Economie

Marie-Luce Penchard annonce le prolongement de l'aide à l'exportation des DOM

En visite à la Foire de Paris ce mercredi, la ministre de l'Outre-mer a annoncé la prolongation de la convention visant à aider l'Outre-mer à mieux exporter. Une convention initiée par l'ancien ministre Yves Jégo en 2009.


Marie-Luce Penchard annonce le prolongement de l'aide à l'exportation des DOM
Lancée il y a un an par Yves Jégo, la convention actée avec Ubifrance et destinée à aider les entreprises installées en Outre à mieux exporter a été prolongée. C'est la ministre de la rue Oudinot, Marie-Luce Penchard, qui l'a annoncé ce mercredi, lors de sa visite à la Foire de Paris.

La ministre de l'Outre-mer a également annoncé la prise en compte des secteurs clés de la LODEOM (Loi pour le développement économique de l'Outre-mer) au sein de cette convention. Quant aux pays situés à proximité des départements d'Outre-mer, ils devraient être mis en avant dans le cadre de ces exportations.

L'accord validé sous l'impulsion d'Yves Jégo, d'un coût de 1,3 millions d'euros, avait permis à quelques 78 entreprises de bénéficier d'une assistance en conseils sur une vingtaine de pays, par Ubifrance, une agence dédiée au développement des entreprises françaises à l'international.
Par ailleurs, les entreprises de l'Outre-mer pourront bénéficier d'un correspondant et conseiller Ubifrance dans les Chambres de commerce et d'industrie des DOM. Résultat, 250 entreprises locales auront la possibilité de s'ouvrir à l'étranger en accord avec le travail de Volontaires internationaux en entreprises qui seront recrutés dans ce sens.
Vendredi 7 Mai 2010 - 15:17
Ludovic Robert
Lu 1955 fois




1.Posté par OZAK le 07/05/2010 18:46
Lancée il y a un an par Yves Jégo, la convention actée avec Ubifrance et destinée à aider les entreprises installées en Outre à mieux exporter a été prolongée. C'est la ministre de la rue Oudinot, Marie-Luce Penchard, qui l'a annoncé ce mercredi, lors de sa visite à la Foire de Paris.


Je comprends plus rien. En effet, suite à sa déculottée aux régionales, la PENCHARD avait déclaré que si elle avait perdue, c'était de la faute à JEGO. Toutefois, aujourd'hui elle reprend sans honte ses idées. Y a un problème de cohérence avec cette dame .

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 07/05/2010 21:18 (depuis mobile)
Rien compris la penchard c a l'import qu'il y a besoin d'aide..

3.Posté par Tcherno-Bill le 08/05/2010 00:09
1300 millions pour 78 entreprises? 16,7 millions pour chaque? YABON ! C'est où le guichet ?

4.Posté par LALLEMAND le 08/05/2010 08:14
@NDLP : non c'est bien à l'export qu'il y a besoin d'aides. Soutenir les importations ne créera pas d'emplois et ne permettra pas à la Réunion de se développer durablement.
@Tcherno-Bill: c'est pas 1300 millions, c'est 1,3 millions. Ca change tout quand même !

5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 08/05/2010 10:37
exporter quoi ? peut on avoir une idée ..?
aide à l'importation, oui, c'est le principe de la continuité économique défendue par beaucoup...

6.Posté par Alonlevé le 08/05/2010 11:39
oui post 5 Exportons les vrais Goyaves en France !

7.Posté par LALLEMAND le 08/05/2010 15:48
Exporter quoi ? Mais nous pouvons exporter beaucoup : du savoir-faire, notamment en énergies renouvelables, en agro-alimentaire ou en santé ; du tourisme (car considéré comme export) et à ce propos, je connais une entreprise qui vient de réaliser, soutenue par Ubifrance, une mission très fructueuse au Canada; des produits "exotiques", notamment bio... La continuité territoriale, je suis pour évidemment, mais n'oublions pas non pluq qu'à trop nous tourner vers la France et uniquement elle, nous sommes restés dans une situation de dépendance. Et quand la France tousse, c'est toute la Réunion qui s'enrhume. Alors il serait temps que nous cherchions d'autres sources de développement, d'autres débouchés, car il faut être honnête et lucide : l'avenir ne se situe plus en France, ni même en Europe.

8.Posté par jean-jacques le 08/05/2010 19:27
Post 7 Quand la France tousse etc... Tres juste, mais vu l'état de la balance commerciale de La Réunion , quasi à sens unique IN , je crains que le tourisme et toutes les autres initiatives imaginables à l'export ne suffisent pas à nous sortir de cet état de dépendance économique, si dans le même temps nous ne savons inventer des solutions locales pour réduire le flux des importations.

9.Posté par nicolas de launay de la perriere le 08/05/2010 22:40
En matière d'énergies renouvelables, les industriels de ce secteur, non content de se gaver d'exonérations fiscales et sociales en tout genre, pleureraient encore pour obtenir des subventions ou un soutien à l'export ? faut arrêter la gabégie...

Ensuite, je n'évoque pas la continuité territoriale mais la continuité "économique", qui devrait permet à l'Etat de considérer comment importer à un coût moindre, les denrées et matières nécessaires pour la Réunion.

10.Posté par Jean Francois Beauval le 09/05/2010 07:28
Bonne initiative!
Ce serait bien aussi d'avoir des prix d'envoi professionnels pour l'export. Pour NDLP (post 5): je vous invite a consulter en ligne les quelques produits qui pourraient etre exportes, amha... (voir lien)

11.Posté par Cambronne le 09/05/2010 09:47
Voilà l'exemple machiavel de l'état providence qui se mêle de ce qui ne le concerne pas pour confondre assistanat cette sombre tendance que l'État providence principe coloniaux à de nier des formes de la liberté et la responsabilité des individus, pour le placer dans un état de dépendance permanent, ce qui lui permet de le dominer ou d'en faire son client, par démagogie. Propre au collectivisme.

L'assistanat concerne presque souvent les plus pauvres, mais à présent l'on constate que les riches eux aussi en profitent suffit de penser à l'art subventionné par des desfiscalisations bidons , ou aux études universitaires, quasi-gratuites, payées par les impôts de tous, alors qu'elles profitent aux plus aisés.

Voilà ce qui à mis en faillite les Grecs et l'on voudrait continuer les absurdités Penchard devrait pendre des cours d'économie, avant de s'improviser spécialiste dans un domaine qu'elle ignore

12.Posté par jean-jacques le 09/05/2010 09:52
Post 9 La continuité économique que vous évoquez est nécessaire mais pas suffisante car elle se limiterait à atténuer les conséquences du vrai mal dont souffre ce pays: la culture du Tout-Import.
il est vrai que l'encouragement de productions locales ( subventions, exonérations, défisc ) a conduit à des abus, parfois scandaleux. Pour autant, les productions locales ne pouvant que rarement se développer seules, il faudrait que l'attribution et le contrôle de leur utilisation ( en particulier le non-cumul ) soient effectués par des organismes vraiment indépendants

13.Posté par Caton2 le 09/05/2010 12:06
5 Ça alors! Nicolas constate qu'il n'y a rien à exporter et veut encore plus d'aide à l'importation. Belle vision d'avenir pour la Réunion. Tu as rejoint le clan du roi Ubu, Nocolas?

14.Posté par nicolas de launay de la perriere le 09/05/2010 21:52
caton2, ce que j'évoque, c'est un moyen comme un autre, de faire baisser la valeur des importations, afin de faire baisser les prix à la consommation.

Maintenant, on peut importer soit des produits finis, soit des matières premières qui permettent la production localement de produits finis ou semi finis..

Pour ce qui est de l'export, sur le même principe, mieux vaut produire en Métropole les samoussas et/ou bouchons et autres produits de bouche, si l'on veut vraiment attaquer le marché métropolitain, ou tout autre marché..

ce qui revient à dire que l'une des seules choses que la Réunion peut exporter, c'est son savoir faire....

Pour ce qui e

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:12 Le RSI assigné en référé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales