Faits-divers

Me Albon fait très fort: son "client", récidiviste, relaxé en 5 minutes !

Correctionnelle Sud – Mardi 8/12/2015


Personne, ce matin, n’aurait misé un kopek de la peau d’Emmanuel, 19 ans, déjà connu de la Justice pour des vols divers et violences sur mineur. Ses premières condamnations remontent à la période où il comparaissait devant le Juge des enfants, c’est dire. Lui-même, entre les policiers l’encadrant, il n’en menait pas large.

Il y a peu, au Tampon, avec ses dalons de turpitudes, la cuite allait bon train : à 2h45 du matin, ils en étaient « à la 3è ou 4è bouteille de rhum charrette », il ne sait plus trop, ce qui s’admet aisément. Ambiance chaude par voie de conséquence, chansons paillardes et rires suraigus, voilà de quoi exaspérer le voisinage qui appelle la gendarmerie.

Il se trouve qu’une patrouille est précisément dans les parages avec un maître-chien, pour une affaire qui n’a rien à voir avec nos fêtards.

La maréchaussée commence à interroger le groupe de noctambules et c’est là que ça se gâte.  Emmanuel demande à l’un des gendarmes : « C’est quoi ce chien là ? »

Quiproquo ? Mauvaise interprétation ? Le gendarme croit comprendre qu’on le traite « de chien ». Hop ! Embarqué, l’Emmanuel. Qui résiste un peu, se débat. Ce qui, au PV, se traduit par « Injures et tentatives de coups à représentant des forces de l’ordre ».

Généralement, les tribunaux apprécient assez modérément. Emmanuel qui était déjà détenu pour vols en récidive avec circonstances aggravantes (il est libérable en mars 2016) voit déjà son avenir se dessiner sous les teintes les plus sombres.

Mais la chance peut se camoufler sous les plis d’une toge noire. En début d’audience, la présidente Tomasini demande au jeune délinquant s’il a un avocat.

« Non ! J’en avais demandé un lors de ma garde  à vue mais je ne sais pas si on a fait suivre ma demande ».

Il se trouve que Me Albon est avocat de permanence. C’est le substitut Genet qui sollicite un léger report de cette affaire pour permettre à l’avocat de prendre au moins connaissance des termes du dossier.

Le temps de liquider une autre affaire de construction illégale vite expédiée, l’affaire Emmanuel revient à la barre.

« Pourquoi avez-vous mal répondu au gendarme ? »
« A cause lu té cause en couillon èk moin ! »

Le substitut a réclamé 3 mois de rabe pour le jeune homme. Me Albon n’y est pas allé par quatre chemins : « Où sont les soi-disant aveux de ce jeune ? Nulle part ! Il n’y a que les PV. Où sont les insultes prétendues ? Nulle part ! Ah oui ! le mot chien a été prononcé. Mais les enquêteurs n’ont rien compris aux mots prononcés par celui-ci. Il a juste demandé ce que c’était que ce chien accompagnant les gendarmes. Il s’est exprimé dans sa langue natale et n’a jamais traité personne de chien. Outrages ? Rébellion ? Je n’en vois pas et réclame la relaxe pure et simple ! »

Moins de 5 minutes, je vous dis. Il en a fallu encore moins, une petite minute bien pesée, à la présidente Tomasini pour rendre son verdict : « Vous êtes relaxé au bénéfice du doute ».

Personne n’y croyait, surtout pas le mis en cause, qui arborait un petit sourire en repartant entre ses Cerbères. Merci qui ?
Mardi 8 Décembre 2015 - 14:53
Jules Bénard
Lu 4292 fois




1.Posté par Nono le 08/12/2015 14:20
Merci à l'avocat qui a fait son boulot.

Un petit cour accéléré de kozemen kreol au prochain contingent de gendarmes ? (au moins les insultes).

2.Posté par WTF le 08/12/2015 15:01
Simple et efficace l'avocat !

Maintenant, sur les faits eux mêmes : ok le gars abusent de l'alcool, mais hormis le trouble de voisinage (qui a cessé du fait de l'intervention des gendarmes), ils a pas volé, ni tabassé qui que se soit ce soir là... les plus frustrés là dedans, ça sera les gendarmes qui devaient croirent qu’effectivement ils avaient là un gros poisson.

Tant mieux pour le buveur de rak. En même temps quelques part, faut bien qu'il y ait un minimum d'équité : on ne vas pas envoyer les gars au trou pour quiproquo verbaux, ça serait la porte ouverte à de trop gros abus d'autorité. Mais d'un autre côté, ce gars là va se sentir tout puissant et risque de faire plus grave, mais cette fois, ça serait plus difficile pour l'avocat de le défendre.

3.Posté par Caffreman le 08/12/2015 16:26
Bravo bien raconté , je my croyais car ça avait du "Chien"

4.Posté par Coureur des bois le 08/12/2015 17:00
La prochaine fois qu un abruti traitera un gendarme de batard il dira qu il voulait lui demander un bout de pain!!!
Justice de merde.

5.Posté par Jules Bénard le 08/12/2015 17:13
à posté 3 Caffreman : OUAF !

6.Posté par li le 08/12/2015 17:49
Bravo à l avocat.
Le Gars té out.dégrisement ek amende té suffisant.
E mi noré ajoute in estage pou les autres zozos . Goûté.

7.Posté par môvélang le 08/12/2015 19:43
""""" 2.Posté par WTF le 08/12/2015 15:01"
Simple et efficace l'avocat !""" pour çà oui!!!!, ils sont tous super-hyper efficaces pour défendre leurs gagnes-pains de délinquants,

8.Posté par vincent lamontagne le 08/12/2015 20:47
jusqu'à beau....

9.Posté par C''''et moi le 08/12/2015 20:50
J'espère qu'un jour ce canniard agressera un de vos marmaille, ça vous calmera.

10.Posté par anonyme mouse le 08/12/2015 21:46
vous avez demandé la schtroumpferie... ne quittez pas.... lol

11.Posté par mmu le 09/12/2015 00:59 (depuis mobile)
Ah l''bon vieux Albon! Bon avocat!

12.Posté par c''''est mieux Jules ! le 09/12/2015 13:06
Ben voilà Jules, il suffit de ne pas mentionner le patronyme du prévenu et tout va mieux ! Sauf individu dangereux qu'il ne convient de ne pas épargner d'une part, et dont le voisinage doit connaître la nature , d'autre part et surtout. Après, comme vous devez sans doute le savoir, la justice en France, sauf huis-clos (quand les victimes sont mineures, notamment), est rendue publiquement et les journalistes assistant aux audiences (correctionnelles ici) ont le droit de faire figurer les noms complets des mis en cause dans leurs articles... mais il est d'usage de ne pas le faire, sauf criminels ou délinquant vraiment dangereux., une fois encore.

C'est également mieux pour ce qui est de votre appréciation, forcément subjective : il n'empêche, un peu de sobriété, c'est pas mal.

Juste une chose : les avocats ne portent pas la toge des romains mais la robe des avocats, ceci dit quelques soient les orientations sexuelles des plaideurs, cela va de soi.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales