle de Copacabanaô ... ?

Ah oui, ici on n'a pas besoin de food mais bien de footbaôl ... .

Pfff ... .

2.Posté par David Asmodee le 12/06/2014 20:36
Se coucher à deux heures du matin pour regarder ce sport de dégénérés.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 13:47 Le Barachois fermé ce soir

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:03 Saint-Leu : L’opération 10.000 arbres lancée

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales