Social

Menaces de grève au JIR

L'ambiance n'est vraiment pas bonne, en ce moment, au JIR.
La conjonction de deux événements, le licenciement d'un "vieux" journaliste du Sud pour faute grave et l'embauche de trois journalistes du Quotidien, ont mis le feu aux poudres et les journalistes ont menacé de se mettre en grève. Ils y ont apparemment, pour le moment, renoncé, mais le feu n'est pas complètement éteint puisqu'aujourd'hui encore une délégation de journalistes s'est présentée dans le bureau de Christophe Tézier, le rédacteur en chef, pour savoir où en étaient leurs revendications.


Menaces de grève au JIR
Chronologiquement, il y a d'abord eu le licenciement de Sulliman Issop, un vieux de la vieille, quelqu'un qui doit avoir 25 ou 30 ans de métier derrière lui. Intégralement effectués au JIR.
Sulliman Issop a apparemment commis une faute grave: sa "proximité" avec une jeune femme mise en cause dans une grosse affaire dans le Sud l'a poussé à rédiger lui même la plainte de la jeune femme... contre son propre journal.
Si les faits sont avérés, son cas est effectivement indéfendable.
Mais, ce que contestent les journalistes, c'est surtout la façon dont a procédé Jean-Louis Rabou pour parvenir à ses fins. Le PDG du JIR est allé dormir dans un hôtel du Sud pour pouvoir débarquer aux aurores, en compagnie d'un huissier, afin de saisir l'ordinateur du journaliste. Sulliman Issop, au regard de son investissement passé, méritait peut-être un autre traitement de la part d'un PDG qui vient d'arriver...

L'autre malaise provient de l'embauche de trois journalistes, en provenance du Quotidien (Jérôme Talpin, David Chassagne et Vincent Boyer), et avec pour au moins l'un d'entre eux, un salaire dit-on supérieur à celui des "anciens".
Pour reprendre les propos d'un journaliste, "le mercato d'été est ouvert"... Les pasionnés de football comprendront.
Les journalistes du JIR n'ont pas manqué de rappeler à Jean-Louis Rabou ses promesses "de ne pas débarquer avec son équipe".
Cela étant, il lui fallait bien pallier les départs notamment de Christian Chardon et de Philippe Le Claire. Et où "faire son marché" sinon chez le concurrent d'en face, chose que ne s'était pas prié de faire Jacques Tillier avant lui.
D'autant que le professionnalisme des journalistes en question ne peut être mis en doute. Jérôme Talpin notamment est sans doute le meilleur fait-diversier actuel sur l'île, et il était normal que le JIR essaie de le débaucher.
Les réponses de Jean-Louis Rabou n'ont cependant pas été totalement convaincantes puis que la tension perdure.
Affaire à suivre, donc...
Lundi 17 Novembre 2008 - 19:17
Pierrot Dupuy
Lu 3463 fois




1.Posté par Lorant le 17/11/2008 21:52
Jérôme Talpin "le meilleur fait-diversier actuel" écrit Pierrot Dupuy. Qu'il citre seulement une affaire qu'il a sorti ! JT est surtout connu pour s'abriter sous un très grand parapluie pour masquer ces divers ratages et sa faculté à rejetter la faute sur ses collègues. Il va y avoir de l'ambiance au Jir.
Jérôme Talpin est surtout récompensé de sa proximité avec Rabou qui lui avait déjà valu de prendre la direction du service des faits-divers tout en conservant la main-mise sur celui de l'océan Indien (que quelqu'un m'explique le rapport entre ces deux services)
Pour le reste, il est loin de faire l'unanimité, au point que Jean-Noel Fortier, un "bon" celui là en faits-divers, a pris du recul du service pour ne pas être sous les ordres d'un incapable.
On attend donc maintenant de voir l'effet-Talpin sur le Jir, lui qui au Quotidien a passé son temps à dénoncer "les dérives" du Jir (violée à la Une, présumés innoçents en photo avec les menottes, cadavres sous drap blanc à même la voie publique, etc.) Sera t-il capable d'inverser la tendance puisqu'il semblait la déplorer ou bien continuera t-il dans le sensationnalisme à outrance pour faire plaisir à son mentor bien embêté par son incapacité à redresser les ventes du Jir ?

Au fait, il reste encore au Chaudron deux grands potes de Rabou qu'il a mis à la tête de services et agences avant son départ du Quotidien. Lequel sera le suivant au détriment des "minables" (ce sont ses mots) du Jir? Les paris sont ouverts.


2.Posté par gigie le 17/11/2008 22:17
La grève à Témoignages serait-elle contagieuse?

3.Posté par El bourracho le 17/11/2008 22:19
Moi, je lis plus le JIR depuis le départ de Philippe Leclaire, puis de Christian Chardon. De toute façon, certains journalistes avaient prédit la glisse du journal, dommage j'aimais bien son ton caustique.
JL Rabou PDG ? c'est pas directeur ?

4.Posté par CREOTAS le 17/11/2008 22:23
Sulliman Issop a-t-il été "victime" de surginisation?

5.Posté par JeanPhi le 18/11/2008 07:53
Bonjour,
@ Lorant: je ne suis pas sûr que JLR soit pour quelque chose dans la nomination de JT en tant que chef de service. Question de date.

6.Posté par Lorant le 18/11/2008 08:30
Jean Phi
Bonne remarque, mais cette nomination découle directement du plan mis en place avant son départ et de la nomination de Bruno Geoffroy à la rédaction en chef. Idem d'ailleurs pour le chef d'une agence qui va bientôt annoncer son départ.
Mais je ne sais pas si on doit dire les rats quittent le navire en parlant du Quotidien. Peut-être est-ce un bien?

7.Posté par JeanPhi le 18/11/2008 10:04
Encore un départ?
Les plots de la piscine vont être saturés...

8.Posté par Titang le 18/11/2008 14:15
ET Testa ?

Est-il toujours au JIR ? Sans ses billets, sans ceux de Tillier, le JIR devient un journal AFP, publicité, propagande pour l'inconséquente Valérie Bègue et faits divers. Sans grand intérêt donc !

Je pose la question car je vois des "billets doux de Testa" sur le site de L'Union. Serait-il collaborateur des deux journaux en même temps ou ai-je raté une page ?

9.Posté par Fonker le 18/11/2008 18:15
Pour sauver le JIR : il faut FERMER CLICANOO !!

10.Posté par patrick floc'h le 18/11/2008 20:51
Tiens donc il ya des fachos ?
Vive la liberté de faire grève contre la dictature des graines de gauchistes.
_______________
L'autre malaise provient de l'embauche de trois journalistes, en provenance du Quotidien (Jérôme Talpin, David Chassagne et Vincent Boyer), et avec pour au moins l'un d'entre eux, un salaire dit-on supérieur à celui des "anciens".
-------------------------
Les réponses de Jean-Louis Rabou n'ont cependant pas été totalement convaincantes puis que la tension perdure.

______________

Il préfère traiter les libéraux de fachos
Il pourrait essayer de devenir jésuite JLR Ou alors accepter que des enfants le poursuivent en chantonnant "Nussbaum is a schmuck !"

11.Posté par correcteur le 18/11/2008 21:52
"Cela étant, il lui fallait bien pallier aux départs notamment de Christian Chardon et de Philippe Le Claire. "
>>> Pallier LES départs

12.Posté par JFK le 19/11/2008 14:20
Le JIR n'est plus ce qu'il était...le Quotidien non plus! Tant que l'on confiera la direction de journaux à des gens qui n'en ont pas la capacité, ces feuilles de chou ne se vendront pas! Comme pour toute chose, les gens en veulent pour leur argent. Entre V. Bègue, les pubs, les publi reportages et les enquêtes bidons, pas une once d'intelligence, d'information et de qualité. Pour avoir travailler chez les uns puis les autres et avoir connu toutes les personnes citées à part JLR, je ne pense pas que les choses s'arrangent un jour.
Sans faire l'hypocrite, mais parce que je sais ce qui s'y passe, zinfos est une alternative et une manière cohérente d'informer et de commenter l'actualité...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales