Social

Mayotte: les instits continuent la grève

Les instituteurs officiant à Mayotte ont décidé aujourd'hui de poursuivre leur mouvement de grève, après leur réunion aujourd'hui avec les autorités de l'île. Ils n'ont pas, selon eux, entendu ce qu'ils espéraient sur aucun de leurs cinq points de revendication.
Voici une partie du compte-rendu qu'en fait le site d'information en ligne Malango.


Mayotte: les instits continuent la grève
Prévue de longue date, la rencontre a réuni le préfet Denis Robin, le vice-recteur Jean-Claude Cirioni, le président du Conseil général Ahmed Attoumani Douchina et les représentants de six organisations syndicales, dont les deux qui appellent à la grève, le SE-CGT-Ma et le Sima-Snudi-FO. Aucun accord n'a été trouvé. "Nous n'avons pas entendu ce que nous espérions sur aucun de nos cinq points de revendications", a indiqué après cette réunion Answifoudine Port Saïd, du Syndicat des enseignants (SE-CGT-Ma).

Sur la DSI (Dotation spéciale logement des instituteurs), le point central de cette grève qui pourrait "tout débloquer" selon les représentants syndicaux, ces derniers ont rappelé que depuis le 1er janvier 2008 et l'entrée en vigueur à Mayotte du code de l'éducation, ils sont en droit de toucher la majoration de 25%. "L'administration a reconnu ce droit, mais signale qu'une partie des crédits destinés à le financer servent en fait à verser l'indemnité de base aux instituteurs contractuels qui n'y ont pas droit", indique la préfecture. Le préfet a proposé lors de cette réunion "de réserver l'indemnité et sa majoration aux seuls personnels ayants droit, c'est-à-dire les titulaires". Mais pour "des raisons d'équité, les personnels qui ne se verront plus verser l'indemnité feront l'objet d'une mesure d'accompagnement financier du même montant de la part du Conseil général". Problème  pour les syndicalistes : "Cette mesure peut être effective au 1er janvier 2009", précise la préfecture, alors que les grévistes réclament sa rétroactivité à compter du 1er janvier 2008. "Ce n'est pas à nous de payer les erreurs de l'administration, qui a décidé en 2002 de verser la DSI à tous les instituteurs, titulaires ou pas", affirmait lundi soir Rivomalala Rakotondravelo, secrétaire général du SE-CGT-Ma.

(...)

"Sur le troisième point, l'indexation des salaires", le préfet a indiqué qu'il lui était impossible pour l'heure d'affirmer que l'indexation serait étendue à Mayotte, "comme le précise la loi de 1950", rappellent les syndicalistes. Il a affirmé que sa mise en place pourrait déséquilibrer l'économie d'une île où le secteur privé reste fragile. Une réponse qui ne satisfait pas les grévistes.

(...)

Face à ces réponses jugées insuffisantes par les représentants syndicaux, les grévistes, réunis en assemblée générale en début d'après-midi, ont voté pour la reconduite du mouvement débuté le 27 octobre. "La base est en colère", a indiqué Rivomalala Rakotondravelo. Selon lui, des opérations plus musclées que celles menées la semaine dernière ne sont pas à exclure.

Pour lire la totalité de l'article de Malango, cliquer ic i.
Mercredi 5 Novembre 2008 - 21:47
Pierrot Dupuy
Lu 518 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales