Faits-divers

Meurtre des époux Aho-Nienne, une reconstitution sous haute surveillance


Meurtre des époux Aho-Nienne, une reconstitution sous haute surveillance
Le meurtre des époux Aho-Nienne, commerçants nonagénaires connus et appréciés de tous au-delà même des Grands-Bois, avait soulevé une indignation mêlée d’incompréhension, voici quelques mois.

Ces deux vieilles personnalités, qui faisaient volontiers crédit aux plus nécessiteux, avaient été sauvagement tuées par des casseurs venus chercher de l’argent facile au détriment de deux personnes incapables d’esquisser le moindre geste de défense. Les deux fils du couple, qui avaient assisté aux scènes d’horreur, avaient bien cru eux aussi leur dernière heure arrivée.

L’écoeurement avait atteint son comble lorsqu’on apprit, très vite, que leurs agresseurs, devenus leurs tortionnaires, puis leurs assassins, étaient des jeunes habitués de leur commerce, des gens qui avaient plus que largement profité de la compassion de ces deux personnes connues pour avoir le coeur sur la main. Deux vieillards grâce auxquels ils avaient pu manger lors de leurs périodes (nombreuses) de détresse financière !

Le GIPN… au cas où !

Ce matin, trois des présumés coupables étaient de retour sur les lieux de leur forfait, Evelyne Filomart, Jimmy Célina et Michaël Robert. A charge pour eux de refaire leurs gestes à l’intention  du personnel de justice, le procureur Zukowicz et la juge d’instruction Pauline Flauss. Me Khlifi-Ethève et Raffi assistaient les accusés tandis que la partie civile était représentée par Me Frédéric Hoareau.

Le souvenir laissé par les deux vieux commerçants avait soulevé une telle haine à l’encontre de leurs meurtriers que l’on pouvait craindre un déchaînement de violence à leur encontre. Aussi, un important dispositif de forces de l’ordre avait-il été prévu, en l’espèce un nombre impressionnant d’agents du GIPN, chargés de maintenir à distance respectueuse l’impressionnante foule de curieux (et la presse).
La station-service, dont le fonctionnement a été repris par les deux fils rescapés du massacre, avait été fermée pour l’occasion, ces deux hommes ayant été les témoins directs du sordide massacre.

Quelques divergences

Toute la reconstitution s’étant déroulée à l’intérieur de maison familiale, peu de renseignements ont filtré. Nous avons quand même pu apprendre qu’aucune révélation n’a été enregistrée, la séance ayant surtout servi à lever le voile sur quelques points de divergence entre accusation et défense. Pour le reste, aucune contestation des faits n’a été soulevée par les auteurs de ce crime odieux.

L’ensemble de la reconstitution a duré plusieurs heures. Après quoi, sous solide escorte policière, les accusés ont regagné leurs cellules respectives.
 
Mercredi 17 Juin 2015 - 15:25
Jules Bénard
Lu 1665 fois




1.Posté par Porto le 17/06/2015 20:35
Dommage que les autorités n'aient pas jugé utile de les abandonner à la vindicte populaire !

2.Posté par caniardland le 17/06/2015 23:33
bah si ça se fait dans les pays peu développé.....mais bon ce serait raccord tu me dira

3.Posté par zan le 18/06/2015 09:28
zot devré avoi honte fé un afer kom sa, suicide azot en prison!!
en réalité bana i sa faire pa tro de prison et resortir kom si de rien n'était

4.Posté par eliotness le 18/06/2015 10:26
une fois de temps en temps ils pourraient le faire.... ca en refroidirait...peut être... certains !

5.Posté par Al Carbone le 18/06/2015 14:15
@4.Posté par eliotness

Entièrement d'accord avec vous mon cher eliotness !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:45 Saint-Louis: Un conducteur heurté par un bus

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales