Social

Manifestation du Collectif pour Madagascar devant la Région


Des membres du Collectif pour Madagascar ont manifesté dans le calme ce matin devant la Région, lieu où se déroule aujourd'hui le conseil de la Commission de l'Océan Indien. Ils protestent contre la présence de représentants du gouvernement de transition d'Andry Rajoelina à cet événement.

Il y a quelques jours, le secrétaire d'Etat français, Alain Joyandet, avait évoqué le fait qu'Andry Rajoelina ne soit pas invité au 25ème sommet Afrique-France qui s'est ouvert le 31 mai dernier à Nice, mais que Madagascar y serait néanmoins représenté. Finalement, ce ne sera pas le cas puisqu'aucun représentant malgache n'a pu y assister, notamment sous la pression des autres Etats présents.

Le Collectif pour Madagascar de la Réunion reproche donc que la Commission de l'Océan Indien ait accepté la présence de représentants du gouvernement de transition de Madagascar. "Ce ne sont pas les bons interlocuteurs", explique Eric Rabenandrasana, trésorier du Collectif, ajoutant que "la France et le département de la Réunion devraient parler le même langage".
Mardi 8 Juin 2010 - 16:07
Melanie Roddier
Lu 2330 fois




1.Posté par boisderose le 08/06/2010 18:51
Bravo, le collectif GTT. Un pour tous et Tous pour la Souveraineté de Madagascar. Vous n'êtes pas seuls, nous sommes avec vous. Le double langage et l'hypocrisie de la france sont bien connus de tous maintenant.
Le Zèle malsain de Joyandet affairiste et magouilleur dans cette affaire dénote un intérêt personnel au-delà d'un pseudo fonction d'état ! les bois de rose trafiqués vous poursuivent et vous inculpent pour longtemps.
Puis arrêtez de parler de "relation amicale" avec Madagascar. Car Madagascar et les malgaches ne veulent plus de vous.

2.Posté par Joseph le 08/06/2010 21:47
Mr Rabenandrazana est un peu ignorant en politique, ou alors il fait le naïf, de placer sur le même plan un sommet France-Afrique (concept qu' il combat pourtant) organisé par Sarkozy, qui n'a aucune valeur d'organisation du type COMESA, SADC, UA ou autre et une assemblée de la COI qui est une structure où des pays souverains de l'Océan Indien se réunissent à tour de rôle dans chacun des pays.

Ce devait être Madagascar qui devait prendre la direction tournante de la COI, mais s'est désisté en faveur de Maurice étant donnée la période électorale d'une importance majeure qui est désormais ouverte à Madagascar : Constitution, chambres, présidence.

Le gouvernement n'est pas en état en ce moment de présider la COI.

Là ou ce Collectif se démasque, vous voyez bien que c'est sur cette confusion savamment entretenue entre NICE et Saint-Denis :

A Nice, c'est Sarkozy qui invite des Chefs d'Etat
A Saint-Denis, c'est une réunion de pays souverains qui se fait à tour de rôle dans chacun des pays.

Ce n'est pas la France qui invite tel ou tel pays, comme à Nice je le redis, c'est la France qui abrite une réunion de pays souverains. Ce pourrait être Moroni et dans ce cas, que dirait ce porte parole de Ravalomanana ? Irait-il manifester devant le palais de Mr Sambi pour le critiquer d'avoir organisés sa réunion avec Madagascar ?

Quelle indigence. Ce prétendu Collectif est vraiment fini et dépassé par les évènements.

Comprenez bien que Mr Rabenandrazana a encore des efforts à faire afin de nous convaincre que la COI devrait marcher dans les pas des marchands Européens et des tenants de son Chef en exil.

Rappelons lui que Paul Wille, Sénateur de Belgique et Président du Conseil économique du Conseil de l’Europe soutient la HAT, que le Raiamandreny Mijoro est bien debout et actionne le balai de l'Histoire pour éliminer de sa marche patriotique vers la IV° République les derniers obstacles du genre de ce Collectif, GTT et autres nostalgiques des régimes moribonds.

Rappelons lui que le Comité Consultatif Constitutionnel (CCC), à la suite du CENI, travaille d'arrache pied dans une dynamique irrésistible et a déjà compilé 159 projets de Constitution.

On peut conseiller à Mr Rabenandrazana et à ses quelques militants qui sont par bonheur réduits à peau de chagrin, ce que confirme cette vidéo, de prendre un billet pour Madagascar afin de participer à la naissance de cette IV° République, celle que Nirina Rajaonison a nommé la Première Démocratie Malgache.

Sinon ils rateront le train de l'Histoire, ce serait quand même dommage de laisser dans l'Histoire leur nom accroché aux casseroles d'un homme d'affaires véreux.

3.Posté par betro le 08/06/2010 23:01
LeS PushiteS Hat Dirigé par Andry TGV Sont puni par la communauté international , ils bafouent le droit de l'homme , et pillent les reserves narurelles malagasy (bois de rose ), ils essaient de diffuser des bonnes nouvelles à Madagascar.Merci GTT

4.Posté par Affreux jojo le 08/06/2010 23:44
Joseph,

Regardez sur ce lien une intervention très pertinente qui vous permettra de rester éveillé toute la nuit.

Bonne écoute.


http://www.clicanoo.re/11-actualites/12-politique/247958-le-collectif-pour-madagascar.html

5.Posté par Joseph le 09/06/2010 01:06
Aucun intérêt cette vidéo d' Andriantavy, il redit exactement ce que dit Rabenandrazana avec cet argument fallacieux qui met sur le même plan la sauterie présidentielle de Nice et le Conseil des Ministres de la COI. D'un côté une éminence qui réunit son pré carré, de l'autre des pays souverains qui se réunissent à parité. L'argumentaire de ces deux hommes du Collectif ne tient pas la route.

Je ne vois vraiment pas ce qui m'empêcherait de dormir dans cette déclaration qui prétend que la HAT serait issue d'un putsch, ce qui est démontré comme être une affirmation fantaisiste, thème récurrent cher au GTT, puisque même Niels Marquardt proche du Clan Ravalo (envoyé au placard d'ailleurs comme ....consul en Australie) a déclaré qu'il a conseillé à ce dernier de ne pas quitter le pouvoir de cette façon en le confiant à trois hauts gradés. Son propre camp n'utilise pas le mot de putsch qui est inapproprié et non avenu de quelques façon qu'on analyse cette démission de Ravalo et sa fuite lâche.

De même que Ravalo n'est pas exilé politique, il est en fuite, c'est clair et net. Il n'est pas interdit de rentrer, il est même très très attendu, et pas seulement par la Justice de son pays.

Ravalo a démissionné, c'est clair et net. La HCC a validé le fait que la transmission inconstitutionnelle du pouvoir par Ravalo créait un vide qui a été comblé par la passation de ce pouvoir par les trois militaires.

LE VRAI PUTSCHISTE C'EST RAVALO QUI A DONNE LE POUVOIR AUX MILITAIRES.

Tout ce vocabulaire GTT d' Andriantavy sur le pouvoir "putschiste" est purement idéologique et ne correspond pas à la vérité. Andriantavy se grille ainsi auprès de tous ceux qui savent la vérité des évènements et connaissent la vraie nature Transitionnelle de la HAT après une période de pillage du pays par un seul homme et violations graves et répétées de la Constitution qui légitiment son auto-éviction, avant même que sa destitution ait pu être engagée auprès d' une HCJ qui n'a jamais été constituée.

Je suppose que ce même Andriantavy ignore tout de ce qui s'est passé à Pretoria ainsi que les mensonges de son maître à penser qui, à cette occasion, a encore montré son vrai visage. Il est sans doute naïf notre manifestant pacifique qui se crée un personnage respectable avec des idées qui le sont si peu. Il n'est absolument pas capable de manipuler la vérité.

On peut donc penser que c'est par ignorance que ce brave docteur instrumentalise au profit de ses thèses nostalgiques du pouvoir absolu antérieur, la position arrogante à l'égard de la jeune démocratie Malgache de cette Europe antidémocratique des marchands, manipulée par ses alter-égo de France et de Belgique du club de Louis Michel and Co, ainsi que celle de la SADC, panier de crabes de semi dictatures mercantiles aux mains des richissimes oligarques de la tribu Anglophone des larbins du Capitalisme Américain..... ouf !

Bref, l'Affreux Jojo, le gentil Joseph vous souhaite de dormir sur vos deux oreilles aussi bien que lui, car si Andriantavy peut tromper par son discours quelques personnes non averties, moi il m'ennuie plutôt et me fait bailler tellement ses poncifes sont faciles à démonter. Un discours puisé dans la vision GTTIste du Monde des affaires, des élites et des nantis Malgaches.

J'espère que mes discours vous auront lassé autant que ceux d'Andriantvy m'auront fait l'effet d'un soporifique. Bonne nuit !

6.Posté par tisentinel le 09/06/2010 07:41
Les membres du "collectif pour Madagascar" pour la plupart après leurs études ont préféré s'installer à la Réunion au lieu d'apporter leur "intelligence-connaissance-expérience" à leurs compatriotes et à leur pays . Ils ont eu la nationalité française souvent par leur mariage et sont donc des "franco-malgaches" .
Au lieu de crier et manifester ici,ils feraient mieux d'être à Madagascar et travailler pour leurs frères de sang .Qu'attendent-t-ils pour repartir dans le pays de leurs ancetres ,s'engager dans des collectifs et autres partis politiques,défendre sur place les valeurs démocratiques (françaises) pour que Madagascar profite de ses cadres expatriés .
Ils pourraient s'inspirer de M Said Larifou,franco-comorien,avocat à St Pierre,mais engagé pour défendre sur place les intérets démocratiques des Comores .

7.Posté par citoyen du monde le 09/06/2010 23:02
Nous portons le deuil...


Qu’on ne se méprenne pas sur nos propos. Nous même de formation française. Nous respectons le Peuple Français et la France, celle des Droits de l’Homme, celle qui a connu la souffrance et l’humiliation pendant l’Occupation nazie, celle qui lutte pour le rayonnement de sa langue et de sa culture à travers le Monde.

Mais nous dénonçons et condamnons d’autant plus vigoureusement la politique menée par l’Autre France, sournoise et conquérante, qui veut imposer ses propres intérêts au détriment et au mépris de ceux des Autres.



Ci-joint un article publié par un Maître de Conférence de l’Université d’Antananarivo. Ce qui lui a d’ailleurs valu d’être « convoqué, sermonné et menacé » par celui que les Malgaches commencent à nommer « le nouveau Gouverneur français de l’île » ; en l’occurrence, Monsieur Châtaignier ; le seul ambassadeur d’un État démocratique venu présenter ses lettres de créances à des putschistes au lendemain d’un coup d’Etat !


« C’est en gardant le silence au lieu de hurler que l’Homme devient un lâche »
(Abraham LINCOLN)



Nous portons le deuil dans notre âme et conscience depuis le 17 mars 2009, date du début de la tragédie qui s’est abattue sur le Pays et qui a provoqué sa rapide et inexorable décomposition : décomposition morale, politique, économique, sociale, culturelle. Les Institutions sont devenues des caricatures et la démocratie réduite à d’horribles oripeaux.

Madagascar vit sa plus noire histoire de son existence après celle de 1947 et prend l’allure d’un Pays occupé, comme l’était en son temps une certaine France par l’abominable régime nazi.

Nous sommes horrifiés et indignés du fait de cette même France qui vient de tomber les masques en présentant d’une façon éhontée et grossière « sa feuille de route » qu’elle prétend substituer aux accords cosignés de Maputo et d’Addis- Abeba, accusés par elle d’inapplicables.

Nous comprenons alors pourquoi Andry Rajoelina n’a pas hésité à renier sa signature. Parce que l’Etat français, embusqué derrière lui, n’a pas trouvé ses comptes dans ces accords. Nous comprenons alors, d’une façon fulgurante, pourquoi la situation est bloquée et par QUI : parce l’Etat français a dans ses papiers son propre schéma, plus conforme à ses intérêts et à son objectif ultime.

Le 27 mai 2009, depuis l’Afrique du Sud Marc Ravalomanana n’avait-il pas accusé les Français d’avoir été derrière le coup d’Etat ? C’est à peine si les médias en ont fait mention. Nous savons maintenant que le Président, qui possède sans aucun doute ses propres sources de renseignements, n’a pas fait cette déclaration dans un moment de délire ou d’égarement.

D’ailleurs, un faisceau de faits convergents balise la traçabilité de l’implication de l’Etat français dans la persistance de la situation actuelle.

a) la présence auprès de Andry Rajoelina dès les premières heures du putsch d’un Conseiller français,

b) l’activisme forcené de son représentant sur place (présentation de lettre de créance, présence physique lors du sacre du « nouvel Homme fort de Madagascar », rencontres incessantes avec ce dernier et avec d’autres personnalités susceptibles de servir de jokers à la solde de la France,

c) l’accueil de ce dernier par Paris après le camouflet à lui infligé par l’Assemblée Générale de l’ONU (septembre 2009),

d) sa rencontre largement médiatisée avec des parlementaires UMP en France,

e) le grouillement pathétique des émissaires du Quai d’Orsay sur les lieux lors de Maputo 2,

f) la sortie, à point nommé, de cette « feuille de route », présentée par Alain Joyandet et aussitôt agréée par Andry Rajoelina lequel est prêt, semble-t-il, à la signer les yeux fermés,


g) l’embargo de la presse française sur la tenue quasi-quotidienne des manifestations des partisans de la Légalité et les Accords de Maputo / Addis-Abeba, ainsi que sur l’émergence du Mouvement des Ecclésiastiques (Hetsiky ny Mpitondra Fivavahana),

h) le silence étonnant de l’importante communauté française à Madagascar, témoin privilégié des évènements,

i) très subsidiairement, la très suspecte « Lettre ouverte » d’un Père Pedro (récemment décoré de la Légion d’Honneur française) adressée à Louis Michel, Commissaire européen au développement et à l’aide humanitaire et actuellement co-président de l’assemblée paritaire ACP-UE.



Evidemment, cette liste n’est pas exhaustive, car ne sont évoqués ci-dessus que les faits les plus visibles. Mais qui constituent au total l’équivalence d’une reconnaissance officielle de fait de la France à l’endroit de l’Autorité de fait Malagasy.


Ce faisant, l’Etat français reste fidèle aux grandes manœuvres, très « géopolitiques » et à quelques variantes près, déployées dans maints Pays Africains (Côte d’Ivoire, Congo Brazzaville, Mauritanie, Gabon, Niger, etc…).
Ce qu’il n’a pas apparemment prévu, c’est cette mobilisation quasi-immédiate contre le coup d’Etat, autour du thème de la Légitimité et de la Légalité, radicalisé depuis par celui de la Défense de la Souveraineté et de l’Indépendance.
Malgré la guerre d’usure que lui imposent l’Autorité de fait, le Peuple Malagasy ne va pas prêter main forte à l’Etat français dans son acharnement à vouloir de nouveau planter, en plein XXIème siècle, son tricolore en haut du Palais de Manjakamiadana !


Car il nous semble très clair à présent : les autorités françaises veulent à tout prix que la Grande Île reste française et que le futur Président (qu’elles essaient de faire élire dans des élections forcées) soit un « ami de la France ». A l’instar de maints Chefs d’Etats Africains, contestés et haïs par leurs Peuples car élus dans des conditions nébuleuses.

Cela signifie, dans le cas de Madagascar, que tous les moyens leur sont bons, pour empêcher le retour au pouvoir d’un certain Marc Ravalomanana.

A posteriori, nous osons affirmer que si ce dernier n’avait pas pu quitter Iavoloha pour l’exil en mars 2009, il y aurait (au sens propre) laissé sa peau. Cela aurait en effet arrangé beaucoup de monde et un Etat en particulier. Et sa mort, comme celle du Colonel Ratsimandrava, aurait constitué une énigme de plus, à jamais élucidée. Ou alors, ses ennemis
auraient prouvé « qu’il s’est suicidé » ?

En 2009, le PNUD a publié le classement de tous les Pays du Monde selon leurs IDH 2007 respectifs… Madagascar y tient le 145ème rang sur 182 et appartient en 2007 aux Pays à IDH moyen. Sur les 25 Pays classés derniers (à IDH faible) 11 sont des ex-colonies françaises. Nous refusons de croire que c’est là le fait du hasard ou d’une quelconque malédiction.

Certes les dirigeants de ces Pays et leurs Peuples y ont certainement leur part de responsabilités. Mais à y regarder de près, les poids de l’esclavage et de la colonisation, relayés par les manoeuvres incessantes de ce qu’on appelle la Françafrique font que l’Afrique reste un continent noir, noir de violences, de misères, de pillages, de corruptions, d’élections forcées et truquées, de coups d’Etat, de génocides… et se trouvent reléguées au rang des pays immergents.

Pour s’en convaincre, il faut entendre le discours de M. Sarkozy, prononcé le 26 juillet 2007 à l’Université Cheick Anta Diop du Sénégal. Discours, édifiant s’il en est, et qui a soulevé l’indignation de nombreux intellectuels Africains.

Il y a manié en effet, avec sa manière à la fois directe et insidieuse la basse flatterie et les contrevérités, démontré sa méconnaissance de l’Histoire de l’Afrique Noire et ses Peuples. Pour mieux culpabiliser sans vergogne ces derniers et mieux édulcorer les responsabilités de la France coloniale passée et présente. De la repentance, il n’a voulu rien entendre. Au contraire, c’est à peine s’il n’a pas exigé de la part de l’Afrique ingrate, le pardon à la France Eternelle, grand bâtisseur de ponts, de route, d’écoles, d’hôpitaux !


Le peuple Malgache ne mérite pas cela !

8.Posté par Joseph le 09/06/2010 23:54
Merci "citoyen du Monde" pour cette diatribe qui tente en vain de démontrer que c'est encore la Françafrique qui dirige Rajoelina par le bout du nez. Thèse ridicule, sans intérêt, mais je respecte votre deuil, pauvre, pauvre citoyen du Monde. Vous avez beaucoup de souffrance, vous vous sentez en sous France, alors séchez vos larmes crocodiliennes et mouchez vous un bon coup, peut-être votre cerveau se videra-t-il aussi de tous ces amalgames entre Rajoelina et la "Françafrique"et vous sentirez vous soulagé ?

Restez 40 jours en deuil à pleurer votre regretté Ravalo , çà nous fera des vacances !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales