Faits-divers

Marché du Chaudron: L'abattage illicite des volailles dans le collimateur de l'Etat


Marché du Chaudron: L'abattage illicite des volailles dans le collimateur de l'Etat
Hier matin, au marché forain du Chaudron, une "descente" des services vétérinaires a entraîné des tensions chez les vendeurs de volailles. Une visite de terrain dans le cadre de "l'opération alimentation vacances" menée par les services de l'Etat (services vétérinaires et alimentaires et répression des fraudes). Particulièrement ciblés, les vendeurs de volailles du marché du Chaudron ne respectant pas les dispositions réglementaires en matière d'abattage des volailles.

Une réglementation qui ne date pourtant pas d'hier, il s'agit d'un dispositif européen de 2004, appliqué en France par décret ministériel en 2008. En substance, le décret ministériel explique que "les animaux abattus doivent être étourdis, saignés, plumés, dépecés et éviscérés partiellement ou en totalité et réfrigérés immédiatement". Une pratique obligatoire qui n'est généralement pas respectée sur les marchés réunionnais. "Les gens sont habitués à ce genre de pratique. Si demain on ne peut plus les tuer sur place pour les clients, ils n'en achèteront plus", explique un forain, vendeur de volailles, souhaitant garder l'anonymat.

"Les conditions sanitaires ne sont pas bonnes"

De l'aveu même de ce forain, certaines dérives sont à déplorer sur le marché du Chaudron. "Sur place, certains tuent environ une quinzaine de poulets à la suite. Les conditions sanitaires ne sont pas bonnes. Au lieu de mettre les poulets tués dans des sachets, ils les laissent à l'air libre. Résultat, les mouches viennent dessus. Pis, certains qui ne vendent pas les poulets tués dans la journée, les ramènent chez eux pour les mettre au frais. Après, ils les revendent. Au-delà de la dangerosité pour la santé, certains clients se plaignent car le poulet acheté sent mauvais", poursuit-il. Des pratiques totalement interdites. Selon lui, certains vendeurs n'hésiteraient pas à vendre des poulets "grippés". "Ça se voit souvent au niveau des yeux, mais aussi de la tête qui est enflée", explique-t-il.

Mais alors pourquoi cette "tradition" perdure sur les marchés ? "Aujourd'hui, beaucoup de personnes ne vivent plus dans des cases. Ils ne peuvent plus tuer leur poulet dans la cour. Dans la cuisine de l'appartement, c'est trop compliqué. Après, certains n'aiment pas la vue du sang. Et tuer un poulet est trop compliqué", souligne le forain. Résultat, les clients passent chez le vendeur de volailles, demandent à ce que le poulet soit tué, déplumé et éviscéré. "Ils font leur course et après ils reviennent chercher leur poulet", précise-t-il. Bien conscient du problème, le forain réclame plus "d'hygiène". "Il faut prendre le temps de faire les choses biens. Il faut des locaux adaptés pour l'abattage des poulets au marché", souligne-t-il.

En attendant, les vendeurs de volailles qui ne respecteraient pas les dispositions liées à "l'abattage des animaux élevés ou détenus pour la production de viande" risquent d'être poursuivis devant le tribunal correctionnel. Ils encourent jusqu'à six mois d'emprisonnement et 7.500 euros d'amende.
Jeudi 4 Juillet 2013 - 11:44
Lu 1990 fois




1.Posté par Du poulet hâlal ! le 04/07/2013 13:19
Un vendeur de volailles au Chaudron m'a certifié que son poulet était abattu "hâlal" par un jeune "Comore" musulman qui venait de commencer à officier.
Une belle preuve que hâlal ne signifie pas hygiénique.
Comment cette stupidité peut-elle encore être pratiquée au nom de Dieu ?
Et pour quelles raisons imposer à 90 % de la population les desiderata idiots du dixième d'icelle?

2.Posté par Poisson d''élevage et abbattage clandestin, même traitement messieurs de la repression des fraudes le 04/07/2013 14:09
Aujourd'hui, on nous vend du saumon contaminé, tout les décideurs le savent, mais la répression des fraudes s'enfoute, car derrière cette chaine monstrueuse, il y a des gens riches qu'il faut protéger. Pour bien nous faire comprendre qu'ils font bien leur boulot, eh bien verbalisons le petit en bout de chaine..... ces vendeurs de poulet eux, ce ne sont pas des norvégien, mais des créoles qui ont le malheur de perpétuer la tradition créoles; Tuer des poulets, c'est interdit, mais élever des poissons aux herbicides c'est autorisé
A quand une descente dans les libres services pour saisir ces poissons malades.... a titre d'info, les employés qui travaillent des les élevages des poisson de norvége ne mange pas ces poissons, ils interdisent à leurs enfants d'en consommer... ALORS PLUS D'ABBATTAGE CLANDESTIN! MAIS SURTOUT PLUS DE POISSON CONTAMINES DANS LES RAYONS DES LIBRES SERVICES........ Maintenant c'est à vous M PUPUY (mais votre article sera sûrement censuré) de prendre le relais sur cet inquiétant dossier, véritable problème de santé public... c'est pire que les dégats de l'alcool et de la cigarette accumulé

3.Posté par Iliade974 le 04/07/2013 15:05
@1 en plus il suffit que n'importe quel idiot se présentant comme musulman passant par là, vociférant qqs prieres incompréhensibles s'improvise coupeur de poules....

Il existe une réglementation française qui s'applique à tous !!!!


4.Posté par Nada le 04/07/2013 18:55
Moi je dis que c'est une excellente chose, il n'y a que l'industrie agroalimentaire capable d'assurer les normes d’hygiène indispensables à notre bonne santé. Il est plus que temps que l'état mette fin à ces traditions d'un autre temps. D'ailleurs l'état devrait aussi s'attaquer à ces scélérats de charcutier qui fabriquent nos charcuteries dans des conditions inacceptable sur le plan de l’hygiène. Heureusement que la CCI Réunion via le CRITT travaillent à des nouveaux procédés qui remplissent les normes fixées par l'Europe. Une bonne charcuterie industrielle c'est bien meilleure, on est sur de la provenance de la viande, de la qualité et de l’hygiène. Tous en grande surface.

5.Posté par Thierry le 04/07/2013 20:54
De plus, les boeufs, les porcs (ou cochons), les volailles, les chevaux etc en se promenant sur le net et des séquences d'abattages on ne peut que dire que la réglementation dans les abattoirs n'est aucunement respectée ... d'accord que ce sont des bêtes d'élevage à manger... mais la maltraitance avant leur mort devrait faire réfléchir ... Comme on met des caméras dans les commissariats on devrait aussi en placer dans les abattoirs ...

Et les poules pondeuses, et les vaches laitières, plutôt les veaux à leurs premières secondes de naissance ... son premier souffle et le voilà violenter à mort ... C'est ça aussi les briques de lait ... des gestations pour tuer des veaux nés... et dans quelles conditions ... ou alors des animaux réformés vivants bousculés à coup de tracteurs ... la cruauté à l'égard des animaux d'élevages ...

6.Posté par Beurrrkkk!!! le 04/07/2013 21:59
@ Nada ; la cci avec la création d’une centrale d’achat pour les petits commerces alimentaires à La Réunion bientôt nous allons tous manger 100% halal ! bisness vraiment bien juteux pour quelques uns...!!!
@ Thierry : Des enquétes ont révélé la réalité sur la souffrance de quelques-uns des animaux tués pour produire de la viande halal. D'après la tradition musulmane, les animaux doivent être traités avec égards avant d'être abattus et doivent être calmés en récitant une prière avant de les égorger en sectionnant les principales artères du cou. Or, en visitant cinq abattoirs pratiquant l'abattage halal sans étourdissement préalable, les enquêteurs ont vu un certain nombre d'employés faire preuve d'un manque visible de respect et de compassion envers les animaux. Les animaux étaient traités avec cruauté, ils étaient effrayés et stressés pendant les opérations et dans certains cas, on leur sciait la gorge au lieu de la trancher. Les enquêteurs ont vu des moutons qui essayaient de s'enfuir alors qu'ils avaient la gorge tranchée et ils ont filmé des poulets qui étaient ébouillantés alors qu'ils étaient encore vivants. Ils ont bel et bien entendu les cris des animaux qui agonisaient ! De plus
l' abattage n'est pas sans soulever des problèmes en terme de santé publique. Selon le rapport, lors de l'égorgement, l'oesophage de l'animal est sectionné et le contenu de ses intestins aurait plus de risques de souiller la viande, notamment les quartiers avant, ceux qui servent à fabriquer des steacks hachés. Depuis la fin des années 1990, plusieurs organismes ont tiré le signal d'alarme sur un danger de contamination par Escherichia Coli, une bactérie responsable d'insuffisances rénales chez les enfants. En outre, le stress ressenti par l'animal au moment de sa mise à mort provoque la sécrétion de toxines.

Le rapport met donc en lumière le fait que les Français auraient dans leur assiette plus de viande halal qu'ils ne le souhaitent, et ce en partie pour des raisons économiques. Bien d'autres exemples témoignent de la banalisation de l'abattage rituel Halal, y compris dans les organes de la République française pourtant laïque :

repas de l'équipe nationale de France de football (sous R. Domenech) sans porc ;
certaines écoles de la République proposent une viande Halal, comme à Strasbourg ou à Soissons ;
viande halal imposée aux salariés d'Air France ;
CRS qui mangent Halal à leur insu rapportait Le Figaro, mi 2010 ;
barbecue halal pour la fête d'une école maternelle du quartier du Mas Drevon à Montpellier, fin juin 2013

7.Posté par L'Ardéchoise le 05/07/2013 00:15
Pourquoi seulement au Chaudron ?
La pratique est courante sur la plupart des marchés forains.
Mais il n'y a pas qu'à La Réunion, c'est idem dans d'autres contrées proches, ou moins proches.
A devenir végétarien...
Il doit bien y avoir des moyens d'abattre les animaux destinés à la consommation humaine sans souffrances inutiles, hélas tant qu'il y aura des hommes pour se délecter et se réjouir de la cruauté infligée à des animaux sans défense, le problème n'est pas réglé !

A 5 : contente de te retrouver...
...

8.Posté par Thierry le 05/07/2013 10:27
@ 7... Plisir partagé ... 07 ??? y a un truc ... la virtualité a son parfum ... comme les fleurs en plastique ...

9.Posté par L'Ardéchoise le 05/07/2013 12:22
Parfum en pointillés pendant quelques temps, en rando, ce n'est pas facile de poster, le 07 ira à d'autres...
Mais je vais quand même essayer de faire des coucous de temps à autres, et pourquoi pas, avec le rang qui m'est si souvent attribué.
A bientôt.
...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:56 Un homme chute en bas de la Rivière des Remparts

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales