Social

Marche Blanche pour Elodie Boudia: "La violence est un combat de tous"

La marche blanche est partie aux alentours de 10 heures de l’hôtel de ville de Saint-Pierre. Plusieurs dizaines de personnes, femmes, enfants, hommes participent, vêtus de blanc à cet hommage rendu à Elodie Boudia, morte sous les coups de son ex-compagnon.


Marche Blanche pour Elodie Boudia: "La violence est un combat de tous"
Le premier bus parti ce matin de Petite-Ile était complet…Une nouvelle heureuse pour les membres de l’association "Femmes des Hauts, de l’Outre-mer, du comité 974 Ni Putes, ni Soumise" qui ont donné rendez-vous à l’ensemble de la population ce matin.

Objectif : Venir se recueillir, ensemble, à l’occasion d’une marche blanche organisée en hommage à la jeune maman, Elodie Boudia, morte à l’âge de 19 ans. Ne supportant par la rupture, son ex-compagnon l’avait tuée à coups de couteau, le 29 juillet dernier à Petite-Ile.

"La population doit prendre conscience, et les élus doivent se responsabiliser. C’est ensemble que pourrons agir contre la violence" a affirmé Julien Gauthier, le vice-président de l’association.

En ce moment même, la marche blanche réalise son parcours qui consiste à partir de l’hôtel de ville, contourner la mairie par la rue des Bons Enfants, se rendre à Ravine Blanche et revenir par le front de mer sur la place de la mairie de Saint-Pierre.

julien_gauthier.mp3 Julien Gauthier.mp3  (422.54 Ko)


Samedi 22 Août 2009 - 10:40
Melanie Roddier
Lu 1323 fois




1.Posté par titi le 22/08/2009 20:13
ras le bol de ces meurtres.....

2.Posté par lili le 22/08/2009 21:53
C'est inadmissible de frapper ou de tuer un femme. Mais certaines jeunes filles devraient plutôt penser à leur avenir professionel que de croire qu'il est plus facile d'utiliser son ventre pour avoir un revenu, car le plus malheureux dans tout cela, ceux sont les pauvres petits enfants qui n'ont pas demandé à être là... Quel triste début de vie !!!

3.Posté par franny le 22/08/2009 22:53
Le commentaire laissé par lili me choque. Peu importe si certaines jeunes filles comme elle dit on choisi de faire des enfants, le probleme ne se situe pas a ce niveau!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Le veritable probleme c'est la violence infligée aux femmes, jeunes, moins jeunes avec ou sans enfants. Ce n'est pas parce que qu'on est jeune et qu'on a un enfant que l'on est plus concernée. Toutes les femmes sont concernées car il y a eu trop de victimes deja depuis cette année!

4.Posté par papapio le 23/08/2009 08:38
Oui Lili... Incroyable situation de violence "commenditée" dont chacun maintenant est certain que les vrais raisons ne seront pas DITES SUR LES TV LOCALES... Ce Massacre de Femmes est dégueulasse et insupportable, autant que l'est la Détention de Nos Enfants, le déchirements d'hommes et de Pères, les incitations à la Violence de Parquets et JAFs qui nous TRAITENT COMME DES CHIENS, GENITEURS PAYEURS... Ces 28 associations Féministes Départementales et Financées alors que la SEULE Association des Droits des Enfants et leur Père y est ignorée comme en Préfecture d'ailleurs... Le systéme s'auto finance, s'auto alimente dant sa "légitimité" en maintenant les Frustrations et Dénies de lois contre les Hommes et Pères... C'EST PAS PRET DE S'ARRETER... J'espère que les Familles des Femmes meurtries comprendront comment et par qui elle sont utilisées... Cf Régionales à venir..
Oui 1/4 des Foyers Monoparentaux, et autant de Pères censés accepter l'abandon Focé de leurs Enfants pour que les Femmes sans travail touchent les Prestations Salaires... heureusement, le gouvernement à enfin compris et semble vouloir FAIRE LIBERER LES OTAGES...Déguelasse.

5.Posté par Bayoune le 23/08/2009 11:47
Kisa lé responsab de tousa??
Kisa i profite dosi lé viktime de koté ?
Zot lintansiyon lé louab, mé zamé zot i romèt an koze le problinm, lo vré problinm d’une société injuste vis à vis des plus déshérités - ces jeunes femmes et zonm au chômage ayant moins de 25 ans dans le dénuement total, à qui les autorités les condamnent à vivre avec larzan karné pou lé fanm, a qui ces mêmes zotorité, les condamnent à faire un enfant pour survivre dans cette société inhumaine que connaissent les réunionnais. Mi wa la présidente du Conseil Général té là osi, mais quelles moyens concède -t- elle aux assistantes sociales dépourvues. Zot i krwa pa na in bonpé lé ipokrite. I viyin pléré kan lo krime lé komi, sinon zot i rète biyin dann zot buro klimatizé Attaquez vous au véritables problèmes posés dans cette société inégalitaire - qui font que nous sommes tous, hommes femmes victimes. Pensez vous réellement mesdames de « Ni pute Ni soumise » que si les familles avaient un emploi et un logement décent nous assisterions à cette déliquescence de la société réunionnaise.
Le gouvernement français après avoir réexpédier les femmes travailler de nuit dans les usines, ce qui était interdit depuis plus d’un siècle, n’est ce pas une forme de violence scélérate qui ne dit pas son nom et reste camouflés sous " l’égalité entre les hommes et les femmes" pourquoi pas l’inverse qui aurait été une sage décision qu’aurait pris le gouvernement P.S et Communiste de l’époque. Le gouvernement actuel prépare en catimini une réforme des retraites - pour les femmes - qui remettrait en cause et le congés prénatal postnatal, ainsi que les deux ans de bonification par enfant pour la retraite - ce qui obligerait les femmes à travailler plus longtemps après s'être sacrifiée pour les anfants, çà aussi c’est une violence, ousa zot ilé sur ces problèmes, mi antan pa zot... Zot i préfère tonm dans le panneau et diaboliser les hommes - qui sont aussi les papas qui vous permettent de survivre ek larzan Karné - zot i préfère dévalorizé lo réniyoné, parske lu soré tro violan - bé lo fanm Tampon la dékoupe son bononm, lété pa violan sà. La femme qui interdit aux papas de voir son enfant, lé pa violan sà. Nout toute zonm konm fanm, nou lé viktime, retournons nous vis à vis de ceux qui nous privent de notre humanité, en créant des conditions qui amènent lo zonm réniyoné , konm lo fanm a vive konm zanimo, konm bébète, épi kisa i koné réellement ce qui se passe dans un ménage, le chantage aux enfants - " Ou fé siyé amwin, ou war arpi out zanfan, mwin na la lwa ek mwin, sé mwin i nouri aou, i abiye aou ek mon larzan karné, malé porte plinte, ma di oula viole amwin kan mwin té i dor ". De tèl kozman, sertin fanm i mas pa pou di sa lo papa son zanfan . Cela ne justifie en rien le meurtre, mais cela peut aider à essayer de comprendre l'acte d'un désœuvré sans repère aucun.
Il faut absolument que l’homme et la femme réunionnaise se réconcilient, non pas seulement avec une marche blanche pour se laver de tous les péchés en les rejetant sur les hommes-papas - qui arrivent dans le désespoir, jusqu’au sacrifice suprême - à s’immoler avec son enfant, et, loin de sa patrie pour cet Hollandais dans la forêt de St Philippe dernièrement.

6.Posté par papapio le 23/08/2009 12:39
Bayoune : Un Grand MERCI pour votre honnéteté, MERCI de dire LA VERITE sachant que LES TV Locales refusent de la Retranscrire... Trop d'€uros en Jeux...
"ce qui obligerait HOMMES ET femmes à travailler plus longtemps après s'être sacrifiée pour les Enfants"... Et les Hommes Violents sont moins de 10%, tandis que les Pères bafoués sont 90% des 50% séparés... Pourquoi croyez vous que les TV locales refusent d'en PARLER ?!. Par ce que cette monoparentalité Hyper Favorisée apporte ENORMEMENT D'aides Sociale / Salaires, de DEVISES dont la REUNION NE PEUT SE PASSER pour équilibrer son budget... VOILA POURQUOI SONT VENDUS NOZS ENFANTS ET NOS DROITS...

7.Posté par anne marie bègue le 23/08/2009 18:16
bayoun et papapio : Je suis une ex femme battue qui travaille maintenant comme animatrice sociale dans un collège. et j'étais a cette marche blanche qui m'a fait du bien.J'ai vu avec tristesse la maman de matilde tuée par son père a st philippe, josée , qui était présente a la marche blanche;les mesdames et messieurs de ni putes ni soumises ont fait douze propositions demandant de prendre en charge la parole des hommes.Je vous conseille de les lire bayoune, elles sont dans le jir et sur internet et vous verrez qu'elles vont dans votre sens bayoune concernant les causes sociales liées au logement et au contexte, au lieu d'invectiver gratuitement et papapio g vérifié : l'association ni putes ni soumises comme beaucoup n'est pas subventionné par le conseil général, ni par la pref, ni par personne.Alors bayoune et papapio renseignez vous un peu avant de déverser vos lettres n'importe comment.Si vraiment vous voulez agir travaillez avec les victimes et les bénévoles sur le terrain.Et puis la prochaine fois, ecrivez dans un créole lisible, graphie 2001 par exemple bayoune merci parce que votre flot est hors syntaxe et limite hors sujet.pour finir je peux vous dire que j'ai vu la famille d'elodie qui m'a dit que les associations et les avocats des associations se battaient en ce moment pour les reloger.N'est pas une bonne chose bayoune et papapio?Préférez vous qu'on ignore ce qui s'est passé , quon fasse pas de marche blanche et que personne n'aide ces familles de victimes à se reloger?C'est çà que vous proposez?

8.Posté par ANITA le 23/08/2009 23:22
Il faudrait aussi que les peines de justice soient exemplaires : je connais le cas d'une femme de 26 ans, mère d'une petite fille qui a été assassinée avec actes de barbarie par celui dont elle voulait divorcer : il vivait avec une autre femme. La Justice lui a donné 15 ans, il n'en a même pas fait 7 et il est dehors ! Rien de dissuasif, bien au contraire, il s'agit d'un véritable encouragement !

9.Posté par Bayoune le 24/08/2009 08:18
A anne marie bègue,

madame, Bayoune i yékri ek in e.
"Et puis la prochaine fois, ecrivez dans un créole lisible, graphie 2001 par exemple bayoune merci parce que votre flot est hors syntaxe et limite hors sujet." Madame Bègue, ou krwa ke zot marche blanche lé pa ou suzé. Mi konpati a la doulèr bann famiye frapé par le malèr. Mi koné certaines vérités ne sont pas bonnes à sortir dans ces moments de détresses exploitées par des requins du "m'as tu vu à la manif" . Dayèr mi domann si sansa zot noré pu ekzisté, une marche blanche, kosa sa i rosanm dan cette océan de misère et de souffrance subit par des milliers de familles réunionnaises - ceux qui ont manifesté appartient à une bonne catégorie de la population ek salèr garanti fin de mois, mé lé zot ousa lété, sinon pou batay pou ginye soso pou donn zot zanfan. mme Bègue wi yeskize amwin, mi ginye pa biyin ékri, ni an fransé, ni an kréol, mersi dawar fé léfor lire et konprann amwin. Sinon fé in zéfor, mi ékri konm mon famiye la monte amwin dopi lontan. Mi asir aou ke mwin lété pa or suzé, biyin o kontraire, mé la vérité i fé mal, na bonpé zonm i koné la rudité de la vie commune ek in fanm ki panss solman larzan karné la fin lo mwa. Mme néna la minm divorsé pou ginye pliss so larzan. Vous m'avez également écrit avoir vu la famille d'Elodie, Mme j'aurai honte d'exploiter l'occasion d'un tel drame familial pour prouver mon existansialiste. Na ankor somin pou fé avan ke zot va konprann kosa i yaminn domoune dans ces conditions de bestialité que vous dénoncez, sans pour autant examiné les causes de cette situation.

10.Posté par Elie .... depuis 1811 le 24/08/2009 10:30
Je comprends pas... qui sont les victimes dans ces histoires de violences réduites aux violences dites conjugales voir des hommes envers les femmes. Ce sont les hommes les coupables, les méchants et les femmes , les victimes ... les gentilles... ? euh... ! C'est peut être pas si simple ... voyez vous ... !
Pourkoi ? ???? :

La Réunion est depuis une société traditionnellement matriarcale (c'est à dire ...rôle prédominant des mères dans la gestion de vie de famille). Ceci c'est beaucoup renforcé dans après la départemantailsation et les fameuses allocations majoritairement versé au mères. Le Père li lé la pou donne les graines... c'est tout ... cela n'est pas très valorisant n'est ce pas.... même si ont peut entendre de certains de ses "géniteurs" qui en font un "sport"... une fierté... et dévellope même un esprit de compétition entre les mâles ; celui qui fera le plus d'enfants... preuve de sa force ... preuve de son existence... puisqu'il pense que c'est là pour lui la seule façon d'exister dans notre société matriarcale... c'est l'un des seules rôle qu'on leur attribu...... l'autre étant celui de Bouc émissaire au dos très large.... ; " sa son la faute son "Pappa" sà !"

Donc puisque c'est un fait que l'éducation des enfants (même et surtout à l'école par exemple dans les maternelles), donc des garçons et des filles relève du "monopole" des femmes, surtout dans les milieux très modeste, quelle est la part de responsabilité des mères de famillles, donc des femmes , dans la propagation des violences conjugales ??????

Les femmes sont elles alors victimes ou ... responsables ??? Les hommes sont ils coupables ou malade ( mal éduqué de fait culturelles ou ... intentionelle ) ... ou si on pousse dans ce sens... les hommes sont coupables de ne pas se faire soigner... quoique il faudrait avoir la capacité de s'auto diagnostiquer ....

Bref... ca ne sert à rien de chercher un coupable.... un bouc émmissaire... c'est tout un système qui faut revoir... repenser et adapter notre mode d'éducation à notre époque, redéfinir c'est quoi la vie en famille, revoir la répartition des rôles dans la parentalité pour un meilleur équilibre entre père et mère. Être parent ne s'improvise pas comme sa ... il faudrait presque une formation ... voir d'un "permis de parent" si on pousse l'extrêmité de cette logique...

En résumé... je dirai que les violences conjugales sont les fruits de notre système d'éducation ( familles et institutions). Ils traduisent une certaine inadaptation à notre société moderne... comme disait un certain Gaby Laï Kune (pas choisi par hasard pour ceux qui connaissent) ; " Sat y gagne pas suivre .... y dor su le coté ".

PS : Pour une Réunion plus harmonieuse !


11.Posté par anne marie begue le 24/08/2009 12:01
Monsieur bayoune, la haine n'est jamais bonne conseillère, et là vous êtes un bon exemple.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales