Santé

Mediator : Les médecins devront-ils payer ?

Au-delà des Laboratoires Servier et de l'Afssaps (l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé), qu'en est-il des professionnels de santé qui ont prescrit le Mediator ? Qui sera responsabilisé dans le cadre d'une prescription détournée du médicament ? En début de semaine, un premier dépôt de plainte contre un médecin réunionnais a ouvert la voie vers une responsabilisation de la profession face à quelques dérives.


Mediator : Les médecins devront-ils payer ?
 
Jusque-là en retrait du scandale du Médiator qui a fait entre 500 et 2.000 morts, les médecins pourraient voir leur responsabilité engagée sérieusement dans la réparation financière des préjudices subis par leurs patients. "II ne s'agit pas, bien entendu, des médecins ayant prescrit le Médiator dans son usage normal, mais de ceux l'ayant prescrit à des patients en surpoids", affirme Me Alain Antoine, l'avocat du  Collectif Médiator Réunion océan Indien. Il a d'ailleurs déposé la première plainte contre le dernier maillon de la chaîne : le prescripteur.

"Les médecins ne seront pas les payeurs"

A l'heure actuelle, le rapport de force ne bascule pas totalement en défaveur des généralistes. Xavier Bertrand, le ministre de la Santé, a affirmé le 9 mai dernier que "les médecins ne seront pas les payeurs" dans l’indemnisation des victimes du Mediator. "Ce ne sont pas les médecins qui ont produit le Mediator. Ce ne sont même pas les médecins qui étaient chargés de la police du médicament", a expliqué le ministre. Mais ces propos avaient été tenus avant la mise en cause directe, par voie judiciaire, des médecins eux-mêmes.

"Pour le moment, nous sommes sûrs du détournement du médicament par un médecin exerçant à la Réunion", affirmait lundi dernier Me Alain Antoine. Un point de vue que devrait suivre l'ONIAM, l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux, en charge du fonds d'indemnisation des victimes du Mediator mais aussi et surtout garant de la juste part de responsabilité de l'Afssaps et donc de l'Etat dans ce scandale sanitaire.

Pas un cas isolé

Le changement de paradigme est évident. Les laboratoires Servier seraient mis en cause uniquement pour le fait d'avoir produit un médicament s'avérant dangereux pour la santé dans certains cas, l'Afssaps, le gendarme de mise sur le marché des médicaments, le serait sur son manque de contrôle. Reste le dernier et tout aussi légitime aspect : celui de la prescription du Mediator comme coupe-faim.

Dans ce dernier cas, seul le médecin possède le pouvoir, en dernier ressort, de formuler une prescription au-delà des indications médicamenteuses. C'est sur ce point que l'avocat saint-paulois compte s'appuyer pour défendre ses clients. Et le cas isolé d'un seul médecin semble déjà n'être qu'un prémisse de ce qui devrait suivre, une fois toutes les victimes recensées. "Je suis sûr que cette action (judiciaire, ndlr) interpellera d'autres victimes", ajoute l'avocat.
Vendredi 29 Juillet 2011 - 14:30
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1429 fois




1.Posté par noe1 le 29/07/2011 15:13
Cessons de tout mettre sur nos médecins ...Ils subissent la pression des patients qui leur réclament souvent trop de médicaments , sinon ils vont voir ailleurs !!!!

Ce sont les patients qui ont pris ce médiator ...les médecins n'y sont pour rien ...ils ne font que prescrire à la demande pressante ...ils n'ont rien mis dans la bouche des patients !

2.Posté par Jeff le 30/07/2011 06:28
Il fallait suivre le débat pitoyable de ces lamentables "grands" professeurs, empétrés dans leur justifications injustifiables sur Public Senat LCPL

C"etait la triste démonstration de l'arrogance des scienfiques français incapables de lire les publications contradictoires et accablantes de leurs collègues scientifiques étrangers sur le m&diator.

Vive nos vieux croutons de la Science, ce sont eux qui freinent la Recherche?


3.Posté par polo974 le 30/07/2011 19:17
Et les cabinets ministériels qui étaient à 2 reprises allés contre la décision de retirer le médoc.
Quelle responsabilité, quelle culpabilité ? ? ?

4.Posté par moalou le 03/11/2011 20:12
Il semble que nombreux ont été des médecins s'étant créé des patientèles qui venaient chez eux parce qu'elles savaient qu'ils prescrivaient du Médiator pour perdre du poids.
Un fond de commerce pour vendre du rêve, de la "minceur"?
Le Sécurité sociale est en droit de juger abusif le remboursement du Médiator prescrit hors AMM, tout comme le remboursement des honoraires des consultations relatives.
Hélas, il y a en qui persistent, et à présent la metformine semble largement utilisée...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales