Société

Mayotte : Un huissier en garde à vue

Me Muriel Belot-Lammens, huissier à Mamoudzou a été placée en garde à vue pour abus de confiance présumés hier matin. Des irrégularités ont été observées dans la comptabilité de son étude. Le parquet de Saint-Denis a ouvert une enquête préliminaire.


Mayotte : Un huissier en garde à vue

Pour une question de "bonne administration de la justice", le parquet de Mayotte a demandé que le dossier de Me Muriel Belot-Lammens, huissier à Mamoudzou, placée actuellement en garde à vue pour abus de confiance présumés, soit examiné par Richard Bometon, procureur de la République de Saint-Denis.

L'auxiliaire de justice est soupçonnée d'abus de confiance et son étude a été perquisitionnée hier matin en présence du procureur, écrit ce matin le JIR.

 

Une garde à vue faisant suite à un contrôle qui entre dans le cadre du changement de statut de l'île. En effet depuis la départementalisation de Mayotte, les huissiers sont désormais régis par l'ordonnance de 1945 qui réglemente la profession. L'étude de Me Belot-Lammens a été perquisitionnée hier matin. Des anomalies comptables ont été mises en évidence et qui s'élevent à plusieurs milliers d'euros.

 

Une enquête préliminaires a été ouverte par le parquet et ce sont les gendarmes de la section de recherches de La Réunion qui sont chargés d'examiner les points flous de la comptabilité de l'étude.

Le procureur Richard Bometon devrait décider de la suite à donner à cette enquête dans le courant de cette journée.

Mercredi 14 Décembre 2011 - 07:55
Lu 2521 fois




1.Posté par TEGO le 14/12/2011 07:54
Pour une question de "bonne administration de la justice " Mon oeil , je ne fais pas confiance à la justice surtout à la REUNION !

2.Posté par David Asmodee le 14/12/2011 08:34
Ah ah.
De nombreux chefs d'entreprise ont déjà eu affaire à des huissiers indélicats.

Exemple : lorsqu'une entreprise a une dette auprès d'une administration, cette dernière est intraitable et veut être payée tout de suite et intégralement. Le chef d'entreprise préfère alors attendre, quitte à payer des frais, que le dossier arrive chez l'huissier. Il peut alors négocier un échelonnement.
Chez certains huissiers, l'échelonnement est accepté, même sans l'avis de l'Administration concernée. De toute façon, le temps que l'administration réponde, le dossier a le temps d'être soldé.
Chez d'autres, minoritaires heureusement, le deal est accepté mais l'huissier exigera de délivrer un commandement de payer (bidon) : "c'est l'administration qui l'exige, donc il faudra envoyer vos chèques d'échelonnement et un chèque pour le commandement"

3.Posté par Montfort le 14/12/2011 10:10
Bof !! Les loups ne se mangent pas entre eux, ça va s'arranger comme dernièrement avec les huissiers du port, pas de soucis à se faire. Je me demande simplement comment peut naître la vocation d'exercer un tel métier !!! Il faut avoir été frappé par son papa et sa maman quand on est petit ? Ou autres sévices moins avouables ? C'est néanmoins bien payé le premier prix pour un constat, juste une photo c'est 450 € ...

4.Posté par David ASMODEE le 14/12/2011 11:44
"Bof !! Les loups ne se mangent pas entre eux..."

Oui, d'ailleurs, ils se contrôlent entre eux pour la compta.
"Je te contrôle ce matin, on bouffe ensemble ce midi. Tu me contrôles demain après midi, on ira dîner ensuite".

5.Posté par Souk Khan le 15/12/2011 08:27
On se demande parfois à quoi servent les personnels du tribunal de Mayotte. Dès qu'il y a un dossier qui sort de l'ordinaire, ils s'empressent de le transférer à la Réunion, pour mieux l'enterrer! C'est à se demander si les magistrats affectés à Mayotte ont eu la même formation que leurs confrères de la Réunion!

6.Posté par BIEBER STOP INJUSTICE le 21/12/2011 19:23
Et à quand le contrôle à la Réunion pour certains huissiers et autres......................

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales