Santé

Médicaments : "Mi refuse le générique, mi paye"


Médicaments : "Mi refuse le générique, mi paye"
Dès lundi prochain, plus de 3.000 affiches avec le slogan "Mi refuse le générique, mi paye" seront placardées dans les pharmacies, les salles d'attentes des médecins ou encore les hôpitaux de l'île. Car à partir de lundi, la règle sera simple : il n'y aura pas de tiers payant possible si un patient refuse un médicament générique proposé par un pharmacien.

L'objectif pour la Sécurité Sociale est d'inciter les Réunionnais à utiliser les médicaments génériques, qui ont une qualité équivalente aux médicaments de marque et qui coûtent en moyenne 30% moins chers. L'objectif est de réaliser de précieuses économies : La Sécurité Sociale espère ainsi économiser 1,6 million d'euros grâce à ce dispositif. Un dispositif qui est en place depuis juin à l'échelle nationale, pour une économie espérée de 200 millions d'euros.

Avec cette nouvelle mesure, un malade, s'il souhaite se faire rembourser le tiers payant, devra accepter le générique proposé par le pharmacien. Dans le cas contraire, le patient devra avancer la somme et se faire rembourser à l'aide d'une feuille de soins à remplir avec des vignettes à coller. Le délai de remboursement est alors beaucoup plus long qu'avec une carte vitale : entre trois semaines et un mois et demi.

Pour Jean-Paul Phelippeau, directeur de la Caisse Générale de la Sécurité Sociale (C.G.S.S.) de la Réunion, 'l'objectif est d'atteindre un taux de substitution à la fin de l'année 2012 de 85%, alors qu'actuellement nous sommes aux alentours de 78%" (voir la vidéo).

A la Réunion, donc, les génériques sont plutôt bien utilisés. Il reste néanmoins 20% d'utilisateurs qui refusent de faire confiance à ces médicaments, préférant se soigner avec des médicaments de marque. C'est donc à ces réfractaires du générique que la Sécurité Sociale souhaite faire changer d'habitude pour réaliser des économies.

Mais également aux pharmacies qui ne jouent pas le jeu. A la Réunion, sur les 250 pharmacies de l'île, 42 ont un taux de délivrance de génériques supérieur à 85%, 204 ont un taux situé entre 60 et 85% et quatre mauvais élèves ont un taux inférieur à 60%.

Frède Sautron, présidente du Syndicat des Pharmaciens de la Réunion (SPR), se veut rassurante sur la qualité de ces médicaments, qui doivent avoir une ancienneté de 10 ans avant d'être soumis dans le domaine public. "Il n'y pas de faux médicaments. Les patients seront aussi bien traités qu'avec les médicaments de marque", assure-t-elle. Et les économies réalisées permettront notamment de "réaliser de nouveaux médicaments"... (voir la vidéo).

Vendredi 24 Août 2012 - 18:05
Lu 3247 fois




1.Posté par Fab le 24/08/2012 18:35
Question : combien de personnes qui savent lire le créole et pas le français ?

2.Posté par Le changement le 24/08/2012 19:16 (depuis mobile)
Le changement c'est maintenant avec le capitaine de pédalo. Le générique a remplacé l'original. Pauvres Français que nous sommes.

3.Posté par noe le 24/08/2012 19:53
Je prends du générique sans problème pour réduire le trou de la Sécu ...
Ceux qui veulent des médicaments de marque paieront !

Les "pièces adaptables" sont souvent bien meilleures que les originales ...

Les abuseurs des remboursements , ceux qui "tombent" souvent malades (maladies de complaisance) doivent payer le prix fort !

4.Posté par laluno le 24/08/2012 20:43
Les médicaments génériques portent obligatoirement le nom de la molécule, ou de la substance active principale ,identiques aux autres nommés par la marque du Labo..etc.

5.Posté par Bayoune le 24/08/2012 22:59
Ala in komantèr pou miyé war lo fond du trou de la S.S - qui reste quand la propriété des travailleurs qui cotisent depuis la nuit des temps. Il est vrai que çà fait déjà longtemps que les socialistes ont commencé à dépecer la Sécurité sociale, zot i rapèle ancore, lo karné de swin la kouté dé millions, la zamé été itilizé, inpé konm les vaccins de Bachelot - que Jospin i viyin de prann sous son aile. :
http://www.la-gifle.fr/?p=4851 - à lire attentivement pour mieux comprendre l'arnaque, le pillage de la S.S.

6.Posté par Ray_au_Port le 25/08/2012 01:26
"...Question : combien de personnes qui savent lire le créole et pas le français ?..."
Personne !
Lire le créole est mission impossible !
La preuve, essayer de déchiffrer Bayoune : aspirine générique ou pas assurée ! ! !

7.Posté par Ledrue le 25/08/2012 08:35
Retour d expérience sur les médicaments génériques. On m à prescrit un anti inflammatoire et une prescription qui nécessitait deux boîtes de générique alors qu une boite de médicament de marque suffisait. Résultat 1.50 euros de plus pour avoir utilisé des génériques! qui a dit que le trou de la sécu allait être bouche avec les médicaments génériques? On me dira que c est un cas particulier, mais avec le retour d expérience des médecins ne pourrait on envisager une prescription qui permettent d optimiser les boites médicaments? Combien de boîtes restantes chez les particuliers et consommé à moitié voir moins. Ce n est pas dans l intérêt des groupes pharmaceutiques que de prévoir des conditionnements adaptés aux posologies utiles. Ce n est pas avec les génériques que l on vas combler le trou de la sécu, mais en imposant aux groupes pharmaceutiques d adapter leurs conditionnements. Mais si on mécontente ces derniers, qui paiera les voyages et autres cadeaux fait au milieu médicale (congrès et autres). Je suis entrain de toucher aux avantages acquis, alors le trou ne sera pas combler de si tôt!

8.Posté par Bayoune le 25/08/2012 08:58
Mwin lavé évoké so faneu karné de santé ke lété obligatware de prézanter à sake konsiltasiyon sé lo médesin, mwin la di, in gapilaze larzan, la koute kanminm 40 millions d'€, in gaspiyaz ordoné par lé miniss gran konésèr. In site i parle de se fame kanrné de santé : http://www.i-med.fr/spip.php?article289
Konmkwé lé pa lo pasian i fé sonye ali i gaspiye larzan, é i krèze lo trou la S.S

9.Posté par Ridicule le 25/08/2012 09:12
Apparemment la distinction passe par le choix de pouvoir payer un médicament de gamme.Superbe, se soigner au générique est simplement plus avantageux et permet la diminution du stock investi par ces organismes de santé.Jusqu'à quand allons nous croire que ces substances méritent autant d'attention.S'est se soigner qui compte avant tout, non faire la différence entre un produit rembourser ou pas.Simplement tout le monde n' ont pas un porte monnaie bien plein et après avoir payer toutes ses cotisations ils paieront encore encore et encore pour avoir une santé irréprochable.La classification du riche et du pauvre ,faudrait arrêter une fois pour tout.On est des homme non, ou des pions sur un échiquier.Echec qui fera Mat.....................

10.Posté par Le trou le 25/08/2012 09:53
Prochaine étape : les médicaments à la quantité exactement prescrite, et plus en conditionnement avec un énorme gaspillage, comme cela se fait déjà dans de nombreux pays nordiques.

Mais toutes ces mesures attaquent de front les énormes intérêts financiers des laboratoires-gansters, et ce n'est pas gagné en France !

11.Posté par vieutang412 le 25/08/2012 09:56
J'ai été victime d'un générique, médicament contre la douleur "le fameux Neurontin"médicament qui m'a été prescrit par le centre antidouleurs, il faut le dire très efficace en ce qui me concerne, ayant été victime d'un accident de moto j'ai eu un bras arraché (plexus brachial) arrachement de certains nerfs=douleurs de désafférentation.
Un générique est sorti et mon médecin, bon prince, me l'a prescrit, "même molécules" soi disant dés la première prise, problèmes de vision, j'étais dans une espèce de brouillard et pourtant.... générique même molécules, mon cul, j'ai arrêté aussi sec et j'ai repris le normal, depuis plus de problème. Ce doit être encore un médicament "Made in china" on s'amuse avec la santé des malades, nous sommes des cobayes......

12.Posté par @10 : très juste le 25/08/2012 10:33
Prochaine étape aussi, ne plus rembourser la bobologie, le "mal aux cheveux", les médicaments de confort et les médicaments-placébo...

Si j'ai un simple rhume, je m'en fous de ne pas être remboursé; par contre, si j'ai un cancer, alors là oui je demande les meilleurs soins pris en charge.

On sait aussi que au-delà de 3 médicaments en même temps, on ne sait plus trop ce qui se passe : alors pourquoi vois-t-on encore à la sortie des pharmacies des patients avec des quantités hallucinantes de médicaments ?

13.Posté par Dr ANONYME le 25/08/2012 10:41
Retour d'expérience d'un prescripteur qui écrit NS sur ses ordonnances dans 20 % des cas.

Certaines personnes ne supportent pas les génériques, non pas qu'ils soient différents des molécules princeps (sauf quelques exceptions), mais parce qu'il existe des effets placebos, en toutes circonstances, et qu'existent aussi, et c'est souvent oublié, leurs contraires : des effets nocebos qui peuvent aller jusquà des nausées et même des vomissements. Ce ne sont pas les molécules qui sont en cause mais les habitudes qu'il est difficile de modifier chez certains personnes.

Aussi ne faut-il pas obliger les personnes, âgées surtout, qui doivent rompre leurs habitudes et dont les effets NOCEBOS en particulier aux urgences coutent cher à l'Assurance Maladie.

Compte tenu de l'augmentation régulière des troubles cognitifs de ces personnes et du changement réguliers des fournisseurs de génériques chez les pharmaciens, les personnes âgées n'identifient pas toujours ce qu'ils prennent comme identiques, mais comme une erreur pour leur organisme.

De plus la substitution s'effectue sur la DCI et la galénique l'aspect si important peut changer au gré de la distribution, d'où un risque supplémentaire.

L'aspect des génériques devrait pour eviter les effets nocebos être strictement identique à la prescription : couleur de la boîte, du comprimé pour limiter le nombre d'erreurs, ce qui nous éviterait d'inscrire NS pour ce type de patient.

Le livre de KISSEL et BARRUCAND, publié chez MASSON 1974, traite de ce sujet avec force argument de grands professeurs : le voici PLACEBOS ET PLACEBOTHERAPIES. Il existe même des opérations placebos, presque incroyable !

La directive de la CGSS est donc une atteinte à la liberté de prescription, un élément essentiel de la relation médecin-malade. Le ton est d’ailleurs fortement monté avec la publication par l’organisation qui regroupe les fabricants de génériques (GEMME) des résultats d’une enquête de BVA menée auprès de 200 médecins généralistes affirmant que ces derniers utiliseraient la mention « non substituable pour 22 % de leurs prescriptions ». Un tel taux semblait confirmer les soupçons nourris ces derniers mois par les syndicats de pharmaciens convaincus de la hausse de l’utilisation de la mention NS.

Oui, on se rpproche ici de la discussion sur l'homéopathie fort utile comme de la magie ; oui, quand on y croit, ça peut marcher: il faut donc les prescrire. Oui, l'efficacité des placebos a été démontrée scientifiquement. Oui, le fonctionnement du corps humain peut être grandement influencé par le cerveau dans un sens positif ou négatif selon les cas.

Exemple: le stress produit les ulcères de l'estomac. H Laborit disait : « A quoi bon soigner un ulcère à l'hôpital si au bout de trois semaines, le malade rentre chez lui et retrouve sa belle-mère avec laquelle il ne s'entend pas." ?

Autre exemple : les brûlures du bras sous hypnose (films de Chertok avec une pièce cinq francs qui quoique froide donne une véritable brulûre). La brulûre dans son aspect visible n'est pas une combustion. Ce qui est brûlé a disparu, évaporé, en fumée !

La brûlure n'est qu'une réaction corporelle à un excès de chaleur ressenti par notre organisme (organes des sens), perçu par nos nerfs, assimilé par notre cerveau qui organise une défense: le rassemblement des provisions d'eau dans des bulles qui servent de pompiers.

C'est notre cerveau inconscient, non pas celui de Freud, mais par celui qui régit toutes nos réactions hors de la conscience et de la réflexion, celle des réflexes et des comportements.

Voyez à quel point la suggestion peut provoquer ou empêcher une brûlure de se produire ou permettre sa survenue.

14.Posté par Bidule le 25/08/2012 11:37
Le générique est plus cher que l'original en effet si sur certain médicament la boite est moins cher mais le contenue est moindre ce qui fait que pour un traitement si vous prenez l'original cela coute moins cher à la S S . mois je refuse les génériques car si la molécule est semble-il équivalente le support est de moindre qualité et provoque souvent des effets secondaire parole de chercheur des grands laboratoires.
De toute façon cette façon de faire correspond au commerce organisé pour favoriser les copains des politiques.

15.Posté par Thierry le 25/08/2012 11:54
Et si on veut un président GéNérique et son gouvernement générique ??? quitte à s'enGrècer autant le faire avec 30 % moins chers...

16.Posté par Caprice le 25/08/2012 14:05
Quand un patient fait un caca nerveux et refuse un générique, ce sont tous les autres malades qui payent, ou qui sont moins bien soignés !

17.Posté par L''Ardéchoise le 25/08/2012 16:02
Dans les génériques, le principe actif reste le même, mais les excipients non, ce sont parfois ceux-là qui font la différence (goût, couleur, nature de l'enrobage etc...).
Alors un Président générique, avec un Gouvernement générique, c'est ou les mêmes résultats malgré une saveur et une couleur différentes, mais pas forcément meilleures, ou l'augmentation de certains symptômes (nausées, phénomènes allergiques). Est-ce que ça vaut le coup?

18.Posté par vieutang412 le 27/08/2012 09:18
C'est pour quand les médecins génériques?

Les pharmacies génériques.

un bande de clowns dans cette société en dérive......dans cette mafia organisée.

19.Posté par Dr ANONYME le 27/08/2012 09:52
@vieutang412

Médecins génériques ? C'est déjà commencé VIEUTANG avec les nouvelles règles de performance : imposées par la SS : être informatisé, transmettre votre dossier privé à la CGSS, prescrire des génériques, etc.

Depuis 1945 et la création par ordonnances de la Sécurité sociale, il est apparu bien plus de malades imaginaires que du temps de Molière (Pas vous vieutang car les arrachages de plexus brachial sont la pire des choses), bien plus de médecins imaginaires (ceux qui soignent des dossiers), bien plus de médicaments imaginaires.

20.Posté par Koubaya le 27/08/2012 13:11
La France est en infraction avec les directives de Bruxelles concernant la mise en concurrence.
Ces directives, une fois transposées dans la loi française devraient permettre à tout un chacun de choisir sa caisse de sécu partout en Europe, comme pour sa mutuelle ou son assurance auto, maison etc...
Aujourd'hui les salariés sont toujours captifs d'une loi, qui attend d'être abrogée pour mettre fin au monopole de la sécu. On sait pourquoi ça freine des quatre fers, devinez qui la gère?

http://www.lepoint.fr/economie/monopole-de-la-securite-sociale-la-fin-d-un-tabou-01-12-2010-1269379_28.php

21.Posté par Dr ANONYME le 27/08/2012 16:32
Effectivement Koubaya, les Directives européennes devraient nous conduite à une grande modification de l’Assurance Maladie.

La question du monopole ne se pose pour le grand public que de façon très marginale, notamment à coups de reportages sur le "Mouvement pour la liberté de la protection sociale" de Claude Reichmann.

Souvent jugée extrémiste, cette association avait creusé son trou médiatique en affirmant que la Sécurité sociale devrait être soumise à la concurrence depuis l’existence des directives européennes datant de 1992.

Que ce soit en divisant les Caisses en une douzaine de caisses régionales se faisant concurrence pour offrir de meilleures offres aux patients très inégaux devant un appareil de soins fort démuni en zones sous-dotées, que ce soit pour permettre au citoyen européen de se soigner là où il le veut en Europe.

Que l’on songe que les allemands peuvent venir se faire soigner en France n’importe où et plus loin qu’en Alsace. Quand on pense que les français ne peuvent pas, sauf urgence lors d'un voyage, se faire soigner en Allemagne.

Les autorités françaises ont maintes fois contredit cette théorie mais pas les autres pays européens. Si les autorités de la CE reconnaissent que l'UE a mis en place un marché unique de l'assurance privée, elles prétendent que cela ne concerne pas les régimes de sécurité sociale des États mais les régimes complémentaires alors que les complémentaires sont fondées, comme leur nom l'indique clairement, sur le complément du tarif opposable autrefois dénommé ticket modérateur, une notion inexistante chez nos voisins germains.

Au prix d'interminables poursuites en justice devant les tribunaux administratifs, Reichmann et ses amis ont perdu alors que le traité de ROME était explicitement en leur faveur. Mais qui a déjà vu le tribunal administratif débouter une quelconque administration, surtout celles qui collectent les impôts ou les cotisations ?

Pour le très libéral Édouard Fillias, qui a, lui aussi, tenté de quitter définitivement la Sécurité sociale française et son rideau de fer, l'obligation de cotiser à la Sécurité sociale est bel et bien toujours en vigueur. À ses yeux, la "prise de conscience" des Français pourrait passer par une "phase de transition", celle du "salaire complet".

"Les Français ne se rendent pas compte de ce qu'ils payent", explique-t-il. "Mais s'ils faisaient l'expérience de toucher leur salaire complet, sans prélèvements, et faisaient eux-mêmes leur chèque à la Sécu, ils réaliseraient ce que cela représente." Édouard Fillias est prêt à le parier : "Le sujet va sortir." Mais pas maintenant. "Plutôt entre deux élections."

Est-ce que MARISOL TOURAINE qui a sur ses petits bras trois ou quatre sujets, issus des vagues promesses électorales hollandaises va-t-elle traiter correctement l'un sans faire du tort à la solution de l'autre ?

Ces questions sont les dépassements, les déserts ruraux, la pénurie en spécialistes d'exercice difficile, la garde libérale effondrée, ce qui occasionne un encombrement de la garde des hôpitaux publics. Ils ne peuvent pas trouver une solution cohérente sauf à revoir toute la question !

Ma solution unique ? Afin de résoudre à la fois la question des patients ne pouvant se payer le médecin, et la question indissociable de la désertification, demandons aux partenaires l’application de ce qui existait voici peu en Allemagne et qui était moins couteux : le TIERS PAYANT INTEGRAL des honoraires de chacun selon les besoins comptables de son cabinet.

Mais aussi adoptons le CUMUL DES ACTES TOUS PAYES afin de repeupler les déserts avec des médecins multidisciplinaires, ayant fait des stages de deux à trois ans et sachant faire les petites urgences. Sinon les évacuations et les transports longue distance vont évoluer dans un sens dépensier.

22.Posté par vieutang412 le 27/08/2012 18:31
@ Post 20....
Ce que j'ai lu et j'ai lu tous les commentaires, si vous souscrivez à une privatisation de la secu, soit vous n'avez pas lu tous les commentaires, soit vous n'avez rien compris ou bien vous faites partie de ces patrons qui pleurent la misère après avoir confondu bénéfices et chiffres d'affaires.

En tout cas pour ce qui me concerne notre système est d'une efficacité sans pareille que le monde nous envie. Ce qui est dommage c'est que nos gouvernants détournent sans complexes les sommes dues à la sécu soit en ne payant pas leurs dettes, comme les patrons voyoux, soit en faisant des dépenses somptueuses avec l'argent de la sécu ..... Un conseil essayez de lire et surtout de comprendre ou nous mènerait une privatisation de notre sécu....

23.Posté par Dr ANONYME le 27/08/2012 19:08
@vieutang

Il ne s'agit pas de privatiser LA SECU, mais uniquement de lever des contraintes inacceptables dans la CEE si les frontières sont abolies. Etes-vous pour la liberté de circuler au sein de l'Europe ? Ou pour le rideau de fer ?

Lisez c'est instructif : Se souvenir qu’en Europe nous devrions avoir la libre circulation des malades !

En 1945, au lieu de présenter ce qui se faisait alors je veux dire des mesures rédigées selon un mixt des mesures prises par Bismarck en 1882 puis bien plus tard de celles prises par Lord Beveridge en 1943, la SS française est née d’une tout autre sorte de géniteurs complètement inspirés par la lutte des classes et imbibés à la dictature du prolétariat, avec comme démocratie populaire l’assujettissement des cotisants.

L’idée d’une circulation dans l’Europe n’était même pas envisagée. Les assurés sont d’ailleurs dénommés assujettis, bref des sujets, des serfs, tout comme au temps des Rois au lieu d’être des consommateurs de soins s’assurant pour les risques qu’ils prennent et pour ce qui est imprévisible.

D’ailleurs, signe de la dictature molle des communistes fondateurs, les textes de la SS furent pris par ordonnances sans être votés en 1945. Les hauts employés de la Sécurité Sociale furent choisis, et c’est encore le cas de nos jours, sans faire voter ni les consommateurs, ni les malades, ni les cotisants, toutes catégories ignorant tout du contenu des dispositions prises.

Les dirigeants de la SS ne sont pas élus ni soumis à des vérifications comptables de la cour des comptes. Les assujettis n’ont pas a possibilité de choisir une quelconque candidature, alors que le budget et les cotisations qui leur sont demandées devraient être consentis d’autant plus que ce budget est supérieur au budget de l’Etat. Maurice Thorez aimait la démocratie populaire, celle de Brecht où le peuple ne vote que ce que le parti présente.

24.Posté par laluno le 27/08/2012 19:45
Je crois que là le calcul est primaire.. Le jours ou les assujetis seront plus nombreux que les cotisants le systeme s'efondrera à 50% et meme moins... idem pour les retraites. ma generation ;on a intéret de cotiser à des fonds de pensions retraites..et meme peut etre à des assurances privées mutualistes pour les soins... On ne peut accueillir la misère du monde , les nourrir et les soigner...

25.Posté par vieutang412 le 27/08/2012 20:10
Si je comprends bien, la SS est une vache à lait, ou tout est bon, aucun vrai contrôle donc on peu lui faire porter le chapeau de toute les conneries de l'état, la sécu, en fait, ne peut pas être en déficit, c'est la pompe à fric par excellence.....Eh ben bravo a nos législateurs , ils sont fort.

26.Posté par zipé le 27/08/2012 20:51
on ne va pas assez loin: pour ceux qui refusent les génériques, ils devraient payer le prix du médicament originel et se faire rembourser uniquement l' équivalent du générique: tu ne veut pas du générique: tu payes la différence.

27.Posté par Koubaya le 27/08/2012 21:41
@ post 22

Sans remettre en question le principe de la solidarité, mais tout de même avec ses limites, il n'y a pas de discussion possible avec ceux qui ne savent pas ou ne comprennent pas ce que libre choix veut dire ! Quant à vous, c'est pareil, soit vous n'avez rien compris, soit vous êtes confortablement affilié "CMU" que vous considérez sans doute et à tort comme un "acquis" social.
sachez quand même que le systeme français (sécu et retraite) que le monde entier nous "envie" n'a rien envier à la chaine de ponzi dont s'est inspiré un certain Madoff. J'arrête là mes commentaires, j'ai peur de vous instruire. Bonjour chez vous !

28.Posté par vieutang412 le 28/08/2012 08:42
@27. Koubaya
Si vous reférez à des chaines d'escrocs, je vous comprends, moi je suis retraité de la fonction publique né en 42, j'ai entendu et vu beaucoup de choses, je suis toujours dans le milieu associatif depuis que j'ai 23 ans, des filous j'en ai vu passer des escrocs aussi.

L’origine du mot Ponzi vient tout simplement de celui qui créa, à son époque, la première arnaque de ce type. En 1920, Charles Ponzi avait réussi à arnaquer des milliers de personnes pour 5 millions de dollars (de 2008) en promettant 50% de rendement en 45 jours.

Mais dans le fond, comment fonctionne un montage Ponzi ?

C’est très simple en fait.

Le gérant va vous promettre un rendement élevé. Ce rendement sera bien supérieur au marché et se base sur le principe terriblement vrai de « plus c’est gros, plus ça passe ». Les clients avides confient leur argent et reçoivent leurs premiers bénéfices. A la suite de ça, le bouche à oreille suffit généralement à convaincre d’autres personnes de mettre de l’argent. Au final, l’argent des derniers arrivés paye les intérêts des autres.

L’idée est de partir avec le total des sommes gérées lorsque celle-ci est importante. Le système repose sur l’accumulation et l’effet boule de neige (que vous pouvez utiliser à bon escient pour rembourser vos dettes).

Bravo Koubaya, si pour vous, votre vision du principe c'est celle là, Ok, donc la secu étant basée sur une escroquerie au départ doit automatiquement bien marcher.....

Vous devez avoir les moyens de vous payer une assurance privée, eh bien allez-y et soutenez vos idées si intelligentes.

@ post 23
Lever des contraintes inacceptables dans la CEE si les frontières sont abolies. Etes-vous pour la liberté de circuler au sein de l'Europe ?

L'utopie d'une Europe uniformisée, où il serait possible que tous les pays d'Europe aient la mème parité, salaires, charges, impôts, circulation à droite, éradication des religions, tous pareil en fait, b[modèle social identique (un seul) pour une europe unie
, un seul gouvernement europeen avec un gouverneur par état qui siegerait dans ce gouvernement.....Utopie quand tu nous tiens, dans 100 ans peut être que nos enfants, le verront.

29.Posté par vieutang412 le 28/08/2012 09:43
TROU DE LA SECU!!! QUEL TROU???

Que la France entière le sache on nous prend pour des gogos ? pour une fois qu'un haut dirigeant nous dit la vérité

Evelyne DUBIN

est passée sur France Bleue mais pas sur une chaine de tele nationale, pourquoi ?

Objet : SECURITE SOCIALE on le croit ou pas!!!!!!!!

La sécu n'est pas en déficit mais en excédent....


50 secondes pour comprendre pourquoi.

Depuis le temps qu'on bouche le trou de la sécu .....

Il faut à Evelyne DUBIN, la signataire de ce document une bonne dose de courage pour avoir écrit ce texte en se nommant (voir la fin du texte).

L'ASSURANCE MALADIE 50 secondes de lecture à couper le souffle.

Pour combler le déficit de la sécu, nos chers gouvernants ont trouvé que le mieux, c'était encore de nous faire payer...

a- Dorénavant, sur une consultation médicale, nous versons 1 euro.

b - Nous sommes restreints lors de nos arrêts maladie ...

c - Nous devons consulter un généraliste avant de voir un spécialiste ...

d - Pour tout traitement de plus de 91 euros, nous en sommes de 18 euros de notre poche.

e - Taxe de 0,50c sur les boites..

f - etc.......Toutes ces mesures sont destinées à combler le fameux trou qui est à ce jour de 11 milliards.

Or, savez-vous que :

1) Une partie des taxes sur le tabac destinée à la Sécu, n'est pas reversée : 7,8 milliards.

2) Une partie des taxes sur l'alcool, destinée à la Sécu, n'est pas reversée : 3,5 milliards.

3) Une partie des primes d'assurances automobiles destinée à la Sécu, n'est pas reversée : 1,6 milliard.

4) La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu, n'est pas reversée : 1,2 milliard.

5) La part de TVA destinée à la Sécu n'est pas reversée : 2 milliards.

6) Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés : 2,1 milliards.

7) Retard de paiement par les entreprises : 1,9 milliard.

En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards d'euros.

Conclusion : si les responsables de la Sécu et nos gouvernants faisaient leur boulot efficacement et honnêtement, si chacune des institutions reversait ce qu'elle doit chaque année, les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourd'hui 9 milliards d'excédent !!!!

Ces chiffres ne sont pas inventés ; vous pouvez les consulter sur le site de la sécu ;

ils sont issus du rapport des comptes de la Sécu. Si les pouvoirs publics, qui nous harcèlent au quotidien de messages publicitaires afin de consommer des fruits et légumes, étaient vraiment convaincus qu'il nous faut consommer 5 fruits et légumes par jour pour sauver notre santé et donc l'assurance maladie, ils supprimeraient la TVA sur ces produits ! N'oubliez pas d'avoir une petite pensée sur l'achat, à la hâte, des 90 Millions de doses de Tamiflu par le ministère de la santé publique, quand on sait que la grippe A n'est pas plus mortelle et dangereuse pour vous et moi que la grippe saisonnière classique. Hélas on ne peut en dire autant des dommages collatéraux potentiels qui existent réellement dans les adjuvants que contiennent les vaccins !!! Quel sera le coût de cette opération, que la sécu va supporter une nouvelle fois, lorsque le gouvernement sera décidé à dédramatiser la situation !!!

Cordialement.

Evelyne DUBIN

Secrétaire Générale Adjointe au Directeur Général Institut National du Développement Local

Avenue Michel Serres BP 32 47901 AGEN Cedex 9

tél : 05.53.48.06. 74

fax : 05.53.48.06. 71

mob: 06.72.19.53. 50

mail: e.dubin@indl. fr

VOUS AUSSI, SOYEZ RESPONSABLES : TRANSFEREZ CE MESSAGE A TOUS VOS CONTACTS, ILS ONT LE DROIT DE SAVOIR !!!

A force de tourner, il s'affichera peut-être un jour sur l'écran d'ordinateur d'une tête pensante, d'un député, d'un ministre censé passer son temps à gérer l'argent des contribuables et à le dépenser de manière responsable, sans créer de déficit. Alors, avec courage, il pourra (pourquoi pas ne pas rêver...) dénoncer au parlement ces débordements connus, aujourd'hui, de toutes et tous !!! > > > >

30.Posté par Dr ANONYME le 28/08/2012 09:44
@vieutang

"L'utopie d'une Europe uniformisée" ? Alors là, j'ai exactement la même opinion que vous et même plus que vous encore, certainement pour avoir été marié à une allemande et ayant vécu 35 ans en Allemagne.

Mais il s'agit là d'un autre fait, non lié à la tentative de confection d'une Europe fédérale utopique, je vous l'accorde.

Comment expliquez vous que les allemands puissent se faire soigner en France simplement par un libre choix, et que les français ne sont pas libres de se faire soigner en Allemagne, sauf urgences ?

31.Posté par Dr ANONYME le 28/08/2012 10:23
Oui Evelyn DUBIN a raison de dénoncer le faux déficit, mais comment accorder encore plus de crédits à un organisme qui a laissé se constituer de telles erreurs ?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales