Social

Me Nathalie Jay pour l'AGS : "Cela va bien au delà d'un refus d'avancer les fonds"


Nous avons interrogé Me Nathalie Jay, l'avocate de l'AGS, au sortir d'une audience qui aura duré plus de trois heures ce jeudi. Un audience où l'avocate a du s'exprimer durant plus d'une heure pour tenter de convaincre les conseillers prud'hommaux avant le délibéré programmé au 18 novembre prochain.

Après avoir déjà avancé une partie des fonds dédiés aux ex-salariés de l'Arast, l'AGS doit désormais prendre en compte les requêtes concernant les indemnités de licenciement. Pour les ex-salariés du Sud, ces indemnités correspondent à la somme de 13 millions d'euros.

Les explications de Me Nathalie Jay, du Barreau de Saint-Pierre, en vidéo.
Jeudi 16 Septembre 2010 - 15:45
Ludovic Robert
Lu 1648 fois




1.Posté par David B. le 16/09/2010 16:43
EDIFIANT !!!

C'est vraiment prendre les gens intelligents pour des abrutis !!! Si on était vraiment du côté des salariés de l'ex-ARAST, la logique ELEMENTAIRE voudrait que l'on ne se fatigue pas avec une procédure épuisante, longue... et encore plus longue du fait de la mauvaise foi EVIDENTE de l'AGS.
Et cerise sur le gâteau, la déclaration de l'avocate en fin d'interview, qui met en lumière la CRAPULERIE de l'AGS : ils comptent faire trinquer les PME si elle est condamnée ! Autrement, des représailles dignes de certaines organisations dont je tairais le nom, histoire de ne pas faire risquer à Zinfos974 une procédure pour diffamation.

2.Posté par supergoliath le 16/09/2010 20:46
aucun salarié ne cotise à l'ags, ce qui figure sur la fiche de paye c'est la cotisation de l'employeur; il ne s'agit pas des cotisations assedic. Plus l'ags débourse plus on demandera aux entreprises, grosses et petites de renflouer. Or cette affaire arast ce n'est qu'une magouille de la collectivité pour appauvrir davantage les petites entreprises et comme le Conseil général a réellement recruté des salariés de l'ancienne association, elle doit indemniser la totalité des salariés et porter plainte contre les administrateurs de l'arast qui ont co-géré cette association avec elle

3.Posté par David B. le 16/09/2010 22:33
@2

Ah oui, c'est vrai que les juges des Prudhommes doivent vraiment avoir un QI de pois chiche pour ne pas avoir envisagé cette thèse, celle de l'immonde complot du Conseil Général contre les entreprises, bon sang mais c'est bien sûr !

La méthode Coué, ça a du bon, mais faut pas en abuser, sous peine d'être atteint du Syndrome du Disque Rayé. Voyons, je parie que vous avez déjà entendu parler de Cathon l'Ancien et de son célèbre "Dalenda Carthago" (Il faut détruire Carthage) qu'il balançait dans chacun de ces discours. Je serais pas étonné d'entendre d'ici peu "Dalenda Nassima"...

4.Posté par Evidence le 17/09/2010 08:44
Il est évident que c'est le conseil général qui employait indirectement le personnel de l'ARAST
C'est donc au conseil général de payer les indemnités de licenciement

5.Posté par Lambda le 17/09/2010 16:39
J'ai pu assister à l'audience publique du conseil de prud'hommes et j'ai pu me rendre compte des jeux des différents avocats qui par leur comportement, rendait évident leur complicité avec le conseil général. Par ailleurs, l'attitude de la batonière de saint denis et de l'avocat du CG en disent long surtout pendant la plaidoirie de l'avocate de l'AGS.

Les éléments avancés par cette avocate m'a clairement fait comprendre que le jeu n'est pas fait comme nous semblions le croire mais que les jurisprudences et les arrêts de la Cour Européenne dont elle a fait état tendent à caractériser la reprise d'activité et de fait la culpabilité du Conseil Général.

En lisant la presse, je constate que la défense du CG pointe du doigt une certaine pression de l'AGS sur les prud'hommes en prétextant une possibilité d'appel mais je pose clairement la question :" si le CG est condamné, fera-t-il appel de la décision ? Si oui comment expliqueront-ils leur positionnement affiché pour les salariés dans la mesure où dans ce cas ce sont eux qui feront traîner les droits des salariés"

A MEDITER




Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales