Faits-divers

Mgr Aubry avait des doutes sur le père Tual en 2005


Mgr Aubry avait des doutes sur le père Tual en 2005
Monseigneur Aubry était-il au courant des vices supposés du père Tual envers les enfants ? C'est à cette question centrale que cherche à répondre la justice... Une affaire qui fait tache dans le diocèse pourrait, en fonction des conclusions, se transformer en tremblement de terre.

Le Journal de l'île annonçait mercredi que le juge d'instruction avait délivré une commission rogatoire pour que la police bretonne interroge l'archevêque de Rennes afin de savoir si ce dernier aurait eu vent des agissements du prêtre avant qu'il soit envoyé à la Réunion en 1987 (lire ici ).

Dans son édition du jour, le Jir annonce que l'archevêché leur a adressé un communiqué. Mgr Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes, y précise qu'en 2005, Mgr Aubry aurait écrit une lettre à Mgr François Saint-Macary, archevêque de Rennes de l'époque et aujourd'hui décédé. Ce dernier aurait répondu le 21 mars 2005 : "Pour ma part, je n'ai jamais entendu parler de situation équivoque à son sujet". Une réponse qui laisse penser que Mgr Aubry avait des doutes sur les mœurs du père Tual. Dans sa lettre, Mgr Aubry aurait précisé avoir adressé une mise en garde au père Tual, lui interdisant de recevoir des enfants à la cure.   

Mgr d'Ornellas précise enfin dans son communiqué n'avoir "jamais entendu parler d'actions répréhensibles qu'auraient commises ce prêtre pendant vingt années". Des propos qu'il devra sans doute répéter aux policiers rennais prochainement.
Vendredi 7 Mai 2010 - 10:33
Benjamin Postaire
Lu 2221 fois




1.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 07/05/2010 10:34
En tous cas, on comprend mieux pourquoi il nous a refusé son aide alors que l'on abordait avec lui les abus subis par nos enfants chez leurs Mères et le refus caractérisé de la justice locale d'appliquer la parité Éducative... Le "Nôtre Père" c'est du Pipeau...

2.Posté par jojolapin le 07/05/2010 10:54
Il serait intéressant de savoir si Monsieur AUBRY a pris le temps de parler avec Monsieur Tual des soupçons qui pesaient sur lui...

3.Posté par Jackiri le 07/05/2010 10:54
ah, ils s'excitent bien ces prêtes, curés...

4.Posté par GROBERT le 07/05/2010 11:01
j'hallucine grave .... Msr AUBRY, vraisemblablement, était au courant des faits du pére et n'as pas préconisé plus de mesures....., meme aurait dû faire une enquête dans la logique pour verifier l'exactitude des accusations .... A mon avis , le premier responsable c'est lui en tant qu' evêque de la reunion et responsable des prêtres de l'île, il aurait dû faire autrement pour éviter que ça dégénére bref .... tous les deux sont coupables !!
je suis chretien et je suis outré d'entendre ça ....

5.Posté par Grimoutz le 07/05/2010 11:12
Ce qui est marrant chez les curés c'est qu'ils ne sont jaaaaamais au courant de rien, comme s'ils vivaient dans le monde enchanté des bisounours... On nous prends vraiment pour des imbéciles !

6.Posté par Julie le 07/05/2010 11:16
Pour moi il est un peu responsable.

7.Posté par Jesus was a rolling stoned le 07/05/2010 11:37
Nous y arrivons tout doucement......petit à petit, les choses s'éclaircissent....ce Père (...) Tual n'aurait il pas tout simplement été envoyer "au vert" à la Réunion, histoire de le faire oublier las bas...où il avait déjà des comportements répréhensibles....???

Aubry va devoir s'expliquer......la justice va trancher..Les responsabilités doivent être établies et les responsable devront payer.....d'une manière ou d'une autre....


8.Posté par Socrate le 07/05/2010 12:33
Pauvre curé! Pauvre évêque! Les voilà pris dans une tourmente médiatico-judiciaire à visée cathartique. Quand est-ce que la société réunionnaise prendra l'initiative de parler des problèmes de moeurs qui gangrènent la société depuis toujours et dont il faudrait évaluer les conséquences délétères sur notre vécu social et les relations humaines d'une manière générale dans notre ile. Je suis intimement convaincu que le degré de violence que nous connaissons (surtout familiale) et bien d'autres pathologies sociales sont liés plus ou moins étroitement aux abus sexuels commis dans les plantations , aux incestes et autres abus cachés sur les enfants , les abus dans les couples , etc... La sottise est de croire que parce que ces évènements restent cachés ils n'ont pas de conséquences désastreuses sur le fonctionnement de la société. Alors , que l'on médiatise un curé fautif , je veux bien. S'il a fauté il doit payer.. Le reste regarde les Catholiques . Je n'ai rien à dire de plus. Mais que l'arbre ne cache pas la forêt. Les tragédies humaines liées aux abus sexuels à La Réunion ne proviennet pas en majeure partie des curés. Il faudrait s'occuper sérieusement de tous les autres si on veut être crédible. Je pense que , en plus d'être une affaire de volonté politique , c'est authentiquement aussi une affaire de société. La société réunionnaise est-elle vraiment claire sur ce sujet?

9.Posté par etjosedire le non-catholique le 07/05/2010 12:38
La démarche de M. Aubry en direction de son collègue breton dénote que face aux ladi lafé habituels de la Réunion, il a cherché à faire la part des choses.

En recevant une réponse pareille: "Pour ma part, je n'ai jamais entendu parler de situation équivoque à son sujet" il ne peut que réagir comme il l'a fait; à savoir:

1° le passé de ce curé n'étant aucunement entaché d'accusations dont le ladi lafé local l'accusait, M. Aubry ne peut que traiter la rumeur qu'en tant que telle.

L'apôtre Paul dans sa première épître aux Corinthiens, parlant de la "Charité" dit au chapitre 13, verset 7
" La charité excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout."

Fallait il que M. Aubry se mette à douter de la réponse de son collègue breton ? Si c'était le cas il aurait mieux fait d'éviter d'aller l'interroger, si c'était pour mettre en doute la réponse qui allait lui être faite.

2° l'approche des choses étant singulière ici, afin d'éviter toute équivoque, M. Aubry recommande au curé Tual d'éviter de se retrouver dans des situations susceptibles de nourrir le ladi lafé. En quoi une telle recommandation est elle une accusation ? Et de plus est elle susceptible de faire aujourd'hui de M. Aubry un complice du curé Tual ?

Vouloir éviter à un collaborateur, n'ayant pas l'expérience de la mentalité réunionnaise, d'être victime innocente du ladi lafé, n'était ce pas le rôle de l'évêque ?

Aussi M. Postaire permettez moi de m'inscrire en faux contre le titre de votre article. Il me semble que M. Aubry n'avait pas de doutes, mais tentez en 2005 d'éviter toute apparition de doutes en lui au sujet du curé Tual.

Car s'il avait eu des doutes, il aurait écarté ce curé de sa mission en l'affectant à d'autres tâches, mais il n'aurait jamais maintenu en place quelqu'un dont il avait la conviction (pas des preuves) d'être un prédateur d'enfants. Imaginez M. Postaire ce que serait un diocèse où le ladi lafé déciderait de la venue ou du départ d'un prêtre ? Autant dans ce cas faire l'économie d'un évêque.

Une chose est certaine, le juge Niel ne croit pas du tout les dépositions de M. Aubry en tant que témoins. C'est ce qui doit être le plus douloureux à vivre pour M. Aubry. A ce niveau je veux transmettre à ce dernier le témoignage de toute ma sympathie, car sa mission étant fondée sur la confiance, c'est tout son sacerdoce que l'on tente de faire vaciller.

Je souhaite que, concernant M. Aubry, il n'y aille pas de lui comme des légumes. En effet quand ces derniers ne sont pas crus, ils sont cuits.

10.Posté par David le 07/05/2010 13:04
Pourvu que la justice ait le courage d'aller jusqu'au bout.

11.Posté par GROBERT le 07/05/2010 14:52
On ne l'accuse pas Mr AUBRY d'être complice .... On dit juste qu'il est responsable de l'eglise à la reunion et il se doit intervenir dans ce genre de situation !!!

12.Posté par fiuman le 07/05/2010 15:04
monseigneur Aubry est sûr de l'existence de Dieu mais il ne l'a jamais vu , monseigneur Aubry a des doutes sur les pratiques sexuelles criminelles du père Tual, pourtant il les a vu et entendu!
Comprenne qui pourra, les voies de Dieu sont impénétrables pas comme celles des enfants de cœur ...........................

13.Posté par mwa la pa di le 07/05/2010 15:55
Il avait des doutes ou savait et ne voulait pas croire ? Sur quoi a-t-il fondé ses doutes : information, suspicion, plainte ? La voix du Seigneur est impénétrable.... (Motus)

14.Posté par oXo le 07/05/2010 15:56
5 ans de silence
2 mois de vacances
On n'efface tout et ils recommencent.................
Aimez vous les uns les autres
SURTOUT LES AUTRES
La religion: esclavage mental.

15.Posté par Feroz le 07/05/2010 16:04
M Aubry n’a surement pas écrit à l’archevêché de Bretagne en 2005 pour leur demander le temps qu’il fait là-bas, c’est le signe qu’il avait des soupçons suffisants pour entreprendre cette démarche.
Mais a-t-il fait une enquête sérieuse ici ? Dans le doute il a sans doute préféré trancher vers la solution qui lui causait sur le moment le moins de problèmes : Laisser le père Tual continuer de faire les offices, confesser, donner la communion … et recevoir les enfants.

Oui M Aubry, mauvaise pioche, Tual laissé faire … et ça se révèle maintenant être une ignominie pour l’église catholique en général et à la Réunion en particulier.

Et on sait qu’il plaidera toujours la même chose : j'étais pas au coran, c'est normal je suis catholique …

16.Posté par lim le 07/05/2010 16:17
Sage, admirable etjosedire (le non catholique) dans son commentaire 9! Heureusement que des personnes comme vous existent!

17.Posté par lola le 07/05/2010 16:29
Il me paraît plutôt sain (saint ?) que Mgr Aubry ait cherché à en savoir plus au sujet du père Tual. Il a cherché à savoir si ses doutes étaient fondés. Selon moi, il a fait ce qu'il devait faire. Mais comment accuser ouvertement quelqu'un sans preuve tangible ?

18.Posté par Domhoar le 07/05/2010 17:46
Un prêtre Fidei donum, comme l'est le père Tual, reste lié à son diocèse d'origine même s'il est affecté dans un autre diocèse. Il était donc normal que Mgr Aubry envoie à l'évêque de son diocèse d'origine la copie de la mise en garde qu'il avait adressée au père Tual. Et qu'il fasse part des raisons qui la motivaient, lesquelles ne pouvaient en effet relever que de la rumeur, sinon l'évêque de La Réunion aurait demandé au curé de se dénoncer, ou l'aurait fait lui-même, comme il l'a toujours répété et prouvé à plusieurs reprises qu'il était capable de tenir parole. Peut-être faudrait-il se demander pourquoi certaines personnes veulent à tout prix voir en lui un coupable, s'imaginent des secrets qui n'existent probablement que dans leur imagination et vont jusqu'à se réjouir par anticipation de sa mise en cause (purement fantasmatique) dans un procès. Se réjouir de ce qui pourrait arriver de mauvais à quelqu'un d'autre... quel bel esprit, vraiment !!!

19.Posté par bertel le 07/05/2010 18:40
7.Posté par Jesus was a rolling stoned le 07/05/2010 11:37
"Aubry va devoir s'expliquer......la justice va trancher..Les responsabilités doivent être établies et les responsable devront payer.....d'une manière ou d'une autre....


No comment !

Bertel de Vacoa

20.Posté par Victor le 08/05/2010 07:54
Je suis en total accord avec le post 9. C'est très bien dit.

21.Posté par citoyen le 08/05/2010 10:13
Je fais suite au post 9.

Nous n'avons pas à juger et remplacer un juge ou un tribunal, et il faut respecter la présomption d'innocence. Mais on peut se poser des questions.

1 - L'évêque écrit à l'archevêché de Rennes pour savoir si les "ladilafé" sont vrais ou non. On lui répond : R.A.S. sur les 20 premières années du Père Tual en métropole, à Rennes, donc il classe l'affaire.

2 - Et il conseille au Père Tual de ne pas recevoir des enfants à la Cure, pour éviter d'alimenter les rumeurs....

Certes, mais:

- C'était en 2005, depuis, l'affaire est restée classée? Il n'a pas vérifié si le Père Tual s'était conformé à ses instructions ou conseils? Il n'y a pas eu de "nouvelles" rumeurs sur des faits nouveaux depuis 2005?


- Il me semble qu'avant d'écrire à l'archevêché de Rennes, l'évêque de la Réunion a du penser que la rumeur n'était peut-être pas fausse, car écrire signifiait émettre des doutes sur le comportement d'un curé, et donc porter atteinte à son image, ses prérogatives auprès de la hiérarchie..... même s'il dépendait de la Réunion.

D'ailleurs, j'imagine que l'Eglise catholique doit avoir une sorte de "DRH" et le dossier du Père Tual doit conserver trace de cet épisode...

Comment ça se passe à ce niveau, quelqu'un pourrait-il nous informer?

Ecrire à Rennes ne me paraît donc pas anodin...


- Par ailleurs, une rumeur ne naît pas toute seule et n'est pas toujours infondée.

Tout ne dépend-il pas de ce que l'on entend par rumeur ( "ladilafé" en créole)?

S'il s'agit de rumeurs et bruits colportés par x, y, z et autres, et du nombre de personnes colportant le rumeur. Et si elle se fonde aussi sur des témoignages "directs" (parents, amis de victimes...).

Sur ce point, on ne sait pas...


- On peut se demander si dans un contexte général de déchristianisation de l'Europe, de tels faits sont le plus souvent passés sous silence par l'Eglise dont "l'audience" n'est pas au top (sauf à la Réunion, notamment, et où justement, de tels faits risqueraient de lui porter un coup...).

Surtout si on y ajoute la doctrine du pardon et du salut individuel de l'Eglise qui tend à pardonner mais pas à sanctionner ...


- Aussi, je peux comprendre le scepticisme du juge NIELS dont c'est le rôle, faut-il le rappeler, de ne pas croire et "gober" ce qu'on lui dit, mais de vérifier, tout en respectant la présomption d'innocence ....

Laissons donc le soin à ce magistrat d'enquêter ....

22.Posté par hoareau le 08/05/2010 19:52
Mais quand donc Papapio arrêtera de délirer? Il n'apporte rien au débat et pollue le site.

23.Posté par etjosedire le non-catholique le 10/05/2010 13:41
Post 22: Papapio, contrairement aux apparences, ne délire aucunement. C'est sa souffrance de père frustré de ne pouvoir protéger contre des prédateurs, son enfant dont il n'a pas la garde, qui le pousse à frapper à toutes les portes. Celle de l'Église semble ne pas s'être ouverte à sa détresse. Il ne fait qu'apporter son témoignage.

Post 21: Je prends connaissance ce jour, de vos interrogations. Vous devez noter qu'un évêque n'est pas l'employeur d'un prêtre. Leurs relations échappent donc au Code du Travail.

Le juge Niel doit instruire à charge et à décharge. C'est un devoir qui s'impose à lui.

En l'espèce je rappelle que M. Tual lorsqu'il a été arrêté n'était plus prêtre depuis quelques jours. Ceci signifie que M. Aubry ne s'est aucunement désintéressé du cas en question. Lorsqu'il a eu en main les preuves irréfutables des agissements coupables de M. Tual:
1° Il a obtenu la démission de ce dernier, les éléments en question disqualifiant M. Tual pour la fonction sacerdotale,
2° Il a, et ceci je le suppose car je n'ai aucune information à ce sujet, en tant que citoyen, dénoncé aux autorités judiciaires, les faits dont il détenait les preuves.

Vouloir reprocher à M. Aubry du laxisme dans le traitement de cette affaire, c'est lui reprocher d'avoir agi avec prudence.

Fallait il que M. Aubry, face à l'absence de preuves, sanctionne en aveugle au risque de se retrouver accusé de diffamation ?

M. Tual n'ayant pas fait preuve de loyauté dans toute cette affaire, en reconnaissant les faits aux moments où il a été interrogé par M. Aubry, il ne restait plus à ce dernier que deux voies:
1° Les recommandations qui lui ont été faites, afin que tout équivoque soit évité,
2° L'attente de preuves pour confondre M. Tual qui ne cessait de nier les faits.

M. Aubry, que je sache est évêque, pas inquisiteur, d'autant que ce dernier mot évoque un passé douloureux au sein du catholicisme.

Je voudrais dire combien je suis surpris de constater que l'instruction du juge qui doit se faire dans le secret, paraît pour le moins éventé dans le cas présent.

Du coup, je me pose deux questions:

1° Qui a intérêt à étaler sur la place publique les procédures d'investigations menées par le juge d'instruction ?

2° Ces indiscrétions, touchant une personnalité locale, en l'occurrence l'évêque, se veulent elles être indirectement un sondage pour tester la réactivité de l'opinion publique locale au cas où le juge Niel déciderait de mettre en examen M. Aubry ?

Je ne saurai trop conseiller au juge Niel la même prudence avec laquelle M. Aubry a agi à l'égard de M. Tual.

S'il devait recourir à une telle mesure extrême, je ne peux que lui conseiller d'avoir toutes les preuves irréfutables en main, concernant la complicité éventuelle de M. Aubry. Ceci reviendrait à accuser M. Aubry de pédophilie passive.

Le risque de trouble à l'ordre public qui s'en suivrait, au cas où une mise en examen non fondée de M. Aubry interviendrait, aurait un effet boomerang désastreux sur la carrière du juge Niel.

24.Posté par lim le 10/05/2010 21:01
Re-bravo etjosedire le non catholique.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales