Faits-divers

Marinette, zamalée par désespoir


Marinette (prénom d’emprunt), 55 ans, vit une situation très difficile depuis que son compagnon s’est donné la mort. Une histoire d’une navrante banalité comme il en existe hélas beaucoup.

Ne pouvant se remettre de la disparition de son compagnon, Marinette a plongé dans le zamal pour trouver un dérivatif à ses sombres pensées et à une vie qui ne l’intéresse plus guère.

Plutôt que d’acheter du zamal, elle qui ne vit qu’avec un RSA minable, elle a choisi d’en cultiver un peu, pour elle seule. Mais dans sa région de l’Ouest, le zamal pousse vite et les voisins sont méchants. Aussi, certains de ces derniers, plutôt que de lui tendre une main secourable, ont choisi anonymement (le courage, ça s’apprend !) de la dénoncer aux forces de l’ordre.

Les gendarmes débarquent chez Marinette le 9 mars 2014 et constatent effectivement l’existence de 17 beaux plants de zamal pétants de santé ainsi qu’une certaine quantité de "salade" prête à être consommée.

Ce qui fait dire au président Grillet : "En tout cas, on ne peut pas parler d’exploitation clandestine puisque les plants étaient exposés à la vue de chacun !"

Marinette reçoit l’ordre de détruire ses plants prohibés, ce à quoi elle se résigne manifestement puisque selon le voisinage, les plants n’ont plus été visibles. Mais voilà, au cours d’une visite impromptue (sans "corbeau" cette fois), les gendarmes remarquent qu’il y a 7 plants croissant joyeusement dans sa cour.

L’explication est simple et pas si illogique que ça : si elle a bien coupé les souches, les plants ont vite repoussé tout seul. Et il est vrai que le zamal est particulièrement vivace… et têtu. Entre temps, Marinette s’est plainte que sa plantation a fait l’objet de visites nocturnes. Elle a promis de détruire les souches elles-mêmes mais il fallait bien que la Justice fasse son boulot.

La substitut Tanguy n’a pas requis sévèrement contre cette victime de la vie. Marinette a reçu ce qui sonne comme un avertissement amical, 1 petit mois avec sursis et 300 euros d’amende.

C’est de chaleur humaine dont cette désespérée a besoin, ce que la Cour a bien compris. Mais qui d’autre autour d’elle ?

Jules Bénard
 
Vendredi 11 Septembre 2015 - 08:51
Jules Bénard
Lu 2686 fois




1.Posté par Juliette Caranta-Pavard le 11/09/2015 09:53
*Tu te trompes, Jules. ICI, à La Réunion on n'a pas besoin de "chaleur humaine". On a un besoin urgent de respect, de respect de la Loi, de juste Justice, etc..., etc...,etc...

2.Posté par Ray_au_Port le 11/09/2015 09:55
"... ces derniers, plutôt que de lui tendre une main secourable, ont choisi anonymement (le courage, ça s’apprend !) de la dénoncer aux forces de l’ordre..."

Des malokis ! ! !

3.Posté par Nono le 11/09/2015 10:00
300 euros d'amende quand on est au RSA, c'est énorme, merci les voisins.

Foutez donc la paix aux gens avec le zamal...

4.Posté par Caffreman le 11/09/2015 18:11
Et je suis sure que si c`était le dealer de drogues dures avec ses gros bonhomme armés là les voisins , ils aurais jamais rien dit de peur de se faire enlever mais quand c`est une petite dame sans defense là ils se lachent.
Bravo les voisins collabo!

5.Posté par pouleto le 11/09/2015 23:33
c est pathetique.. en quoi cette bonne femme dérange, fait du mal ou profite?? maintenant qu elle doit 300 euros d amende, elle va devoir revendre'...


arretez d emmerder les gens avec le zamal..

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:56 Un homme chute en bas de la Rivière des Remparts

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales