Politique

Marie-Luce Penchard au chevet de l'élevage local


Pour la seconde étape de son séjour dans le département, la ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard, a organisé son agenda autour de Saint-Pierre et du Tampon.

Ce matin, c'est l'abattoir de la Zone industrielle 3, à Saint-Pierre, qu'a visité la ministre en présence du sous-préfet de Saint-Pierre, Alain Gérard, du préfet, Pierre-Henri Maccioni, du maire de Saint-Pierre, Michel Fontaine, et également des conseillers généraux, Cyrille Melchior et Patrick Erudel.

Destiné à la viande porcine et bovine et à sa transformation, l'abattoir de Saint-Pierre regroupe la Sicarevia mais également la Coopérative des éleveurs de porc.

Après une courte intervention sur le programme Défi, programme dont la finalisation devrait intervenir avant le mois de juillet prochain, la secrétaire d'État de la rue Oudinot a annoncé le déblocage de crédits nationaux en direction de la filière élevage dans l'Outre-mer. Un déblocage déjà annoncé par le chef de l'Etat lors du précédent CIOM et qui devrait atteindre la somme de 40 millions d'euros.
Mardi 24 Novembre 2009 - 11:30
Ludovic Robert
Lu 901 fois




1.Posté par pimanzoizo le 24/11/2009 11:51
Commencer par l'abattoir pour secourir l'élevage local ?!! Elle aurait pu aussi bien commencer par la Region ou le CG.

2.Posté par el diablo le 24/11/2009 12:26
il y a rien a faire tel père tel fille d'abord on sauve la tête de veau à la vinaigrette ensuite on verra
sacré famille Chirac la bouffe d'abord c'est génétique sa il reste plus qu'a planter des pommiers alors

3.Posté par Cambronne le 24/11/2009 12:30
C'est marrant que la viande soit vendu aussi cher dans les grandes surfaces , ?
C'est comme le protectionnisme d'état et le complicité avec la grande distribution en Métropole
Agriculture la casserole de lait, est toujours sur le feu...Madame savez vous combien coute un litre de lait ? combien la grande distribution ramasse en royaltie et marges arrières à la Réunion ?
Malgré la chute du prix de lait payé aux producteurs depuis 2006, les Français continuent payer les briques de lait le kilo de beurre et autres dérivés laitiers au prix fort, toute la chaine de distributeurs et industriels ayant conservé, voire augmenté, leurs marges, démontrent que le gouvernement est incapable d'appliquer des mesures pour que la filière agricole soit mieux rémunéré mais surtout pas le crier trop fort avec le nouveau western de la grande distribution péi qualité

Car, pour illustrer en parallèle, suffit de voir que les cours mondiaux des marchés du beurre et de la poudre de lait par exemple se sont effondré avec une chute allant jusqu'à plus de 35% en 2009 sauf pour les consommateurs et les voyous de la grande distribution soutenu par l'état aui 'est incapable de mettre de l'ordre occultée d'éviter quelconque transparence devant le mécanisme mafieux de la grande distribution qui elle est libre d'appliquer ses propres règles .il semblerait que l'on cherche encore dans la mauvaise direction... modèle typiquement Jacobin faire du neuf avec des vieilles recettes interventionnisme Etatique et surtout ne pas mettre regarder en face les prix fixés par le marché des scélérats quand on sait que le litre lait entier est payé 0.28 cts et que nous le retrouvons à 1. 30 faudra nous expliquer qui est l'intermédiaire arnaqueur

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales