Economie

Mascarin veut conquérir les marchés chinois, indien et africain

La société Mascarin existe depuis 2000 (elle existait sous un autre nom, la SORACO, depuis 1966). Spécialisée à la base dans le raffinement de sucre, la société a diversifié ses activités pour se lancer dans le chocolat. La chocolaterie a été créée en 1992. Cette année, ce sont les 20 ans du chocolat Mascarin, l'occasion pour la direction du groupe de présenter les futurs axes de développement de la société pour continuer à conquérir le marché réunionnais, mais également s'attaquer au marché international.


Mascarin a réalisé 17 millions d'euros de chiffre d'affaires sur son dernier exercice. 90% de ce résultat est réalisé grâce à la filière sucre de la société, les 10% restants proviennent de la marque chocolat de Mascarin. Depuis la cession de la société par Téréos (Mascarin faisait partie du groupe Quartier Français, racheté par Téréos avant que ce dernier ne cède la société suite à une demande venant de l'autorité de concurrence pour qu'il existe deux producteurs de sucre à la Réunion), Mascarin a décidé de se tourner vers sa carte chocolat. "Sous Quartier Français, il n'y avait pas de volonté pour la production de chocolat, trop cher. Notre mission était tournée vers le sucre. Mais le chocolat est un atout de la marque", explique Frédéric Auché, PDG de Mascarin.

"Quand on parle de Mascarin, les Réunionnais pensent tout de suite au chocolat", souligne-t-il. Depuis 20 ans, Mascarin s'est positionné sur le marché du chocolat à la Réunion en se déclinant sur quatre gammes : tradition, fourrée, dégustation et tentation gourmande. La marque représente sur le marché réunionnais entre 10 et 30% de parts de marché sur les différentes gammes. En face, il y a des poids lourds dans le domaine du chocolat comme Nestlé, Lindt ou encore Kraft Food qui ont tous des filiales à la Réunion et peuvent jouer sur les volumes, marges et prix. "Nous n'avons pas la même capacité de production. On produit 85 tonnes de chocolat par an, quand les plus grands le font en une journée dans leurs usines", ajoute Frédéric Auché.

"On est pas plus cher que Nestlé, on a le même prix que Côte d'Or et on est moins cher que Lindt. Nos tablettes sont plus petites mais plus épaisses, la tablette petite au même prix donne l'impression d'être plus chère. (…) On a un complexe local, celui d'être plus cher et moins bon, mais on n'a pas à rougir de nos tablettes", explique-t-il.

"Des demandes sur la Chine, l'Inde et le Kenya"

Pour continuer à gagner des parts de marché et se développer, Mascarin n'a pas d'autres choix que d'investir. "On veut investir 1,4 millions d'euros dans des machines de conditionnement de tablettes. On se tourne vers la Région Réunion et l'Europe pour avoir des aides", explique-t-il. Mascarin vise le marché réunionnais mais se tourne également vers l'international. "Nous avons des demandes sur la Chine, l'Inde et le Kenya. On doit se tourner vers d'autres marchés. Une niche en Chine ou en Inde pourrait représenter 20% de notre activité", souligne Frédéric Auché. "On a un avantage, l'exotisme, la Réunion et son ancrage dans l'Océan Indien. On a notre place dans l'exportation", ajoute-t-il.

L'objectif de la marque Mascarin est d'arriver à une production de 200 tonnes de chocolat par an et de passer de 7 à 15 salariés sur la chaîne de production. Un objectif qui pourrait passer par la production en "locale" de tablettes de chocolat pour une marque concurrente ou une marque distributeur. "On va s'efforcer de convaincre les importateurs de la production d'une tablette chez nous", ajoute-t-il. Mais avant, l'investissement dans de nouvelles machines est nécessaire, les tablettes de Mascarin n'étant pas de conditionnement identique que les concurrents.

Mascarin souhaite garder son esprit "artisanal", en attendant, la société réunionnaise a déposé une demande auprès de la Région pour obtenir 35 à 50% d'aide, indispensable pour l'investissement dans ces machines nécessaires à son développement.
Jeudi 31 Mai 2012 - 15:59
Lu 3129 fois




1.Posté par Réunionnais le 31/05/2012 19:33
Yes, empoisonner et envoyer le diabète outre mer !

2.Posté par N''''''''''''''''importe quoi ! le 31/05/2012 20:16
C'est pour vendre sur la marché chinois ?

Que Mascarin vienne chez moi tout les matins après 8h30...
je leur vendrai mon caca du matin pour qu'ils le revendent au chinois mélangé au chocolat...
Ya pas de raisons que les chinois nous fassent bouffer leur truc de merde sans réagir......

PASSONS A L'ACTION...VENDONS DE LA MERDE AU CHINOIS !!!!!!

3.Posté par Orvile le 31/05/2012 22:28
Je consomme (raisonnablement) du chocolat Mascarin et je le trouve délicieux et je suis heureux du plaisir à consommer un bon produit de chez nous, même si le cacao vient d'ailleurs. Et je respecte ceux qui se démènent pour faire vivre et développer une entreprise locale. Bravo aux "mascariniens" faites apprécier vos produits chez les autres et continuez à régaler mes papilles.

4.Posté par Run le 01/06/2012 10:00
Je suis toujours étonné de voir l'energie dépensé par certain pour détruire les autres.je ne sais qui sont les N'''importequoi ou le reunionnais qui ont réagit plus haut mais une chose est certaine c'est qu'avec eux la Réunion n'avancera pas ! Pour une fois que l'on rencontre une entreprise locale qui affiche une ambition il faut l'encourager. 30% de chomeurs à la Réunion cela doit faire réflechir et cela doit faire réagir ! Dernière choses pour ces deux compères aux cerveaux allégés , savent-ils que 90% des composants éléctriques de leurs maisons ou appartements ont fabriqués en Chine ?? Il faut aller chez decathlon et acheter une tente !


5.Posté par kaloupillé le 01/06/2012 14:30
Une ENTREPRISE de 88 Ans PEÏ de l' Ile de la Réunion qui s'en VA .....
En 1923 Création du Groupe .... 1955 ( Mr Maxime RIVIERE ) prends la Direction du Groupe

en 1965 Le Groupe rachète L' Usine de Rivière du Mât

en 1966 Création de la SORACO ( Société Réunionnaise de Conditionnement ) Aujourd'hui c'est MASCARIN

en 1967 Création de BOURBON Plastique ..... en 1970 Création Sucrière de BEAUFOND , et l' Arrivé de Xavier THIEBLIN comme Secrétaire Général du Groupe ........ en 1972 Création du G.I.E. - RHUM- Réunion qui assemble le Rhum Charette ......... en 1979 la S.N.E. ( Sucrière du Nord Est ) regroupe les Usines de Quartier Français et Beaufond .........en 1982 Fermeture de L' Usine de G.Q.F.. regroupement de l' activité vers Beaufound ......1983 BEGHIN - SAY entre dans le Capital de la S.N.E. ( Sucrière du Nord Est ) toujours G.Q.F. et la Central Thermique de Beaufond fournit Eléctricité à E.D.F. ...... 1988 le Groupe Q.F. prends 20 % du Capital D ' I.B.S. ( Industrie Sucrière de Bourbon ) ..en 1992 Rachat de 51 % des Parts de la Société Léonus BENARD ( Usine de Gol ) et le G.Q.F. prends 35 % de Capital de la CHOCOLATERIE des MASCAREIGNES ;;;;;; EN 1993 le Groupe prends la SOREMIR ..... en 1994 Reprise de la Chocolaterie des Mascareignes ..... en 1995 Innauguration de la Central Thermique du GOL......
COREX à Cédé ses Parts à SOLEO qui a Innauguré en 2008 les plus grosses Centrales en TOITURES de la Réunion sur un Batiment SODEX - PRO au PORT ( 15 000 M2 de TOITURE à 1250 KM ) 88 Ans QUI S'EN VA à L' Ile de la Réunion à Méditer sur MASCARIN !!!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales