Santé

Mediator : Les patients doivent consulter leur médecin traitant

Mediator est un médicament prescrit notamment dans le traitement des personnes diabétiques, mais aussi comme coupe-faim. Après avoir été retiré du marché, une étude montre qu'il est à l'origine de plus de 500 morts et de complications cardiaques chez un certain nombre de patients. Il est conseillé à tous ceux qui ont pris du mediator d'aller consulter leur médecin traitant.


Mediator : Les patients doivent consulter leur médecin traitant
500 décès en 30 ans. C'est le bilan dévastateur dont est responsable le Mediator, un médicament contre le diabète commercialisé en France entre 1976 et 2009.

Voici la conclusion d’une étude menée par l’assurance maladie, présentée hier devant la Commission nationale de pharmaco-vigilance de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

Les personnes qui ont pris pendant plus de trois mois le Mediator, un médicament pour diabétiques également utilisé comme coupe-faim, doivent consulter leur médecin, a recommandé aujourd'hui l'Agence des produits de santé. L'envoi de lettres par la Caisse nationale d'assurance maladie est prévu pour tous les patients ayant eu plus de trois mois de traitement.

Le laboratoire Servier n'en est pas à son premier scandale

Plusieurs dizaines de milliers de patients seraient concernés par cette appel à la vigilance. Si le médecin repère un souffle cardiaque, il les enverra vers une consultation de cardiologie. Les risques de valvulopathie (dysfonctionnement des valves cardiaques) seraient plus importants "dans les deux premières années du traitement et dans les deux années qui suivent l'arrêt du traitement".

Le Médiator était également vendu à des personnes, majoritairement des femmes, qui voulaient perdre du poids, pour ses effets "coupe-faim". Ainsi beaucoup plus de personnes sont concernées, environ deux millions au total en France.

Le médicament avait été retiré du marché en novembre 2009 par les autorités sanitaires au motif "qu’il avait une efficacité modeste dans le traitement du diabète" et provoquait "un risque d’atteinte des valves cardiaques". Cela faisait alors 12 ans que le Mediator avait été retiré du marché américain…

Le laboratoire Servier, qui diffuse ce médicament, n'en est pas à son premier scandale. Le médicament coupe-faim, Isoméride, a été retiré des ventes en 1997 pour des problèmes similaires à ceux provoqués par le Mediator. Reste à savoir si le groupe, dont les ventes globales sur l'exercice 2008/2009 se sont élevées à 3,6 milliards d'euros, va être impacté par cette affaire... sa réputation au moins.
Mardi 16 Novembre 2010 - 15:29
Melanie Roddier
Lu 1835 fois




1.Posté par noe974 le 16/11/2010 18:43
A quoi ça sert de se faire soigner si quelques années plus tard , on vous apprend que le médicament est mortel ?

Utilisons les remèdes de "grand-mère" , c'est plus prudent et ça n'agrandira pas le trou de la Sécu !

Suivez ce conseil :
1) on se portera mieux
2) on n'agrandira pas le trou de la Sécu
3) on ne partira pas voir son médecin pour un simple mal de ventre (parce qu'on a abusé du massalé et du piment le week'end)
4) on mangera sain comme jadis (pas de grignotage devant la télé = risque de DIABETE)

2.Posté par Ded le 17/11/2010 05:53
Comme toujours , la France (et ses lobbies de la pharmacie et des producteurs de produits chimiques tels que les pesticides ou insecticides) est à la traîne car il y a du fric à se faire.
Depuis longtemps ce médicament était reconnu dangereux et des pays en avaient interdit la vente , pas nous!
De même, le fameux pesticide Clordécon ( orthographe non garantie) a continué à être acheté et vendu aux Antilles ( soit disant pour épuiser les stocks) alors que les USA en avait interdit l'utilisation...Résultat, une explosion de cancers de la prostate chez les agriculteurs ( qui , au passage , ne savaient pas qu'il était dangereux ce produit , ou bien à qui on a fait des prix , justement pour écouler les stocks?)

Bref, l'important c'est de vendre , de faire un maximum de fric...après on voit ...et on arrête quand il est trop tard...

Roselyne était tout à fait dans cette optique :"profit d'abord, et un peu dans ma poche" avec ses achats phénoménaux de vaccins à ses amis les grands laboratoires qui l'aidaient à faire boillir sa marmite!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales