Social

Manifestations de février au Port : 51 contrats délivrés

Montrée du doigt pour son manque de visibilité lors des émeutes de février, la commune du Port se réjouit des solutions qui ont pu être apportées aux manifestants pour l'emploi, en dehors de toute précipitation.


Manifestations de février au Port : 51 contrats délivrés
51 contrats aidés. C'est finalement le chiffre que retiendront tous les acteurs de ces événements sociaux de février 2013 dans la ville portuaire. Lors d'un point presse organisé ce mardi, deux adjoints municipaux ont défendu la ligne de conduite de la maison : travailler pour du durable et dans la discrétion.

Le 1er adjoint, Michel Séraphine, met en avant la démarche "partenariale avec les acteurs sociaux qui ont agi en faveur des publics éligibles aux différents dispositifs d'insertion". A l'issue des manifestations pour l'emploi, un certain nombre de demandeurs s'étaient faits connaître auprès de la collectivité. Laquelle a joué son rôle d'interface avec les représentants syndicaux du patronat, de Pôle Emploi ou de la mission locale.

Un mois plus tard, la mairie fait les comptes. 51 contrats aidés ont pu être budgétisés "de façon exceptionnelle" sur le quota à destination des associations. Pour le coup, c'est "l'Etat qui a reconnu le caractère urgent de la situation", relèvent les représentants de la mairie. "51, c'est le maximum", rétorque Karl Vefour, coordinateur politique à la mairie. Autre bon point pour la ville, ces contrats sont créés hors enveloppe de celle distribuée au bénéfice de la collectivité sur les 6 premiers mois de l'année.

Rappelons qu'au plus fort de l'événement, 15 contrats avaient été annoncés. Ils seront d'une durée de 6 mois non renouvelables. Tous ont trait à l'embellissement des quartiers de la Rivière des Galets, de la Zac 2 et de la Zup Maloya. Mais la mairie voulait apporter un plus à ces emplois "d'utilité sociale", ainsi mentionnés. Tous les bénéficiaires s'inscriront "dans un parcours de formation où des efforts particuliers seront menés face à l'illettrisme ou encore la fracture numérique" pour ce public. L'objectif, martèlent les adjoints, est bien ici de proposer "un accompagnement d'insertion et non un besoin d'emploi immédiat", précise l'adjoint Henri Hippolyte.

La collectivité ne peut pas tout résoudre

L'adjoint fait parler les chiffres auxquels doit faire face la commune. "En 2002, nous bénéficiions de 1196 contrats. En 2013 de 167 pour le premier semestre", déplore-t-il. Une réalité qui rattrape bien des collectivités. Celle du Port se sent d'ailleurs obligée d'expliquer sa non sollicitation des contrats d'avenir du gouvernement. "Ne faisons pas miroiter aux jeunes que 5.000 emplois d'avenir sont à disposition à la Réunion. Ces contrats soulèvent des contraintes qui font qu'on ne peut pas les mettre aussi facilement en place", fait remarquer l'élu.

Devant les limites de l'intervention publique, la municipalité portoise s'en remet à l'élan citoyen. Un message particulier a été adressé au récent mouvement de l'Union de la jeunesse résistante. "Il ne faut pas laisser croire que c'est la seule collectivité qui puisse résoudre ces problèmes. Ce sont ces initiatives citoyennes qui montrent qu'elles sont actrices de leur propre développement".

Mercredi 27 Mars 2013 - 06:45
LG
Lu 1564 fois




1.Posté par Pottois le 27/03/2013 07:10 (depuis mobile)
Trois quartiers ont manifesté et ont obtenu des contrats. Zenfants y pleurent pas y gagne pas tété. De nos jours on est arrivé à un stade où il faut manifester pour avoir un contrat. Pauvre société.

2.Posté par noe le 27/03/2013 07:13
Dans l'urgence , on a pu trouver quelques contrats pour nos jeunes en souffrance dans cette ville cow-boy , le Port !
C'est bien !
Mais combien restent sur le carreau du chômage qui perdure car nos décideurs n'ont aucun projet viable pour l'avenir ?
Prions le Seigneur !

3.Posté par 51 bombes à retardement ont été frabriquées au Port... le 27/03/2013 08:12
... mèche courte, 6 mois !

4.Posté par lil-sitt le 27/03/2013 09:07 (depuis mobile)
C`est sur que di pour les autres qui non pas manufester ils auron rien c`est tous simplement deguelasse de donner des contrat unikmrnt aux manifestant, il y en a qui merite du travaille, et qui non pas que sa a fair boucher la rout brefff politik ..

5.Posté par Vade retro le 27/03/2013 09:26
C'est le monde à l'envers . Pendant ce temps les honnêtes gens crèvent la bouche ouverte mais en silence, eux. En 2014 ils vous le feront payer très cher.

6.Posté par donchoa le 27/03/2013 09:46
Quel joli message envoyé à la population : Brûlez, cassez, vous aurez un job parmi nous ! Entre crapules, on va s'entendre !

7.Posté par loulou le 27/03/2013 12:13
loulou maire laissez nous rire, la famille, seraphine etc....

Nou vien a zot en 2014

8.Posté par le réunionnais le 27/03/2013 15:47
le jeu est trés dangereux!

9.Posté par Ludovic le 28/03/2013 09:41 (depuis mobile)
Quelle HONTE !!!! Et quel mepris pour ceux qui ont perdu des heures de travail a cause des manif !!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales