Faits-divers

Mis en examen pour un viol présumé, le juge Karki remis en liberté


Photo d'archive : Le juge Karki au moment de sa présentation devant le juge des libertés et de la détention lundi dernier
Photo d'archive : Le juge Karki au moment de sa présentation devant le juge des libertés et de la détention lundi dernier
Après avoir passé trois jours en détention provisoire à la prison de Domenjod, le juge d'instruction, Hakim Karki, a été remis en liberté ce jeudi.

Une décision rendue possible après le dépôt mardi, par l'intermédiaire de son avocat, Me Nicolas Normand, d'un référé-liberté devant la chambre d'instruction de la cour d'appel de Saint-Denis.

Le juge Karki reste soumis à un contrôle judiciaire.

Pour rappel, Hakim Karki a été mis en examen pour un viol à Mayotte sur une jeune femme âgée d'une trentaine d'années. Des faits qui se seraient déroulés dans la nuit du 2 au 3 juillet. Une plainte avait été déposée au commissariat de police de Mamoudzou. Une version contredite depuis le début par Hakim Karki, le juge parle d'une relation consentie.

L'affaire devrait être dépaysée en métropole dans les prochains jours.
Jeudi 10 Juillet 2014 - 19:07
Lu 1651 fois




1.Posté par kafir le 10/07/2014 20:29
Une confrontation serait souhaitable, voir indispensable !

kafir

2.Posté par STOP INJUSTICE le 10/07/2014 20:44
Nous sommes ravis de cette libération, du grand n 'importe quoi, cela sent le complot à plein nez, et certains Juges ne le voient pas , ou baignent dans ce complot,.............et cela nous étonnerait pas !
Le Président de l ' Association STOP INJUSTICE
Pascal BIEBER
stopinjustice974@hotmail.fr

3.Posté par cecile le 10/07/2014 21:21
Une erreur d'appréciation d'une personne qui lui a coûté 3 jours de détention

c'est grave !

4.Posté par citoyen le 10/07/2014 21:33
Muller n'aurait jamais accepté de faire dessaisir Karki et n'aurait jamais permis ce cirque... y compris sa détention injustiifiée...

Muller aussi on lui cherche des poux. Lui aussi ce sera peut être dépaysé mais plus tard. En tout cas lui il a bien été délocalisé! ouf on a évité la détention pour muller, merci...

Son rapide départ est bien arrangeant pour certains quand on y pense...

Muller revenez vite!

5.Posté par Citoyens en action le 10/07/2014 21:35
Nous les Avocats soussignés, inscrits au Barreau de Mayotte, rappelant que notre profession a pour vocation la protection effective des droits de la défense et de la présomption d'innocence qui irriguent la procédure pénale.

6.Posté par Il y a des preuves le 10/07/2014 22:05 (depuis mobile)
Certains gros zozos détournent des millions, d'évident des dépôts de nuit, sous les yeux d'un juge d'instruction PÉI ici, qui laisse faire et fait comme si de rien était alors qu'il y a des preuves accablantes !

7.Posté par L’INDÉPENDANT le 10/07/2014 22:18
Pas sûr que le citoyen lambda profite de cette liberté en pareil cas, bizarre cette justice à deux vitesses !

8.Posté par Eveilcitoyen 974 le 11/07/2014 00:07
Nous voyons que le cirque local continue et félicitons ces avocats de Mayotte pour leur courage pour alerter et dénoncer des méthodes illégales pratiquées à La Réunion. Nous le faisons depuis plusieurs mois à La Réunion devant les juridictions réunionnaises et le procureur Muller a eu très peu de soutien ouvert et c'est dommage pour l'image de la justice à La Réunion qui vit dans la peur et on peut les comprendre au vu de tous les évènements. Mais le courage est une étape obligatoire si on veut pouvoir faire avancer une bonne administration de la justice et franchement La Réunion en a vraiment besoin. Courage et persévérance sont les maîtres mots de la liberté pour que les droits soient respectés pour tous.

9.Posté par noe le 11/07/2014 09:29
C'est ça la justice sous les cocotiers !
On laisse en liberté un corbeau en soutane noire qui a fait une action grave ... bien sûr , jugé par d'autres corbeaux en soutane noire qui ont rendu "la justice" en leur âme et conscience , paraît-il ...
Complicité en potes de même profession ?

Si c'était un lampiste-péi sans le sous , l'aurait- on laisser "en liberté" comme ce pseudo-juge ?

Justice sous les cocotiers entre "juges" ça se comprend !

Lamentable justice !
Et lorsqu'on me parle d'égalité entre homme-femme , alors , je pisse !

10.Posté par noe2 le 11/07/2014 09:31
J'ajoute :
"Justice entre potes=justice macotte"

11.Posté par Requin bleu au cerveau strinnnnguée & la Raide ActriX sans soulip le 11/07/2014 11:46
@8 Qu'avez vous prévu lors de la visite de François HOLLANDE?

12.Posté par Dimitri ALAIN le 11/07/2014 14:51
dans l'intérêt de qui cette affaire ,y a t'il des gens aux placés a Mayotte pour mettre mr KARKI hors d 'état de nuire et un viol qui en ne serait pas un , MR KARKI se serait fait des ennemis de part son travail (une affaire dans l'affaire ) qui cache quoi un trafique de quoi influence ,drogue affaire ROUKIAE ? ????? DES QUESTIONS SANS réponses hum sa pue !!!!!!!

13.Posté par kafir le 11/07/2014 17:48
L'avis des élus Mahorais compte pour des prunes, étant donné qu'ils sont eux même limite ,voir plus !

kafir

14.Posté par Citoyenpointzero le 12/07/2014 16:35 (depuis mobile)
Noe vous dites des bêtises. Si on mettait en prison tous les auteurs de soit disant diffamation, toute la France serait en taule. Un jour il faudra quand même se poser la question d une certaine presse bien partisane. Et des manip...

15.Posté par Citoyenpointzero le 12/07/2014 16:37 (depuis mobile)
Finalement quand on y pense personne n aura intérêt aux proces y compris les pontes. Des choses ressortiront. Tout cela fera pchitt

16.Posté par Gloseur sensE le 12/07/2014 16:47
Après "Paradis amers", un film de Christian Faure tourné en grande partie à Mayotte et sorti en 2012 ; peut-être que Claude Zidi serait intéressé par les affaires mahoraises pour tourner : "Les Ripoux 4". Synopsis : Le commissaire François Lesbuche, récemment nommé à l’IGS, son collègue l’inspecteur René Boisrond, vieux renard des pratiques des ripoux, et Julien, jeune inspecteur, partent enquêter à Mayotte et à La Réunion sur une affaire qui sent à plein nez la poudre blanche et le coup monté ; le tout sur fond de corruption et de collaboration xénophobe.
Resté à Paris pour enquêter sur la même affaire, le commissaire Bloret, découvre avec l’aide de Simone, une ex-prostituée amie de l’inspecteur René Boisrond, qu ’une espionne métropolitaine, Mme Triple-zéro-claude, est en réalité une prostituée et aussi une exécutrice du général Ferdinand Walsin-Fouché, en poste dans les Hauts-de-Seine, et qu’elle est payée pour faire tomber à Mayotte le juge instructeur d’une affaire de trafic de drogues impliquant des ripoux en tout genre.
Toute homonymie, toute ressemblance avec des personnages et des personnes existantes ou ayant existé ne seraient que simple coïncidence et ne pourraient en aucun cas engager la responsabilité de l’auteur ni du diffuseur.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales