Politique

Michel Sapin à la Réunion les 14 et 15 novembre: Son programme

Michel Sapin, ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sera à La Réunion les 14 et 15 novembre 2013.


Michel Sapin à la Réunion les 14 et 15 novembre: Son programme
Jeudi 14 novembre 2013

13h: Table ronde sur le thème de la mobilisation pour l’emploi et la formation professionnelle : aider les jeunes les plus éloignés de l’emploi ; former les
demandeurs d’emploi peu qualifiés ; aider les créateurs d’entreprises.
Grand salon de l’ancien Hôtel de Ville, Saint-Denis
 
14h45: Visite du Salon de la prévention des risques professionnels
Parc des Expositions de Saint-Denis

16h: Le dialogue social, un levier du développement territorial
Rencontre avec les partenaires sociaux
Hôtel de la Préfecture, Saint-Denis
 
17h: Point presse
Hôtel de la Préfecture, Saint-Denis

 
Vendredi 15 novembre 2013
 
8h15: Pose de la première pierre du chantier de la darse de plaisance du Grand Port Maritime
Chantier de la Darse de Plaisance du Grand Port Maritime – Terre-plein 80, port Ouest, Le Port
 
8h45: Actions locales en faveur de l’emploi et de la formation, l’exemple du BTP : présentation de la filière BTP à La Réunion, des grands chantiers de la commande publique (Protocole de Matignon) et des actions de la cellule objectif emploi grands projets financée par l’Etat et le conseil régional dans le cadre du CPER ; échange avec des demandeurs d’emploi en formation.
Chantier de la Darse de Plaisance du Grand Port Maritime – Terre-plein 80, port Ouest, Le Port
 
10h30: Pôle Emploi Réunion dans la bataille pour l’emploi : l’accueil des demandeurs d’emploi, première étape du parcours d’insertion ; l’ouverture de secteurs
d’activité habituellement "masculins" à des femmes : atelier action de formation "BTP au féminin" ; mobilités nationale et internationale, les opportunités d’insertion ; la méthode de recrutement par simulation.
Pôle Emploi, 40 rue François de Mahy, Saint-Pierre

11h40: Présentation puis visite du Régiment du service militaire adapté de La Réunion (RSMA-R)
RSMA-R, Quartier Suacot, Saint-Pierre
 
14h: Présentation du dispositif de suivi de parcours d’insertion des jeunes en emplois d’avenir ; présentation du métier de gestionnaire de parcours ; signature du centième contrat emploi d’avenir sur le territoire communal de Saint-Joseph
Hôtel de ville, 277 rue Raphaël-Babet, Saint-Joseph

15h40: Signature de trois contrats de génération parrainés par le ministre SAPHIR, 4 route de la Ligne Paradis, Saint-Pierre

16h15: Point presse
SAPHIR, 4 route de la Ligne Paradis, Saint-Pierre

19h00: Journal télévisé d’Antenne Réunion

19h30: Journal télévisé de Réunion 1ère

Mercredi 13 Novembre 2013 - 09:44
Lu 1681 fois




1.Posté par Vatenguerre le 13/11/2013 16:20
Dire que l'on va encore devoir se taper le baratin d'un apararchik de plus, comme si cela allait résoudre quoi que ce soit...
La comparaison des élus à la noblesse et de la fonction public au clergé est une image à prendre au sens politique: la comparaison avec les conditions prérévolutionnaires en 1789 n'est pas une métaphore populiste:
Comme en 1789 la population souffre de l'immense dette accumulée par le gouvernement, les impots payent des dettes et non plus des services publics.

Comme en 1789, Noblesse et Clergé ne comprennent pas d'ou vient la révolte, confondant la résignation du peuple face aux taxes et au pertes de libertés individuelles avec de l'acceptation.
Comme en 1789, fort du silence, année après années, élus et fonctionnaires se sont arrogés de plus en plus de privilèges, creusant le fossé entre État et citoyen.
Il va Bien falloir a nouveau abolir les privilèges que les classes dirigeantes et leur représentants se sont octroyés au fil des années, ce jouant du choix des électeurs et du non respects des promesses années après années... Cela est devenu une habitude et aujourd'hui élus comme fonctionnaires ne comprennent pas pourquoi les abus d'aujourd'hui ne sont pas oublier comme les abus d'hier?
Cela ne passe pas par une révolution à la 1789, cela va devoir passer simplement par un soulèvement populaire pour obtenir du gouvernement ce que les gens réclament par les urnes comme dans la rue :
Non cumul des mandats ( renouvellement de la classe politique)
Fusion Département/Région ( diminution des échellons administratifs, du nombre de fonctionnaires)
Réduction du nombre d’Elus ( députés, sénateurs…)
Réduction du train de vie de l’Etat ( logements, voitures, avions, e-phones pour tous, conférences festives, etc…)
Stabilisation fiscale nette ( oui, oui c'est possible et cela existe dans d'autre pays :-))
Alignement des retraites du public sur le privé
Ouverture à la concurrence réelle des mutuelles et assurances maladies et retraite ( amélioration de la qualité des services publiques)
Complémentarité des retraites par capitalisation au système par répartition. ( Préservation du "parachute social", stabilisation des charges sociales et libération des individus)

Ensuite seulement nous pourrons commencer à réformer le reste, code du travail, éducation, santé etc…
C’est pourtant très simple de remettre le pays en route maintenant, mais il va falloir passer les phases de « prise de conscience » et « deuil » de l’ancienne utopie : seul le dialogue et le militantisme peuvent permettent au peuple de reprendre ses droits car toutes ses privilèges se payent sur le dos du « tiers Etats », si silencieux depuis des années qu' élus comme fonctionnaires, si habitués à crier si fort et a faire le vide idéologique autour d'eux, vont probablement tomber de très haut...

2.Posté par Albius le 13/11/2013 20:10
Pourquoi dépenser les derniers euros qui restent dans le budget de la République ?
il est temps que les gouvernants comprennent que la France qui travaille en a marre de financer leur train de vie dépensier, et surtout sans aucune utilité.
Gouverner, ça se fait depuis un bureau. Avec les visio-conférences , nul besoin de se promener aux 4 coins du monde.
Assez de gaspillages, c'est le ras le bol fiscal.

3.Posté par le taz le 13/11/2013 22:17
vous n'avez décidément rien compris.
le socialisme, c'est en peu de mot :
- je me fous de l'entreprise,
- je me fous de la concurrence,
- je me fous de la compétitivité
et je m'en tape comme tu peux pas imaginer des carnets de commandes.
par contre, j'adore la fonction publique,
j'adore les impôts, tant qu'il y a des salauds de cons de riches qui les payent,
j'adore l'humanisme à deux balles qui a pour but de faire disparaitre la nation.
et hollande, applique son dogme, marie les homos, invite les leonarda et autres (augmentation des naturalisations, ai-je récemment lu ???), vide les prisons, taxe à mort et récolte la gigantesque tempête qui se prépare....
et pour les abrutis qui soutiennent encore cette cloche, c'est pas de sa faute, mais des méchants qui sont riches...
voilà le niveau....
rendez-vous en mars 2014...

4.Posté par un habitué du marché forain. le 14/11/2013 04:05
Le PS est moribond.


Et ils nous envoient Michel Sapin

5.Posté par Stéphane le 14/11/2013 07:24
En réponse au taz, je suis de gauche mais je ne suis pas riche, et encore moins un abruti.

6.Posté par prout le 14/11/2013 07:39
Ce très haut fonctionnaire de l'Etat qu'est Monsieur SAPIN aurait dû planifier sa venue en décembre, ça aurait rajouté un cachet à la magie de Noël...
Et puis ça lui aurait permis d'annoncer la fameuse (non-)inversion de la courbe du chômage, heu pardon une inversion de la régression dans la progression des chiffres (truqués ou arrangés) du nombre de non-inscrits à Pole Emploi avant la fin de l'année (2035?)...bref comprenne qui pourra, moi suis perdu...
Mais ce qui compte c'est de voyager aux frais de ces c.ns de contribuables...pendant qu'on peut encore le faire...

7.Posté par Esmeralda le 14/11/2013 07:43
Les politiques ont inversé les systèmes de valeurs : l'assistanat prime sur le travail, le délinquant prime sur la victime, l'idéologie prime sur le réalisme, les minorités priment sur la majorité au nom du respect de la différence, l'opinion semble en conclure que le mal prime sur le bien.
Dans ce contexte, les politiques doivent comprendre qu'ils alimentent l'hostilité des honnêtes gens et travailleurs qui sont victimes de cette inversion de valeur.
Donc le ministre SAPIN peut toujours serrer des mains, tant qu'il n'incarnera pas une classe politique qui pronne les bons principes, il sera critiqué.

8.Posté par le taz le 14/11/2013 10:01
@6
si vous lisez bien, j'ai parlé des soutiens de l'autre cloche. et si vous vous sentez visé, dite nous un peu pourquoi vous soutenez ce rigolo. faite des phrases, instruisez nous de votre adoration.
les préfets, dans une note remontée chez le rigolo à l'élysée, indiquent leur grande inquiétude face à une colère qu'ils remarquent eux aussi dans la population.
faut croire que l'aveuglement idéologique de certains dépasse l'abrutissement.
c'est vrai que dans le monde bisounours ou la haine de la nation, des richesses, des entreprises s'affirme chaque jour, le peuple se réveille enfin... face à l’impôt, face au chômage, face aux régularisations massives depuis 30 ans, qui déstabilisent la société. et depuis 30 ans, chut, fallait rien dire, sinon, était systématiquement taxé de racisme et de xénophobie tout ceux qui était contre. méthode stalinienne et facile. mais là, chez bisounours-land, chez bobo qui ne connait pas le déclin, retour dans le monde réel.
et il faudra nécessairement analyser un petit phénomène, un truc tout con : comment des représentants du peuple votent à quasi 100% une écotaxe juste avant de se taper un super gueuleton journalier à 300euros à l'assemblée nationale alors que le peuple, qu'ils représentent, sont contre, n'ont plus d'argent et se révoltent aujourd'hui.
y'a comme un truc qui ne marche plus dans cette pseudo démocratie.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales