Social

Mobilisation contre la réforme scolaire: "Un dialogue de sourd au rectorat"


Mobilisation contre la réforme scolaire: "Un dialogue de sourd au rectorat"
Mercredi après-midi, enseignants de la 1ère circonscription de Saint-Denis, syndicats et parents d'élèves se sont donnés rendez-vous devant le rectorat pour une mobilisation contre la réforme des rythmes scolaires. Enjeu de cette mobilisation, faire reculer l'expérimentation de cette réforme dans les 24 écoles du secteur 2 de Saint-Denis. Reçue par le rectorat dans l'après-midi, la délégation est ressortie déçue de cet entretien. "Un dialogue de sourd", lâche Patrick Corré, secrétaire départemental de la CGTR Educ'action.

Carole Guision, représentante du collectif des écoles de Saint-Denis, rappelle que "23 écoles sur les 24 concernées par l'expérimentation de la réforme des rythmes scolaires sont contre aujourd'hui". Des enseignants qui n'ont pas apprécié d'être informés par voie de presse de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires dans leurs établissements à la rentrée de 2013.

"Ce qui nous inquiète également, c'est la qualité d'accueil des enfants. Dans une lettre de Vincent Peillon (ndlr : Ministre de l'Education nationale), ce dernier propose de revoir à la hausse le taux d'encadrement. Actuellement, un adulte peut surveiller 10 enfants de moins de 6 ans. Demain, ce sera 1 adulte pour 14 enfants de moins de 6 ans et 1 adulte pour 18 enfants de plus de 6 ans. Où est l'intérêt de l'enfant ?", s'interroge-t-elle.

Mobilisés mais pas abattus, les syndicats, parents d'élèves et enseignants ont occupé le pavé toute l'après-midi d'hier en face du rectorat. "On a dit au recteur que l'expérimentation n'avait pas lieu d'être. Il nous a répondu que c'était l'intérêt de l'élève qui primait et qu'il ne comprenait pas pourquoi nous n'étions pas d'accord", explique Patrick Corré.

"Il veut nous imposer l'expérimentation à Saint-Denis et après on verra", ajoute-t-il. Une réponse pas satisfaisante pour les manifestants. Ces derniers sont bien décidés à ne pas se laisser faire. Une intersyndicale se tiendra ce matin pour décider des actions à venir. "On ne lâchera pas", conclut Patrick Corré.
Jeudi 4 Avril 2013 - 07:00
Lu 702 fois




1.Posté par noe le 04/04/2013 10:52
Le ministre aurait dû obliger à faire cette réforme pour toutes les communes et cela dès cette rentrée !
Nos enfants méritent plus de considération et d'attention de tous !

A la rentrée , on va avoir deux catégories d'écoles :
- les écoles ayant le mercredi travaillé
- les écoles qui refusent pour 1 an supplémentaire ...

Que de cinéma obscur !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales