Société

Mgr Gilbert Aubry : "Noël n'existerait pas sans Jésus"

A l'occasion du réveillon de Noël, Monseigneur Gilbert Aubry, évêque de La Réunion, fait part de ses vœux dans un communiqué et appelle les croyants à ne pas oublier le véritable message de Noël, qui reste avant tout une fête religieuse et non pas commerciale.


Mgr Gilbert Aubry : "Noël n'existerait pas sans Jésus"
Noël pour nos coeurs d'enfants !

Les rues sont illuminées. Les vitrines débordent de lumière. On va faire la fête. Les pétards seront au rendez-vous. Joyeux Noël en famille, c’est ce que nous allons nous souhaiter. Tant mieux. Mais gare au piège des mots ! Il est significatif qu’en beaucoup de lieux publics, les enseignes lumineuses ont remplacé "Joyeux Noël" par "Bonnes fêtes" !

Le glissement s’est opéré du religieux au commercial. La fête religieuse a été désacralisée pour une sacralisation de l’éphémère et le déploiement d’un désir de bonheur par la transmission de cadeaux. Mais à quel prix ? Et à quel prix de l’humain si l’humain disparaît sous l’idolâtrie de l’agitation fébrile ou de la fascination d’une consommation toujours insatisfaite et menacée ?

N’oublions pas la source d’eau vive si nous voulons avoir une eau de qualité. Noël n’existerait pas sans Jésus. Et Jésus n’est point un personnage mythique. Il fait partie du paysage historique de l’Humanité. Nul ne peut "l’éviter". Il fait question et questionne chacun de nous. Luc, l’évangéliste, prend la peine d’écrire : "En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste ordonnant de recenser toute la terre – ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David. Il venait se faire inscrire avec Marie son épouse, qui était enceinte". Elle mit au monde son fils, Jésus, dans une mangeoire à Bethléem. Voilà la fête de Noël pour les chrétiens !

Quel contraste entre l’empereur Auguste et le tout petit enfant de la mangeoire ! D’un côté celui auquel le sénat romain avait conféré le titre d’Auguste c'est-à-dire "l’Adorable" (en grec sebastos) envoyé aux générations futures comme sauveur (cf. épigraphe de Priène). De l’autre Dieu qui se coule dans la faiblesse humaine, dans la naissance et la croissance d’un enfant sur la paille, sans argent. Ce sont les bergers, les parias de la société qui vont reconnaître "le signe" : "Un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire". Le signe n’est jamais évident. Il vient confirmer un appel déjà entendu. L’ange leur avait parlé. Ils avaient écouté. Ils s’étaient mis en route : "Aujourd’hui vous est né un Sauveur". Ils l’ont cherché. Ils l’ont rencontré et une troupe céleste louait Dieu en disant "Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime".

Les valeurs sont inversées. Dieu ne se rencontre pas dans la puissance ou la peur. Sa toute puissance est de se mettre à notre portée en nous invitant à le chercher à travers mille signes reçus. A l’intérieur de nous-mêmes et dans nos relations avec les autres, dans la nature. Le signe de tous les signes est bien cet enfant Jésus, cet Homme Jésus, cet adulte jusqu’au bout de l’amour, crucifié, mort et ressuscité. Il reviendra dans la gloire. Et l’ordre des choses et des relations humaines sera rétabli dans l’ordre de la Création au cœur de son Créateur. Nous serons nous aussi transfigurés avec Jésus le Christ, boussole pour notre humanité déboussolée.

Noël c’est la sainte Nativité de Jésus pour que les hommes et les femmes découvrent en eux-mêmes plus qu’eux- mêmes jusqu’à l’infini de l’Amour. Nous sommes à nous-mêmes notre unique trésor en Dieu. A La Réunion et partout dans le monde.

Noël ? Une histoire d’enfants ? Pourquoi pas ? Mystère pour les adultes avec leurs cœurs d’enfants de Dieu. A chercher. A trouver. A retrouver. A vivre. L’espérance et la foi ne font qu’un avec l’amour. Vœux pour un temps de fête. Prière pour les temps à venir. Joyeux Noël.


Monseigneur Gilbert AUBRY
 
Lundi 24 Décembre 2012 - 10:47
.
Lu 1556 fois




1.Posté par Arche le 24/12/2012 10:14
Pour Zinfos et tout son staff et à Pierrot sans oublier tous les zinfonautes ...
Spécialement pour vous à l'occasion de Noël

Mesdames , Messieurs ! Vous faites partie de ces gens dont j'apprécie tout spécialement la compagnie parce que vous dégagez une énergie positive et que votre joie de vivre est vraiment communicative. Pour moi, vous n'êtes pas simplement qu'une connaissance, vous êtes quelqu'un qui a beaucoup d'importance et Noël me semble particulièrement un beau moment pour vous l'exprimer bien tendrement.

Joyeux Noël zot tout !

2.Posté par Jeff le 24/12/2012 11:21
Moi qui croyait que c'était la fête de la naissance du dieu Mithra (dies natalis solis invicti), l’invincible soleil, le 25 décembre, qui est devenu au milieu du IVe siècle (354 ap. J.C.), le jour de noël por les cathos.

La vraie histoire m'aurait mentie?

3.Posté par ALVIN le 24/12/2012 11:40
Et il a trouver ça tout seul ou onlui a souffler?
Lamentable!

4.Posté par Critique acerbe le 24/12/2012 11:49
Aubry devrait réviser l'histoire car Noël est une fête sociétale et païenne. Dans les années 50, l'église chrétienne voulait même l'interdire. Avec le temps et comme toujours, l'Eglise a tiré la couverture vers elle pour en tirer profit. Triste religion.

5.Posté par polo974 le 24/12/2012 12:32
Et moi qui croyait que Noël, c'était la fête païenne du solstice d'hiver (dans l'hémisphère nord) qui a été squattée par les chrétiens...

6.Posté par mazenbron le 24/12/2012 12:58
à Arche :joyeux Noe !:-))

7.Posté par DON PAKE le 24/12/2012 13:48
(je traduis) / Noel n'existerait pas sans les gros lobbys consuméristes... Question de bénef avant tout votre altesse royale de Monseigneur. D'ailleurs Noel a changé de date pour effacer une ancienne fête païenne... On résume ? Sans les cadeaux y aurait pas de Noel.

8.Posté par Amiral La Po le 24/12/2012 14:45
Et si Jésus n'existait pas sans Noël?????

9.Posté par nicolas de launay de la perriere le 24/12/2012 14:47
que monseigneur appelle ses ouailles à aller manifester devant les commerçants, pour que l'on change de date et d'appellation pour la fête commerciale .. la fête des glands ou la fête des moutons...tiens, ça serait pas mal..histoire de montrer à quel point nous sommes tous moutons devant les messages publicitaires, et la collusion honteuse de l'Eglise et du commerce, pour maintenir cette pression inconsciente de la nécessaire consommation en cette fin d'année...comme chaque année du reste.

ça vaut bien un défilé contre le Contrat d'Union Libre, qui devrait être utilisé plutôt que le terme mariage puisque celui ci est revendiqué par l'Eglise.. qui défilerait contre le C.U.L... même pas un prêtre à la Réunion !

10.Posté par mazenbron le 24/12/2012 16:29
On peut aimer la religion ,ou pas. Mais la nuée de commentaires sur cet article me fait penser à la phrase de Talleyrand: "Tout ce qui est excessif est insignifiant".

11.Posté par Noël le 24/12/2012 17:57
C'est la revanche et la fête des marchands du Temple et de leurs complices les prêtres, pourtant chassés par Jésus.

12.Posté par un humble pêcheur ... le 24/12/2012 19:44
Un sauveur nous est né ... Paix sur la terre à tous les hommes de bonne volonté ...

13.Posté par Job794 le 24/12/2012 21:20
Quand je pense qu'Aubry était le protecteur de pédophiles il y a quelque temps et qu'il insiste avec son histoire à dormir de bout. Je suis bien d'accord, s'il n'y avait pas les cadeaux donc la conso, il y a longtemps que cette histoire n'aurait aucun intéret .

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales